Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25VariaSubir des violences pendant le cu...

Varia

Subir des violences pendant le cursus universitaire. Résultats de l’enquête Virage-Université à Paris Diderot – IPGP1

Zahia Ouadah-Bedidi et Christelle Hamel

Texte intégral

Nous remercions les services et toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de l’enquête Virage-Université au sein de l’Université Paris Diderot – IPGP qui en donnant son accord en 2012 pour l’enquête pilote a permis son déploiement en 2015 auprès de ses étudiant·e·s, mais aussi de trois autres établissements de l’ESR. Nous remercions vivement Anne Kupiec, alors Directrice du PEFH et Vice-présidente Ressources humaines, pour son soutien à toutes les étapes de ce long processus et son rôle dans sa coordination, ainsi qu’Edouard Kaminski, Directeur du SAOIP, pour avoir associé l’IPGP. Nous remercions encore les chargé·e·s d’études qui ont contribué au projet à différentes étapes, Benjamin Kovac, Sylvia Jasor, Christelle Jourjon, et en particulier Simon Quemeneur. Nous remercions vivement Bernard de Clédat, technicien de recherche de l’Ined pour son appui dans la mise en place de l’outil d’envoi des mails et des liens individualisés vers le questionnaire, ainsi que Géraldine Charrance, technicienne de recherche à l’INED, pour la construction de la pondération de l’enquête. Nous remercions également tous les services de l’Université (Communication, DSI, Culture, etc.). Et enfin notre gratitude va aux étudiants et aux étudiantes qui ont bien voulu répondre à l’enquête.

Contexte institutionnel et scientifique de la recherche

  • 1 Synthèse remise à la Mission égalité de l’Université de Paris en mars 2021.
  • 2 Tamara Hubert, « Au lycée, les filles s’impliquent davantage dans leur travail », Note d’informatio (...)

1Si l’étude de l’orientation différenciée des garçons et des filles dans le système scolaire est un phénomène très documenté statistiquement, qui témoigne d’inégalités de genre persistantes, l’étude statistique des violences dans l’enseignement est un phénomène beaucoup moins étudié, qui a lui aussi une dimension genrée. La seule étude quantitative menée sur ce sujet avant l’enquête Virage-Université, pilotée par l’Ined en 2015, portait sur l’enseignement secondaire : l’enquête Climat scolaire fut conduite en 2011 et 2013 auprès des collégien·ne·s puis étendue au lycéen·e·s en 20152. Elle s’intéresse essentiellement aux violences entre élèves, en excluant la possibilité de violences commises par des adultes des établissements scolaires.

2Pourtant, le lien entre les orientations différenciées, les rôles sociaux de sexe et l’existence de comportements sexistes, pouvant se traduire par des violences sexistes à caractère sexuel, fait partie prenante d’un système de genre où les filles sont sommées de garder une place subalterne. La place grandissante des jeunes femmes dans l’enseignement supérieur et leur percée dans les filières sélectives et masculines coexistent avec ce phénomène, qui relève de multiples formes de résistance à ces changements.

  • 3 « Une pétition dénonce le harcèlement sexuel à l’université », Le Monde, publié le 29 janvier 2002 (...)
  • 4 ANEF, CLASCHES, CEPED, Vade-mecum à l’usage des établissements sur le harcèlement sexuel dans l’ens (...)
  • 5 Décret n° 2020-256 du 13 mars 2020 relatif au dispositif de signalement des actes de violence, de d (...)

3La présence de telles violences dans l’enseignement supérieur, notamment dans le cadre de bizutages, est ancienne et connue, bien que peu de dispositifs existent pour les prévenir. Au début des années 2000 le collectif CLASCHES, constitué de doctorantes, dénonçait sous forme d’une pétition et de tribunes dans la presse les agissements de harcèlement sexuel commis par des enseignants sur des étudiantes3. Cela déplaçait le regard : ce n’était plus les seuls étudiants de l’université qui étaient les auteurs, mais des enseignants, c’est-à-dire des salariés des établissements de l’ESR, ce qui mettait davantage en jeu la responsabilité des universités. Ce faisant, et par l’organisation de colloques et multiples rencontres sur ce sujet, ce collectif a permis de constituer cette question en objet de politique publique, ce qui fut repris ensuite par d’autres structures, notamment par les réseaux professionnels d’enseignantes, en particulier par l’Association nationale des études féministes (ANEF), puis des syndicats étudiants et enseignants, puis par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dont la Mission pour la parité et la lutte contre les discriminations (MIPADI) a édité divers documents de prévention, élaborés en coopération avec ces associations4. Diverses mesures, comme l’obligation de créer des cellules d’écoute et d’accompagnement des victimes, ont ensuite été étendues à toute la fonction publique5, ce qui témoigne de la belle réussite de cette mobilisation 20 ans après, mais aussi de la lenteur avec laquelle les dispositifs de prévention et de sanction de ces situations se mettent en place.

4C’est dans le cadre des activités entre ces associations et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche que l’idée de réaliser une enquête quantitative sur les violences subies au cours des études supérieures a pris naissance. Quantifier permet effectivement d’objectiver et rendre ces comportements visibles, ce qui constitue un premier pas pour mieux les prévenir et pour accompagner les victimes, comme pour intervenir auprès des auteurs.

  • 6 La journée d’étude Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, organisée par Lucia Direnbe (...)
  • 7 Christelle Hamel, initiatrice de l’enquête Virage, a été l’une des co-fondatrices du collectif CLAS (...)
  • 8 L’Université Paris Diderot a fusionné avec l’Université Paris Descartes pour devenir Université de (...)

5Parallèlement, en 2013, des chercheuses de l’Université Paris Diderot, spécialisées dans les recherches sur le genre et sensibles à cette préoccupation, ont organisé avec le Pôle égalité femmes-hommes un colloque dédié au harcèlement sexuel à l’Université6, lors duquel s’est opérée la rencontre entre l’Université Paris-Diderot et les porteuses scientifiques de l’enquête sociodémographique Violences et rapports de genre (dite Virage) qui était en cours de préparation à l’Ined. Lors de ce colloque, les chercheuses de cette équipe (dont deux avaient respectivement fait partie du collectif CLASCHES et de l’ANEF7), ont lancé un appel pour trouver une université acceptant que le questionnaire de l’enquête Virage, destiné à mesurer l’expérience des violences subies dans la population, soit aussi déployé auprès de ses étudiant·e·s. L’Université Paris Diderot8 fut la première à accepter cette proposition et l’enquête Virage-Université Paris Diderot dont cet article restitue les résultats, est le produit de cette démarche pionnière.

L’enquête Virage-Université Paris Diderot

Adaptation de l’enquête Virage au contexte universitaire

  • 9 Pour une présentation approfondie de la méthodologie de l’enquête Virage dans son ensemble, voir Ch (...)

6Pour une bonne compréhension du contenu de son questionnaire et des sujets qu’il abordait, l’enquête fut présentée aux enquêté·e·s comme une recherche sur les « Modes de vie, la santé et la sécurité des étudiant·e·s »9. Le questionnaire comprend neuf modules qui abordent diverses informations sur l’enquêté·e et les faits de violence subis dans tous les espaces de vie, d’abord dans les 12 derniers mois, puis au cours de la vie. Le premier module enregistre les caractéristiques sociodémographiques de l’enquêté·e, le second porte sur son état de santé, le troisième s’adresse aux personnes en cours d’étude et liste les faits possibles de violence subis dans le cadre des études supérieures, le quatrième reprend les mêmes types de faits mais s’adresse aux personnes ayant un emploi, le cinquième relève les violences vécues dans l’espace public, le sixième et le septième modules traitent des violences dans le couple, y compris en cas de séparation, puis viennent les violences commises par les membres de la famille en particulier pendant l’enfance et l’adolescence, et le module 9 reprend les violences au cours de la vie avant les 12 derniers mois, en dehors du cercle familial. Contrairement à l’enquête nationale auprès de la population âgée de 20 à 59 ans, où la collecte a été réalisée par téléphone et exceptionnellement par internet (en cas de refus de réponse par téléphone), la collecte s’est faite exclusivement par internet.

