Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Recherche collaborative et approc...

Recherche collaborative et approches féministes : apports et tensions de la recherche par, pour et avec les femmes immigrantes au Québec1

Caterine Bourassa-Dansereau

Résumé

Nous présentons dans cet article un modèle théorique permettant de réfléchir aux enjeux entourant les démarches de recherche collaborative féministe menée par, pour et avec les femmes immigrantes au Québec. En nous appuyant sur les apports des approches intersectionnelles, décoloniales et des théories sur les injustices épistémiques, ainsi que sur nos expériences de recherche antérieures à la fois collaboratives, féministes et auprès de femmes issues de l’immigration, nous proposons un modèle de recherche spécifique : la recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes. À cet effet, nous définissons d’abord les balises de la recherche collaborative féministe, telle qu’elle s’est instituée au Québec. Par la suite, nous soulevons différentes critiques adressées à la recherche féministe en mobilisant les apports des théories intersectionnelles et décoloniales qui questionnent et remettent en perspective la recherche féministe, notamment lorsqu’elle s’intéresse aux réalités migratoires et féminines. En convoquant les réflexions d’auteur·trice·s autour des injustices épistémiques et des enjeux de savoir et de pouvoir associés, nous présentons finalement les spécificités d’un modèle de recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes, présenté dans cet article autour de trois dimensions : 1. la co-construction des savoirs et les enjeux de reconnaissance, mobilisation et valorisation des différents types de connaissances et de savoirs, 2. les rapports de pouvoir  et les enjeux de transformation des rapports sociaux et des relations de pouvoir et 3. la nature engagée et politique de la recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes visant des changements sociaux et individuels. Nous illustrons les propos de cette contribution en nous appuyant sur nos expériences de recherche antérieures, à la fois collaboratives, féministes et auprès de femmes issues de l’immigration.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions chaleureusement Ève-Marie Lampron, agente de développement au Service aux collectiv (...)
  • 2 Mirjana Morokvasic, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du Genre, 51(2), 2011, p. 25-47. https:/ (...)
  • 3 Ibid., p. 30.
  • 4 Voir notamment : Stéphanie Arsenault, Lucienne Martins Borges, Claudia Prévost, Andrée-Anne Beaudoi (...)
  • 5 Jaël Mongeau, Damaris Rose et Gisèle Ste-Marie, Portrait sociodémographique des femmes immigrées re (...)
  • 6 Raymonde Gagnon, Marie-Louise Thiaw et Fernanda Fernandes, « Le travail de réflexivité de femmes im (...)
  • 7 Celia Rojas-Viger, « Femmes professionnelles latino-américaines à Montréal : Conditions d’insertion (...)
  • 8 Diahara Traoré, « Divination, pratiques de guérison et traditions islamiques parmi des femmes d’ori (...)
  • 9 Voir notamment : Caroline Bouchard et Stéphanie Garneau, « Les enjeux de la survisibilisation/invis (...)
  • 10 Michelle Duval, « Être mère au foyer à Montréal… quand on arrive de l’étranger », Nouvelles pratiqu (...)
  • 11 Estibaliz Jimenez, Marie-Marthe Cousineau, Ève-Marie Tanguay et Joëlle Arcand, « Les violences basé (...)

1Les femmes ont longtemps été invisibilisées dans les études portant sur les questions migratoires, notamment parce que les migrations ont traditionnellement été étudiées à partir de points de vue androcentrés2. Les femmes immigrantes y étaient essentiellement considérées en tant que « femmes de » ou « mères de » et leurs expériences explorées en relation avec celles des membres masculins de leur famille. La prétention d’un « masculin neutre » établissait alors une « confusion entre “migration” et “migration des hommes” »3. L’expérience migratoire des femmes a depuis été redéfinie comme étant distincte et différenciée de celle des hommes et instituée comme un objet d’étude en soi. Au Québec, les enjeux associés à la migration des femmes sont aujourd’hui au cœur de nombreux travaux issus de différents domaines d’étude. Les particularités des parcours migratoires4, les processus individuels et sociaux associés à leur (im)migration5, les spécificités de leurs expériences sur les questions liées au travail6, à l’éducation7, à la religion8, à la violence9, à la maternité10 ou à la sexualité11 constituent un important corpus scientifique.

