Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Mémoires insurgées de la violence...

Mémoires insurgées de la violence politique en Colombie : Les récits autobiographiques des expériences d’ex-combattantes

Andrea Barrera Téllez
p. 131-153

Texte intégral

Introduction

  • 1 Elizabeth Jelin, Los trabajos de la memoria, Siglo XXI de España Editores, 2002, p. 39.
  • 2 Carlos Nasi, William Ramírez Tobón et Eric Lair, « Respuesta al debate 14 : guerra civil », Análisi (...)

1Raconter l’histoire d’un conflit armé constitue une tâche complexe : les mémoires et les récits historiques sont, en eux-mêmes, des champs de confrontation et de lutte discursive dans l’établissement des sens du passé en regardant ce dernier à travers le prisme de l’avenir. Cette activité qui est celle de la construction du sens du passé1, d’une complexité intrinsèque, est un défi accru lorsqu’elle prend place dans la continuité de la conflictualité armée. C’est le cas de la Colombie et des luttes autour de la mémoire historique et de la vérité qui s’y jouent. Dans un pays qui vit une guerre civile depuis plusieurs décennies2, avec une diversité d’acteurs ayant pris les armes, la mémoire et la vérité constituent des enjeux majeurs pour conjurer un passé douloureux. Ces dernières décennies, un ensemble croissant d’institutions dédiées à la construction de la mémoire historique a vu le jour. En 2006 a été créée la CNRR, Comisión Nacional de Reparación y Reconciliación (Commission nationale de réparation et réconciliation). Créée pour une durée de six ans à la suite de la démobilisation du groupe paramilitaire Autodefensas Unidas de Colombia (AUC, Autodéfenses unies de Colombie), cette commission est encadrée par la loi 975 de 2005, et répond à l’exigence de garanties, concernant la vérité, formulée par des organisations de victimes du conflit armé et diverses ONG. L’un des groupes constitutifs de la CNRR a été le Grupo de Memoria Histórica (GMH, Groupe pour la mémoire historique). En continuité avec le travail du GMH, grâce à la loi 1448 de 2011 sur les victimes et la restitution des terres, a été créé le Centro Nacional de Memoria Histórica (CNMH, Centre national de la mémoire historique). Ce centre a produit et publié un nombre important de recherches sur le conflit armé dans le pays, parmi lesquelles le rapport « ¡Basta ya! » figure en bonne place du fait de l’ampleur des analyses proposées, des informations recueillies et des cas traités. Dans la présentation de ce rapport à Juan Manuel Santos, alors président de la république, l’historien Gonzalo Sánchez, qui dirigeait le CNMH, déclarait :

  • 3 CNMH, « Resumen. ¡Basta ya! Colombia : memorias de guerra y dignidad », 2013, p. 10, 11 (traduction (...)

« En vous remettant ce rapport, Monsieur le Président, et par votre intermédiaire aux victimes et à la société colombienne, nous sommes en train de mener à bien un mandat légal, mais surtout d’accomplir une responsabilité éthique et morale, notamment vis-à-vis des victimes : la responsabilité d’éclaircir ce qui s’est passé et de rendre visible leur tragédie3. »

  • 4 Le système intégral est composé de la Commission pour la vérité, de la Juridiction spéciale pour la (...)

2À la même époque débutaient à La Havane les négociations de paix entre les FARC-EP et l’État colombien. Après quatre années de discussion, les deux parties ont signé l’Acuerdo Final para la Terminación del Conflicto y la Construcción de una Paz Estable y Duradera (Accord final pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable). Cet accord a prévu la création d’une Comisión para el Esclarecimiento de la Verdad, la Convivencia y la No Repetición (Commission pour l’éclaircissement de la vérité, le vivre-ensemble et la non-répétition, connue sous le nom de Commission pour la vérité). Celle-ci s’inscrit dans le Sistema Integral de Verdad, Justicia Reparación y No Repetición4 (Système intégral de vérité, justice, réparation et non-répétition). Les institutions du système ont commencé leur travail au cours de l’année 2018, année de l’élection du président Iván Duque Márquez, candidat d’extrême droite, désigné par l’ex-président Álvaro Uribe Vélez comme le candidat du parti Centro Democrático. Duque Márquez s’est présenté comme le candidat qui allait détruire les accords de La Havane. Ses attaques contre le système intégral, mais aussi contre la Commission pour la vérité, n’ont pas tardé.

  • 5 Jairo Estrada Álvarez, « Acumulación capitalista, dominación de clase y rebelión armada. Elementos (...)

3Dans ce contexte difficile, la construction de la mémoire historique est devenue un enjeu central pour la coalition au pouvoir. Ceux qui en font partie ont vu leurs intérêts menacés par des institutions en mesure de remettre en question leur discours concernant le conflit armé, centré sur l’idée selon laquelle menées par des « narco-terroristes » dépourvus de tout objectif politique, les guérillas sont seules responsables d’une violence déchaînée et animée par des intérêts exclusivement économiques5. Face aux nouvelles institutions qui ont affaire avec la mémoire historique et la vérité du conflit armé, le président Iván Duque a nommé directeur du CNMH Dario Acevedo, historien colombien dont les positions négationnistes vis-à-vis du conflit armé sont bien connues. Commentant cette décision, la politiste María Emma Wills Obregón, membre de la Comisión Histórica del Conflicto y sus Víctimas (Commission historique sur le conflit et ses victimes), a écrit :

  • 6 María Emma Wills Obregón, « Darío Acevedo y la batalla por la memoria », Cerosetenta (blog), 6 mars (...)

« Avant d’occuper son poste, Darío Acevedo a refusé de faire référence à notre passé comme à un conflit armé. Il y a derrière cette remise en cause la structure d’une vérité officielle : selon cette version, ici, sur notre sol, un État démocratique, légal et par conséquent légitime aurait été victime de l’attaque d’un groupe séditieux de guérilleros, de méchants, seuls responsables de la débâcle nationale. Le risque d’un tel récit c’est que l’action de l’État sur l’avenir de la nation et du conflit armé échappe à tout contrôle exercé par l’opinion publique, et qu’ainsi l’État endosse le rôle exclusif de victime6. »

  • 7 Ibid. (traduction libre).