7L’ex-Université Paris Diderot et l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP) se sont associés à l’Ined pour concevoir le « volet université » de l’enquête Virage et ont apporté leur contribution financière au projet. L’Observatoire de la vie étudiante et sa responsable d’alors, Zahia Ouadah-Bedidi, ont pris en charge le test méthodologique de l’enquête et son déploiement. Dès 2014, l’Université Paris Diderot a réalisé l’enquête pilote en milieu étudiant auprès de 2 000 personnes (1 000 femmes et 1 000 hommes) dans le but d’une part de tester l’adaptation du questionnaire à la population étudiante, d’autre part de mettre à l’épreuve le dispositif de collecte par internet. Les enseignements méthodologiques de cette opération, importants à connaître pour tout projet de réplication d’enquête en milieu universitaire, concerne tant la gestion des mails, le contenu du questionnaire, sa durée que l’accompagnement des victimes parmi les répondant·e·s.

8Préalablement au lancement des mails d’invitation à répondre au questionnaire, une campagne d’information sur l’enquête a été mise en place par voie d’affiches, de dépliants et par la création d’un site internet dédié à l’enquête, consultable via l’intranet de l’Université. Ces supports contenaient une description des objectifs de l’enquête ainsi que des mesures de sécurité informatique visant à garantir l’anonymat des répondant·e·s. Une telle information relève des obligations prévues par la Loi Informatique et Libertés ainsi que par le Règlement général sur la protection des données, en vertu desquels le consentement à répondre à une enquête doit être libre bien sûr et surtout éclairé. Les enquêté·e·s ayant été sollicité·e·s directement sur leur messagerie et non sur les listes collectives de l’établissement, de façon à éviter qu’une même personne remplisse le questionnaire plusieurs fois, expliquer comment l’anonymisation de leur réponse était opérée constituait une information nécessaire pour rassurer et créer un espace sécurisant pour les répondant·e·s.

9Conçu pour une passation téléphonique d’une heure en moyenne avec l’aide d’un enquêteur ou d’une enquêtrice, le questionnaire s’est révélé trop long pour une passation par internet où les enquêté·e·s sont seul·e·s face à l’écran, ce qui a entraîné de nombreux abandons en cours de remplissage. Un temps de 20 minutes est généralement recommandé pour limiter l’abandon des enquêtes par internet. Compte tenu de l’impossibilité de raccourcir le questionnaire qui était couplé à la version téléphonique du volet national de l’enquête, il a été décidé de déplacer le module consacré aux études, et de le placer avant celui dédié aux violences dans l’espace public, pour augmenter la probabilité qu’il soit rempli en cas d’abandon. Nous avons dans le prolongement logique de ce changement décidé de mener nos analyses y compris sur les questionnaires incomplets dès lors que le module études serait renseigné. Produire des résultats sur des questionnaires incomplets est inhabituel dans les protocoles d’enquête et nécessite de concevoir une pondération spécifique s’ajoutant à la pondération réalisée pour les questionnaires complets. Cette stratégie a permis de conserver après apurement de la base de données, un nombre de répondant·e·s plus important et de produire ainsi des analyses plus fines sur les victimes.

10L’enquête pilote a révélé diverses difficultés techniques liées à la procédure de collecte, notamment le fait que de nombreux étudiant·e·s n’avaient pas activé leur adresse mail universitaire et restaient injoignables, ou encore l’orientation automatique des mails dans les spams. Les services informatiques de l’université ont dû intervenir pour que l’adresse d’expédition ne soit plus identifiée comme spam et il a été alors décidé de contacter également les étudiant·e·s via leur adresse mail personnelle, fournie lors de leur inscription.

  • 10 Zahia Ouadah-Bedidi et Anne Kupiec, Enquête sur les modes de vie, la santé et la sécurité des étudi (...)

11Ce test du questionnaire via l’enquête pilote10 a également permis d’ajuster le questionnaire dans son contenu en ajoutant par exemple les questions sur le bizutage, des répondant·e·s ayant signalé en commentaire qu’il avait été l’un des événements problématiques au cours de leurs études. Cet ajout s’est révélé fort pertinent. Il complète la mesure des agressions verbales, du harcèlement moral, des violences sexuelles et des violences physiques préalablement prévue.

  • 11 Université de Strasbourg, Université Sorbonne Paris Cité, Université de Bretagne Occidentale.

12Des informations sur les structures d’aide aux victimes spécifiques à l’Université ont été introduites en fin de questionnaire afin de fournir aux victimes potentielles les informations leur permettant de trouver une écoute ainsi qu’une aide psychologique et juridique, au sein de l’université ou en dehors. Certains commentaires laissés en fin de questionnaire nous ont effectivement alertées sur le caractère indispensable de cette information. Les informations sur les procédures à suivre pour entamer un recours auprès de la présidence de l’Université en cas de harcèlement moral ou sexuel ont aussi été mises en ligne sur le site de l’enquête, en complément des informations générales d’aide aux victimes. La possibilité était aussi offerte de prendre contact avec l’équipe Virage par le biais d’une adresse mail dédiée, consultée quotidiennement. Les coordonnées du Bureau d’aide psychologique universitaire du CROUS, celles de la médecine préventive, du Pôle égalité femmes-hommes et du collectif CLASCHES ont été indiquées en fin de questionnaire comme sur le site d’information de l’enquête. Préalablement au lancement de l’enquête réelle, une information sur toutes ces structures a aussi été mise en place. Des explications sur la façon d’effacer toute trace de consultation du questionnaire sur son ordinateur ont aussi été ajoutées, pour permettre à l’enquêté·e de se protéger de toute pratique de surveillance de son ordinateur par un·e proche. Ce protocole a ensuite été mis en place pour l’enquête réelle et répliqué dans trois autres universités11.

Bilan de la collecte finale : près de 60 % des questionnaires sont exploitables

  • 12 Zahia Ouadah-Bedidi, A. Kupiec et Simon Quemeneur, Enquête sur les modes de vie, la santé et la séc (...)
  • 13 Rares sont les réponses parvenues de la part d’étudiants sans mail pour lesquels nous avions généré (...)

13L’enquête conduite à Paris Diderot et au sein de l’IPGP a démarré en février 2015 et a été clôturée le 20 juillet. Les 29 310 étudiant·e·s ont été contacté·e·s par mail, et relancés quatre fois au maximum, à un mois d’intervalle. Finalement, 3 465 personnes se sont connectées à la plateforme dédiée à l’enquête en cliquant sur le lien contenu dans le mail d’invitation à participer à l’enquête12. Par souci de représentativité et pour une couverture totale de la population étudiante, nous avions pris le parti de contacter tou·te·s les étudiant·e·s présent·e·s dans la base APOGEE, y compris celles et ceux dont les mails n’avaient pas été indiqués, pour lesquels nous avons généré une adresse universitaire13. L’extraction de la liste des mails ayant eu lieu au début du mois de janvier, l’ensemble des étudiant·e·s n’y étaient pas encore tou·te·s inscrit·e·s. Nous avons donc pris le parti d’inclure dans un second temps les étudiant·e·s tardivement inscrit·e·s (entre janvier et fin mars 2015) et une invitation de participation à l’enquête leur a été envoyée.