  • 12 Voir entre autres Huguette Dagenais, Pluralité et convergences : La recherche féministe dans la fra (...)
  • 13 M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, op. cit., p (...)
  • 14 Notre article mobilise la catégorie sociale « femmes immigrantes » référant aux femmes ayant quitté (...)
  • 15 Si nous considérons que la recherche féministe peut être menée à la fois par des chercheures et des (...)

2Comme l’ont mentionné plusieurs autrices et féministes, ce n’est toutefois pas parce que l’on mène des études sur les femmes ou que l’on s’intéresse à des enjeux dits féminins que l’on fait de la recherche féministe12. L’approche féministe, en effet, inscrit toujours la recherche dans un projet « à la fois socio-politique de transformation des rapports sociaux et un projet scientifique d’élaboration de connaissance »13. En s’engageant dans un projet de recherche féministe avec des femmes immigrantes14, la chercheure15 devra ainsi prendre en compte les organisations et relations sociales qui structurent et orientent leurs expériences, tout en poursuivant les objectifs communs et complémentaires de production scientifique et de transformation sociale.

  • 16 Michèle Vatz Laaroussi, Chantal Doré et Liliana Kremer, Femmes et féminismes en dialogue : Enjeux d (...)
  • 17 Michèle Vatz Laaroussi, « Quand la recherche féministe s’intéresse aux femmes immigrantes », dans H (...)
  • 18 Nasima Moujoud, « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe. Au-del (...)
  • 19 Notamment N. Moujoud, ibid., et M. Vatz Laaroussi, « Quand la recherche féministe s’intéresse aux f (...)
  • 20 N. Moujoud, « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe… », op. cit(...)
  • 21 Voir notamment Luisina Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale : Débats autour du patriarcat et (...)
  • 22 Nathalie Benelli, Christine Delphy, Jules Falquet, Christelle Hamel, Ellen Hertz et Patricia Roux, (...)

3Les études interculturelles et celles qui portent sur la migration ont par ailleurs montré que le cadre féministe ne peut s’appliquer de façon automatique et sans ajustement aux réalités et expériences des femmes immigrantes. Certains points de friction caractérisent la rencontre de ces champs. Par exemple, les travaux s’intéressant à l’articulation entre féminisme et immigration féminine montrent qu’une présomption de solidarité universelle et commune entre toutes les femmes, présupposée et imaginée par les féminismes et féministes des sociétés d’accueil, est persistante et reste à déconstruire16. Dans les faits, les femmes immigrantes privilégient parfois un réseau de soutien formé autour de leurs expériences d’immigration partagées plutôt qu’autour de leurs appartenances de genre et peuvent entretenir une certaine méfiance envers le féminisme majoritaire (associé au féminisme « blanc » et occidental) des sociétés d’accueil, duquel elles se sentent exclues17. Parallèlement, les chercheures et intervenant·e·s féministes des pays d’accueil maintiendraient parfois une vision binaire, voire évolutionniste de l’immigration18. Selon la représentation évolutionniste, la migration des femmes des pays « des Suds », vers « les Nords », est considérée comme étant nécessairement émancipatoire pour ces dernières. Cette vision alimente une conception sans nuance des femmes immigrantes quittant des sociétés d’origine où elles subiraient de facto des oppressions et discriminations liées à leur genre afin d’accéder aux sociétés d’accueil où elles pourront, en tant de femmes, enfin être libérées et se réaliser. Il s’agit, en somme, d’une représentation mettant en scène un passage évolutif de la « tradition » à la « modernité »19. La vision binaire s’inscrit quant à elle dans une représentation de l’immigration féminine, « souvent implicitement ou explicitement orientée par l’idée d’une opposition sommaire entre les sociétés de départ et d’arrivée. Cette vision binaire considère chacune des deux sociétés en fonction d’attributs tenus pour naturellement différents20 ». Sans présumer du caractère évolutionniste que représenterait un passage des sociétés d’origine aux sociétés d’accueil, la conception binaire implique toutefois un postulat sur la nature intrinsèquement sexiste des premières. Dans chacun de ces cas de figure, évolutionniste et binaire, les femmes immigrantes sont souvent représentées comme victimes, soumises ou oppressées, sexuellement contraintes, essentiellement dédiées à leur famille et sans ressources21. Elles sont facilement perçues comme devant être « libérées » grâce aux féminismes et aux féministes des sociétés d’accueil. Dans le jeu de miroir qui en résulte, les femmes immigrantes deviennent en quelque sorte les faire-valoir des femmes des sociétés d’accueil qui profitent des autoreprésentations positives (qui les définissent comme étant des femmes affranchies, libres, autonomes, etc.) qu’induisent ces préjugés et stéréotypes négatifs22.