4Pour Wills Obregón, la nomination d’Acevedo à la CNMH n’est pas anodine. Elle contribue au contraire à la construction d’une vérité officielle qui, promue par les secteurs dominants, constitue un mécanisme de pouvoir symbolique ayant pour objectif de renforcer une structure hiérarchique. Ainsi, « ceux qui sont au sommet sont protégés, car en vertu de cette vérité officielle ils sont dispensés de rendre des comptes, acquérant une immunité absolue7 ». La défense du statu quo est au centre de cette vérité dont la construction est entre les mains des groupes sociaux majoritaires. De larges secteurs sont de ce fait directement exclus de ce processus ou peinent à faire valoir leur mémoire comme partie intégrante de la vérité du conflit armé.

  • 8 Nicolás J. C. Aguilar-Forero, « Políticas de la memoria en Colombia : iniciativas, tensiones y expe (...)

5Malgré ces obstacles et ce contexte défavorable, la reconnaissance des expériences des associations et groupes de victimes ont connu des avancées importantes grâce aux luttes menées par les victimes elles-mêmes pour questionner la vérité officielle à partir de leurs propres expériences. De cette manière, ces organisations « déploient des récits sur le passé qui remuent et scrutent la densité de ce qui s’est passé, qui font état d’actes quotidiens de protection, de solidarité, de désobéissance, de révolte et de résistance face aux pouvoirs armés et aux contextes de violence, et qui exaltent les pratiques de commémoration et le travail à accomplir pour la vérité historique8 ».

  • 9 Rafael Quishpe, « Los excombatientes y la memoria : Tensiones y retos de la memoria colectiva const (...)

6Or, si la mémoire des victimes a du mal à se faire entendre et à disputer le sens imposé par la vérité officielle, il est possible de faire l’hypothèse selon laquelle la mémoire de celleux qui ont participé à la confrontation armée du côté de la contestation du statu quo fait face à plus d’obstacles encore. Le chercheur Rafael Quishpe affirme à ce propos que dans le cas colombien, à partir du processus de démobilisation des années 1990, la transition vers la « vie civile » opérée par les ex-combattant.e.s des groupes de guérilla a commencé à être entendue comme « un processus de rupture des liens avec les anciens camardes, et l’accent a été mis sur la promotion des aspects de la réintégration sociale et économique de cette population ». Il poursuit : « Cette approche a oublié non seulement la dimension politique de la réintégration (Söderström, 2013 ; Ugarriza, 2013), mais encore le fait qu’en passant des organisations armées aux organisations partisanes, les ex-combattants – en tant que sujets dont la motivation politique est de chercher à prolonger leur influence sur le changement social (Sindre, 2016) – cherchent aussi à énoncer et à donner un sens particulier à leurs actions, désormais en s’appuyant sur la légalité9 ».

  • 10 R. Quishpe, « Los excombatientes y la memoria… » ; Enzo Nussio, « Ex-combatants and post-conflict v (...)
  • 11 R. Quishpe, « Los excombatientes y la memoria… », p. 97.

7Ainsi, à l’exclusion opérée par la vérité officielle s’ajoute une méconnaissance systématique de la mémoire des ex-combattant.e.s dans les analyses académiques. Or, comme l’affirme Quishpe, ce vide n’est pas le produit de l’absence de mémoire individuelle et collective des ex-combattant.e.s, mais du fait que les ancien.ne.s militant.e.s des groupes armés sont perçu.e.s comme menaçant la sécurité10 et, dans le meilleur des cas, comme des sujets qui doivent contribuer à l’éclaircissement de la vérité mais seraient complètement dépourvu.e.s de mémoire propre11.

8Malgré ces conceptions limitées et les obstacles propres au contexte d’une continuation de la confrontation armée dans la lutte pour la reconnaissance de la mémoire de celleux qui ont participé au conflit armé, d’anciennes combattantes colombiennes œuvrent à un travail de mémoire. D’anciennes militantes de plusieurs groupes de guérilla en font preuve grâce à un ensemble de pratiques mémorielles, individuelles et collectives, dont il sera question dans cet article. On y affirme que la mémoire de ces femmes constitue l’un des moyens pour elles de réaffirmer le caractère politique de leurs expériences et de revendiquer la place qu’elles occupent dans l’histoire nationale, dans et au-delà de la lutte armée.

9Pour ce faire, on se concentrera sur les récits autobiographiques d’ex-combattantes en tant qu’ils constituent des pratiques mémorielles qui dépassent largement le caractère individuel de ce type d’écriture. En effet, et dans une première partie, on présentera l’un des espaces les plus remarquables de pratique mémorielle d’ex-combattantes dans le pays et dans la région : le Réseau national de femmes ex-combattantes insurgées – Red Mujerex. On présentera ensuite l’un des exercices les plus remarquables de mémoire collective développé par les militantes de ce Réseau : l’écriture d’un livre constitué des récits autobiographiques de douze ex-combattantes originaires de différentes régions du pays qui ont fait partie de divers groupes de guérilla. Comme on le verra, ce livre contiendra un treizième récit fictif créé sur la base des expériences des douze femmes qui racontent leurs vies dans le livre et d’autres membres du Réseau. Ensuite, on affirmera que cet exercice, d’une importance capitale pour la construction et la mise en circulation dans le pays de la mémoire d’ancien.ne.s combattant.e.s, s’inscrit dans un ensemble d’efforts individuels, à portée collective, d’écriture autobiographique. Pour ce faire, on fera un bilan de ce type de littérature dans le cas colombien. Dans une dernière partie on avancera des pistes de réflexion concernant la mémoire insurgée d’anciennes combattantes, en proposant une comparaison avec des expériences mémorielles vécues dans des pays du Cône Sud.