14Une fois connecté·e·s, près de 50 % des étudiant·e·s ont rempli les neuf modules du questionnaire : sur les 3 465 connexions, 1 730 ont renseigné le questionnaire jusqu’à son terme en exprimant leur avis sur l’enquête (tableau 1). Ce résultat est assez positif si l’on tient compte du caractère sensible de la thématique abordée d’une part et de la longueur du questionnaire d’autre part. En effet, la participation aux enquêtes par internet auprès des étudiant·e·s en 2015 est rarement plus élevée. On peut aussi imaginer dans le cas de l’enquête Virage que révéler des faits de violence ait pu insécuriser certaines personnes, redoutant un manque de confidentialité de leurs réponses, malgré les garanties offertes par l’enquête (destruction des mails dès la fin de la collecte, agrégation des réponses pour empêcher une réidentification indirecte, etc.). On compte 923 personnes entrées dans le questionnaire qui n’ont en fait complété aucun module, soit un peu plus d’un·e étudiant·e sur quatre. Les abandons en cours de questionnaire concernent quant à eux 812 étudiant·e·s. Ainsi, sur les 3 465 entrées, 1 995 questionnaires ont été remplis jusqu’à la fin du module consacré aux violences dans les études, soit près de 60 % des connexions. Ainsi, 50 % des questionnaires entamés sont des questionnaires complets et 9 % supplémentaires des questionnaires remplis au moins jusqu’au module 4.

Tableau 1 : Décompte des questionnaires complets et incomplets à la fin de la collecte (20 juillet 2015)

  • 14 Sur les 2 010 questionnaires remplis jusqu’au module 4, 1 995 sont réellement exploitables, les aut (...)

 

Nombre de connexions

% sur le nombre de connexions

Total des connexions

3 465

100 %

Questionnaires intégralement complétés

(* jusqu’au module 9)

1 730

50 %

Questionnaires partiels, remplis …

812

23 %

* jusqu’au module 8

96

3 %

* jusqu’au module 7

60

2 %

* jusqu’au module 6

29

1 %

* jusqu’au module 5

26

1 %

* jusqu’au module 4

69

2 %

* jusqu’au module 3

39

1 %

* jusqu’au module 2

219

6 %

* jusqu’au module 1

274

8 %

Aucun module complété

923

27 %

Total des connexions

3 465

100 %

Questionnaires exploitables pour l’analyse des violences subies dans le cadre des études

199514

58 %

[*] : Sociodémographique (module 1), Santé (module 2), Vie étudiante (module 3), Vie professionnelle (module 4), Espaces publics (module 5), Vie de couple (module 6), Relation avec un ex-conjoint (module 7), Relations avec la famille et proches (module 8) et Vie entière hors famille (module 9).

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

Un taux de connexion proche de 12 % et 6 % de réponses complètes

15Les 3 465 questionnaires entamés représentent environ 12 % de la population enquêtée. Ce taux de connexion, qui peut sembler assez bas, se trouve dans la moyenne des enquêtes menées généralement auprès des populations étudiantes, à l’exception de celles où des relances personnalisées par téléphone ou courrier postal sont mises en place, comme pour les enquêtes annuelles Insertion professionnelle des diplômés de l’Université, menées par le CEREQ, dont les taux de réponse varient de 25 % à 85 % selon le type d’établissement. Les enquêtes Conditions de vie des étudiants, conduites par l’Observatoire national de la vie étudiante, où le contact se fait par mail uniquement, ont des taux de réponse aux alentours de 20 %, car à la différence de Virage, elles proposent à la fin du questionnaire de participer à une loterie permettant de gagner un bon cadeau de 500 euros. Mais les enquêtes faites localement dans les universités ne pouvant généralement pas offrir de telles récompenses, leur taux de participation est généralement inférieur à 10 %.

  • 15 Amandine Lebugle, Alice Debauche, Justine Dupuis et Zahia Ouadah-Bedidi, « Les violences dans le ca (...)

16Pour analyser les violences subies dans le cadre des études (objet principal de l’enquête Virage-Université), il nous a dès lors paru important de retenir tous les questionnaires où ce module a été renseigné et pas seulement les questionnaires complets, ce qui garantissait une meilleure représentativité des réponses analysées. Le taux de réponse avec ces questionnaires partiels (remplis jusqu’au module 4) est de 6,8 % (tableau 2), au lieu de 5,9 % avec les seuls questionnaires complets. Toutes les publications antérieures15 au présent article, faites à partir de l’enquête Virage-Université, ont privilégié une analyse sur les seuls questionnaires complets. Il s’ensuit que les effectifs mais aussi les taux de violences déclarées sont légèrement inférieurs à ceux présentés ici (environ un point de pourcentage en moins) : en effet, les personnes ayant abandonné le questionnaire après le module 4 ont mentionné davantage de faits de violence dans leurs études que les personnes qui l’ont rempli intégralement.

Tableau 2 : Effectif de répondant·e·s et taux de réponses (incomplètes et complètes) selon le sexe et le niveau d’inscription

  • 16 La modalité « Autres » regroupe les étudiants inscrits tardivement en mars 2015 (1 805 étudiant·e·s (...)

 

Population étudiante totale

(source administrative APOGEE)

Effectif de répondant·e·s

Taux de réponses (%)

 

Effectif

%

Nombre de connexions

Quest. remplis jusqu’au module 4 à 8

Quest. remplis jusqu’au module 9

Taux de connexion

Taux de participation

Quest. remplis jusqu’au module 4 à 8

Quest. remplis jusqu’au module 9

Sexe de l’enquêté·e

Femmes

18 260

62,3

2 356

1 381

1 195

12,9

7,6

6,6

Hommes

11 050

37,7

1 109

613

535

10,0

5,5

4,9

Niveau d’inscription

Licence

10 798

36,8

1 673

973 

839

15,5

9,0

7,8

Master

5 304

18,1

755

458

414

14,2

8,6

7,8

Doctorat

1 855

6,3

363

214

187

19,6

11,5

10,1

Hors LMD

(médecine)

8 005

27,3

600

324

251

7,5

4,0

3,1

Autres (16)

3 348

11,4

74

24

2,2

0,7

1,2

Total

29 310

100,0

3 465

1 995

1 715

11,8

6,8

5,9

[*] La modalité « Autres » regroupe les étudiants inscrits tardivement en mars 2015 (1805 étudiant·e·s avec 69 connexions et 38 réponses complètes) et ceux dont on ne disposait pas de mail dans la base des inscrit·e·s en janvier 2015 (1543 avec 5 connexions et 1 réponse complète).

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

Des taux de réponses complètes plus élevés chez les femmes et en doctorat

17Comme dans toute enquête, on observe que certaines catégories de personnes participent plus volontiers que d’autres. Il est alors nécessaire de produire une pondération pour corriger les biais induits par la collecte et rendre l’échantillon de personnes répondantes représentatif de la population ciblée. Sur l’ensemble des étudiant·e·s de l’université et de l’IPGP, 62 % sont des femmes. La part des réponses données par les femmes dans l’enquête Virage s’est avérée supérieure à celle des hommes, tous états de remplissage confondus (68 % du total des connexions par exemple). Au total, les femmes ont plus répondu que les hommes, avec des taux de réponses complètes de 6,6 % contre 4,9 % (tableau 2).

  • 17 Lors de l’enquête pilote, nous avions testé la participation des étudiant·e·s en première année de (...)

18Si l’on regarde les résultats de la collecte par niveau d’inscription (Licences, Master, Doctorat, et cursus hors LMD), on constate que les doctorant·e·s ont mieux participé à l’enquête que les étudiant·e·s des autres niveaux d’inscription avec un taux de participation de 11,5 %. Parmi les étudiant·e·s de Licence et Master le taux de participation a été un peu plus faible (aux environs de 9 %) et il atteint encore un seuil plus bas chez les étudiant·e·s inscrit·e·s en dehors du LMD, soit les étudiant·e·s en médecine dans près de 7 cas sur 1017, qui ne sont que 4 % à avoir répondu. On constate aussi que les étudiant·e·s de nationalité étrangère ont un taux de participation inférieur aux nationaux, sans doute en raison des difficultés linguistiques.

