Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Analyse féministe de la positionn...

Analyse féministe de la positionnalité : réflexions depuis des expériences d’enseignement et de recherche en contexte québécois1

Isabelle Auclair, Jade St-Georges, Lorena Suelves Ezquerro et Noémie Gonzalez Bautista

Résumé

Le présent article a pour objectif de réfléchir à la façon dont le positionnement situé – qui est aussi analysé sous le prisme des notions de positionnement social ou de positionnalité – influence les expériences, en contexte universitaire, de personnes qui adoptent une posture féministe. Tout en reconnaissant que le positionnement situé traverse toutes les dimensions du parcours universitaire (qu’il s’agisse de l’expérience étudiante, professionnelle, administrative, associative, etc.) les auteurices se penchent sur l’enseignement et la recherche. Ce choix repose sur le fait que ces deux dimensions inter-reliées permettent d’illustrer des enjeux similaires quant à la posture féministe et au positionnement situé tout en proposant des stratégies d’action distinctes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les auteurices tiennent à remercier Hélène Bourdelois et Lena Huebner pour leurs judicieux commenta (...)
  • 2 Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la (...)
  • 3 Sarah Bracke, María Puig de la Bellacasa et Isabelle Clair, « Le féminisme du positionnement. Hérit (...)
  • 4 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “po (...)

1L’adoption d’une posture, d’un cadre théorique et d’une démarche méthodologique féministes comporte des défis. Les personnes étudiant, enseignant ou effectuant des recherches féministes font souvent face au mythe de l’objectivité et voient la validité et la scientificité de leurs initiatives questionnées2. La posture positiviste s’appuyant sur l’idée que l’objectivité, la neutralité et l’universalisme mèneraient à la soi-disant vérité scientifique a historiquement dominé les sciences occidentales. Le positivisme, qui véhicule l’idée d’une parfaite objectivité et écarte résolument l’idée de subjectivité, a pour effet de discréditer d’autres épistémologies, notamment celles du positionnement développé dans les années 1970 par des féministes afro-états-uniennes et chicanas3. Or, tous les savoirs sont situés. Il en va de même pour les savoirs considérés comme neutres et objectifs. Les productions scientifiques sont en général le résultat de l’expérience du groupe qui les construit. Elles sont issues de l’expérience d’une majorité de personnes correspondant à la norme sociale et dont les savoirs, largement diffusés, participent à la reproduction des privilèges, notamment masculins, blancs, occidentaux et classistes4.

  • 5 Maeve Landman, « Getting Quality in Qualitative Research: A Short Introduction to Feminist Methodol (...)
  • 6 Janik Bastien Charlebois, « Repousser les frontières de l’intime dans la recherche : quelques réfle (...)

2Critiquant la notion d’objectivité, les épistémologies et les méthodologies féministes s’intéressent aux rapports de pouvoir dans la production et la diffusion des savoirs. Plus encore, elles visent à présenter les expériences et les savoirs des femmes et des personnes minorisées en reconnaissant que ceux-ci varient selon le contexte et l’époque5. En réalité, l’interrogation du mythe de l’objectivité met en évidence l’idée selon laquelle chaque personne a une subjectivité particulière, un positionnement situé. Cette subjectivité imprègne notre compréhension et notre expérience du monde sans pour autant empêcher la construction de savoirs valables et scientifiques6.

3Le présent article a pour objectif de poser une réflexion sur la façon dont ce positionnement situé – qui est aussi analysé sous le prisme des notions de positionnement social ou de positionnalité – influence les expériences de personnes qui adoptent une posture féministe en contexte universitaire. Tout en reconnaissant que le positionnement situé traverse toutes les dimensions du parcours universitaire (qu’il s’agisse de l’expérience étudiante, professionnelle, administrative, associative, etc.), nous nous pencherons sur l’enseignement et la recherche. Ce choix repose sur le fait que ces deux dimensions inter-reliées nous permettent d’illustrer des enjeux similaires quant à la posture féministe et au positionnement situé tout en proposant des stratégies d’action distinctes pour y répondre.

  • 7 « Une personne aux études est qualifiée “de première génération” lorsque ses parents ne sont pas di (...)

4Après avoir dressé un état des lieux concis des théories féministes du positionnement, nous proposons des réflexions sur la positionnalité à partir de nos expériences d’enseignement et de recherche. D’entrée de jeu, en cohérence avec les réflexions épistémiques et méthodologiques qui font l’objet de cet article, et tout en reconnaissant que la positionnalité au sein des systèmes d’oppressions et de privilèges est en constante construction, qu’elle doit toujours être contextualisée et qu’elle teinte les réflexions proposées ici, il importe de situer les auteurices. Nous sommes trois femmes cisgenres et une personne non binaire. Nous jouissons toustes du privilège blanc et sommes des universitaires de première génération7. Deux sont issues de l’immigration. Trois sont doctorantes et une est professeure. Nos expériences, sur lesquelles s’appuient les réflexions dans le présent article, s’inscrivent dans le contexte universitaire québécois.

Les apports des féminismes du positionnement et des réflexions sur la positionnalité

  • 8 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance: réflexions sur les épistémologies du “poi (...)
  • 9 Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, Presses Univers (...)
  • 10 S. Bracke, M. Puig de la Bellacasa et I. Clair, « Le féminisme du positionnement… », op. cit., p. 4 (...)
  • 11 Chara Tsantili et Carolina Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality: T (...)
  • 12 Myfanwy Franks, « Feminisms and Cross-Ideological Feminist Social Research: Standpoint, Situatednes (...)
  • 13 M. Franks, « Feminisms and Cross-Ideological Feminist Social Research… », op. cit., p. 42 (traducti (...)

5En réponse aux postures dominantes et positivistes, diverses postures émergent, dont les féminismes du positionnement8. Plusieurs déclinaisons conceptuelles se retrouvent dans la littérature, notamment l’épistémologie du point vue, la théorie de la connaissance située ou encore l’utilisation du terme anglais standpoint theory9. Bracke, Puig de la Bellacasa et Clair précisent le choix de traduire la notion de standpoint theory par féminisme du positionnement, plutôt que féminisme du point de vue, puisque « “[p]oint de vue” ou “perspective” auraient aussi l’inconvénient de diluer l’intensité contenue dans le terme standpoint qui suggère la résistance, l’opposition, l’adoption d’une attitude, la prise de position. La traduction par “positionnement” permet dès lors d’insister sur le caractère politique, actif et construit du standpoint10 ». Outre la notion de positionnement, certain·e·s auteurices s’intéressent à celle de la positionnalité. Selon Chara Tsantili et Carolina Topini, la positionnalité est un processus dans lequel la personne chercheuse devient consciente de sa position à l’intérieur des structures de pouvoir11. Myfanwy Franks12 soutient que la positionnalité renvoie à la façon dont l’identité et les affiliations individuelles d’une personne sont positionnées par les autres. Elle ajoute que la positionnalité est importante dans la mesure où elle fait contrepoids à la possible « surpersonnalisation » de la notion de point de vue, qui peut véhiculer l’idée selon laquelle le point de vue est toujours le résultat d’un choix. Selon elle13, la positionnalité s’enracine dans la différence, se réfère aux systèmes d’oppressions et de privilèges, et se décline en trois types : « la positionnalité attribuée (comme c’est généralement le cas avec le genre) ; la positionnalité sélective (comme dans le cas des personnes qui optent pour une position particulière) et la positionnalité forcée (où d’autres définissent de force la position, qu’elle réponde ou non à des critères subjectifs) ».

  • 14 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit (...)
  • 15 Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empower (...)
  • 16 Gloria E. Anzaldúa, Haciendo Caras/Making Face, Making Soul: Creative and Critical Perspectives by (...)
  • 17 Donna Haraway, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial (...)

6Ces déclinaisons conceptuelles émergent de divers courants dont les apports complémentaires ont favorisé le développement des outils épistémologiques des féminismes du positionnement et de la réflexion sur la positionnalité. Chara Tsantili et Carolina Topini14 identifient trois courants principaux ayant émergé dans les décennies 1970 et 1980 : les féminismes noirs15, les féminismes frontaliers et chicanas16 et les féminismes marxistes, socialistes et radicaux17. Bien que ces courants ne soient pas hermétiques et qu’il soit impossible de les présenter dans toute leur complexité, il est intéressant de relever certains de leurs apports-clés. Précisons qu’ils cohabitent dans le temps et ne doivent pas être appréhendés de manière chronologique.

  • 18 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit (...)
  • 19 Le terme « race » est utilisé dans ce texte en référence au processus de racisation duquel émergent (...)
  • 20 K. Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex… », op. cit., p. 139-167.

7Le mouvement des femmes noires et racisées pose les assises conceptuelles des courants qui interrogent les limites du féminisme hégémonique blanc, ainsi que la reproduction de comportements sexistes dans certains mouvements antiracistes18. En 1982, Barbara Smith, Patricia Bell Scott et Gloria T. Hull publient le livre phare All the Women Are White, All the Blacks Are Men, But Some Of Us Are Brave, qui illustre les luttes des femmes noires, et la nécessité pour les militantes de créer leurs propres mouvements de libération. Patricia Hill Collins participe à l’enrichissement de la théorisation sur le positionnement en déconstruisant l’illusion du groupe « femmes » comme groupe homogène. Elle rend notamment centrale la notion de race19 et soutient que ce sont les femmes noires – en tant que « connaisseuses situées » – qui sont le mieux positionnées pour analyser leurs propres expériences. Elle insiste aussi sur le fait que, bien que le groupe « femmes » ne soit pas homogène, le groupe « femmes noires et racisées » ne l’est pas non plus. Cette réflexion rejoint la théorisation proposée par Kimberlé Crenshaw20 de la co-construction des systèmes sexiste, raciste et classiste au moyen de l’intersectionnalité.

  • 21 Elena Margarita Cacheux Pulido, « Feminismo chicano: raíces, pensamiento político e identidad de la (...)
  • 22 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit (...)
  • 23 Gloria E. Anzaldúa, Haciendo Caras/Making Face, Making Soul: Creative and Critical Perspectives by (...)
  • 24 E. M. Cacheux Pulido, « Feminismo chicano: raíces, pensamiento político e identidad de las mujeres  (...)