Red Mujerex : un espace de construction d’une mémoire insurgée

10Vers la fin des années 1990, plusieurs ex-combattantes colombiennes, dont une qui a combattu dans le mouvement armé M-19, María Eugenia Vásquez Perdomo, ont pris l’initiative de créer une organisation de femmes ayant participé à la lutte armée. Celle-ci deviendra par la suite le Collectif de femmes ex-combattantes, et plus tard, le Réseau national de femmes ex-combattantes insurgées. La première réunion de ce groupe a été suivie par sept anciennes combattantes du M19 et par Elvira Sánchez-Blake, journaliste et professeure au département d’espagnol et de portugais de la Michigan State University. En 1996, Sánchez-Blake a rencontré d’anciennes combattantes du M19 dans le cadre de ses recherches pour écrire son livre Patria se escribe con sangre12 (« Patrie s’écrit avec du sang »), dans lequel on peut lire les témoignages de María Eugenia et Inés, elles aussi anciennes militantes du M-19. Quatre ans plus tard, après plusieurs réunions, les ex-combattantes ont décidé de créer le collectif María va, auquel elles ont par la suite donné un statut juridique et qui est devenu en 2001 le Collectif de femmes ex-combattantes.

  • 13 Movimiento Armado 19 de Abril, démobilisé en 1990.
  • 14 Movimiento Armado Quintín Lame, démobilisé en 1991.
  • 15 Corriente de Renovación Socialista, faction de l’ELN (Ejército de Liberación Nacional, Armée de lib (...)
  • 16 Partido Revolucionario de los Trabajadores, démobilisé en 1991.
  • 17 Ejército Popular de Liberación, partiellement démobilisé en 1991.
  • 18 Red Mujerex, « ¿Quiénes somos? », Revista La13.

11En 2002, les femmes réunies dans ce collectif ont commencé à prendre contact avec d’autres femmes qui avaient fait partie de groupes armés insurgés démobilisés dans les années 1990. Elles ont réussi à contacter 560 ex-militantes du M-1913, du MAQL14, de la CRS15, du PRT16 et de l’EPL17. C’est ainsi qu’est né le Réseau national des femmes ex-combattantes de l’insurrection, Red Mujerex. Ce réseau « rassemble des femmes qui dans les années 1990 ont signé des accords de paix avec l’État colombien, d’anciennes prisonnières politiques, des femmes insurgées qui ont individuellement choisi la paix comme option politique et des femmes ayant appartenu aux réseaux de soutien du travail politique, et leurs portes sont ouvertes pour accueillir et soutenir les femmes qui sont en transition vers la vie civile et celles qui sont en négociations de paix18 ».

  • 19 Ángela Narbona Iranzo, Mujeres exsoldado y el proceso de desarme, desmovilización y reintegración d (...)
  • 20 Carolina Jiménez Sánchez, « Las mujeres y la guerrilla: ¿un espacio para las políticas de género? » (...)
  • 21 Carolina Jiménez Sánchez, « Las mujeres y la guerrilla: ¿un espacio para las políticas de género? » (...)

12Cette description, faite par celles qui intègrent le Réseau, nous permet d’être plus précise sur la manière dont elles se conçoivent en tant qu’ex-combattantes. Ce réseau n’accueille pas exclusivement des femmes qui ont joué un rôle au combat, mais également des femmes qui étaient en prison pour des raisons autres que le combat, des miliciennes et des membres de réseaux de soutien aux groupes contestataires, ainsi que des femmes qui n’ont pas quitté ces groupes dans le cadre de négociations de paix, mais qui l’ont fait à titre individuel et qui sont impliquées dans des initiatives de paix. Ainsi, le Réseau Mujerex accueille à la fois les femmes qui faisaient partie de structures militaires hiérarchiques et celles qui faisaient partie de structures populaires non armées. Ce fait est décisif s’agissant de la reconnaissance de la participation de nombreuses femmes aux mouvements révolutionnaires subversifs, avec en toile de fond la méconnaissance officielle à laquelle elles ont été soumises aussi bien de la part des groupes contestataires eux-mêmes que de l’État colombien. Comme cela s’est produit dans plusieurs expériences internationales19, ce dernier a après la démobilisation fondé une partie importante de ses actions sur la croyance erronée20 selon laquelle pour chaque homme démobilisé, il doit y avoir une arme21.

13Le réseau Mujerex constitue ainsi un espace d’auto-reconnaissance d’une importance capitale pour toutes les ex-combattantes et, corrélativement, une plateforme pour revendiquer leur place en tant qu’actrices du conflit armé et de l’histoire récente du pays. À la question de savoir pourquoi elles se sont rencontrées dix ans après la démobilisation, Dora, ex-combattante du M-19, répond :

  • 22 Maria Reyero, « Nosotras hablamos de sembrar paz, no de firmarla », Diagonal [périodique en ligne], (...)

« Nous avions été rendues invisibles en tant que femmes dans les accords de paix des années 1990. Une fois démobilisées, nous étions très isolées et nous avions toujours besoin de nous chercher les unes les autres. Quand une chose n’est pas nommée, c’est comme si elle n’existait pas, elle disparaît ». Et elle ajoute : « Nous devons nous faire connaître, dire que nous sommes là. Nous faisons partie de l’histoire, ce que nous avons fait a contribué à ce que le pays est aujourd’hui, nous avons participé à une nouvelle constitution. Et nous pensons que cela doit être connu dans le pays22. »

  • 23 Camila Andrea Gómez Guzmán, « Memorias desde las voces de mujeres excombatientes de la insurgencia  (...)