Caractéristiques générales des répondant·e·s et pondérations

Une structure par âge et sexe différente entre les inscrit·e·s et les répondant·e·s

19Tou·te·s les étudiant·e·s de l’université Paris Diderot et de l’IPGP ont été sollicité·e·s pour répondre à l’enquête. Nous sommes donc dans le cas d’une enquête exhaustive où la probabilité de chacun·e d’être interrogé·e est de 1. Six caractéristiques ont été retenues pour opérer une post-stratification de l’échantillon et le rendre représentatif de la population étudiante inscrite dans ces deux établissements : l’âge, le sexe, le niveau d’inscription, le domaine d’études, la nationalité et la situation matrimoniale. Ces informations ont été extraites de la base de gestion APOGEE, qui sert au suivi administratif du parcours universitaire des étudiant·e·s et nous a permis de connaitre la composition de la population inscrite.

20Loin des standards démographiques nationaux, la population étudiante de Paris Diderot était très féminisée en 2015, avec 62 % de femmes. Comparativement aux autres universités françaises, la proportion de jeunes femmes à Paris Diderot est presque systématiquement supérieure de 10 % environ, dans toutes les disciplines. Même en Sciences fondamentales et applications, discipline la plus masculine, l’écart est de l’ordre de 11 points de pourcentage par rapport à la moyenne française. Ce déséquilibre des sexes s’est avéré encore plus important parmi les répondant·e·s à l’enquête Virage où presque sept questionnaires complets sur dix sont remplis par des femmes, ce qui nécessitait donc une première correction.

21Pour ce qui est de la structure par âge dans l’établissement, les femmes et les hommes se répartissaient de façon assez similaire, avec 11 % des étudiantes et 12 % des étudiants parmi les moins de 20ans ; 36 % et 40 % ayant de 20 à 23 ans ; 21 % et 18 % de 24 à 26 ans et enfin 33 % et 30 % étant dans la tranche 27 ans ou plus. Or, cette structure par âge ne se retrouve pas dans la population des répondant·e·s. Près de 17 % des répondant·e·s ont ainsi moins de 20 ans contre 11 % des inscrit·e·s, tandis que 20 % ont 27 ans ou plus contre 31 % des inscrit·e·s. Là encore, la pondération que nous avons créée apporte une correction à ces biais.

Filière et niveau d’étude

22À la date de l’enquête en 2015, le domaine de la santé représentait près de 40 % des inscrit·e·s, et les sciences humaines et sociales (SHS) 15 %. Mais dans la population répondante, les étudiant·e·s de SHS se trouvaient surreprésentés avec 19 % de questionnaires complétés, alors que les étudiants de santé n’en constituaient plus que les 27 %.

23Quant au niveau d’inscription, la structure de la population entre la base APOGEE et la base des répondant·e·s, est également différente, mais le déséquilibre est surtout visible chez les étudiant·e·s inscrit·e·s dans les niveaux supérieurs au master (médecine, doctorat), dont la part passe de près de 22 % dans la population étudiante globale à 16 % parmi les répondant·e·s. Les premières années ont davantage participé à l’enquête et leur part dans la population répondante est de près de 28 %, en léger déséquilibre avec leur part dans la population de l’ensemble des inscrit·e·s (près de 24 %).

De nombreuses nationalités représentées, mais peu d’étudiant·e·s étrangers

24Au sein de l’université, toutes disciplines confondues, les étudiant·e·s étrangers représentent un peu moins de 20 % de la population. Parmi les répondant·e·s, on note une proportion nettement inférieure de nationalités étrangères, avec moins de 9 % du total.

25La précision du questionnaire Virage-Université constitue certainement une source de difficultés pour des personnes ayant une maîtrise insuffisante de la langue française, mais on peut aussi penser que les étudiant·e·s installé·e·s temporairement en France – dans le cadre d’un échange par exemple – se sentent moins concerné·e·s, ou ne se trouvaient simplement pas sur le territoire durant une partie des douze derniers mois étudiés, ce qui était un critère d’exclusion.

Les pondérations : comment sont-elles construites et à quoi servent-elles ?

26Comme nous l’avons vu pour certaines caractéristiques importantes telles que l’âge et le sexe, la structure de la population des inscrit·e·s et celle des répondant·e·s ne sont pas identiques. Pour corriger ce biais, la structure de l’échantillon a été redressée sur celle de la population cible en se calant sur les quelques caractéristiques socio-démographiques disponibles dans les données administratives de la base APOGEE sur les étudiant·e·s. Quatre caractéristiques ont été retenues pour post-stratifier l’échantillon et le rendre représentatif de la population étudiante de l’Université ex-Paris Diderot et de l’IPGP : l’âge croisé avec le sexe, le niveau d’études, le domaine de formation et la nationalité. Et comme indiqué précédemment, deux jeux de pondération ont été construits : un premier pour les questionnaires complétés jusqu’à la fin (modules 1 à 9) et un second pour les questionnaires complétés au moins jusqu’au module 4 (module 1 : caractéristiques sociodémographiques, module 2 : santé, module 3 : études et module 4 : travail).

27Pour mesurer les violences subies dans la sphère des études (au cours des 12 derniers mois), nous avons mobilisé ce deuxième jeu de pondération, d’une part afin de faire porter les analyses sur un nombre plus important d’observations, d’autre part parce que les personnes ayant abandonné le questionnaire après le module « études » ont déclaré plus de faits de violence dans les différents contextes de leur vie que les personnes ayant repli le questionnaire jusqu’à son terme.

28Ces jeux de pondération permettent de fournir une estimation du nombre de victimes dans l’ensemble de l’établissement et de mettre ces estimations en regard du nombre de cas éventuellement signalés à l’établissement.

Le bizutage : pratiques et perceptions

29La question du bizutage est entrée dans le code pénal très récemment, en janvier 2017, après le déploiement de l’enquête. Forcer une personne à participer à un bizutage ou la discriminer parce qu’elle le refuse est devenu un délit : « Hors les cas de violences, de menaces ou d’atteintes sexuelles, le fait pour une personne d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants ou à consommer de l’alcool de manière excessive, lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire, sportif et socio-éducatif est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende » (art. 225-16-1). L’article 225.1.2 ajoute : « Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes parce qu’elles ont subi ou refusé de subir des faits de bizutage définis à l’article 225-16-1 ou témoigné de tels faits. » Cette définition n’existait donc pas lors de la conception du questionnaire. Des faits graves avaient cependant été soulignés par les médias, mais aussi lors de l’enquête pilote, et le sujet inséré dans le questionnaire, ce qui à notre connaissance n’avait jamais été auparavant fait dans aucune enquête quantitative auprès des étudiant·e·s.

30Avoir participé à un bizutage ou une journée d’intégration est une pratique plutôt minoritaire au sein de Paris Diderot en 2015, puisque seul un tiers des étudiant·e·s se sont vu proposer d’y participer et qu’environ 20 % ont refusé de s’y joindre. Ce ne sont donc finalement que 10 % des 29 000 inscrit·e·s qui y ont effectivement participé. La participation effective concerne d’abord les inscrit·e·s de 2e et 3e année, avec un taux de 20 %, tandis que les 1res années ne sont concernées qu’à hauteur de 10 %, un peu moins que les M1 (13 %). Quant aux doctorant·e·s, ils/elles ne sont que 5 % à y avoir participé dans l’année écoulée.

31La médecine est la filière la plus concernée par cette pratique (15 %), suivie des sciences dites fondamentales (13 %), de l’économie, de la gestion, des sciences politiques, de la nature et des STAPS (8 %), tandis que les taux descendent au-dessous de 5 % pour les lettres, les langues et les sciences humaines et sociales. Le type d’établissement influe fortement sur l’existence de ces pratiques : au sein des IUT et des écoles rattachées à l’Université Paris Diderot, plus de 26 % des étudiant·e·s déclarent y avoir participé contre 7,8 % des inscrit·e·s à l’université. C'est ainsi dans les filières les plus sélectives que le bizutage est le plus présent.