  • 23 Ces critiques intersectionnelles et décoloniales concernent de façon plus large les femmes racisées (...)

4À travers ces frictions et incompréhensions, comment les chercheures féministes (souvent non immigrantes) peuvent-elles aspirer à faire de la recherche avec les femmes immigrantes ? Quels sont les écueils à éviter ? Quels sont les enjeux à considérer lors d’une recherche ayant comme objet l’articulation femmes/migration dans une perspective féministe ? En nous appuyant d’abord sur les réflexions théoriques des approches intersectionnelles, décoloniales et liées aux injustices épistémiques, puis sur nos propres expériences de recherche antérieures, à la fois collaboratives, féministes et auprès de femmes issues de l’immigration, nous proposons dans le cadre de cette contribution un modèle théorique spécifique à la recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes. Pour ce faire, nous commençons par définir les balises de la recherche collaborative féministe. Nous soulevons ensuite différentes critiques adressées à la recherche féministe avec les femmes immigrantes23 en mobilisant les apports des théories intersectionnelles et décoloniales qui la questionnent. En convoquant les réflexions d’auteur·trice·s autour des injustices épistémiques et des enjeux de savoir et de pouvoir associés, nous présentons pour finir les spécificités d’un modèle de recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes. Nous illustrons nos propos par des exemples issus de nos recherches antérieures, présentés dans les encadrés insérés dans le texte. Nous nous référons dans ceux-ci à la fois à des projets de recherche collaboratifs féministes et à des projets menés avec des femmes immigrantes.

La recherche collaborative féministe 

  • 24 F. Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit. ; M. Ollivier et M. (...)
  • 25 Voir notamment Véronique Bayer, Zoé Rollin, Hélène Martin et Marianne Modak, « L’intervention fémin (...)
  • 26 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », p. 298.

5Depuis la fin des années 1980, au Québec, l’amplitude de la recherche féministe, ses domaines d’action et d’expertise ainsi que sa reconnaissance institutionnelle et intellectuelle, ne cessent de croître et de se confirmer24. Bien qu’elle soit pluridisciplinaire, mobilise différentes méthodologies et que ses objets d’étude soient variés, elle reste toujours porteuse d’une double dimension : il s’agit à la fois d’un projet scientifique d’élaboration des connaissances et savoirs, et d’un projet social de transformation des rapports de pouvoir et des expériences individuelles25. Autour de principes alimentés par des réflexions et savoirs issus à la fois des praticiennes et des théoriciennes, la recherche féministe dépasse « les oppositions classiques entre la théorie et la pratique, la réflexion et l’action, la neutralité et l’engagement »26.

  • 27 La recherche collaborative est parfois identifiée à travers les dénominations « recherche partenari (...)
  • 28 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit., et M. Puig de la Bellacasa, P (...)

6La recherche collaborative27 féministe s’inscrit donc dans une vision subversive de la science. Partant du postulat que les savoirs sont socialement, politiquement et historiquement situés et qu’ils induisent une compréhension spécifique des différentes problématiques28, elle met en relation les chercheuses avec des citoyen·ne·s, militant·e·s, praticien·ne·s et professionnel·le·s dans l’objectif de co-construire des savoirs par, pour et avec les acteur·trice·s engagé·e·s dans la recherche. Nous proposons de la définir autour de trois balises qui la caractérisent et l’orientent : 1. la co-construction des savoirs et processus de recherche, 2. la transformation des rapports de pouvoir et 3. la nature engagée et politique de la recherche collaborative féministe.

La co-construction au cœur de la recherche collaborative féministe

7La volonté partagée des partenaires (chercheures, femmes et groupes de femmes, praticien·ne·s, etc.) de s’engager dans un processus de co-construction, de le concrétiser et de le maintenir est fondamentale dans toute recherche collaborative féministe. Elle répond à la fois aux enjeux entourant la nature des savoirs scientifiques et aux processus menant à leur production.