8Les féministes chicanas dénoncent quant à elles l’hégémonie féministe anglo-états-unienne en développant une réflexion épistémologique à partir de leur réalité qui se construit et se situe en contexte frontalier – ici entre le Mexique et les États-Unis21. Elles soulignent l’étroite relation entre localisation sociale, connaissance, expérience et identité22. Gloria Anzaldúa23 développe ainsi le concept de «  conscience métisse », qui ne se limite pas aux personnes vivant aux frontières, mais réfère à une résistance qui se manifeste à travers la construction de soi. Les chicanas contribuent aux féminismes du positionnement en posant des actions communautaires, locales et nationales et en développant une réflexion sur la triple oppression les touchant, soit le sexisme, le racisme et l’impérialisme24.

  • 25 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit (...)
  • 26 D. Haraway, « Situated Knowledges… », op. cit., p. 575-599 ; S. Harding, « Feminist Standpoints », (...)
  • 27 Louise Toupin, Les courants de pensée féministe, J.-M. Tremblay, 2003, p. 21. http://www.femmeslaur (...)
  • 28 N. Hartsock, « The Feminist Standpoint… », op. cit.

9À la même époque que les féminismes noirs et chicanas, émerge une autre série fondamentale de courants dans le développement des féminismes du positionnement. Il s’agit, selon la catégorisation de Tsantili et Topini25, des féminismes marxistes, socialistes et radicaux26. Les féministes marxistes centrent leur analyse sur les impacts du système économique capitaliste alors que les féministes socialistes tentent de comprendre comment le patriarcat et le capitalisme s’articulent. Louise Toupin précise que le féminisme radical – qui cherche à analyser la racine de la subordination des femmes – n’est pas homogène et qu’« [i]l s’agit d’un courant éclaté dont les composantes partagent cependant une conviction commune : l’oppression des femmes est fondamentale, irréductible à quelqu’autre oppression, et traverse toutes les sociétés, les “races” et les classes27 ». Dans cette perspective, Nancy C.M. Hartsock28, qui introduit le concept de Feminist Standpoint Theory, soutient que les productions scientifiques ne s’accomplissent pas hors du monde social, et qu’il est important de reconnaître leur portée politique et les rapports de pouvoir qui les traversent. Cette conceptualisation met en lumière que tout savoir est partiel et partial et qu’il participe à la reproduction des systèmes de privilèges/oppressions.

  • 29 Bagele Chilisa, Indigenous Research Methodologies, Thousand Oaks, SAGE, 2012 ; Margaret Kovach, Ind (...)
  • 30 Kathy Absolon et Cam Willett, « Aboriginal Research: Berry Picking and Hunting in the 21st Century  (...)
  • 31 Voir notamment : Chandra Talpade Mohanty, « Under Western eyes: Feminist scholarship and colonial d (...)
  • 32 Voir notamment : Alexandre Baril, « Transness as debility: Rethinking intersections between trans a (...)

10Outre les trois courants identifiés par Tsantili et Topini, il importe de souligner qu’un équivalent du positionnement situé, dont les racines sont plus anciennes, existe dans les épistémologies autochtones29. Par exemple, les chercheuses autochtones Kathy Absolon (Anishinaabe kwe) et Cam Willett (Crie) expliquent qu’il est essentiel de se situer lorsqu’on présente une recherche, puisqu’il n’est possible de bien parler que de ce qu’on connaît30. Outre les féminismes autochtones, d’autres courants, comme les féminismes postcoloniaux et décoloniaux, apportent des nuances et éclairent les impacts du colonialisme dans les expériences situées31. De même, les pensées queer, les études trans et les luttes contre le capacitisme, l’âgisme ou la grossophobie permettent de comprendre les effets de différents systèmes d’oppressions et de privilèges32.

  • 33 S. Bracke, M. Puig de la Bellacasa et I. Clair, « Le féminisme du positionnement… », op. cit., p. 4 (...)
  • 34 Patricia Hill Collins et Sirma Bilge, Intersectionnality, Hoboken, Wiley, 2016.
  • 35 Ochy Curiel, « Construyendo metodologías feministas desde el feminismo decolonial », Otras Formas d (...)

11En somme, ces différents courants nous invitent à interroger le processus de construction des diverses positionnalités, à les replacer dans les systèmes de privilèges et d’oppressions et à revaloriser l’expérience de groupes marginalisés par rapport aux groupes ayant historiquement imposé leur subjectivité comme étant la norme33. Il importe de reconnaître que la connaissance est toujours partielle, co-construite et située, et de tenir compte de la diversité des expériences des femmes et de l’intersection des rapports de pouvoir34. Autrement, nous risquons de reproduire des oppressions envers ceux et celles face à qui nous sommes en position de privilège. Pour éviter cet écueil, Curiel35 soutient qu’il est nécessaire de procéder à une ethnographie de nos positions dans la production des privilèges. Cela nous amène à l’importance de la reconnaissance de notre positionnalité dans les recherches que nous menons, ainsi que dans les cours que nous enseignons.

Réflexions autour de l’enseignement et de la recherche féministes

12En nous appuyant sur les apports théoriques et méthodologiques des féminismes du positionnement et de la positionnalité, nous poserons des réflexions à partir de deux dimensions centrales à notre expérience dans le milieu universitaire, l’enseignement et la recherche.

La positionnalité dans l’enseignement féministe

  • 36 Anastasie Amboulé Abath, Marie- Ève Campbell et Geneviève Pagé, « La pédagogie féministe : sens et (...)
  • 37 Virginie Dutoya, Sarah Kiani, Amélie Le Renard, Cha Prieur et Florian Vörös, « Introduction. Analys (...)

13Une des richesses des études et de la recherche féministe est la multidisciplinarité. Or, la structure universitaire québécoise – qui s’appuie sur une administration, des inscriptions et une gestion hermétique des programmes disciplinaires – limite le développement de contenus transversaux. D’une part, on reproche aux cours portant sur les femmes et/ou les approches féministes, d’être multidisciplinaires et difficilement intégrables dans un cursus précis ; d’autre part, on évoque leur nature trop spécifique et proche du militantisme36. Par ailleurs, si un cours sur les femmes, le genre ou le féminisme existe déjà dans un département, il est difficile de soutenir le développement d’un autre cours adoptant la même approche, même si la thématique est complémentaire. Cela contribue à invisibiliser l’hétérogénéité des réalités des femmes et la pluralité des féminismes, et restreint la richesse des analyses37.

  • 38 Université Laval, Plan d’action équité, diversité et inclusion. Programme des Chaires de recherche (...)
  • 39 Sandrine Ricci, « La culture du viol dans les universités : quels enjeux pour la pratique enseignan (...)
  • 40 Faiza Hirji, Yasmin Jiwani et Kirsten Emiko McAllister, « On the Margins of the Margins: #Communica (...)

14Par ailleurs, il existe parfois une résistance à l’octroi de ressources pour les approches féministes. Certains départements bénéficient de financements qui facilitent le développement de cours ainsi que le recrutement de nouvelles ressources professorales, alors que d’autres ont des ressources plus limitées38. Au cours des dernières décennies, nous avons observé le départ à la retraite de professeures féministes sans qu’il y ait nécessairement de recrutements permettant de remplacer leur expertise. Ce qui a eu un effet non seulement sur l’offre de cours, mais aussi sur les possibilités d’encadrement des étudiant·e·s s’intéressant aux approches féministes. Dans ce contexte, le corps professoral féministe se retrouve sursollicité. Cette surcharge va au-delà de l’encadrement universitaire en incluant souvent du soutien émotionnel et psychologique d’étudiant·e·s (et parfois de collègues) qui font l’expérience d’injustices en contexte universitaire. À ce sujet, Sandrine Ricci39 évoque le travail émotionnel qui incombe aux professeur·e·s féministes qui sont davantage ciblé·e·s comme confident·e·s. Cette charge, comme le soulignent Faiza Hirji, Yasmin Jiwani et Kirsten Emiko McAllister, est exacerbée chez les professeures autochtones, noires et racisées qui sont sous-représentées dans le corps professoral40.

  • 41 Le capacitisme est une structure de différenciation et de hiérarchisation sociale fondée sur la nor (...)

15Outre les rapports de pouvoir liés aux divers systèmes d’oppressions comme le sexisme, le cisgenrisme, le racisme, le capacitisme41 il importe de considérer le système hiérarchique structurant le milieu universitaire. Par exemple, il existe des rapports de pouvoir entre les personnes qui enseignent et celles qui suivent des cours, mais aussi entre les personnes étudiantes elles-mêmes, notamment entre celles qui ont poursuivi leurs études précédentes dans le contexte québécois – où nous enseignons – et celles qui viennent de l’international. Pensons également à l’ensemble des privilèges que détiennent les étudiant·e·s dont les parents ont complété des études postsecondaires et connaissent les normes et codes du système universitaire.

  • 42 Anne Boring, « Gender Biases in Student Evaluations of Teaching », Journal of Public Economics, n°1 (...)
  • 43 Friederike Mengel, Jan Sauermann et Ulf Zölitz, « Gender Bias in Teaching Evaluations », Journal of (...)

16En outre, pour les personnes doctorantes qui occupent à la fois un rôle d’étudiante et d’enseignante, l’appartenance aux deux groupes occupant des positions hiérarchiques distinctes influe sur les relations avec les collègues de chaque groupe. Par exemple, sachant que les femmes enseignantes sont évaluées plus sévèrement que leurs homologues masculins42, celles qui sont également étudiantes voient leurs compétences plus souvent remises en question. Cette sous-estimation de l’expertise des doctorantes a un impact sur les évaluations de leur enseignement, surtout lorsqu’il existe un mécontentement du côté des notes attribuées. Or, comme le soulignent Friederike Mengel et ses collègues43, les évaluations d’enseignement influencent de manière importante le recrutement, et les processus d’agrégation et de promotion des universitaires.

  • 44 Ève-Marie Lampron, « Pour une pédagogie féministe de l’enseignement des méthodologies (féministes)  (...)

17Pour notre part, nous avons eu le privilège de développer et d’offrir des cours intégrant les approches féministes. Se positionner comme enseignante féministe implique, pour nous, l’adoption d’une pédagogie en phase avec cette posture épistémique44 qui se traduit de différentes façons. Nous en donnons quatre exemples : 1) la reconnaissance de la positionnalité ; 2) la communication inclusive ; 3) le contenu développé et le matériel partagé ; 4) les activités pédagogiques qui visent la réflexivité.