32Une question d’opinion, présentée dans le tableau 1, permet d’approcher la manière dont est ressentie cette pratique. Dans leur grande majorité, garçons et filles gardent un bon souvenir de leur journée d’intégration ou de bizutage. Cela dit, les garçons considèrent plus souvent que les filles que « c’était sympa » (88 % contre 81 %). Le bizutage comme espace important pour créer une cohésion de groupe est une opinion partagée par la moitié des garçons et par un tiers des filles seulement. Près de 10 % d’entre elles déclarent s’être senties obligées d’y participer, contre 3 % des garçons. Grâce aux pondérations, nous pouvons à partir de ces pourcentages estimer le nombre de personnes dans l’Université s’étant senties contraintes à environ 150 étudiantes et une quarantaine d’étudiants. Celles et ceux qui en sont ressorti·e·s « dégoûté·e·s » ou qui « ont eu peur » représentent moins de 2 %, soit une approximation d’une quarantaine de filles et une trentaine de garçons.

Tableau 3 : Opinion exprimée sur le bizutage ou la journée d’intégration

Vous diriez de ce bizutage ou de cette journée d’intégration que…

 

FEMMES

HOMMES

 

%

Effectif estimé

Nombre de répondantes

%

Effectif estimé

Nombre de répondants

C’était sympa

81,1

1326

104

88,4

1080

65

C’était important, ça a soudé le groupe

34,7

568

47

48,1

588

32

Je me suis sentie obligé·e

9,2

150

10

3,1

37

3

Ca m’a dégoûté·e

1,4

23

2

0,5

7

1

J’ai eu peur

1,3

21

1

2

24

1

NB : Le total des pourcentages est supérieur à 100 % car chaque répondant·e pouvait cocher plusieurs réponses.

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

Le harcèlement moral : répétition, gravité ressentie et auteurs

33Cinq questions ont été posées pour dresser les contours du harcèlement moral : elles recueillent les situations de moqueries et humiliations commises en face à face, par téléphone ou sur les réseaux sociaux, puis les insultes, les menaces et intimidations, l’appropriation ou la destruction du travail et enfin la mise à l’écart. Chaque question couvrait la période des douze derniers mois, mais la durée d’une année universitaire étant de neuf mois, on peut considérer que les réponses « six fois ou plus » ou « presque toutes les semaines » rendent compte de situations d’une gravité certaine, compte tenu de la fréquence à laquelle ces actes sont répétés.

34La proportion de garçons et de filles ayant été la cible de chacune de ces formes d’atteinte psychologique est présentée dans le tableau 4. Environ 7 % des étudiant·e·s ont été confronté·e·s à des moqueries, propos humiliants ou rumeurs, tandis qu’un peu plus de 6 % déclarent des insultes. Les fréquences supérieures à « 6 fois » concernent un peu plus souvent les filles que les garçons. Sur les deux établissements au cours de l’année 2015 on peut estimer à près d’une centaine les étudiantes très régulièrement insultées et les étudiants à une trentaine. Les comportements d’intimidation sont plus rares : ils ne concernent que 1,5 % de l’ensemble des étudiant·e·s. Les fréquences élevées de répétition concernent à nouveau un peu plus souvent les étudiantes que les étudiants. Quant aux atteintes au travail, qu’il s’agisse de se voir obligé·e de faire du travail pour quelqu’un d’autre ou de voir son travail approprié ou détruit de manière intentionnelle, elles sont déclarées par environ 4 % des étudiant·e·s. On estime à environ 70 l’effectif des étudiantes à qui cela est arrivé plus de 6 fois dans l’année et à un peu plus de 30 celui des garçons.

Tableau 4 : Les atteintes de nature psychologique

 

FEMMES

HOMMES

 

%

Effectif
estimé

%

Effectif
estimé

S’est-on moqué de vous, vous a-t-on donné un surnom méprisant, vous a-t-on rabaissé-e ou humilié-e, en face à face, au téléphone ou sur internet ?

Une fois

3

521

2,7

288

Quelques fois (2 à 5 fois)

2,9

508

2,9

304

Souvent (6 fois ou plus)

0,9

160

1,1

115

Presque toutes les semaines

0,3

46

0

0

Total

7,1

1 235

6,7

707

Vous a-t-on insulté-e en face à face, au téléphone ou sur internet, est-ce que quelqu’un a sali votre réputation, répandu des rumeurs sur vous, ou a tenté de le faire ?

Une fois

3,8

664

3

322

Quelques fois (2 à 5 fois)

2

355

2,8

296

Souvent (6 fois ou plus)

0,3

46

0,3

29

Presque toutes les semaines

0,3

50

0

0

Total

6,4

1 115

6,1

647

A-t-on cherché à vous intimider par des menaces ou en hurlant, en tapant du poing ou en cassant des objets ?

Une fois

1

180

0,8

87

Quelques fois (2 à 5 fois)

0,1

23

0,4

42

Souvent (6 fois ou plus)

0,5

91

0

0

Total

1,6

294

1,2

129

Est-ce que quelqu’un a, malgré vous, fait disparaître, s’est approprié abusivement votre travail (cours, rapport, mémoire) ou vous a forcé-e à faire une partie de son travail ?

Une fois

2,2

393

2,6

281

Quelques fois (2 à 5 fois)

1,2

203

1,2

122

Souvent (6 fois ou plus)

0,4

72

0,1

14

Presque toutes les semaines

0,0

0

0,2

22

Total

3,8

668

4,1

439

Avez-vous été tenu-e à l’écart des autres étudiants, des activités collectives ou festives ?

Une fois

2,5

432

1,6

170

Quelques fois (2 à 5 fois)

3,5

624

2

217

Souvent (6 fois ou plus)

1,2

206

1,4

144

Presque toutes les semaines

0,9

156

0,8

79

Total

8,1

1 418

5,8

610

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, INED-Paris Diderot.

35Si l’on cumule l’ensemble des réponses positives concernant ces faits, on constate que les personnes qui n’ont subi qu’un seul de ces comportements, et une seule fois, est minoritaire : il s’agit de 25 % des victimes, 75 % ayant été confrontées à des répétitions. Le questionnaire comprenait une question sur le degré de gravité ressenti face à ces situations. Nous avons considéré que l’appréciation portée par les enquêté·e·s était l’information la plus fiable pour déterminer, derrière les formulations du questionnaire, les situations qui comportent les retentissements les plus forts pour les personnes. Si l’on considère cette appréciation portée sur la situation vécue, seules 26,8 % des étudiantes et 29,9 % des étudiants jugent les faits « assez graves » ou « très graves », soit un peu plus de 800 filles et un peu moins de 500 garçons. Cette proportion s’explique certainement par le temps écoulé entre les faits : il est probable que les enquêté·e·s déclarant deux ou trois faits dans l’année ne les considèrent pas comme une répétition, mais plutôt comme des faits isolés, surtout si les auteurs ne sont pas une seule et unique personne.

36Que sait-on des auteurs ? Lorsque les victimes sont des garçons, les auteurs sont essentiellement des garçons, qui sévissent seuls ou en groupe. Lorsque les victimes sont des filles, les auteurs sont uniquement des garçons dans la moitié des cas, uniquement des filles dans un quart des cas et un groupe de garçons et de filles dans un autre quart des cas. Les victimes, quel que soit leur sexe, sont 68 % à indiquer que l’auteur avait le statut d’étudiant·e et 8,6 % à désigner une personne extérieure à l’établissement. Les enseignants sont désignés par 14 % des victimes. Il s’agit essentiellement d’encadrants de mémoire ou de thèse, de tuteurs, de sexe masculin. Il semble que la fonction d’encadrement favorise particulièrement ces agissements. Le personnel administratif est également mentionné par 2,2 % des étudiantes et 0,8 % des étudiants, ce qui se révèle un peu plus surprenant et interroge sur le type de situation ici dénoncé.