  • 29 Madeleine Akrich, « Co-construction », dans Rémi Barbier, Loïc Blondiaux, Francis Chateauraynaud, J (...)
  • 30 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit.
  • 31 Lyne Kurtzman et Ève-Marie Lampron, « Coconstruire des connaissances féministes : L’exemple du Serv (...)

8La co-construction engage d’abord les chercheures à solliciter, mobiliser et valoriser les divers types de connaissances permettant la co-construction de savoirs. Ces connaissances émanent du champ académique, mais aussi de points de vue « inhabituels » en recherche29, notamment des points de vue expérientiels et de ceux qui sont associés aux pratiques professionnelles, politiques ou militantes des différent·e·s acteur·trice·s30. Il ne s’agit pas de considérer ces divers types de connaissances comme étant interchangeables au sein du processus de recherche, mais plutôt de reconnaitre leurs spécificités et leur complémentarité. En d’autres mots, la co-construction vise à produire des savoirs non pas « sur » les femmes, mais bien « avec » et « par » les femmes. Elle n’est effective que si la hiérarchie des savoirs qui caractérise le monde académique est remise en question de façon soutenue et explicite dans l’ensemble de la démarche collaborative, et ce, même si la reconnaissance scientifique des résultats co-construits reste encore aujourd’hui fragile et contestée31.

  • 32 Voir notamment V. Bayer et al., « L’intervention féministe : Un continuum entre pratiques et connai (...)

9Les processus et les protocoles de recherche doivent aussi être co-construits entre les différents acteur·trice·s qui sont impliqué·e·s à toutes les étapes de la recherche (de la définition des objectifs à la diffusion des résultats). À ce propos, des chercheures québécoises ont mis en lumière les difficultés rencontrées par les équipes de recherche collaborative cherchant à soutenir des processus de co-construction souvent exigeants, notamment en ce qu’ils ont trait aux préoccupations prioritaires parfois divergentes des différent·e·s acteur·trice·s (liées par exemple aux exigences de scientificité/d’applicabilité des résultats), aux temporalités dissonantes des milieux académique, d’intervention et d’accompagnement, à la complexité qui caractérise la déconstruction des rapports sociaux asymétriques entre universitaires et femmes engagées dans la recherche et aux dangers de l’instrumentalisation de la démarche collaborative (afin, par exemple, de répondre aux intérêts particuliers de certain·e·s acteur·trice·s)32.

  • 33 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit., p. 298.

10De façon générale, la co-construction participe ainsi à la critique générale du positivisme en recherche et est « [p]orteuse d’une critique des rapports de pouvoir dans la construction même du savoir »33.

La recherche collaborative féministe pour une transformation des rapports de pouvoir

  • 34 V. Bayer et al., « L’intervention féministe… », op. cit. ; F. Descarrie, « Le mouvement des femmes (...)
  • 35 V. Bayer et al., « L’intervention féministe… », op. cit.

11La recherche collaborative féministe s’inscrit, comme toute recherche féministe, dans une lutte contre les hiérarchisations et les oppressions qui caractérisent l’expérience des femmes34. Elle questionne d’abord les logiques androcentrées traditionnellement dominantes dans les milieux scientifiques en proposant des alternatives aux modèles de recherche qui légitiment et réifient une validité interne de la recherche construite par et pour les champs scientifique, académique et masculin35. En concordance avec le « projet féministe », la recherche par, pour et avec les femmes replace au centre de ses analyses les rapports sociaux de sexe et de genre en les visibilisant, les contestant et en favorisant leur transformation.

  • 36 Christine Corbeil et Isabelle Marchand (dir.), L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui : Port (...)

12La transformation des rapports de pouvoir se retrouve au cœur même de la démarche de recherche collaborative où l’attention portée à l’atteinte d’une égalité relationnelle entre les différent·e·s acteur·trice·s rend effective la transformation de leurs relations. Il s’agit notamment, du point de vue des chercheures, de respecter les choix, les valeurs et les besoins des femmes partenaires (possiblement différents de ceux de l’équipe de recherche), de reconnaître et de valoriser leurs connaissances, compétences et capacité d’action, ainsi que d’identifier, nommer et tenter de limiter les différentes relations de pouvoir présentes au sein même du processus collaboratif et inhérentes aux rapports sociaux hiérarchisés qui caractérisent nos sociétés36.