  • 45 Florence Ashley, « Qui est-ille ? Le respect langagier des élèves non-binaires, aux limites du droi (...)
  • 46 Alexandre Baril, « Trouble dans l’identité de genre : le transféminisme et la subversion de l’ident (...)
  • 47 CDEC Québec et Entrepreneuriat au féminin, La communication inclusive : mode d’emploi, 2020.
  • 48 Suzanne Zaccour, Grammaire non sexiste de la langue française, Saint-Joseph-du-Lac, M Éditeur, 2017

18En début de session, nous nous présentons et nous invitons chaque personne à se présenter en identifiant le pronom et les accords qu’elle utilise. Cet exercice vise à amorcer la réflexion sur la positionnalité en précisant par exemple que la binarisation du genre dans le vocabulaire utilisé contribue à reproduire des inégalités fondées sur la croyance erronée qu’il est possible d’identifier le genre par l’apparence, le prénom, le timbre de voix, etc45. Qualifiée de mégenrage, cette agression est vécue régulièrement par les personnes non binaires et trans* alors que les personnes cisgenres n’y font pas face46. Cet exemple s’inscrit dans une démarche plus large d’utilisation d’un vocabulaire inclusif et d’une communication inclusive47. Il s’agit à notre avis d’une base incontournable pour amorcer la réflexion, mais également d’une première action concrète – bien que limitée – visant à rendre visibles les personnes appartenant à des groupes marginalisés. Toutefois, il est important de souligner que ces efforts font partie d’un processus qui est encore en développement et en voie d’amélioration. Il est parfois difficile de trouver un équilibre entre l’importance de la visibilisation des femmes et de leurs expériences – ce qui est un élément central des féminismes – et la nécessité de reconnaître la place des personnes issues de la diversité des genres sans tomber dans la binarisation. Cette limite s’exprime particulièrement à travers les tentatives de féminiser la langue française dans une optique non sexiste, sans invisibiliser la pluralité des genres. Par exemple, le vocabulaire épicène permet de neutraliser la binarité féminin/masculin, mais ne permet pas à lui seul de donner une juste place aux femmes là où elles sont invisibilisées48. Cette limite est présente dans les analyses et écrits féministes, y compris dans cet article.

  • 49 Marilyn Dupuis Brouillette (dir.), « Rédaction épicène et écriture inclusive », Revue canadienne de (...)
  • 50 Coralis del Mar et Cabán Pérez, « Lenguaje no inclusivo en la academia: ¿Por qué utilizar el lengua (...)

19En reconnaissant cette limite, nous ne nous limitons pas à mobiliser des formulations épicènes, féminiser des termes ou utiliser des néologismes pour inclure les réalités non binaires. Nous partageons en outre des guides de rédaction inclusive49 et nous incluons cette dimension dans l’évaluation des travaux. Nous constatons une évolution dans la réception de ce type de rédaction dans les cohortes étudiantes. Il y a quelques années à peine, certaines personnes refusaient catégoriquement d’utiliser la rédaction inclusive dans leurs travaux, arguant qu’elles préféraient perdre des points plutôt que féminiser leurs propos. Depuis, plusieurs personnes étudiantes nous ont fait part de la façon dont ce changement de paradigme dans leurs modes d’expression et de rédaction avait mis en lumière des inégalités auparavant inaperçues. Certaines ont d’ailleurs tenté d’étendre la pratique dans d’autres cours universitaires ou dans le cadre de leur emploi. Cette initiative peut être reçue positivement, mais aussi réprouvée par des personnes en situation d’autorité (professeur·e·s ou supérieur·e·s), sous prétexte qu’elle serait à l’origine d’erreurs grammaticales. Cette résistance illustre la nécessité de sensibiliser l’ensemble de la communauté universitaire (et au-delà) au principe d’évolution de la langue, mais également à l’impact du vocabulaire comme outil susceptible de contribuer à l’égalité ou de lui porter atteinte. Par ailleurs, soulignons que la communication inclusive outrepasse le vocabulaire et qu’elle intègre le langage non verbal et des comportements tels que l’écoute et l’établissement d’un environnement respectueux et ouvert50.

  • 51 Wendy Cavendish et Jennifer Samson (dir.), Intersectionality in Education: Toward More Equitable Po (...)
  • 52 Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empower (...)
  • 53 Ryoa Chung, « Femmes racisées et épistémologies féministes en éthique des relations internationales (...)

20Au-delà de la communication, le développement d’un plan de cours ancré dans une posture féministe implique une réflexion sur le matériel proposé et la démarche méthodologique déployée. À l’instar de plusieurs auteurices féministes51, nous jugeons fondamental de diversifier nos plans de cours. Cette démarche vise, comme le souligne Patricia Hill Collins52, à identifier des auteurices dont les écrits sont moins connus et diffusés dans les espaces dominants. Dans une démarche féministe de réflexion sur les rapports de pouvoir et les systèmes d’oppressions, il nous paraît nécessaire de proposer et de valoriser une diversité de savoirs mettant en avant des parcours, profils, connaissances et expériences multiples. Dans un de nos cours portant sur la gestion de la coopération internationale, nous avons ainsi réalisé un exercice de révision du plan de cours en portant une attention particulière à l’inclusion d’autrices des Suds dans les lectures obligatoires. Cela permet de reconnaître et de valoriser les personnes qui posent des réflexions théoriques et expérientielles depuis leurs propres contextes53. Plus encore, dans une réflexion sur la positionnalité, il importe de représenter la diversité des savoirs en concordance avec la diversité de provenance des étudiant·e·s des cours que nous enseignons. Dans cette perspective, lorsque nous expliquons aux cohortes étudiantes le choix féministe de privilégier les écrits de femmes, plusieurs réflexions surgissent. La première est liée au fait que les étudiant·e·s ne se sont généralement jamais questionné·e·s à ce sujet. Cette prise de conscience est suivie du constat de la carence, voire de l’absence, de textes écrits par des femmes, et plus encore de femmes autochtones, noires, racisées ou des Suds.

  • 54 Ochy Curiel, « Construyendo metodologías feministas desde el feminismo decolonial », op. cit., p. 4 (...)
  • 55 Voir notamment : Santosh Chandrashekar, « Doing Intersectionality under a Different Name. The (Un)i (...)
  • 56 Sirma Bilge, « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Recherches féministes, vol. 28, no 2, 2015 (...)
  • 57 Boaventura de Sousa Santos, Epistemologies of the South: Justice against epistemicide, Routledge Ta (...)

21Dans cet exercice, il est toutefois essentiel de reconnaître notre position de privilège. En effet, malgré l’effort conscient pour diversifier nos plans de cours, nous avons nos propres biais et angles morts liés à notre positionnalité, notamment d’universitaires des Nords bénéficiant du privilège blanc. Comme le soutient Curiel54, la démarche de prise en compte de nos positionnements dans la production des privilèges implique de nous recentrer sur les expériences des groupes marginalisés et de n’usurper ni leur place ni leur voix. Or, une des critiques importantes concerne le fait que plusieurs théories et concepts aujourd’hui reconnus scientifiquement proviennent de groupes dont les cultures et savoirs ont été ignorés jusqu’à leur réappropriation par des universitaires en position de privilège55. À ce sujet, en prenant l’exemple de l’intersectionnalité, Sirma Bilge56 utilise le terme « blanchiment » pour faire référence au phénomène d’appropriation, en contexte universitaire, de savoirs militants. Ce processus évacue les apports des personnes ayant développé ces savoirs, ici des femmes noires et racisées, et contribue à leur marginalisation dans les débats et les espaces universitaires contemporains. Boaventura De Sousa Santos57 parle d’épistémicide pour aborder cette marginalisation qui participe à délégitimer les savoirs des Suds et les formes de connaissance autres que celles qui sont considérées comme scientifiques.

  • 58 Geneviève Pagé, « Pouvoir, inconfort et apprentissage : les cours féministes peuvent-ils et doivent (...)

22Cette réflexion sur le contenu des plans de cours nourrit celle sur la reproduction des privilèges dans l’enseignement universitaire58. Il est essentiel d’interroger les méthodes de transmission de la matière et son appropriation par les étudiant·e·s. Dans cette perspective de réflexion en continu, les évaluations et autres activités pédagogiques sont des outils déterminants dans l’expérimentation de concepts et la mise en pratique des théories et méthodologies féministes. Par exemple, un travail de réflexion individuelle sur la positionnalité et les notions de privilège et d’oppression est proposé dans l’un de nos cours portant sur la diversité et l’équité en milieu de travail. Dans le cadre de cet exercice, les étudiant·e·s doivent développer une réflexion sur l’une des trois situations suivantes : 1) une expérience nouvelle dans laquelle ils et elles sont sous-représenté·e·s du fait d’un système d’oppression/privilège ; 2) une ou des situations passées où ils et elles étaient sous-représenté·e·s du fait d’un système d’oppression/privilège et 3) si aucune de ces options n’est possible, écrire une réflexion sur l’absence de diversité dans leur quotidien et environnement social. Cet exercice les amène à prendre conscience de l’homogénéité de leur entourage et du fait qu’ils et elles sont dans le groupe correspondant à la norme sociale dans la majorité des espaces qu’ils et elles occupent. Cela permet d’amorcer un processus d’introspection et de réflexion sur leur positionnalité.

  • 59 Geneviève Pagé, « Sur l’indivisibilité de la justice sociale ou pourquoi le mouvement féministe qué (...)
  • 60 Selon Alexandra Pierre, la fragilité blanche se réfère à un « état émotionnel intense dans lequel s (...)

23Dans le cas des personnes privilégiées, interroger le système supposément méritocratique qui les avantage implique souvent de l’inconfort. Comme le soutient Geneviève Pagé, « [r]econnaître que certaines situations nous offrent des privilèges permet de déconstruire le mythe individualiste et méritocratique voulant que notre position sociale actuelle soit le résultat de nos compétences et de nos efforts (ou ceux de nos parents) et permet de s’attaquer autant aux systèmes qui nous oppriment qu’à ceux qui perpétuent notre position de dominante, même si cela va contre nos intérêts59 ». Pour les étudiant·e·s membres des groupes historiquement ou socialement marginalisés, la réflexion qui s’en dégage montre des leviers à mettre en valeur, mais également des barrières à faire connaître pour lutter contre les inégalités systémiques. Cette mise en lumière suscite toutes sortes de réactions chez les étudiant·e·s, dans la mesure où elle s’inscrit dans un continuum qui va du désir de s’engager dans un processus de transformation sociale au découragement face à l’ampleur des inégalités, en passant par l’indifférence. Lorsqu’elles constatent leur situation de privilège ou d’oppression, certaines personnes manifestent du déni ou de la colère, ce qui, dans certains cas, révèle une situation de fragilité blanche60, tandis que d’autres évoquent un sentiment de fierté quant au processus réflexif dans lequel elles se sont engagées.