Le harcèlement sexuel

37Dans le code pénal, le harcèlement sexuel englobe l’ensemble des actes à « caractère sexuel ou sexistes ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à l’intégrité de la personne en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante » (art. 222-33 du code pénal). La jurisprudence précise qu’il s’agit d’actes de nature verbale ou visuelle, ou encore de contacts physiques sur des parties non sexuelles du corps comme la taille, la nuque, les genoux. L’attouchement des parties sexuelles du corps constitue un délit plus grave juridiquement et plus fortement sanctionné. Les faits doivent être répétés pour être qualifiés de harcèlement sexuel, sauf s’ils relèvent du « chantage sexuel » c’est-à-dire du fait « d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers ». L’exhibitionnisme et le voyeurisme sont des délits distincts du harcèlement, ayant une définition propre. Sans prétendre coller strictement aux définitions pénales, le questionnaire Virage tente de capter ces situations, par le biais de trois questions présentées dans le tableau 5.

Tableau 5 : Comportements relevant du harcèlement sexuel

FEMMES

HOMMES

%

Effectif estimé

%

Effectif estimé

A-t-on eu à votre égard des propos ou attitudes à caractère sexuel qui vous ont mis-e mal à l’aise, par exemple questions sur la vie privée, remarques salaces, mime de gestes sexuels, diffusion d’images pornographiques ?

Une fois

4,5

788

2,3

245

Quelques fois (2 à 5 fois)

5,0

877

1,4

153

Souvent (6 fois ou plus)

0,7

120

0,4

47

Presque toutes les semaines

0,5

94

0,0

0

Total

10,7

1 879

4,2

445

Vous a-t-on fait des propositions sexuelles insistantes malgré votre refus ?

Une fois

2,5

447

1,6

171

Quelques fois (2 à 5 fois)

1,3

237

0,9

94

Souvent (6 fois ou plus)

0,2

27

0,0

0

Total

4,0

711

3

265

Avez-vous eu affaire à un exhibitionniste ou à un voyeur, dans les toilettes ou les vestiaires par exemple ?

Une fois

1,6

273

0,5

48

Quelques fois (2 à 5 fois)

0,3

52

0,3

33

Souvent (6 fois ou plus)

0,1

13

0,4

44

Total

1,9

338

1,2

125

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

38Ce sont 10,7 % des étudiantes et 4,2 % des étudiants, qui au cours de l’année précédant l’enquête ont été confronté·e·s à des propos ou attitudes à caractère sexuel, les ayant mis·e·s mal à l’aise : des questions sur la vie privée, des remarques salaces, des mimes de gestes sexuels, ou la confrontation à des images pornographiques dans le cadre de leurs études. Les propositions sexuelles insistantes malgré l’expression d’un refus ont été déclarées par 4 % des filles et 2,5 % des garçons. Comme pour les atteintes de nature psychologique, les fréquences élevées concernent plus les filles que les garçons. Une centaine d’étudiantes ont par exemple été confrontées « presque toutes les semaines » à des propos à caractère sexuel qu’elles ont estimés dérangeants. Quant à l’exhibitionnisme et au voyeurisme, ce sont des phénomènes plus rares, déclarés par 1,9 % des étudiantes et 1,2 % des étudiants.

39En prenant en considération l’ensemble de ces faits, ce sont 12,5 % des filles et 6,6 % des garçons qui s’y sont trouvé·e·s confronté·e·s. Les premières sont donc deux fois plus concernées que les seconds, avec pour elles des situations se répétant plus fréquemment et d’une intensité plus élevée.

40Les auteurs sont exclusivement des hommes, le plus souvent des étudiants. Ils sont désignés par 59,4 % des cibles féminines et 44 % des cibles masculines. Viennent en second lieu les personnes extérieures à l’établissement, désignées par 41 % des étudiantes et 32,4 % des étudiants. Enfin, près de 5 % des étudiantes et 3,4 % des étudiants désignent un enseignant ayant une fonction d’encadrant, mais les autres enseignants sont aussi mentionnés par 2,2 % des victimes. Notons que 5,9 % des étudiantes désignent un membre du personnel administratif, mais qu’aucun étudiant n’est dans ce cas.

Les autres agressions sexuelles

41Le code pénal définit les agressions sexuelles de la façon suivante : « Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise » (art. 222-22). Si le harcèlement sexuel relève juridiquement de l’agression, il n’implique pas d’attouchement des parties sexuelles du corps. De plus, dès lors qu’il y a un acte de pénétration, le fait bascule de la catégorie des « délits » à celle des « crimes », ce qui induit des sanctions et des procédures judiciaires différentes. Ces deux types d’agression, le délit et le crime, peuvent être distingués dans le questionnaire Virage, mais les crimes, qui correspondent donc aux situations de viol, sont trop peu fréquents pour qu’il soit statistiquement pertinent de les distinguer.

  • 18 Pour plus de détail sur cette question méthodologique, voir Hamel, 2020, « Faire une enquête sur le (...)

42Trois questions ont été posées : la première, présentée dans le tableau 6, enregistre le fait d’avoir été « embrassée de force » et de subir des attouchements des seins et des fesses. Elle n’a été posée qu’aux femmes. Une formulation équivalente pour les hommes a été testée, mais elle a été retirée après la phase pilote de l’enquête téléphonique, car elle faisait rire les hommes18. Près de 4 % des étudiantes ont répondu avoir subi ce type d’agression au cours de l’année, soit une estimation d’environ 700 étudiantes inscrites en 2015, dont approximativement 200 à qui cela est arrivé entre 2 et 5 fois dans l’année.

43La seconde question recense les situations d’attouchement forcé du sexe, les tentatives de rapport forcé et les rapports forcés. Ce sont 0,3 % des étudiantes et 0,2 % des étudiants qui ont déclaré de tels faits. La dernière question enregistre d’autres types d’acte, comme être contraint·e de se dénuder, contraint·e de visionner des images pornographiques, contraint·e de se prostituer ou de participer à des pratiques échangistes. Elle est renseignée positivement par 0,1 % des étudiantes mais par aucun étudiant. Au total, 4 % des étudiantes, soit environ 700 inscrites et 0,2 % des étudiants, soit entre 20 et 30 inscrits, ont eu à subir une agression à caractère sexuel impliquant le fait de toucher le sexe, les fesses ou les seins, ou plus rarement un acte de pénétration, au cours des 12 derniers mois.

44Ce type d’agression cible ainsi très directement les femmes, dont le pourcentage de victimes est 20 fois supérieur à celui des hommes. De nouveau, les auteurs sont exclusivement des hommes, et en premier lieu des étudiants, désignés par 44 % des victimes, suivis des personnes extérieures à l’établissement, ce qui est déclaré par 45 % d’entre elles. Cependant, les enseignant ayant une fonction d’encadrant sont désignés par 0,8 % des étudiantes concernées et le personnel administratif, technique ou d’entretien par 2,3 % d’entre elles. À nouveau, ce dernier résultat invite à des recherches complémentaires, par des méthodes qualitatives, pour saisir comment et dans quels contextes ces faits mettant en cause des hommes du personnel administratif ou technique se produisent.

Tableau 6 : Agressions sexuelles impliquant l’attouchement des parties sexuelles du corps

 

FEMMES

HOMMES

 

%

Effectif estimé

Effectif de répondantes

%

Effectif estimé

Effectif de répondants

Dans le cadre de vos études, au cours des 12 derniers mois…

Quelqu’un a-t-il, contre votre gré, touché vos seins ou vos fesses, vous a coincée pour vous embrasser, s’est frotté ou collé contre vous ?

 

Une fois

2,8

500

47

 

 

 

Quelques fois (2 à 5 fois)

1,0

179

18

 

 

 

Souvent (6 fois ou plus)

0,02

4

1

 

 

 

Total

3,9

683

66

 

 

 

Dans le cadre de vos études, au cours des 12 derniers mois, vous a-t-on forcé-e à faire ou à subir des attouchements du sexe, a-t-on essayé ou est-on parvenu à avoir un rapport sexuel avec vous contre votre gré ?

Oui

0,3

47

4

0,2

25

1

Au cours des 12 derniers mois, dans le cadre de vos études, vous a-t-on forcé-e à d’autres actes ou pratiques sexuels ?