14Ex-combattante du MAQL, Deisy raconte comment, lorsqu’elle a été contactée par le réseau, elle a entamé « la recherche des femmes du Cauca en 2002. Je suis arrivée à Bogotá et les camarades du Collectif [le Réseau] nous ont dit qu’elles nous recherchaient, qu’elles voulaient connaître la douleur que nous avions traversée pendant cette période [après la démobilisation], pour dire au pays qui nous sommes, pourquoi nous sommes ici, et comment nous pouvons construire notre mémoire et dire à tout le monde que nous étions celles qui ont agi qui ont réussi à faire intégrer leurs propositions dans les accords qui étaient dans les accords de paix de 199123 ».

15La place de l’expression collective de la douleur est fondamentale dans la mesure où elle leur a permis de rompre un silence qui, choisi ou non, condamnait leur passé à une sorte de fermeture, voire d’oubli institutionnalisé. En ce sens, la mémoire est fondamentale pour l’expérience du Réseau et des femmes qui le composent et le tissent.

« Insurrectas » : un récit collectif d'expériences singulières

16L’un des principaux projets du Réseau Mujerex est la publication d’un livre qui aura pour titre Insurrectas (Insurgées) et compile treize histoires de vie d’ex-combattantes. Sélectionnées collectivement, ces histoires cherchent à illustrer les différents vécus possibles de femmes aux histoires distinctes, qui sont nées et ont grandi dans différentes régions, qui ont milité dans des groupes armés différents même si toutes ont été des guérilleras, et qui ont vécu différemment leurs expériences respectives dans les groupes révolutionnaires.

  • 24 Elvira Sánchez-Blake, « De actores armadas a sujetos de paz: Mujeres y reconciliación en el conflic (...)

17Ce projet de livre se compose de « treize histoires de vie, dont douze ont été choisies à l’issue d’un processus de sélection rigoureux parmi les bureaux régionaux du Réseau Mujerex dans tout le pays. Alix Salazar a expliqué que chaque région choisissait deux histoires parmi un certain nombre de candidatures afin de donner une représentativité à chaque zone et obtenir un échantillon varié et illustratif d’expériences diverses24 ». Elvira Sánchez-Blake, qui écrit ces lignes, explique que le plus remarquable dans ce projet est qu’il est né de la recherche d’une mémoire collective basée sur des processus individuels de transformation. Pour cette raison, le treizième récit de vie est un récit qui se situera entre la fiction et la réalité des douze expériences recueillies dans le livre.

  • 25 Ibid.

18Le livre n’est pas encore paru. Cependant, cet exercice de communication contre-hégémonique est en soi précieux. Bien que cette publication nécessite encore du travail, l’avancement du projet est indéniable grâce aux rencontres sporadiques entre les partenaires du projet qui ont écrit leurs témoignages et les ont confrontés à leur entourage dans des ateliers « miroir révélateur ». Dans ces espaces, les ex-combattantes lisent leurs écrits devant des personnes qui les connaissent et qui peuvent apporter des précisions à leurs récits pour les rendre le plus conformes à la réalité25. Citons Clarainés, ancienne militante du M-19, membre enthousiaste du Réseau Mujerex qui a conçu la méthodologie pour l’élaboration et la rédaction de Insurrectas :

« Faire un miroir nécessite une logique inclusive qui se met en relation avec l’imagination libre, une peau et des sens qui conduisent les souvenirs et une expression créative qui rend possible le miroir révélateur tissé de symboles. Par le miroir, nous parvenons à nous dimensionner dans des réflexions collectives, tant sur la guerre et ses conséquences, que sur la paix et ses voies. C’est un engagement à trouver des outils qui nous permettent de créer une coexistence harmonieuse où nous désarmons le corps et l’âme, apprenons à coexister sans nuire et à être heureux sans déranger, comme autant de chemins vers une société libre et respectueuse des êtres humains. Ce miroir symbolique est un outil de réflexion pour la création, dans ce cas pour faire des lectures et créer des espaces pour des propositions politiques à partir de notre perspective de femmes qui ont été des guérilleras et qui assument aujourd’hui la politique comme un engagement pour la paix26. »

19L’idée de rassembler les histoires de douze ex-combattantes au travers d’un « miroir révélateur » vise à créer des reflets qui, ensemble, donnent lieu à un tissu de symboles. Dans celui-ci, les différentes expériences individuelles trouvent un espace de reconnaissance inscrit dans les expériences des « générations insurgées » dont ces femmes font partie, et de la compréhension collective de leur passé, présent et avenir. De même, tant les réflexions que les tissages, parce qu’ils sont liés aux expériences de vie de celles qui partagent leurs histoires dans les récits, sont constitués par des référents qui peuvent entrer en dialogue avec toute lectrice qui, à partir de sa propre vie, souhaite élaborer sa propre lecture de l’histoire récente du pays, en reconnaissant à la fois l’existence du conflit armé et la paix qui le traverse. Ce que Clarainés formule en guise d’invitation : « Le lecteur peut faire une lecture à partir de son propre lieu et moment, avec sa propre logique, en dehors de la réalité médiatique. »

20Si l’avenir d’Insurrectas reste incertain, cet essai garde une grande importance dans la mesure où il a permis à des voix réduites durant des années au silence de commencer à être enfin entendues.

Récits autobiographiques : faire mémoire en racontant la vie

21Ce livre ne sera pourtant pas le premier pas d’un long chemin menant à la construction d’une mémoire collective à partir des expériences jusqu’ici peu visibles des ex-combattantes colombiennes. Deux femmes qui ont fait partie du M-19 ont commencé à le parcourir, et ont même participé à son ouverture au début des années 2000. Il s’agit de María Eugenia Vásquez Perdomo et de Vera Grabe Lowenhertz qui ont écrit et publié leur autobiographie respectivement onze et dix ans après leur sortie de la lutte armée. Vera Grabe a intitulé son livre Del silencio de mi cello o Razones de vida (2000). Elle l’a dédié à sa fille née alors qu’elle était encore dans le M-19. María Eugenia Vásquez Perdomo a quant à elle publié Escrito para no morir. Bitácora de una militancia (2000), rédigé initialement comme un exercice académique dans le cadre de sa formation en anthropologie, commencée dix-huit ans plus tôt et abandonnée au moment de son engagement dans la guérilla.