24Cette réflexion se poursuit souvent hors des cours. Chaque année, nous recevons des témoignages d’étudiant·e·s pour qui les contenus partagés dans les cours ont été le déclencheur de changements importants, parfois dans leur comportement à la suite de la reconnaissance de leurs privilèges, parfois dans leur milieu professionnel où ils et elles ont implanté des pratiques plus inclusives et féministes. Cette démarche, qui ne se limite pas aux étudiant·e·s, participe à notre propre processus de réflexion. La diversité des vécus et expériences des étudiant·e·s vient illustrer nos angles morts et des oppressions que nous ignorons parce qu’elles ne font pas partie de notre vécu et de nos expériences personnelles, mais qui apportent un nouvel éclairage pour rendre notre pédagogie et nos cours plus inclusifs encore.

La positionnalité dans la recherche féministe

25Tout comme dans l’enseignement, l’adoption d’une épistémologie et d’une méthodologie féministes dans la recherche implique une réflexion sur la positionnalité. Trois dimensions sont ici abordées : 1) les résistances face aux projets féministes ; 2) la positionnalité des membres de l’équipe de recherche ; 3) les rapports de pouvoir et la réciprocité.

1) Les résistances face aux projets féministes

  • 61 La recherche « Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire (ESSIMU) : Ce qu (...)
  • 62 Pour plus de détails sur le projet de Loi 151 : http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/p (...)
  • 63 Francine Descarries et Sandrine Ricci, « À la défense des savoirs scientifiques responsables et eng (...)

26La remise en question des approches féministes peut avoir plusieurs effets dans la planification et la réalisation de projets de recherche. Un exemple de résistance et de discréditation de recherches visant des changements sociaux structurants est celui des critiques qui ont été reçues par l’équipe ayant mené la recherche ESSIMU61 sur les violences à caractère sexuel en milieu universitaire québécois. Ce projet a eu un impact majeur et a notamment participé à l’adoption de la Loi 22.162 qui oblige les établissements d’enseignement supérieur québécois à se doter de politiques contre le harcèlement et les violences sexuelles. Bien qu’elle ait été reconnue comme scientifique de l’année par Radio-Canada en 2018 pour sa lutte contre le harcèlement sexuel en milieu universitaire, la chercheuse principale, la professeure Manon Bergeron, et son équipe ont reçu des critiques remettant en question la rigueur de leur travail du fait de sa nature féministe et engagée. Or, comme le soulignent Francine Descarries et Sandrine Ricci, c’est justement grâce à ce type de recherche que « [nous sommes] en route vers une meilleure connaissance de réalités sociales qui doivent changer63  ». Cela illustre la nécessité d’une sensibilisation et l’importance du travail collectif.

  • 64 Rashedur Chowdhury, « The Rana Plaza Disaster and the Complicit Behaviour of Elite NGOs », Organiza (...)
  • 65 Tiffany King, « Post-Identitarian and Post-Intersectional Anxieties in the Neoliberal Corporate Uni (...)

27Les résistances face aux recherches et aux travaux engagés mènent parfois à l’adoption de stratégies participant à l’invisibilisation des approches féministes. Celles-ci peuvent se manifester dans le choix d’omettre le terme « féministe » dans les titres de cours ou de projets. Cette omission vise souvent à éviter l’exclusion, notamment dans les processus d’attribution de bourses et de financement de projets. Il est à noter que la pression visant à dissimuler la posture féministe est modulée par le statut au sein du milieu universitaire. Elle sera d’autant plus forte pour les étudiant·e·s – particulièrement dans des cohortes où leur approche est marginale – et pour les professeur·e·s en début de carrière qui doivent répondre aux impératifs visant la sécurité d’emploi. Les difficultés seront exacerbées pour les chercheuses à l’intersection de divers systèmes d’oppressions64. Face au système universitaire néolibéral qui s’appuie sur la concurrence pour le financement, certain·e·s abandonnent les approches féministes parce qu’elles divisent ou choquent des comités d’évaluation65.

  • 66 Hélène Charron et Isabelle Auclair, « Démarches méthodologiques et perspectives féministes », Reche (...)
  • 67 Isabelle Courcy, Lyne Kurtzman, Berthe Lacharité, Lucie Pelletier-Landry, Isabel Côté et Nathalie L (...)
  • 68 Danielle Coenga-Oliveira et Priscyll Anctil Avoine, « “Conformez-vous !” : Les résistances et conte (...)

28Par ailleurs, les modalités de financement de la recherche complexifient le déploiement de projets féministes collaboratifs66. La recherche de fonds est perpétuelle, les délais sont courts et les conditions imposées par les organismes subventionnaires entrent souvent en conflit avec la gestion horizontale et participative de plusieurs organisations féministes67. À titre d’exemple, une occasion de financement s’est présentée et il nous apparaissait essentiel d’inclure une organisation partenaire de défense des droits des femmes immigrantes. Or, les délais très restreints pour rédiger et déposer la demande empêchaient l’organisation de respecter sa démarche de consultation auprès de ses membres. Elle a donc choisi de ne pas s’impliquer dans ce processus, contrevenant par là à ses pratiques de gestion féministe. Cette expérience a nourri notre réflexion puisqu’elle nous a permis de constater, à l’instar de Danielle Coenga-Oliviera et Priscyll Anctil Avoine68, que l’université contribue, avec ses pratiques néolibérales, à l’exclusion de savoirs marginalisés et à la reproduction de savoirs hégémoniques.

2) La positionnalité des membres de l’équipe de recherche

  • 69 Ashley Patterson, Valerie Kinloch, Tanja Burkhard, Ryan Randall et Arianna Howard, « Black Feminist (...)
  • 70 Leila Benhadjoudja, « Les femmes musulmanes peuvent-elles parler ? », Anthropologie et sociétés, vo (...)

29Une autre dimension importante dans notre réflexion concerne la composition des équipes de recherche, incluant le fait d’appartenir ou non au groupe concerné par la recherche. À ce sujet, Ashley Patterson et ses collègues69 interrogent ce qui est considéré comme une méthodologie rigoureuse et proposent une approche qu’elles nomment, suivant Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought. Il s’agit d’une méthodologie critique analysant les expériences des femmes noires à travers le partage de récits. Les autrices abordent la question des rapports de pouvoir racistes entre chercheuses et participantes, ainsi que le choix d’adopter une approche non mixte. Pour elles, il est essentiel que les chercheuses et les participantes partagent des caractéristiques communes. Toutefois, elles précisent que certaines caractéristiques, comme le genre et la race, sont partagées alors que d’autres, comme la classe sociale ou l’âge, ne le sont pas, ce qui amène à des vécus différenciés à l’intérieur d’un groupe initialement considéré comme non mixte. Leila Benhadjoudja évoque quant à elle les notions de « insider/outsider » pour se positionner méthodologiquement. Elle précise : « je suis une chercheure de l’entre-deux, une outsider within (Collins 1986). Je me positionne en tant que féministe, universitaire, personne racisée identifiée comme arabe/maghrébine, musulmane, de classe moyenne, position dans laquelle il ne s’agit pas pour moi de parler au nom des femmes musulmanes, mais bien avec elles70 ». La notion d’entre-deux renvoie au fait que certaines caractéristiques de la positionnalité sont partagées avec les participantes au projet alors que d’autres ne le sont pas.

  • 71 Rappelons que le 24 avril 2013 s’effondrait le bâtiment du Rana Plaza à Dacca, au Bangladesh, provo (...)
  • 72 Rashedur Chowdhury, « The Rana Plaza Disaster and the Complicit Behaviour of Elite NGOs », Organiza (...)
  • 73 Hélène Bourdeloie, « Récit d’une ethnographe féministe occidentale à Riyad. L’arroseuse arrosée », (...)
  • 74 Caroline Faria et Sharlene Mollett, « Critical Feminist Reflexivity and the Politics of Whiteness i (...)
  • 75 Sofía Zaragocin, « Feminist Futurities: LatinX Geographies and Latin American Decolonial Feminist G (...)

30Revenant sur sa recherche dans la foulée du drame de Rana Plaza au Bangladesh en 201371, Rashedur Chowdury72 mène dans cette optique une réflexion sur sa double positionnalité en tant que chercheur bangladais travaillant en Angleterre. Abordant la notion de double conscience en lien avec la recherche en contexte de diaspora, il s’interroge sur le sentiment de culpabilité qui peut découler de cette implication. Hélène Bourdeloie73 propose de son côté une réflexion importante sur le positionnement d’une personne externe au groupe ciblé par la recherche. Cette position et désignation en tant qu’« outsider » comporte des avantages tels que des confidences qui autrement n’auraient pas été partagées, mais aussi des inconvénients comme des maladresses, des déconvenues ou un sentiment de malaise quand les chercheurs et chercheuses sont plus redouté·e·s que considéré·e·s comme des allié·e·s. Le positionnement et la positionnalité sont en constante construction et dépendent du contexte dans lequel la personne se trouve. Il est donc possible, comme le soulignent Caroline Faria et Sharlene Mollett74, d’être à la confluence de situations de privilèges et de situations d’oppressions. Cette reconnaissance de la complexité de ces dynamiques et de la positionnalité des personnes qui effectuent la recherche et de celles qui y participent implique, selon Sofia Zaragocin75, une réflexion constante et contextualisée. Il n’existe donc pas de stratégies pouvant être adoptées de façon systématique puisque le sujet de la recherche, le contexte dans lequel il se déploie ainsi que les personnes impliquées moduleront les rapports de pouvoir.

  • 76 Nous recourons ici explicitement aux pronoms neutres, car la personne est non binaire.
  • 77 Noémie Gonzalez Bautista, « The Importance of Context-Relevant Feminist Perspectives in Disaster St (...)
  • 78 Joyce Green (dir.), Making Space for Indigenous Feminism, Halifax, Fernwood Publishing, 2017.
  • 79 Suzie Basile, « Lignes directrices en matière de recherche avec les femmes autochtones », Femmes au (...)
  • 80 N. Gonzalez Bautista, « The Importance of Context-Relevant Feminist Perspectives in Disaster Studie (...)