La nature engagée et politique de la recherche collaborative féministe

  • 37 Nous distinguons les femmes qui participent aux projets de recherche de façon individuelle ou en fo (...)
  • 38 Ch. Corbeil et I. Marchand, L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui : Portrait d’une pratique (...)
  • 39 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… ».

13La recherche collaborative féministe est une recherche à la fois engagée, puisque porteuse de visées émancipatrices pour les femmes et les groupes de femmes37, et engageante, puisqu’elle mobilise fortement l’ensemble des acteur·trice·s qui y collaborent. Les chercheures associées à ce type de projets poursuivent concurremment des objectifs scientifiques et des objectifs sociaux, voire militants. Les finalités de ces démarches concernent de plus, de façon concomitante, les transformations sociales et individuelles. La recherche collaborative féministe cherche en effet à transformer les rapports sociaux qui structurent et induisent les discriminations individuelles et à favoriser l’agentivité des femmes et leur pouvoir d’agir. En ce sens, elle se traduit en projet politique qui s’appuie sur le postulat que les différentes problématiques vécues par les femmes « doivent être interprétées en regard du contexte socio-économique, politique et idéologique et non seulement en termes individuels38 ». Comme le documentent Isabelle Courcy et ses collaboratrices39, son succès pour effectuer des changements sociétaux est largement démontré.

  • 40 F. Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit.

14De façon plus pragmatique, les visées émancipatrices de la démarche collaborative doivent se traduire dans toutes les étapes de la recherche. Par exemple, les objectifs de recherche illustreront la volonté de faire de la « science utile » aux femmes40 ; la nature et la portée des résultats favoriseront les transformations sociales et leur diffusion se fera dans différents milieux et auprès de différents publics (scientifique, citoyen, professionnel, politique, médiatique).

15La co-construction des savoirs et des processus de recherche, la transformation des rapports de pouvoir et la nature engagée et politique de la recherche doivent orienter tout processus de recherche collaborative féministe. Dans la section suivante et sous l’éclairage des critiques intersectionnelles et décoloniales, nous exposons les spécificités devant la caractériser lorsque la recherche collaborative est menée par, pour et avec les femmes immigrantes.

  • 41 Unique en son genre, le service aux collectivités (SAC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) (...)
  • 42 Voir Marianne Théberge-Guyon, Caterine Bourassa-Dansereau, Laurence Morin et Table de concertation (...)
  • 43 Voir Stéphanie Panneton, Véronique Pronovost, Caroline Bouchard, Caterine Bourassa-Dansereau et Tab (...)

Le projet de recherche Plus de femmes en politique : les médias et les instances municipales des acteurs clés : illustration d’un projet de recherche collaboratif féministe

Le projet de recherche Plus de femmes en politique : les médias et les instances municipales des acteurs clés est le fruit d’un partenariat établi entre une équipe de recherche de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM), en collaboration avec le Service aux collectivités de l’UQAM41. La recherche s’est réalisée en deux moments. La première phase (2017-2018) examinait le traitement médiatique des candidates mairesses et conseillères municipales dans les médias écrits francophones du Québec lors de la campagne électorale municipale de l’automne 201742. La deuxième phase du projet (2019-2020) avait comme objectifs de faire entendre les voix et expériences des femmes qui se sont présentées aux élections de 2017, en explorant leurs expériences et perceptions quant aux rôles des médias traditionnels et aux incidences de leur couverture médiatique dans leur carrière politique et leur vie personnelle43.

S’ancrant résolument dans une approche collaborative féministe, le projet répond d’abord aux exigences associées en privilégiant la co-construction des savoirs et des processus de recherche. Les professionnelles de la TCGFM, en collaboration avec l’équipe de recherche universitaire, ont en effet participé activement à plusieurs étapes de la recherche (définition des objectifs de recherche, rédaction des demandes de financement, analyses et rédaction du rapport de recherche). La tenue régulière de comités d’encadrement réunissant l’ensemble des partenaires a permis d’assurer que le processus de recherche soit mené par, pour et avec les femmes du groupe féministe TCGFM.