22Il convient de noter que ces deux livres sont parus avant les attentats du 11 septembre 2001 et l’arrivée au pouvoir de l’ancien président colombien Álvaro Uribe Vélez en 2002. Ces histoires sont entrées dans la sphère publique à un moment où les guérillas – en particulier celles qui ont été démobilisées dans les années 1990 – bénéficiaient encore d’un certain soutien ou d’une certaine acceptation de la part de certains secteurs sociaux, même si l’opinion publique du pays était devenue de plus en plus hostile aux organisations insurgées compte tenu des événements qui se sont déroulés dans le cadre des négociations de Caguán (1999-2002).

  • 27 Zenaida Rueda Calderón, Confesiones de una guerrillera: los secretos de Tirofijo, Jojoy y las FARC, (...)

23Ce n’est qu’en 2009 qu’un nouveau témoignage d'une ancienne combattante a été publié dans le pays. Zenaida Rueda Calderón, ex-combattante démobilisée des FARC-EP, a publié le livre Aveux d’une guérilla : les secrets de Tirofijo, Jojoy et des FARC, révélés pour la première fois27. Contrairement aux livres de María Eugenia et de Vera, celui-ci ne se contente pas de relater l’expérience de Zenaida dans les rangs de la guérilla, mais cherche également à « révéler » les secrets des commandants de l’époque des FARC-EP. Pendant son séjour dans la guérilla, Zenaida était opératrice radio et membre du réseau de sécurité de Jorge Briceño dit El Mono Jojoy. Elle a échappé à la guérilla avec un ingénieur qui avait été enlevé par le groupe et placé sous sa surveillance. Le texte de Zenaida Rueda Calderón constitue donc une exception par rapport aux autres livres autobiographiques publiés en Colombie.

  • 28 Inés Claux Carriquiry, La búsqueda : del convento a la revolución armada: testimonio de Leonor Esgu (...)

24Prenant ses distances avec le ton du témoignage de Rueda Calderón, Leonor Esguerra, religieuse et ancienne combattante de l’ELN, a publié son témoignage en 2011 dans le livre La quête : du couvent à la révolution armée28 écrit par la journaliste Inés Claux Carriquiri. Seul témoignage publié d’une femme ayant participé à cette guérilla, il s’agit d’un récit exceptionnel relatant la trajectoire particulière de Leonor. Issue d’une famille aisée mais sans grande liberté financière, religieuse devenue mère supérieure de sa communauté, membre de l’ELN aux côtés de Fabio Vásquez Castaño et guérillera, elle a décidé de quitter le groupe en raison de divergences avec la direction, sans pour autant faire le procès révolutionnaire de l’ELN, ni déserter, ni collaborer avec les forces armées colombiennes. Contrairement à celui de Zenaida, son livre ne cherche pas à révéler les secrets de l’ELN mais plutôt à raconter sa propre histoire en tant que féministe, religieuse et ancienne combattante.

  • 29 Partido Comunista Colombiano Marxista-Leninista.
  • 30 Fabiola Calvo Ocampo, Hablarán de mí, Bogotá, Acracia, 2013.

25Enfin, en 2013, la journaliste Fabiola Calvo Ocampo, ancienne membre du PCC M-L29 et sœur de deux dirigeants de l’ELN assassinés (Óscar William Calvo Ocampo en 1985 et Jairo Calvo Ocampo en 1987), a publié On parlera de moi30, un texte écrit à la première personne à partir de ses expériences personnelles, alliant des passages fictifs à des événements réels. Dans ce témoignage romancé, Fabiola mêle habilement des moments d’angoisse, de douleur, d’espoir et de rêverie.

La mémoire insurgée d’ex-combattantes

26Le chemin menant à la construction d’une mémoire collective, qui a commencé avec l’écriture et la publication de récits autobiographiques, a trouvé dans le Réseau Mujerex un espace propice au prolongement de son action, notamment avec le projet du livre Insurgées. D’après María Eugenia, le fait d’écrire ce genre de récits, puis de les publier a une conséquence politique importante : situer la « mémoire insurgée » dans le panorama national.

27Il faut rappeler que le livre de María Eugenia a été publié pour la première fois en 2000, grâce à un prix attribué par le ministère de la Culture colombien. Ainsi, outre les gains personnels décrits par María Eugenia (la possibilité de se projeter et en s’acceptant comme ex-combattante), elle souligne l’importance de la publication de son récit :

  • 31 Cahier de terrain. Intervention de María Eugenia dans le cadre d’une table ronde organisée par le C (...)

« C’était le premier livre qui permettait de rendre compte de la mémoire d’une femme insurgée. Il a été important, non pas parce qu’un prix lui a été attribué, mais parce qu’il a donné un crédit institutionnel à l’existence d’une mémoire insurgée. Du coup, ça a permis de situer cette mémoire insurgée en proclamant “Regardez, nous sommes là et nous faisons partie de ce pays !” […] C’était une première, car nous avons positionné cette mémoire comme nous le souhaitions, en tant que mémoire insurgée et mémoire des femmes31 ».

28Si l’on part de l’affirmation de María Eugenia, il est possible de comprendre que la construction d’une mémoire collective de ces femmes qui ont participé à la lutte armée ne se réduit pas à la récupération de leurs expériences. Plus encore, il s’agit de construire une mémoire qui s’incorpore à l’histoire, ou plus précisément, à l’Histoire de la Colombie. María Eugenia insiste :

  • 32 Ibid.