31Il est ainsi essentiel d’interroger ces rapports et leurs effets dans chaque recherche. Une des auteurices de cet article s’est posée cette question lors de son terrain de doctorat réalisé avec la communauté Atikamekw de Wemotaci76. C’est d’abord le terrain qui lui a fait comprendre l’importance d’utiliser une perspective féministe77. Portant sur l’étude de situations de feux de forêt qui ont menacé Wemotaci, son projet semblait en effet attirer surtout des participants masculins. En discutant avec plusieurs femmes atikamekw, iel a pris conscience que la formulation de son sujet pouvait décourager leur participation. En même temps, son positionnement en tant que personne blanche universitaire pouvait avoir l’air de reconduire le colonialisme patriarcal. Iel a finalement modifié son approche pour recruter plus directement des femmes, en clarifiant les objectifs anti-oppressifs de la recherche et sa volonté d’attribuer une réelle place aux expériences des femmes. À la suite d’une présentation des résultats préliminaires à un groupe de femmes de Wemotaci, il est devenu clair que l’approche féministe intersectionnelle ne suffisait pas à expliquer la complexité des situations vécues et les nuances de l’intrication entre patriarcat et colonialisme. C’est pourquoi, dans un effort pour se rapprocher dans ses analyses de l’expérience des participantes Atikamekw, et dans les limites de ce qu’iel pouvait accomplir en tant que personne non autochtone, iel a finalement choisi de mobiliser les approches féministes autochtones78, en respectant les principes éthiques de la recherche impliquant des femmes autochtones79 dans le but de diminuer les possibles impacts négatifs sur elles. Cette expérience lui a permis de voir comment son positionnement, celui des personnes participantes et les enjeux de pouvoir créés dans un contexte d’oppressions systémiques multiples doivent être pris en compte dans la construction de sa recherche. L’objectif était d’assurer intentionnellement l’inclusion de la diversité des expériences et de ne pas biaiser l’analyse des données80.

3) Les rapports de pouvoir dans la recherche

  • 81 M. Cristina Alcalde, « Going Home: A Feminist Anthropologist’s Reflections on Dilemmas of Power and (...)
  • 82 Isabelle Auclair et Lorena Suelves Ezquerro, « Continuum des violences dans les trajectoires migrat (...)

32Dans le cadre de nos recherches en équipe, les questionnements méthodologiques sur la possible reproduction des rapports de pouvoir est récurrente81. Nous donnerons ici des exemples à partir d’une recherche inscrite dans une approche féministe intersectionnelle. Celle-ci visait à documenter le continuum des violences vécues par des personnes en situation de refuge (demandeuses d’asile, réfugiées ou à statut migratoire précaire) à Québec82.

  • 83 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec (...)

33Un des principaux défis constatés lors de la réalisation de cette recherche était lié à la reproduction de mécanismes et de rapports de pouvoir entre l’équipe de recherche et les personnes participantes. Bien que l’équipe se soit employée à instaurer un climat de confiance et de sécurité durant les entretiens, il n’en demeure pas moins qu’un rapport de pouvoir se crée inévitablement entre les personnes qui posent les questions et celles qui partagent leur récit. Il importe de reconnaître cette dynamique et de créer une relation de réciprocité, comme le soutient Çıngı Kocadost, qui précise qu’« il ne s’agit pas tant de s’efforcer d’aplanir l’inégalité de pouvoir inhérente à la relation de recherche que de s’efforcer d’assumer la responsabilité qui en découle83 ».

  • 84 Linda Finlay, « “Reflexive Embodied Empathy”: A Phenomenology of Participant-Researcher Intersubjec (...)

34Par ailleurs, la composition de l’équipe de recherche est très importante non seulement pour la quête de sa qualité du point de vue scientifique, mais aussi pour la création d’un climat d’empathie réciproque (reflexive embodied empathy)84. À cet effet, nous avons jugé essentiel de former une équipe multilingue pouvant, dans la mesure du possible, réaliser les entretiens dans la langue de la personne participante. Ce choix nous a permis de créer des espaces de partage plus intimes. Au besoin, des personnes interprètes ont été incluses dans l’équipe, ce qui a permis de recueillir des récits autrement impossibles à documenter en raison des limites de l’équipe de recherche sur le plan des langues parlées. Cependant, tout en reconnaissant l’importance du travail d’interprétation, nous avons remarqué que la présence d’une personne intermédiaire ralentissait le rythme de l’entrevue et modifiait le climat de confiance. Des personnes participantes à la recherche ont expliqué le sentiment de méfiance ou d’inconfort face à certain·e·s interprètes en raison de la positionnalité de celles-ci et des rapports de pouvoir sous-jacents, notamment genrés et ethniques. À cela viennent s’ajouter les préoccupations ayant trait à la confidentialité lorsque les seules personnes pouvant agir comme interprètes sont des membres de la famille ou de la communauté.

35Dans cette recherche a en outre été constatée l’absence d’interprète dans certaines langues et le difficile accès aux services d’interprétation que vivent les personnes demandeuses d’asile et réfugiées. Dans des cas exceptionnels, cela malgré les ressources financières dont disposait le projet pour recruter des interprètes, il a été impossible de réaliser certains entretiens. Cette impossibilité a suscité des questionnements éthiques et méthodologiques. Nous nous sommes demandé si nous avions mobilisé toutes les ressources disponibles pour assurer la participation des personnes les plus marginalisées. Pour nous, ces préoccupations vont au-delà de la recherche, elles font échos aux obstacles rencontrés par diverses participantes dans leur trajectoire migratoire qui, en raison de la langue, ne peuvent accéder à certains services essentiels.

  • 85 Lois Presser, « Negotiating Power and Narrative in Research: Implications for Feminist Methodology  (...)
  • 86 C. Faria et S. Mollett, « Critical Feminist Reflexivity and the Politics of Whiteness in the “field (...)

36À l’équipe multilingue s’est ajoutée l’embauche de personnes s’identifiant comme femmes et familières avec les processus migratoires et les violences, priorisée tant pour la réalisation des entrevues que pour la transcription et l’analyse des données. Ce choix méthodologique reposait sur la mise en place d’espaces sécurisés pour le partage de violences découlant du système patriarcal85. De la même façon, l’inclusion au sein de l’équipe de personnes issues de l’immigration a facilité le partage d’expériences d’exclusion, de xénophobie et de racisme vécues dans le pays de migration où se déroulait la recherche86. En ce sens, même si le statut d’immigration des membres de l’équipe différait de celui des personnes participantes, les chercheuses issues de l’immigration recevaient souvent des confidences plus détaillés et critiques quant aux discriminations directes et aux inégalités systémiques vécues.

  • 87 Blandine Veith, « Lorsque les silences parlent dans les récits de vie : comment analyser la complex (...)
  • 88 Ces entretiens ont été réalisés avant la pandémie de Covid-19 et la mise en place de mesures sanita (...)
  • 89 La technique d’observation participante, notamment utilisée en anthropologie, est à la fois un outi (...)
  • 90 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche… », op. cit., (...)

37Toujours dans le but de mettre en pratique les théories féministes, il nous apparaissait important, dans nos choix méthodologiques, de mener les entretiens à l’endroit et au moment choisis par la personne participante. L’organisation et la gestion des entretiens devaient s’ajuster à l’horaire des personnes participantes pour qu’elles s’expriment à leur rythme, tandis que leurs silences étaient respectés87. Dans ce projet, il n’est donc pas rare que les personnes participantes nous aient reçues chez elles88, que la durée des entretiens se soit étendue et que nous ayons eu l’occasion de partager avec elles des moments du quotidien. Nous avons ainsi obtenu d’autres informations qui découlent de la technique d’observation participante89, et nous nous sommes engagées dans des espaces de partage. Ce qui s’inscrit en cohérence avec la relation de réciprocité de la réflexivité et de la positionnalité féministe90.

  • 91 Jacinthe Mazzocchetti et Emmanuelle Piccoli, « Défis méthodologiques, éthiques et émotionnels d’une (...)
  • 92 Petya Fitzpatrick et Rebecca E. Olson, « A Rough Road Map to Reflexivity in Qualitative Research in (...)
  • 93 Anne Perriard, Carole Christe, Cécile Greset et Micaela Lois, « Les affects comme outils méthodolog (...)

38La recherche concernant les violences, des mesures ont été mises en place pour favoriser un sentiment de sécurité. Par exemple, avant l’entrevue, nous avons donné accès à des ressources de soutien psychologique et social aux participant·e·s. Cependant, ce soutien ne prémunit pas contre les effets des violences racontées ou entendues. En d’autres termes, le fait de partager ou d’écouter un récit violent peut avoir un effet revictimisant. Autant les personnes participantes que les personnes les interrogeant peuvent être survivantes de violences et ces entretiens peuvent rappeler des souvenirs, raviver ou générer un trauma91. Il en va de même pour les membres de l’équipe de recherche ayant participé à la transcription, à la codification et à l’analyse des données, soit parce qu’elles avaient elles-mêmes vécu des violences, soit parce qu’elles avaient un historique personnel ou familial de trajectoires migratoires marquées par diverses violences. Par ailleurs, certaines membres de l’équipe ont vécu une remise en question en raison des privilèges inhérents à leur positionnalité. Face à ces situations, des espaces informels d’échanges entre membres de l’équipe ont été créés. En écho aux méthodologies féministes concernant la vulnérabilité et les émotions92 dans la collecte et l’analyse des données, ces espaces réflexifs ont permis de poser un regard critique sur nos positionnalités93.

39Malgré notre souci de réflexion et de prise en compte de notre positionnalité, les limites de la recherche sont parfois difficiles à tracer, et l’écoute peut se transformer en intervention ou redirection vers des ressources d’aide professionnelle. Nous en avons eu un exemple éloquent à la suite d’un entretien avec une femme réfugiée. La participante a raconté les violences vécues dans son pays d’origine ainsi que celles vécues en situation de refuge au Québec, incluant des violences intrafamiliales. Bien que nous ayons d’emblée reconnu la gravité de la situation, notre premier réflexe a été de nous questionner sur notre légitimité à intervenir. Ce réflexe était sans contredit une manifestation du mythe de l’objectivité dans la recherche et de notre rôle externe de chercheuses. Or, notre recherche visait justement à documenter les violences vécues pour ultimement participer à leur réduction. Avec son consentement, nous avons donc mis la participante en lien avec une intervenante œuvrant dans une des organisations collaborant à la recherche, laquelle a été en mesure d’offrir l’accompagnement souhaité et nécessaire pour mettre fin à la situation de violence. Cet acte simple de mise en contact entre deux participantes a eu un effet significatif et permet de constater les bénéfices des recherches et des projets féministes engagés.