Le projet s’inscrit aussi dans une visée de transformation des rapports de pouvoir. D’abord au cœur même des relations interpersonnelles entre les différents partenaires de la recherche collaborative, en reconnaissant d’emblée l’expertise des travailleuses de la TCGFM concernant les enjeux vécus par les femmes engagées en politique municipale, complémentaire à l’expertise en recherche de l’équipe universitaire. Les rythmes distincts des différents partenaires ont aussi été reconnus et respectés, sans que les uns aient préséance sur les autres (différences de rythmes associés notamment aux ressources limitées au sein de la TCGFM pour s’investir dans la démarche de façon soutenue et au calendrier universitaire parfois contraignant pour l’équipe UQAM). Le projet répond de plus aux exigences d’une transformation des rapports sociaux en mettant au cœur des analyses les rapports sociaux de genre et en visibilisant leurs articulations aux situations individuelles vécues par les femmes politiciennes.

Finalement, le projet Plus de femmes en politique : les médias et les instances municipales des acteurs clés s’inscrit dans un projet scientifique politique : il vise une transformation sociale des différents défis et obstacles qui caractérisent le parcours des femmes engagées en politique municipale. À cet effet, la diffusion des résultats de recherche s’est concrétisée non seulement dans les réseaux scientifiques, mais aussi lors de représentations auprès de différents groupes de professionnel·le·s concernés (journalistes, associations politiques) et grâce à des prises de parole publiques et communes des partenaires (notamment des interventions dans les médias).

Recherche collaborative féministe : quels féminismes ? Quelles femmes ? Quels enjeux pour les chercheures ?

16Lorsqu’elle s’inscrit dans une collaboration avec les femmes immigrantes, la recherche féministe se doit d’être réexaminée d’un point de vue critique et toute chercheure s’y engageant devrait se questionner sur les spécificités de cette collaboration. Par exemple, les processus de co-construction sont-ils modulés par les appartenances ethnoculturelles des différentes femmes participant à la recherche ? Quelles sont les incidences des parcours et statuts migratoires sur leurs relations avec les chercheures, et plus largement sur et entre les membres de l’équipe collaborative ? En quoi les priorités de transformations individuelles et sociales sont-elles liées aux expériences spécifiques de ces dernières ? En d’autres mots, comment s’assurer que la recherche collaborative féministe soit réellement menée par, pour et avec les femmes immigrantes ?

  • 44 Pour Boaventura de Sousa Santos (« Épistémologies du Sud », Études rurales, 187, 2011, p. 21-50, ic (...)
  • 45 Voir notamment Angela Davis. Femmes, race et classe, Paris, des femmes, [1981] 2020, 336 p. ; bell (...)
  • 46 Voir notamment Chandra Talpade Mohanty, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Dis (...)
  • 47 Sonia Alimi, Alexandra Pierre, Amel Zazza, « “Devenir” intersectionnel : l’exemple d’une formation (...)

17Les critiques intersectionnelles et décoloniales envers le mouvement féministe majoritaire du Nord44 lui reprochent d’abord ses visées universalistes et de répondre essentiellement aux réalités et expériences des femmes blanches, occidentales et issues des classes sociales supérieures. Non nouvelles, ces critiques ont d’ailleurs été en particulier portées par les féministes afro-américaines45 et indiennes46, notamment au Québec dès les années 197047. Au cœur de ces récriminations réside la vision monolithique et non inclusive de la femme qui caractérise un féminisme majoritaire ne reconnaissant pas la pluralité et la diversité constitutives du groupe social hétérogène des femmes et les contextes sociopolitiques et historiques qui induisent les privilèges et les oppressions découlant de ces différents statuts.

  • 48 Kimberle Crenshaw, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence agains (...)
  • 49 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009/1, p. 70, htt (...)
  • 50 Sirma Bilge, « De l’analogie à l’articulation : Théoriser la différenciation sociale et l’inégalité (...)
  • 51 Ch. Corbeil et I. Marchand, L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui…, op. cit., p. 45.
  • 52 Le sexe renvoie aux attributs biologiques et aux caractéristiques physiques et physiologiques des p (...)