Oui

0,08

13

1

0

0

0

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

Des agressions physiques pouvant aller jusqu’à la tentative de meurtre

45La première question posée pour enregistrer les violences sexuelles avec contact n’ayant pu être maintenue pour les hommes, elle a été formulée en retirant sa dimension sexuelle, c’est pourquoi les réponses à cette question sont, dans leurs cas, classées avec les agressions physiques. Un peu plus de 1 % des étudiants y ont répondu positivement. Les deux autres questions enregistrent plus explicitement les atteintes violentes, comme le fait d’être bousculé·e brutalement, empoigné·e et secoué·e, ou encore frappé·e, tandis que la dernière question enregistre les tentatives de meurtre. Ces violences sont plus rares que les violences psychologiques et sexuelles. Cependant, 0,8 % des étudiantes et 0,9 % des étudiants ont été frappé·e·s tandis que 0,1 % des unes et 0,3 % des autres déclarent une tentative de meurtre. Les auteurs, à nouveau, sont exclusivement des hommes. Dans 65 % des cas, il s’agit d’autres étudiants, et pour 32 % de personnes extérieures à l’établissement, 7 % des victimes préférant ne pas dire de qui il s’agit.

Tableau 7 : Les violences physiques

 

FEMMES

HOMMES

%

Effectif estimé

%

Effectif estimé

FREQUENCE

 

 

Quelqu’un s’est-il contre votre gré frotté ou collé contre vous ?

Une fois

 

 

0,6

68

Quelques fois (2 à 5 fois)

 

 

0,4

46

Souvent (6 fois ou plus)

 

 

0,1

7

Total

 

 

1,1

121

Est-ce que quelqu’un a lancé un objet contre vous, vous a secoué-e brutalement ou vous a frappé-e ?

Une fois

0,5

92

0,2

24

Quelques fois (2 à 5 fois)

0,2

43

0,6

68

Total

0,8

135

0,9

92

Vous a-t-on menacé-e avec une arme, a-t-on tenté de vous étrangler, de porter atteinte à votre vie ou de vous tuer ?

Une fois

0,1

24

0,1

10

Quelques fois (2 à 5 fois)

0,0

0

0,2

26

Total

0,1

24

0,3

36

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot

Les conséquences des violences sur la trajectoire universitaire

46Au total, 16,8 % des enquêté·e·s ont déclaré au moins un fait de violence au cours de l’année précédant la date de la collecte et 80 % ont estimé les faits « assez graves » ou « très graves ». Dès lors que les faits mentionnés par les enquêté·e·s étaient jugés « assez graves » ou « très graves », une série de questions s’ensuivaient cherchant à spécifier quel était l’impact de ces situations sur la trajectoire universitaire. Environ 40 % indiquent que ces faits ont commencé avant les 12 derniers mois et 13 % qu’ils se « poursuivent actuellement », 57 % que les « faits se sont arrêtés mais pourraient se reproduire », tandis qu’ils se sont vraiment arrêtés pour 27 %. Ces résultats témoignent de la difficulté à faire cesser ces agressions et la crainte de leur répétition. Les victimes cherchent à la fois à préserver leurs études et à se protéger de ces violences. Ainsi, 11 % des étudiantes et 15 % des étudiants ont déclaré avoir « changé d’établissement ». Ce qu’ils/elles ont vécu s’est produit lors de l’année universitaire précédente et ils/ elles en sont protégé·e·s aujourd’hui. Mais 9,3 % des étudiants ont aussi déclaré avoir « arrêté leurs études ». Aucune répondante n’est dans ce cas. Il faut cependant avoir à l’esprit que les victimes abandonnant leur cursus universitaire ont par définition une moindre probabilité d’avoir répondu à l’enquête, car elles ont probablement cessé de consulter leur mail universitaire. Le taux d’abandon des études que nous présentons ici du fait de violences subies lors du cursus universitaire est donc en soi une estimation basse. L’« échec aux examens » et « le redoublement » sont mentionnés par 5,6 % des étudiantes et par 15 % des étudiants. Enfin, 15,6 % des unes et 17,8 % des autres signalent « d’autres conséquences » sur leur scolarité.

Les victimes signalent-elles leur agression à l’université ?

47Les victimes cherchent une écoute pour parler de ces violences. Ainsi, la quasi-totalité de celles ayant déclaré des faits jugés graves en a déjà parlé à quelqu’un. Les ami·e·s et les autres étudiant·e·s sont les premières personnes à qui elles se confient. Plus de 80 % de ces victimes en ont déjà parlé à cet environnement immédiat. Près de 60 % d’entre elles ont aussi fait part de ce qu’elles vivaient à leur famille et près de 40 % à leur compagnon ou compagne. Le contraste est frappant avec la faible remontée d’information vers l’institution universitaire. Seules 11,9 % des victimes ayant jugé les faits graves ont signalé la situation à un·e enseignant·e, et 5,9 % à la présidence. Lorsque la médecine préventive, les syndicats étudiants et une assistante sociale ont été contactés simultanément, c’est qu’une plainte au pénal a été déposée. Notons qu’à l’époque où l’enquête a été conduite, la cellule d’écoute de l’université n’avait pas encore été créée. Toujours est-il qu’aucune procédure interne n’a été déclenchée à l’encontre des auteurs suite aux remontées faites auprès de l’institution universitaire, mais 5,2 % des victimes de faits jugés « assez graves » ou « très graves » ont déposé une plainte au commissariat.

48Ces résultats montrent qu’une information à destination des victimes comme de leurs confident·e·s (autres étudiant·e·s et familles) sur les recours possibles et les modalités de saisine des instances administratives internes à l’université est nécessaire pour permettre une intervention qui aide ces dernières à sortir de l’isolement qui sinon les conduira à l’arrêt de leurs études.

Figure 1 : À qui les victimes se confient-elles ?

Figure 1 : À qui les victimes se confient-elles ?

Champ : Victimes d’au moins un fait jugé « assez grave » ou « très grave ».

Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.

Conclusion

49Le volet Université de l’enquête Violences et rapports de genre (Virage) : contextes et conséquences des violences subies par les femmes et par les hommes, apporte pour la première fois en France un éclairage sur les violences dans l’enseignement supérieur. Initiative de chercheuses engagées dans une recherche qui se veut impliquée, l’enquête répond à la demande exprimée par les associations étudiantes puis par le MESR de disposer d’indicateurs statistiques sur le harcèlement sexuel et les violences sexistes subies par la population étudiante. Sur un total d’environ 30 000 inscrit·e·s à Paris Diderot et à l’IPGP en 2015, 12 % se sont connectés au lien du questionnaire et 6,8 % ont renseigné les violences subies dans le cadre des études, malgré la sensibilité du sujet. Le recours aux données administratives de l’établissement a permis d’élaborer une pondération corrigeant les biais de collecte et de produire à la fois des résultats représentatifs de l’ensemble de la population étudiante et d’estimer le nombre de personnes victimes.

50Les résultats de cette enquête montrent que les violences sont d’abord des actes commis par des hommes, qui ciblent surtout des filles mais aussi des garçons, avec cependant une surexposition très nette des filles aux violences sexuelles. Ont été rapportées des situations de bizutage, ressenties de manière problématique par les filles surtout, mais aussi par les garçons. Jugées graves par 4 % des étudiant·e·s, des violences psychologiques sont commises, par d’autres étudiant·e·s plutôt que par des enseignants ou le personnel BIATSS. Le harcèlement sexuel concerne 12 % des étudiantes et 6 % des étudiants, avec des auteurs majoritairement masculins et étudiants. Les violences sexuelles avec contact physique sont moins fréquentes et concernent surtout les jeunes femmes ; elles sont plutôt commises par des étudiants mais aussi des enseignants, ayant généralement un rôle d’encadrant de mémoire. Enfin les violences physiques, assez rares, ont tout de même été signalées, commises exclusivement par d’autres étudiants. On notera que parmi les victimes jugeant les faits subis « assez graves » ou « très graves » on constate aussi une légère surreprésentation des jeunes se déclarant bisexuel·le·s (9,2 % contre 6,2 % parmi les non-victimes), une surreprésentation plus prononcée des personnes de nationalité étrangère (27,4 % contre 16,9 % parmi les non-victimes) comme une surreprésentation des jeunes ayant une limitation fonctionnelle pouvant constituer un handicap (22,4 % contre 14 % parmi les non-victimes). Les LGBT-phobies, le racisme et l’handi-phobie se cumulent ainsi au sexisme dans l’émergence de ces violences.