Conclusion

  • 94 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche… », op. cit., (...)

40À l’issue des réflexions que nous avons proposées à partir de nos expériences d’enseignement et de recherche, nous souhaitons apporter certains éléments de conclusion. En cohérence avec les épistémologies et méthodologies issues des féminismes du positionnement et des réflexions sur la positionnalité, il importe d’abord de reconnaître que les différentes subjectivités sont hiérarchisées, ce qui contribue à la production et à la reproduction de systèmes d’oppressions et de privilèges. Autrement dit, les expériences sont construites selon l’appartenance (réelle ou assumée) des personnes à divers groupes sociaux94. En ce sens, en reconnaissant que toutes les personnes de l’écosystème de l’enseignement et de la recherche ont des savoirs, des expériences situées et des angles morts, nous jugeons essentiel d’adopter une posture d’apprentissage et de réflexion en continu face à notre positionnalité, qu’elle soit individuelle ou collective.

  • 95 Soumaya Mestiri, Élucider l’intersectionnalité. Les raisons du féminisme noir, Paris, Vrin, 2020.
  • 96 Sandra Harding, « Feminist standpoints », dans S. N. Hesse-Biber (dir.), Handbook of feminist resea (...)
  • 97 Shari Stone-Mediatore, « Chandra Mohanty and the Revaluing of “Experience” », Hypatia, 13, n°22, 19 (...)
  • 98 Diana Mulinari et Kerstin Sandell, « Exploring the Notion of Experience in Feminist Thought », Acta (...)

41Dans cette perspective, sans offrir des stratégies pouvant être adoptées de façon systématique, les féminismes du positionnement et de la positionnalité mettent en exergue l’importance de la contextualisation pour saisir la modulation des rapports de pouvoir et pour travailler activement à déconstruire les systèmes de privilèges et d’oppressions qui leur sont inhérents95. Procéder à cet exercice est un choix éthique qui illustre notre refus de continuer à reproduire des oppressions. Cette démarche doit toutefois aller au-delà de la prise de conscience ou de la simple confession des biais que les privilèges engendrent96. En ce sens, cette reconnaissance devrait donner lieu à une réflexion constante et des changements de pratiques dans les différentes dimensions de notre vie professionnelle – dans notre cas, le contexte universitaire – mais également personnelle, toutes ces dimensions étant inter-reliées. Dans cette optique, bien qu’il vise à contribuer aux réflexions critiques sur notre positionnalité dans le milieu universitaire, le présent article se limite à deux dimensions spécifiques – l’enseignement et la recherche – et reflète la positionnalité, et ainsi les angles morts, des auteurices. Ainsi sans viser l’essentialisation97 de nos expériences subjectives, ce texte cherche plutôt à nourrir une réflexion collective où la mise en commun des expériences peut contribuer à remettre en question les systèmes d’oppressions/privilèges et à s’engager dans un projet politique commun98. Il s’inscrit donc dans une réflexion plus large que nous nous engageons à poursuivre.

Haut de page

Notes

1 Les auteurices tiennent à remercier Hélène Bourdelois et Lena Huebner pour leurs judicieux commentaires et Ariane Gibeau pour la révision minutieuse de l’article. Nos remerciements vont également aux personnes ayant participé aux recherches et aux cours mentionnés dans cet article. Ces personnes sont celles qui ont inspiré les réflexions présentées ici, des réflexions que nous poursuivons.

2 Donna Haraway, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exils Éditeur, 2007, p. 107-143 ; Sandra Harding, « Feminist Standpoints », Handbook of Feminist Research: Theory and Praxis, 2007, p. 45-69.

3 Sarah Bracke, María Puig de la Bellacasa et Isabelle Clair, « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines », Cahiers du genre, n°54, 2013, p. 45-66.

4 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du genre, n°53, 2012, p. 99-120 ; Sklaerenn Le Gallo et Mélanie Millette, « Se positionner comme chercheuses au prisme des luttes intersectionnelles : décentrer la notion d’allié.e pour prendre en compte les personnes concernées » Genre, sexualité & société, n°22, 2019, https://journals.openedition.org/gss/6006.

5 Maeve Landman, « Getting Quality in Qualitative Research: A Short Introduction to Feminist Methodology and Methods », Proceedings of the Nutrition Society, vol. 65, n°4, 2006, p. 429-433.

6 Janik Bastien Charlebois, « Repousser les frontières de l’intime dans la recherche : quelques réflexions d’une chercheuse militante intersexe », Aporia, vol. 6, n°2, 2014, p. 6-18.

7 « Une personne aux études est qualifiée “de première génération” lorsque ses parents ne sont pas diplômés d’un établissement d’enseignement postsecondaire – CÉGEP ou université » (Union étudiante du Québec, 2019, p. 21).

8 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance: réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du genre, n°53, 2012, p. 99-120 ; Sandra Harding, « Feminist Standpoints », Handbook of Feminist Research: Theory and Praxis, 2007, p. 45-69 ; Nancy C. M. Hartsock, The Feminist Standpoint Revisited, and Other Essays, Londres, Routledge, 2019.

9 Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

10 S. Bracke, M. Puig de la Bellacasa et I. Clair, « Le féminisme du positionnement… », op. cit., p. 48.

11 Chara Tsantili et Carolina Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality: Troubled Interconnections Between The Militant Sphere and The Academic Knowledge », UNICONFLICTS, 2016, p. 221.

12 Myfanwy Franks, « Feminisms and Cross-Ideological Feminist Social Research: Standpoint, Situatedness and Positionality – Developing Cross-Ideological Feminist Research », Journal of International Women’s Studies, vol. 3, n°2, 2002, p. 38-50.

13 M. Franks, « Feminisms and Cross-Ideological Feminist Social Research… », op. cit., p. 42 (traduction libre).

14 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit., p. 219.

15 Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empowerment, Londres, Routledge, 1990 ; Kimberlé Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 1989, p. 139-167 ; Barbara Smith, Patricia Bell-Scott et Akasha Gloria Hull (dir.), All the Women Are White, All the Blacks Are Men, But Some of Us Are Brave, New York, The Feminist Press, 1982.

16 Gloria E. Anzaldúa, Haciendo Caras/Making Face, Making Soul: Creative and Critical Perspectives by Women of Color, San Francisco, Aunt Lute, 1990 ; Cherríe Moraga et Gloria E. Anzaldúa (dir.), This Bridge Called My Back: Writings by Radical Women of Color, Watertown, Persephone Press, 1981.

17 Donna Haraway, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, vol. 14, n°3, 1988, p. 575-599 ; Sandra Harding, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is “Strong Objectivity?” », The Centennial Review, vol. 36, n°3, 1992, p. 437-470 ; Nancy C. M. Hartsock, « The Feminist Standpoint: Developing the Ground for a Specifically Feminist Historical Materialism », Discovering Reality. Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology, and Philosophy of Science, Boston, Kluwer, 1983.

18 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit., p. 221.

19 Le terme « race » est utilisé dans ce texte en référence au processus de racisation duquel émergent des discriminations et des privilèges. Il fait référence à une « race sociale » construite de manière symbolique, culturelle et politique comme stratégie servant à alimenter le racisme. L’utilisation du terme ici permet de reconnaître que les personnes racisées vivent des expériences différenciées en fonction de la couleur de leur peau ou de leur appartenance socio-culturelle, et de dénoncer les discriminations et les violences qui y sont associées. Voir Angela Onwuachi-Willig, According to Our Hearts: Rhinelander v. Rhinelander and the Law of the Multiracial Family. Yale University Press, 2013 ; Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought. Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment (2e éd), Routledge Editions, 2000.

20 K. Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex… », op. cit., p. 139-167.

21 Elena Margarita Cacheux Pulido, « Feminismo chicano: raíces, pensamiento político e identidad de las mujeres », REencuentro. Análisis de Problemas Universitarios, n°37, 2003, p. 43-53 ; Marisa Belausteguigoitia, « Borderlands/La Frontera: el feminismo chicano de Gloria Anzaldúa desde las fronteras geoculturales, disciplinarias y pedagógicas », Debate Feminista, n°40, 2009, p. 149-169.

22 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit., p. 223.

23 Gloria E. Anzaldúa, Haciendo Caras/Making Face, Making Soul: Creative and Critical Perspectives by Women of Color, San Francisco, Aunt Lute, 1990.

24 E. M. Cacheux Pulido, « Feminismo chicano: raíces, pensamiento político e identidad de las mujeres », op. cit., p. 47.

25 C. Tsantili et C. Topini, « Standpoint Theories and “In-Between” Feminist Positionality… », op. cit., p. 219.

26 D. Haraway, « Situated Knowledges… », op. cit., p. 575-599 ; S. Harding, « Feminist Standpoints », op. cit., p. 45-69.

27 Louise Toupin, Les courants de pensée féministe, J.-M. Tremblay, 2003, p. 21. http://www.femmeslaurentides.org/wp-content/uploads/2013/04/courants_pensee_feministe.pdf.

28 N. Hartsock, « The Feminist Standpoint… », op. cit.

29 Bagele Chilisa, Indigenous Research Methodologies, Thousand Oaks, SAGE, 2012 ; Margaret Kovach, Indigenous Methodologies. Characteristics, Conversations, and Contexts, Toronto, University of Toronto Press, 2009 ; Linda Tuhiwai Smith, Decolonizing Methodologies. Research and Indigenous Peoples, Londres, Zed Books, 2012 ; Shawn Wilson, Research is Ceremony. Indigenous Research Methods, Black Point, Fernwood Publishing, 2008.

30 Kathy Absolon et Cam Willett, « Aboriginal Research: Berry Picking and Hunting in the 21st Century », First Peoples Child & Family Review: A Journal on Innovation and Best Practices in Aboriginal Child Welfare Administration, Research, Policy & Practice, vol. 1, n°1, 2004, p. 12.

31 Voir notamment : Chandra Talpade Mohanty, « Under Western eyes: Feminist scholarship and colonial discourses », Feminist review, vol. 30, n°1, 1988, p. 61-88 ; Françoise Vergès, « Toutes les féministes ne sont pas blanches. Pour un féminisme décolonial et de marronnage », Le Portique. Revue de philosophie et de sciences humaines, n°39-40, 2017 ; Gayatri Chakravorty Spivak, « Can the subaltern speak? », Die Philosophin, vol. 14, n°27, 2003, p. 42-58 ; María Lugones, « Indigenous Movements and decolonial feminism », Seminario de grado y posgrado, Department of Women’s, Gender and Sexuality Studies, The Ohio State University, 2014, [en ligne] https://wgss.osu.edu/sites/wgss.osu.edu/files/LugonesSeminarReadings.pdf.