18Porté dans le monde académique par le texte Mapping de margins : Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color de la juriste Kimberle Crenshaw48, le concept d’intersectionnalité est venu mettre en lumière ce biais ethnocentrique. D’abord conceptualisé pour articuler les systèmes liés au genre et à la race, le cadre intersectionnel permet de mieux comprendre les expériences des femmes qui se situent à l’intersection de différentes oppressions : sexisme, racisme, classisme, capacitisme, oppressions liées à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle, etc. Il renvoie à une théorie transdisciplinaire permettant de saisir la complexité des identités et inégalités sociales49 et met en lumière l’impossibilité d’appréhender les différents systèmes d’oppression de façon distincte, dans la mesure où leurs articulations engendrent des effets concomitants, situés et contextualisés. L’intersectionnalité visibilise la multiplicité des systèmes qui (re)produisent de façon simultanée et interactive les inégalités et situations de discrimination50. Elle ne désigne pas « un point d’ancrage fixe où les oppressions vécues s’accumulent et s’enchaînent, mais plutôt une position sociale en mouvance d’un individu unique et complexe51 ». Dans le cadre de recherches collaboratives féministes avec les femmes immigrantes, la perspective intersectionnelle permet de souligner que la co-construction des savoirs, la transformation des rapports de pouvoir et les objectifs de changements individuels et sociaux sont modulés par cette complexité et les positionnements sociaux uniques et systémiques des actrices. Le « projet féministe » s’arrime dès lors à leurs expériences migratoires et à celles qui ont trait à leurs différentes appartenances ethnoculturelles. Ces enjeux peuvent même, pour certaines femmes, dépasser en termes d’importance les questions liées au sexe et au genre52.

  • 53 Le domaine structurel réfère à la manière dont les institutions participent, par leurs procédures e (...)

19L’approche intersectionnelle est résolument politique. Patricia H. Collins souligne par exemple quatre domaines de pouvoir interreliés relevant de différents niveaux d’analyse à travers lesquels les diverses oppressions se concrétisent pour les femmes situées à leur intersection : les niveaux structurel, hégémonique (ou culturel), disciplinaire et interpersonnel53. Ainsi, les femmes immigrantes engagées dans la démarche collaborative font-elles face à des enjeux de pouvoir à différents niveaux. Ceux-ci devront être considérés dans les recherches dans leurs dimensions macro (par exemple les lois, les représentations sociales, les règlements concernant les immigrant·e·s et l’immigration) et micro (par exemple les relations entre chercheure et femmes immigrantes et entre les différentes femmes engagées dans la recherche). Dans une volonté de transformation des rapports de pouvoir et de changements sociaux et individuels, cette attention portée aux oppressions multiples, à de multiples niveaux, est essentielle à la recherche par, pour et avec les femmes immigrantes.

  • 54 Blanc réfère ici à une blanchité symbolique. Pour Chantal Maillé (« Approche intersectionnelle, thé (...)
  • 55 N. Benelli et al., « Les approches postcoloniales : Apports pour un féminisme antiraciste », op. ci (...)
  • 56 Francoise Vergès, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019, 208 p.
  • 57 Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle, théorie postcoloniale et questions de différence dans les (...)
  • 58 En se référant à Peter Ekeh, Françoise Vergès (Un féminisme décolonial, op. cit., p. 27) rappelle l (...)
  • 59 Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle… », op. cit., p.171.

20Dans cette mouvance d’un féminisme imbricationniste, les féministes décoloniales ont également initié une remise en question du féminisme majoritaire en identifiant les limites et impensés d’un féminisme occidental, blanc54, néolibéral et universitaire55 que Vergès56 nomme le « féminisme […] civilisationnel parce qu’il a entrepris la mission d’imposer au nom d’une idéologie des droits des femmes une pensée unique qui contribue à la perpétuation d’une domination de classe, de genre et de race ». Selon Chantal Maillé57, l’analyse intersectionnelle qui révèle les différents rapports sociaux (de genre, de race, de classe, etc.) et leur imbrication est bonifiée par l’analyse décoloniale qui permet, de son côté, de les situer dans le continuum du colonialisme58 et devient « un véritable projet politique orienté vers le dépassement des systèmes qui organisent la domination. Ici, l’analyse postcoloniale est en quelque sorte le chaînon manquant pour organiser la compréhension des dynamiques de pouvoir au sein des féminismes59 ».

  • 60 Voir Maile Arvin, Eve Tuck et Angie Morrill, « Decolonizing Feminism: Challenging Connections betwe (...)
  • 61 N. Benelli et al., « Les approches postcoloniales… » ; Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle… » (...)
  • 62 H. Martin et P. Roux, ibid., p. 6-7.