« Nous faisons partie du pays, notre génération a été une génération qui a tout donné pour les rêves. Et alors, pourquoi perdre cette mémoire ? Il faut que cette mémoire apparaisse en lettres majuscules dans l’histoire de ce pays32. »

29Par ailleurs, pour les femmes du Réseau Mujerex, la construction de cette mémoire, qu’ont initiée María Eugenia, Vera, Leonor et Fabiola, représente aussi un moyen de raconter autrement l’histoire du conflit armé. Pour elles, il s’agit de construire une mémoire insurgée, ce qui dans le contexte actuel est loin d’être chose aisée, et qui plus est de construire une mémoire insurgée à partir de points de vue de femmes, ce qui l’est moins encore. Selon l’une des ex-combattantes qui a participé de la réunion nationale du Réseau, le fait de raconter autrement cette partie de l’histoire, ainsi que la mémoire insurgée, implique que s’ouvre la possibilité de parler depuis la féminité. En d’autres termes, la mémoire collective et individuelle des ex-combattantes ouvre le chemin vers l’intégration dans l’Histoire officielle des voix des femmes. Elle l’explique ainsi :

  • 33 Ibid.

« Le livre signifie qu’il a été écrit par plusieurs cœurs, que le livre n’est pas un seul cœur, qu’il ne s’agit pas d’un cœur narcissique, ni d’un cœur individualiste. Dans le livre de [María Eugenia], dans les livres, il s’agit d’un cœur collectif, qui bat à l’unisson. Notons que là est la différence la plus grande par rapport aux récits masculins. Dans les récits masculins il y a un rôle principal individuel, il y a une solitude très profonde, alors que la solitude des livres de [Leonor, María Eugenia et Fabiola] est avant tout une solitude collective, car on sent qu’on en fait partie33. »

30Par ailleurs, cette mémoire insurgée construite à partir de points de vue de femmes est une source importante de réflexion collective. Quant aux conséquences politiques, mentionnées par María Eugenia, elles vont au-delà du fait de faire entendre les voix des ex-combattantes et de les inclure dans l’Histoire du pays. Selon elle, la construction d’une mémoire insurgée doit en même temps permettre le développement de débats sur la nature politique du conflit armé à l’heure actuelle.

31Le fait que comme Vera, Fabiola ou encore Leonor, elles aient pu raconter publiquement ce qu’elles ont fait lors de leurs expériences militantes est notamment dû aux possibilités réelles de s’exprimer publiquement. Cette parole a pu naître et se faire entendre parce qu’elles n’ont pas été jugées par la loi colombienne pour les actions commises au moment où elles combattaient dans les guérillas. María Eugenia questionne le contexte dans lequel les combattant.e.s des guérillas encore actives pourraient accéder à la parole publique. Elle se demande comment la société colombienne va recevoir la parole, et surtout les expériences de ces personnes qui font partie de groupes armés qui ne se sont pas encore démobilisés. Est-ce que la société colombienne les écoutera ? Plus encore, si elles avaient la possibilité de s’exprimer publiquement, les écouterait-on en tant qu’ex-combattant.e.s ou en tant que « terroristes » ou « criminels » ?

  • 34 Ibid.

« Et pour finir, avec ces mémoires, à un moment où la situation du pays est très polarisée, nous avons de plus en plus de raisons d’agir parce que nous sommes ici et que nous sommes ici aussi pour ouvrir des chemins, pour jeter les bases des débats à venir, pour jeter les bases du débat sur ce qui va se passer avec des guérillas différentes, des guérillas d’époques différentes, et il ne s’agit pas de dire que ce sont de bonnes ou de mauvaises guérillas. Il s’agit de guérillas de l’époque et à leur époque et avec leurs pratiques, ce sont des guérillas différentes. Mais à l’heure actuelle, les FARC et l’ELN vont sortir [de la guerre]. Et alors, est-ce qu’ils auront tout ce que nous n’avons pas eu ? C’est-à-dire, est-ce qu’ils seront emprisonnés, est-ce qu’ils seront punis et qualifiés de “terroristes” ? Ou est-ce que nous débattrons alors des intentions politiques de toutes les guérillas ? Et par conséquent du fait que toutes les guérillas doivent avoir un traitement politique34. »

  • 35 Carmiña Navia Velasco, Guerras y paz en Colombia : las mujeres escriben, Universidad del Valle, 200 (...)

32À cet égard, les récits des ex-combattantes permettent de mener des réflexions collectives sur les négociations entre le gouvernement et des guérillas encore actives (à l’heure actuelle il s’agit notamment de l’ELN). En outre, ils sont des sources privilégiées pour qui désire construire une mémoire insurgée à partir des points de vue des femmes. Au-delà de l’intégration de cette mémoire à l’Histoire officielle, il est certain que cette mémoire vient l’interroger. Ainsi, bien que ces récits ne soient pas nombreux, ce sont effectivement des « textes irremplaçables pour comprendre la vision de certaines femmes actrices du conflit, sur le conflit-même35 ».

  • 36 Natalia Carolina Marcos, « La memoria insurgente de las Madres de Plaza de Mayo en la lucha por los (...)

33Cette conception d’une mémoire insurgée rejoint en partie la définition que nous propose la sociologue Natalia Carolina Marcos au sujet de l’expérience mémorielle des Mères de la place de Mai. Marcos affirme en effet que la mémoire insurgée implique « d’en construire une qui transgresse et interpelle la mémoire et l’histoire officielles, et entraîne, à son tour, l’instauration d’une mémoire qui s’érige contre l’oubli, l’impunité et la justice sociale36 ». Dans le cas des Mères de la place de Mai, la question de la lutte contre l’impunité est au cœur de leurs actions et leurs mémoires. En cela il y a une distance importante avec les ex-combattantes, car pour ces dernières c’est en raison de la quête permanente d’une justice sociale que leurs expériences tant militantes que mémorielles relèvent de l’insurgence. En ce qui concerne la question de l’impunité, même si pour certaines d’entre elles cette question importe beaucoup, leur mémoire insurgée n’a pas pour but principal d’amener les responsables de certains crimes devant les tribunaux, elles-mêmes ayant bénéficié de mesures d’amnistie et de grâce. La question de l’oubli, quant à elle, est centrale dans les deux cas, même si les sujets de la remémoration ne sont pas les mêmes : alors que pour les Mères argentines il s’agit de lutter pour la reconnaissance de ce qui est arrivé à leurs fils et filles disparu.e.s pendant la dictature (1976-1983), de ce qu’ielles faisaient et ont subi, y compris l’enlèvement, pour les anciennes combattantes il s’agit d’empêcher l’oubli de ce qu’elles ont fait pendant leur participation à la lutte armée, elles-mêmes et leurs (ex)camarades.