32 Voir notamment : Alexandre Baril, « Transness as debility: Rethinking intersections between trans and disabled embodiments », Feminist Review, vol. 111, n°1, 2015, p. 59-74 ; Anne-Charlotte Husson, « Les mots agonistiques des nouveaux discours féministes : l’exemple de grossophobie et cissexisme », Argumentation et analyse du discours, vol. 18, 2017, [en ligne] https://journals.openedition.org/aad/2317 ; Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity. Thinking Gender, New York et Londres, Routledge, 1990 ; Juliette Rennes, « Explorations féministes de l’avancée en âge » , La Revue des droits de l’homme, vol. 17, 2020, [en ligne] https://doi.org/10.4000/revdh.8827 ; Lynne Segal, Out of time: The pleasures and the perils of ageing, Verso Books, 2013 ; Tara Chanady, « Les identités lesbiennes et les positionnements queers comme stratégies politiques : perspectives et transformations dans l’espace montréalais », Recherches féministes, vol. 33, n°2, 2020, p. 45-66.

33 S. Bracke, M. Puig de la Bellacasa et I. Clair, « Le féminisme du positionnement… », op. cit., p. 45-66 ; M. Franks, « Feminisms and Cross-Ideological Feminist Social Research… », op. cit., p. 38-50.

34 Patricia Hill Collins et Sirma Bilge, Intersectionnality, Hoboken, Wiley, 2016.

35 Ochy Curiel, « Construyendo metodologías feministas desde el feminismo decolonial », Otras Formas de (Re)Conocer, 2014, p. 45-60.

36 Anastasie Amboulé Abath, Marie- Ève Campbell et Geneviève Pagé, « La pédagogie féministe : sens et mise en action pédagogique », Recherches féministes, vol. 31, n°1, 2018, p. 23-4 ; Hélène Charron, « Mémoires disciplinaires et pratiques scientifiques: usages de la monographie en sociologie et en service social à l’Université Laval, 1943-1965 », Recherches sociographiques, vol. 55, n°1, 2014, p. 275-300.

37 Virginie Dutoya, Sarah Kiani, Amélie Le Renard, Cha Prieur et Florian Vörös, « Introduction. Analyses féministes des rapports de domination dans l’enseignement supérieur et la recherche », Genre, sexualité & société, n°22, 2019 ; Marie-Eveline Belinga, Yaël Eched et Rose Ndengue, « Les féministes des marges peuvent-elles parler ? Retour sur un “échec” académique et ses implications épistémologiques et politiques », Genre, sexualité & société, n°22, 2019.

38 Université Laval, Plan d’action équité, diversité et inclusion. Programme des Chaires de recherche du Canada, 2020, [en ligne], https://www.services-recherche.ulaval.ca/system/files/Documents/Financement/Chaires%20CRC/EDI/plan-action-edi-crc-Nov2020-2021.pdf.

39 Sandrine Ricci, « La culture du viol dans les universités : quels enjeux pour la pratique enseignante », dans M. Bergeron, E. Paquette, S. Ricci, C. Rousseau, et M. St Hilaire (dir.), Actes du symposium canadien sur la violence sexuelle dans les milieux d’enseignement supérieur, Université du Québec à Montréal, Chaire de recherche sur les violences sexistes et sexuelles en milieu d’enseignement supérieur, 2019, p. 24-30.

40 Faiza Hirji, Yasmin Jiwani et Kirsten Emiko McAllister, « On the Margins of the Margins: #CommunicationSoWhite – Canadian Style », Communication, Culture & Critique, vol. 13, n°2, 2020, p. 168-184.

41 Le capacitisme est une structure de différenciation et de hiérarchisation sociale fondée sur la normalisation de certaines formes et capacités corporelles et mentales et sur l’exclusion des corps non conformes et des personnes qui les habitent. Le capacitisme « “fait système” au sens où il infuse et structure tous les aspects de la vie en société (subjectivités et identités, relations sociales et arrangements sociaux, institutions, représentations et environnements), et ce, dans toutes les sphères de la vie sociale ». Dominique Masson, « Femmes et handicap », Recherches féministes, n°26, vol. 1, 2013, p. 115.

42 Anne Boring, « Gender Biases in Student Evaluations of Teaching », Journal of Public Economics, n°145, 2017, p. 27-41 ; Justin Esarey et Natalie Valdes, « Unbiased, Reliable, and Valid Student Evaluations Can Still Be Unfair », Assessment & Evaluation in Higher Education, vol. 45, n°8, 2020, p. 1106-1120.

43 Friederike Mengel, Jan Sauermann et Ulf Zölitz, « Gender Bias in Teaching Evaluations », Journal of the European Economic Association, vol. 17, n°2, 2019, p. 535-566.

44 Ève-Marie Lampron, « Pour une pédagogie féministe de l’enseignement des méthodologies (féministes) », Recherches féministes, vol. 29, n°1, 2016, p. 169-178.

45 Florence Ashley, « Qui est-ille ? Le respect langagier des élèves non-binaires, aux limites du droit », Service social, vol. 63, n°2, 2017, p. 35-50.

46 Alexandre Baril, « Trouble dans l’identité de genre : le transféminisme et la subversion de l’identité cisgenre : une analyse de la sous-représentation des personnes trans* professeur-es dans les universités canadiennes », Philosophiques, vol. 44, n°2, 2017, p. 285-317 ; Alice Coutant, « (Mé)genrer les gen(re)s dérangeants. De l’hétérocisnormativité de la bicatégorisation masculin/féminin en français », GLAD!, Revue sur le langage, le genre, les sexualités, n°7, 2019, [en ligne] https://journals.openedition.org/glad/1660.

47 CDEC Québec et Entrepreneuriat au féminin, La communication inclusive : mode d’emploi, 2020.

48 Suzanne Zaccour, Grammaire non sexiste de la langue française, Saint-Joseph-du-Lac, M Éditeur, 2017.

49 Marilyn Dupuis Brouillette (dir.), « Rédaction épicène et écriture inclusive », Revue canadienne des jeunes chercheures et chercheurs en éducation, vol. 12, n°1, 2021, p. 1-5 ; FEMUL, Écriture inclusive. Guide pour la rédaction inclusive à l’Université Laval, 2020.

50 Coralis del Mar et Cabán Pérez, « Lenguaje no inclusivo en la academia: ¿Por qué utilizar el lenguaje inclusivo dentro de los foros académicos? », 2019, [en ligne] https://static1.squarespace.com/static/51c861c1e4b0fb70e38c0a8a/t/5df83719459f127bd4653630/1576548123171/Lenguaje+no+inclusivo+en+la+academia+-+Coralys+Del+mar+Caban+Perez.pdf.

51 Wendy Cavendish et Jennifer Samson (dir.), Intersectionality in Education: Toward More Equitable Policy, Research, and Practice, New York, New York Teachers College Press, 2021 ; Naïma Hamrouni et Chantal Maillé, « Introduction. Le sujet du féminisme et sa couleur », Le sujet du féminisme est-il blanc ?, Montréal, Remue-ménage, 2015, p. 9-23.

52 Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empowerment, Londres, Routledge, 1990.

53 Ryoa Chung, « Femmes racisées et épistémologies féministes en éthique des relations internationales », dans Naïma Hamrouni et Chantal Maillé (dir.), Le sujet du féminisme est-il blanc ?, op. cit., p. 108 ; Chandra Talpade Mohanty, « Transnational Feminist Crossings: On Neoliberalism and Radical Critique », Signs, Journal of Women in Culture and Society, vol. 38, n°4, 2013, p. 967-991.

54 Ochy Curiel, « Construyendo metodologías feministas desde el feminismo decolonial », op. cit., p. 45-60.

55 Voir notamment : Santosh Chandrashekar, « Doing Intersectionality under a Different Name. The (Un)intentional Politics of Refusal », dans S. Eguchi, B. M. Calafell et S. Abdi, (dir.), D-Whitening Intersectionality: Race, Intercultural Communication, and Politics, New York, Lexington Books, p. 83-96 ; F. Hirji, Y. Jiwanni et K. E. McAllister, « On the Margins of the Martings… », op. cit., p. 168-184.

56 Sirma Bilge, « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Recherches féministes, vol. 28, no 2, 2015, p. 9-32.

57 Boaventura de Sousa Santos, Epistemologies of the South: Justice against epistemicide, Routledge Taylor & Francis Group, 2015.

58 Geneviève Pagé, « Pouvoir, inconfort et apprentissage : les cours féministes peuvent-ils et doivent-ils être des espaces préfiguratifs et sécuritaires ? », Éthique en éducation et en formation: les Dossiers du GREE, n°7, 2019, p. 8-29.

59 Geneviève Pagé, « Sur l’indivisibilité de la justice sociale ou pourquoi le mouvement féministe québécois ne peut faire l’économie d’une analyse intersectionnelle », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, n°2, 2014, p. 204.

60 Selon Alexandra Pierre, la fragilité blanche se réfère à un « état émotionnel intense dans lequel se trouvent les personnes blanches lorsqu’une personne racisée critique certains de leurs comportements jugés racistes [et qui] provoque souvent un retournement de situation […] En somme, la fragilité blanche est une réponse émotive et individuelle à la dénonciation d’un système inégalitaire ». (Alexandra Pierre, « Mots choisis pour réfléchir au racisme et à l’anti-racisme », Ligue des droits et libertés, vol. 35, nº2, 2017, p. 15). Comme l’indique Robin di Angelo, la fragilité blanche se manifeste par « l’expression d’émotions telles que la colère, la peur et la culpabilité, ainsi que des comportements tels que l’argumentation, le silence, et le fait de quitter la situation stressante. Ces comportements, à leur tour, servent à rétablir l’équilibre racial des Blancs. (Robin di Angelo, « White Fragility », The International Journal of Critical Pedagogy, vol. 3, nº3, 2011, p. 54-70).