51Enfin, il convient de souligner que malgré la longueur du questionnaire qui a dans un cas sur deux atteint plus de trois quarts d’heure, un·e étudiant·e sur deux a souhaité laisser un commentaire à la fin du questionnaire. Sans surprise, le questionnaire est jugé « assez long », mais les enquêté·e·s disent également qu’il était « bien », « complet », « utile » et « clair ». Ce regard positif montre qu’il est parfaitement possible d’aborder des sujets délicats dans une enquête par internet et que les étudiant·e·s perçoivent clairement l’intérêt d’y répondre, ce qui témoigne aussi d’un engagement citoyen de leur part que l’on peut saluer.

Haut de page

Bibliographie

Ressources

Collectif anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur : https://clasches.fr/

Comité national contre le bizutage :
https://www.contrelebizutage.fr/

ANEF, CLASCHES, CEPED, Vade-mecum à l’usage des établissements sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche, Guide, 2017.
https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/sites/default/files/content_migration/document/VademecumHS-web_727881.pdf

Haut de page

Notes

1 Synthèse remise à la Mission égalité de l’Université de Paris en mars 2021.

2 Tamara Hubert, « Au lycée, les filles s’impliquent davantage dans leur travail », Note d’information, DEPP Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, n° 31, 2016. https://archives-statistiques-depp.education.gouv.fr/Default/digital-viewer/c-13130

3 « Une pétition dénonce le harcèlement sexuel à l’université », Le Monde, publié le 29 janvier 2002 à 11h00. https://www.lemonde.fr/archives/article/2002/01/29/une-petition-denonce-le-harcelement-sexuel-a-l-universite_260515_1819218.html

4 ANEF, CLASCHES, CEPED, Vade-mecum à l’usage des établissements sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche, Guide, 2017. https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/sites/default/files/content_migration/document/VademecumHS-web_727881.pdf

5 Décret n° 2020-256 du 13 mars 2020 relatif au dispositif de signalement des actes de violence, de discrimination, de harcèlement et d’agissements sexistes dans la fonction publique.

6 La journée d’étude Le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur, organisée par Lucia Direnberger, Jules Falquet et Azadeh Kian, avec le soutien du Pôle égalité femme-homme, s’est tenue le 11 octobre 2013. Les interventions du colloque ont été publiées dans Les cahiers du CEDREF, dossier coordonné par A. Kian, Harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur. Quand l’impunité et la pédagogie font mauvais ménage·, n° 19, 2014. https://journals.openedition.org/cedref/707

7 Christelle Hamel, initiatrice de l’enquête Virage, a été l’une des co-fondatrices du collectif CLASCHES en 2002, puis présidente de l’ANEF de 2008 à 2012. Sylvie Cromer a été membre de l’Association contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT) dans les années 1990 et présidente de l’ANEF de 2012 à 2016.

8 L’Université Paris Diderot a fusionné avec l’Université Paris Descartes pour devenir Université de Paris, puis Université Paris Cité.

9 Pour une présentation approfondie de la méthodologie de l’enquête Virage dans son ensemble, voir Christelle Hamel, « Faire une enquête sur les violences de genre », dans E. Brown, A. Debauche, Ch. Hamel et M. Mazuy, Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, Éditions de l’Ined, Paris, 2020, p. 39-126.

10 Zahia Ouadah-Bedidi et Anne Kupiec, Enquête sur les modes de vie, la santé et la sécurité des étudiant·e·s de l’Université Paris Diderot. Bilan de collecte et premiers résultats de l’enquête Pilote, OVE, PEFH, 2014, 6 pages.

11 Université de Strasbourg, Université Sorbonne Paris Cité, Université de Bretagne Occidentale.

12 Zahia Ouadah-Bedidi, A. Kupiec et Simon Quemeneur, Enquête sur les modes de vie, la santé et la sécurité des étudiant·e·s de l’Université Paris Diderot. Bilan de collecte et premiers résultats de l’enquête Pilote, OVE, PEFH, 2015, 12 pages.

13 Rares sont les réponses parvenues de la part d’étudiants sans mail pour lesquels nous avions généré une adresse université.

14 Sur les 2 010 questionnaires remplis jusqu’au module 4, 1 995 sont réellement exploitables, les autres comportant des « Ne sait pas » ou « Refuse de répondre » trop nombreux.

15 Amandine Lebugle, Alice Debauche, Justine Dupuis et Zahia Ouadah-Bedidi, « Les violences dans le cadre des études », dans E. Brown, A. Debauche, Ch. Hamel et M. Mazuy, Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, Éditions de l’Ined, Paris, 2020, p. 263-287. Amandine Lebugle, Justine Dupuis et l’équipe de l’enquête Virage, Les violences subies dans le cadre des études universitaires. Principaux résultats des enquêtes Violences et rapports de genre (Virage) réalisées auprès d’étudiants de quatre universités françaises, Documents de travail n° 245, 2018, 39 pages.

16 La modalité « Autres » regroupe les étudiants inscrits tardivement en mars 2015 (1 805 étudiant·e·s avec 69 connexions et 38 réponses complètes) et ceux pour lesquels nous ne disposions pas d’adresse électronique dans la base des inscrit·e·s en janvier 2015 (1543 avec 5 connexions et 1 réponse complète).

17 Lors de l’enquête pilote, nous avions testé la participation des étudiant·e·s en première année de médecine (PACES) et obtenu un taux de réponse de 15,2 %.

18 Pour plus de détail sur cette question méthodologique, voir Hamel, 2020, « Faire une enquête sur les violences de genre », in E. Brown, A. Debauche, Ch. Hamel et M. Mazuy, Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, Editions de l’Ined, Paris, p. 39-126.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : À qui les victimes se confient-elles ?
Légende Champ : Victimes d’au moins un fait jugé « assez grave » ou « très grave ».
Crédits Source : Virage-Université Paris Diderot – IPGP, 2015, Ined-Paris Diderot.
URL http://journals.openedition.org/cedref/docannexe/image/1909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zahia Ouadah-Bedidi et Christelle Hamel, « Subir des violences pendant le cursus universitaire. Résultats de l’enquête Virage-Université à Paris Diderot – IPGP »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1909

Haut de page

Auteurs

Zahia Ouadah-Bedidi

Maîtresse de conférence au département Sciences sociales de l’Institut Humanités, Sciences et Sociétés (IHSS), Université Paris Cité. Elle est rattachée à l’Unité de recherche Migrations et Sociétés – URMIS UMR 8285 (CNRS) et UMR 205 (IRD) et également chercheuse associée à l’INED dans l’unité DEMOSUD (Démographie des pays du Sud) et à l’Université d’Ajman au Centre de recherches Humanities and Social Sciences. Ses projets de recherche portent sur la région du monde arabe et couvrent plusieurs sujets liés à la dynamique familiale : Transition de la fécondité ; Nuptialité, mariage et célibat ; Relations entre les sexes et statut des femmes, emploi et éducation ; Politiques familiales, contraception et santé reproductive.
Adresse mail : ouadah@ined.fr

Christelle Hamel

Sociologue, chargée de recherche à l’Ined (Unité  genre, sexualité, inégalité), mise à disposition du CNRS au sein de l’Unité de recherche Migrations et Sociétés (URMIS UMR 8285). Ses travaux de recherche portent sur les discriminations raciales et sur les violences envers les femmes. Elle a initié et coordonné l’enquête VIRAGE (2015) et coordonné l’enquête Trajectoires et origines (2009, TeO1).
Adresse mail : christelle.hamel@ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search