  • 37 Isabel Piper Shafir et Marisela Montenegro, « Ni víctimas, ni héroes, ni arrepentido/ as. Reflexion (...)
  • 38 Ibid. [traduction libre].

34Ces différences sont importantes dans la mesure où elles montrent la portée dissemblable des mémoires en fonction du contexte, même quand elles sont de l’ordre de l’insurgence. Pour le chercheur Peter Winn, cité par Isabel Piper Shafir et Marisela Montenegro, dans les cas des processus de mémoire propres aux Cône Sud « la lutte contre l’oubli a été gagnée, en consolidant le terrorisme d’État dans une version réconciliée comme mémoire hégémonique, la rendant acceptable pour divers secteurs – y compris opposés – de la société. La violence politique a commencé à être acceptée de tous comme une tragédie partagée qui ne doit jamais se répéter37 ». Dans ces contextes, selon Piper Shafir et Montenegro, la victime s’est constituée comme la figure centrale et privilégiée des politiques de mémoire et de réparation. Cette centralité entraîne une idée de sujet « endommagé » qui, d’après les militant.e.s de plusieurs groupes révolutionnaires, exclut de facto les actions politiques auxquelles ielles ont participé. Pour les chercheuses, ces personnes ne se conçoivent « ni comme des victimes souffrantes, ni comme des héros tombés, ce qui les éloigne des revendications propres aux unes et aux autres : la réparation pour les premières, la reconnaissance pour les seconds. Leur position est celle de personnes qui luttent, de sujets sociaux inscrits dans un projet de transformation sociale »38.

35Même si dans le cas colombien il n’est probablement pas possible d’affirmer que la mémoire des victimes soit parvenue à se consolider comme mémoire hégémonique dans une version réconciliée, les ex-combattantes colombiennes font face à la difficulté de faire entendre leurs voix et leurs récits qui montrent leur participation active à la confrontation armée. Par ailleurs, il est possible de penser que dans le cas colombien, avec un bloc au pouvoir qui persiste à promouvoir une stratégie contre-insurrectionnelle, les ex-combattantes se battent pour être reconnues, non comme héroïnes mais comme sujettes politiques actives dans la conflictualité, y compris dans ses expressions armées. Les ex-combattantes colombiennes développent ainsi un travail mémoriel insurgé, à travers lequel elles réclament d’être reconnues comme ayant indéniablement pris part à l’histoire du pays. C’est ici que les revendications des ex-combattantes colombiennes rejoignent celles des ancien.ne.s militant.e.s révolutionnaires chilien.ne.s : elles réaffirment leurs luttes et leur rôle comme militant.e.s pour une transformation sociale.

Conclusion

36Dans cet article on a proposé une présentation synthétique des expériences variées, aussi bien collectives qu’individuelles, de construction et de mise en circulation des mémoires insurgées des ex-combattantes colombiennes. On s’est particulièrement concentrée sur la production des récits autobiographiques qu’elles ont commencé à écrire il y a une vingtaine d’années. Ce faisant, on a proposé une lecture de ce type de récit, en tant que pratique mémorielle, comme un exercice de revendication du caractère politique des expériences des femmes dans leur participation au conflit armé et après leur sortie de la lutte armée.

37On a souligné l’importance de l’exercice collectif d’écriture de récits autobiographiques, développé par le Réseau Mujerex qui, on l’a montré, a ouvert un espace d’auto-reconnaissance et de revendication de la place des ex-combattantes en tant qu’actrices du conflit armé et de l’histoire récente du pays. Le livre Insurgées représente en ce sens un exercice de communication contre-hégémonique d’une très grande valeur, qui conteste la narration officielle du conflit armé en Colombie portée par les classes dominantes. En effet, ce livre et tous les textes autobiographiques écrits par les ex-combattantes cherchent à faire entendre leurs voix et situer leurs vécus dans l’histoire du pays.

38Ces pratiques mémorielles, qui passent par la revalorisation des expériences méconnues des femmes qui ont participé à la lutte révolutionnaire, ouvrent des fissures dans la mémoire historique du pays et dans les récits hégémoniques sur la lutte armée. Il s’agit de brèches qui nous invitent à découvrir les histoires des femmes qui se sont engagées dans des projets politiques avec pour but une transformation sociale et la construction d’un autre pays.

Haut de page

Notes

1 Elizabeth Jelin, Los trabajos de la memoria, Siglo XXI de España Editores, 2002, p. 39.

2 Carlos Nasi, William Ramírez Tobón et Eric Lair, « Respuesta al debate 14 : guerra civil », Análisis político, juin 2003.

3 CNMH, « Resumen. ¡Basta ya! Colombia : memorias de guerra y dignidad », 2013, p. 10, 11 (traduction libre).

4 Le système intégral est composé de la Commission pour la vérité, de la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) et de l’Unité de recherche des personnes portées disparues. Voir CEV, JEP et UBPD, « Sistema Integral de Verdad, Justicia, Reparación y No Repetición (SIVJRNR) », https://www.jep.gov.co/DocumentosJEPWP/3SIVJRNR_ES.pdf

5 Jairo Estrada Álvarez, « Acumulación capitalista, dominación de clase y rebelión armada. Elementos para una interpretación histórica del conflicto social y armado », dans Conflicto social y revolución armada. Ensayos críticos, Gentes del Común, 2015.