61 La recherche « Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire (ESSIMU) : Ce qu’en disent étudiant.es, enseignant.es et employé.es » a permis d’établir un portrait des violences sexuelles se déroulant en contexte universitaire au Québec. Manon Bergeron et al., « Violences sexuelles en milieu universitaire au Québec : Rapport de recherche de l’enquête ESSIMU »; Montréal, Université du Québec à Montréal, p. ii. [En ligne] https://chairevssmes.uqam.ca/wp-content/uploads/sites/124/Rapport-ESSIMU-UQAM-2.pdf]

62 Pour plus de détails sur le projet de Loi 151 : http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/projets-loi/projet-loi-151-41-1.html et sur la Loi 22.1 : https://www.legisquebec.gouv.qc.ca/fr/document/lc/p-22.1.

63 Francine Descarries et Sandrine Ricci, « À la défense des savoirs scientifiques responsables et engagés », Affaires Universitaires, 2019.

64 Rashedur Chowdhury, « The Rana Plaza Disaster and the Complicit Behaviour of Elite NGOs », Organization, 2017, p. 1-12 ; Diahara Traoré, « Les théories postcoloniales et leurs enjeux pour une anthropologue racisée : quelques éléments de réflexivité », dans Naïma Hamrouni et Chantal Maillé (dir.), Le sujet du féminisme est-il blanc?, op. cit., p. 25-39.

65 Tiffany King, « Post-Identitarian and Post-Intersectional Anxieties in the Neoliberal Corporate University », Feminist Formations, vol. 27, nº3, 2015, p. 114-138.

66 Hélène Charron et Isabelle Auclair, « Démarches méthodologiques et perspectives féministes », Recherches féministes, vol. 29, n°1, 2016, p. 1-8.

67 Isabelle Courcy, Lyne Kurtzman, Berthe Lacharité, Lucie Pelletier-Landry, Isabel Côté et Nathalie Lafranchise, « La recherche partenariale féministe: des rapports égalitaires sous tension », Recherches féministes, 2019, vol. 32, n°2, p. 297-317.

68 Danielle Coenga-Oliveira et Priscyll Anctil Avoine, « “Conformez-vous !” : Les résistances et contestations à la marchandisation du savoir dans l’université néolibérale », REVISTA TEMAS, vol. 3, nº11, 2017, p. 13-27.

69 Ashley Patterson, Valerie Kinloch, Tanja Burkhard, Ryan Randall et Arianna Howard, « Black Feminist Thought as Methodology: Examining Intergenerational Lived Experiences of Black Women », Departures in Critical Qualitative Research, vol. 5, nº3, 2016, p. 55-76.

70 Leila Benhadjoudja, « Les femmes musulmanes peuvent-elles parler ? », Anthropologie et sociétés, vol. 42, nº1, 2018, p. 115.

71 Rappelons que le 24 avril 2013 s’effondrait le bâtiment du Rana Plaza à Dacca, au Bangladesh, provoquant la mort de 1127 ouvrières et ouvriers de l’industrie textile. Ce triste événement a dévoilé les conditions précaires et dangereuses de fabrication des vêtements consommés en Occident, et les limites de la fast fashion.

72 Rashedur Chowdhury, « The Rana Plaza Disaster and the Complicit Behaviour of Elite NGOs », Organization, 2017, p. 1-12.

73 Hélène Bourdeloie, « Récit d’une ethnographe féministe occidentale à Riyad. L’arroseuse arrosée », Recherches qualitatives, vol. 39, nº1, 2020, p. 152-172.

74 Caroline Faria et Sharlene Mollett, « Critical Feminist Reflexivity and the Politics of Whiteness in the “field” », Gender, Place & Culture. A Journal of Feminist Geography, vol. 23, nº1, 2016, p. 79-93.

75 Sofía Zaragocin, « Feminist Futurities: LatinX Geographies and Latin American Decolonial Feminist Geographies », Gender, Place & Culture. A Journal of Feminist Geography, 2021, [en ligne] https://doi.org/10.1080/0966369X.2021.1994930.

76 Nous recourons ici explicitement aux pronoms neutres, car la personne est non binaire.

77 Noémie Gonzalez Bautista, « The Importance of Context-Relevant Feminist Perspectives in Disaster Studies. The Case of a Research on Forest Fires With the Atikamekw First Nation », Disaster Prevention and Management. An International Journal, vol. 31, n°1, 2022.

78 Joyce Green (dir.), Making Space for Indigenous Feminism, Halifax, Fernwood Publishing, 2017.

79 Suzie Basile, « Lignes directrices en matière de recherche avec les femmes autochtones », Femmes autochtones du Québec, 2012.

80 N. Gonzalez Bautista, « The Importance of Context-Relevant Feminist Perspectives in Disaster Studies… », op. cit.

81 M. Cristina Alcalde, « Going Home: A Feminist Anthropologist’s Reflections on Dilemmas of Power and Positionality in the Field », Meridians, vol. 7, nº2, 2007, p. 143-162.

82 Isabelle Auclair et Lorena Suelves Ezquerro, « Continuum des violences dans les trajectoires migratoires forcées : le reconnaître et agir », Alternatives Humanitaires, nº18, 2021, p. 22-33.

83 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche : faire avec les dynamiques de pouvoir entre femmes », Les Cahiers du CEDREF, n°21, 2017, p. 35.

84 Linda Finlay, « “Reflexive Embodied Empathy”: A Phenomenology of Participant-Researcher Intersubjectivity », The Humanistic Psychologist, vol. 33, nº4, 2005, p. 271-292.

85 Lois Presser, « Negotiating Power and Narrative in Research: Implications for Feminist Methodology », Signs. Journal of Women in Culture and Society, vol. 30, nº4, 2005, p. 2067-2090 ; Tina Skinner, Marianne Hester et Ellen Malos (dir.), Researching Gender Violence, Londres, Routledge, 2013 ; Nicole Westmarland et Hannah Bows, Researching Gender, Violence and Abuse: Theory, Methods, Action, Londres, Routledge, 2018.

86 C. Faria et S. Mollett, « Critical Feminist Reflexivity and the Politics of Whiteness in the “field” », op. cit., p. 79-93.

87 Blandine Veith, « Lorsque les silences parlent dans les récits de vie : comment analyser la complexité du social ? », L’Homme et la Société, nº176-177, 2010/2-3, p. 151-169.

88 Ces entretiens ont été réalisés avant la pandémie de Covid-19 et la mise en place de mesures sanitaires.

89 La technique d’observation participante, notamment utilisée en anthropologie, est à la fois un outil de collecte de données de type qualitative et un outil d’analyse. Elle permet d’enrichir la qualité de l’interprétation des données récoltées, que celles-ci soient recueillies via l’observation participante ou par d’autres méthodes. Voir Kathleen M. DeWalt et Billie R. DeWalt, Participant Observation: A Guide for Fieldworkers, Lanham, Altamira Press, 2011 ; Barbara N. Kawulich, « Participant Observation as a Data Collection Method », Forum: Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research, vol. 6, nº2, 2005, p. 1-28.

90 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche… », op. cit., p. 17-50 ; Kimberly Huisman, « “Does This Mean You’re Not Going To Come Visit Me Anymore?”: An Inquiry Into an Ethics of Reciprocity and Positionality in Feminist Ethnographic Research », Sociological Inquiry, vol. 78, n°3, p. 372-396 ; Ilana Mountian, « Réflexion sur les méthodes en recherches : intersection, réflexivité et situationalité », Psicologia Política, vol. 17, n°40, 2017, p. 470-483.

91 Jacinthe Mazzocchetti et Emmanuelle Piccoli, « Défis méthodologiques, éthiques et émotionnels d’une ethnographie de l’intime, des silences et des situations de violences », Parcours anthropologiques, n°11, 2016, p. 1-10.

92 Petya Fitzpatrick et Rebecca E. Olson, « A Rough Road Map to Reflexivity in Qualitative Research into Emotions », Emotion Review, vol. 7, nº1, 2014, p. 49-54.

93 Anne Perriard, Carole Christe, Cécile Greset et Micaela Lois, « Les affects comme outils méthodologiques dans la production d’un savoir collectif », Recherches qualitatives, 2020, vol. 39, n°2, p. 237-259 ; Anne Volvey, « Sur le terrain de l’émotion : déconstruire la question émotionnelle en géographie pour reconstruire son horizon épistémologique », Carnets de géographes, n°9, 2016, [en ligne] https://journals.openedition.org/cdg/541 ; Ghaliya Djelloul, « Ethnographie féministe du mouvement à Alger : entre vulnérabilité et besoin de couverture, l’implication au cœur de la production d’un savoir situé », Recherches qualitatives, vol. 39, n°1, 2020, p. 130-151 ; Olivia Foli, « Le travail émotionnel du chercheur : une expérience au service de l’étude des émotions en organisation », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2018, https://doi.org/10.4000/rfsic.3959.

94 Fatma Çıngı Kocadost, « Le positionnement intersectionnel comme pratique de recherche… », op. cit., p. 17-50.

95 Soumaya Mestiri, Élucider l’intersectionnalité. Les raisons du féminisme noir, Paris, Vrin, 2020.

96 Sandra Harding, « Feminist standpoints », dans S. N. Hesse-Biber (dir.), Handbook of feminist research: Theory and praxis, 2007, p. 45-69.

97 Shari Stone-Mediatore, « Chandra Mohanty and the Revaluing of “Experience” », Hypatia, 13, n°22, 1998, p. 116-133.

98 Diana Mulinari et Kerstin Sandell, « Exploring the Notion of Experience in Feminist Thought », Acta Sociologica, 42, n°4, 1999, p. 287-297.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Auclair, Jade St-Georges, Lorena Suelves Ezquerro et Noémie Gonzalez Bautista, « Analyse féministe de la positionnalité : réflexions depuis des expériences d’enseignement et de recherche en contexte québécois »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cedref/1981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.1981

Haut de page

Auteurs

Isabelle Auclair

Professeure agrégée au Département de management de l’Université Laval et Titulaire de la Chaire Claire-Bonenfant - Femmes, Savoirs et Sociétés. Isabelle.Auclair@fsa.ulaval.ca

Jade St-Georges

Candidate au doctorat en management et chargée de cours, département de management, Université Laval. jade.st-georges@fsa.ulaval.ca 

Lorena Suelves Ezquerro

Docteure en anthropologie, Université Laval, Professionnelle de recherche à la Chaire Claire-Bonenfant – Femmes, Savoirs et Sociétés. lorena.suelves-ezquerro.1@ulaval.ca

Noémie Gonzalez Bautista

Docteur.e en anthropologie Département d’anthropologie, Université Laval. noemie.gonzalez@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search