6 María Emma Wills Obregón, « Darío Acevedo y la batalla por la memoria », Cerosetenta (blog), 6 mars 2020, https://cerosetenta.uniandes.edu.co/dario-acevedo-y-la-batalla-por-la-memoria (les italiques sont dans la citation originale. Je remercie Juan Hernández pour cette traduction).

7 Ibid. (traduction libre).

8 Nicolás J. C. Aguilar-Forero, « Políticas de la memoria en Colombia : iniciativas, tensiones y experiencias (2005-2016) », Historia Crítica, n° 68 (avril 2018), p. 111-130, https://doi.org/10.7440/histcrit68.2018.06

9 Rafael Quishpe, « Los excombatientes y la memoria : Tensiones y retos de la memoria colectiva construida por las FARC en el posconflicto colombiano », Análisis Político, n° 31 (2018), p. 96-97.

10 R. Quishpe, « Los excombatientes y la memoria… » ; Enzo Nussio, « Ex-combatants and post-conflict violence : Are yesterday’s villains today’s principal threat ? », 2016. https://www.academia.edu/28365417/Ex_Combatants_and_Post_Conflict_Violence_Are_Yesterdays_Villains_Todays_Principal_Threat

11 R. Quishpe, « Los excombatientes y la memoria… », p. 97.

12 Elvira Sánchez-Blake, Patria se escribe con sangre, Barcelona, Anthropos, 2000, https://www.altair.es/es/libro/patria-se-escribe-con-sangre_16100

13 Movimiento Armado 19 de Abril, démobilisé en 1990.

14 Movimiento Armado Quintín Lame, démobilisé en 1991.

15 Corriente de Renovación Socialista, faction de l’ELN (Ejército de Liberación Nacional, Armée de libération nationale) démobilisée en 1994.

16 Partido Revolucionario de los Trabajadores, démobilisé en 1991.

17 Ejército Popular de Liberación, partiellement démobilisé en 1991.

18 Red Mujerex, « ¿Quiénes somos? », Revista La13.

19 Ángela Narbona Iranzo, Mujeres exsoldado y el proceso de desarme, desmovilización y reintegración de Sierra Leona (DDR), Madrid, Universidad Carlos III de Madrid, 2018, https://e-archivo.uc3m.es/handle/10016/28109

20 Carolina Jiménez Sánchez, « Las mujeres y la guerrilla: ¿un espacio para las políticas de género? », 2014, https://idus.us.es/handle/11441/46152

21 Carolina Jiménez Sánchez, « Las mujeres y la guerrilla: ¿un espacio para las políticas de género? », 2014, https://idus.us.es/handle/11441/46152

22 Maria Reyero, « Nosotras hablamos de sembrar paz, no de firmarla », Diagonal [périodique en ligne], 22 novembre 2013, https://www.diagonalperiodico.net/global/20859-nosotras-hablamos-sembrar-paz-no-firmarla.html

23 Camila Andrea Gómez Guzmán, « Memorias desde las voces de mujeres excombatientes de la insurgencia : relatos de su resistencia », mémoire de maîtrise en Études sur la paix et la résolution des conflits, Bogotá, Pontificia Universidad Javeriana, 2018, p. 97, http://repository.javeriana.edu.co/handle/10554/36121

24 Elvira Sánchez-Blake, « De actores armadas a sujetos de paz: Mujeres y reconciliación en el conflicto colombiano », La Manzana de la Discordia, 2012, p. 11.

25 Ibid.

26 Red Mujerex, Insurrectas, Bogotá-Madrid, p. 10, https://docplayer.es/11293901-Insurrectas-memorias-de-mujeres-insurgentes.html

27 Zenaida Rueda Calderón, Confesiones de una guerrillera: los secretos de Tirofijo, Jojoy y las FARC, mis en ligne le 4 août 2021, https://books.google.fr/books/about/Confesiones_de_una_guerrillera.html?id=aYtOAQAAIAAJ

28 Inés Claux Carriquiry, La búsqueda : del convento a la revolución armada: testimonio de Leonor Esguerra Rojas, Aguilar, 2011.

29 Partido Comunista Colombiano Marxista-Leninista.

30 Fabiola Calvo Ocampo, Hablarán de mí, Bogotá, Acracia, 2013.

31 Cahier de terrain. Intervention de María Eugenia dans le cadre d’une table ronde organisée par le Colectivo de Mujeres Excombatientes (Bogotá, 27 octobre 2013).

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Carmiña Navia Velasco, Guerras y paz en Colombia : las mujeres escriben, Universidad del Valle, 2005, p. 95.

36 Natalia Carolina Marcos, « La memoria insurgente de las Madres de Plaza de Mayo en la lucha por los Derechos Humanos », Deusto Journal of Human Rights, n° 5, 2008, p. 95, https://doi.org/10.18543/aahdh-5-2008pp87-100 [traduction libre].

37 Isabel Piper Shafir et Marisela Montenegro, « Ni víctimas, ni héroes, ni arrepentido/ as. Reflexiones en torno a la categoría “víctima” desde el activismo político », Revista de Estudios Sociales, n° 59, janvier 2017, p. 98-109.

38 Ibid. [traduction libre].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Barrera Téllez, « Mémoires insurgées de la violence politique en Colombie : Les récits autobiographiques des expériences d’ex-combattantes »Les cahiers du CEDREF, 25 | 2022, 131-153.

Référence électronique

Andrea Barrera Téllez, « Mémoires insurgées de la violence politique en Colombie : Les récits autobiographiques des expériences d’ex-combattantes »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1899

Haut de page

Auteur

Andrea Barrera Téllez

Docteure en sociologie et études de genre de l’Université de Paris, titulaire d’un master en sciences sociales (spécialité sociologie) de l’EHESS. Spécialiste en « Do no Harm » et Construction de la paix, politiste, membre du Groupe de recherche en théories politiques contemporaines de l’Université nationale de Colombie.
Adresse mail : ambarrerate@ gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search