21Résolument politique et directement inscrit dans une volonté de transformation des rapports sociaux hiérarchisés, le féminisme décolonial fait apparaître les privilèges et appelle à une transformation radicale des systèmes non seulement patriarcaux et racistes, mais aussi scientifiques, sociopolitiques et économiques qui maintiennent les rapports de forces que perpétue le colonialisme60. Il dénonce par ailleurs la prétention universaliste du féminisme majoritaire reposant sur des visions ethnocentrées des femmes et du féminisme61 : « […] parce qu’elle est sans réflexivité sur la particularité du point de vue (ou de son lieu d’énonciation), [L’analyse féministe à prétention universaliste] ne voit pas les autres rapports de pouvoir, imbriqués avec le rapport de genre, qui influent sur les conditions de vie des femmes (et des hommes ) et structurent leur existence.[…] Le risque, dans ce cas, est de considérer que le discours féministe est neutre par rapport aux autres systèmes de domination, alors qu’il est situé, et d’universaliser des concepts avant même de réaliser l’analyse en appliquant des notions produites dans un contexte à d’autres contextes62 ».

  • 63 Notamment M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… », op. cit. ; M. Stewart-Harawi (...)

22La mise en lumière du caractère construit et socialement ordonnancé des savoirs justifie l’importance de l’identification et de la déconstruction, dans les processus de recherche collaboratifs féministes, des visions normalisées et peu contestées des femmes et des féminismes du Sud et du Nord, et notamment des femmes immigrantes. Comme le montrent efficacement différentes féministes décoloniales63, il ne suffit toutefois pas de décentrer notre regard et de timidement mobiliser des savoirs « autres » pour décoloniser le féminisme ; une véritable transformation de notre rapport aux savoirs (dont les savoirs féministes), en ce qui a trait à leurs (co)constructions, leur énonciation, leur reconnaissance (notamment scientifique et académique) et leur diffusion est nécessaire.

23Dans les perspectives intersectionnelle et décoloniale, le rapport au savoir s’impose ainsi comme un élément central de réflexion et de contestation. En ce qu’il permet de nommer les oppressions et discriminations vécues et participe à leur reconnaissance, il est de plus intimement lié aux enjeux de pouvoir. Afin d’explorer ces questions, nous mobilisons dans la section suivante certains travaux de l’épistémologie critique des savoirs qui nous permettent d’explorer les enjeux de savoir et de pouvoir pour la recherche féministe collaborative par, pour et avec les femmes immigrantes.

  • 64 Les exemples présentés sont issus de la recherche Sexualité et stratégies de négociation identitair (...)

Tensions autour du savoir et du pouvoir dans la recherche par, pour et avec les femmes immigrantes64 : le cas de la virginité féminine.

Au cœur des enjeux et des critiques entourant la recherche collaborative féministe menée avec les femmes immigrantes réside la question du savoir et des enjeux de pouvoir entourant sa co-construction.

Les critiques intersectionnelles montrent dans un premier temps que les oppressions multiples qui caractérisent le positionnement social des femmes immigrantes (en fonction de leur genre, de leur parcours migratoire et de leurs appartenances ethnoculturelles) ont une incidence sur leurs expériences et les savoirs associés. Nos projets de recherche portant sur les représentations et pratiques amoureuses et sexuelles des jeunes femmes issues de l’immigration nous ont amenée à constater que le concept de « virginité féminine », ainsi que les contraintes et stratégies amoureuses et sexuelles qui y sont associées, illustrent cette imbrication.

Initialement conceptualisé par l’équipe de recherche (dans une perspective féministe) comme étant une injonction, une contrainte et une limite à l’agentivité sexuelle des participantes rencontrées, la virginité féminine et les expériences qui y sont associées ont été présentées de façon inattendue aux chercheures. L’importance que certaines participantes accordent à la virginité leur permet en effet de concilier leurs appartenances culturelles, religieuses et de genre, et surtout, de déjouer les oppressions sexistes et racistes qui composent leur quotidien.

Par exemple, certaines femmes préservent une « virginité symbolique » en ayant une sexualité très active, mais en excluant la pénétration vaginale de leurs pratiques. Celles-ci y voient un geste féministe, puisque le plaisir sexuel doit dès lors être associé à d’autres pratiques qu’à la seule pénétration. D’autres femmes acceptent de « perdre » ou « donner » leur virginité, hors mariage, si les relations amoureuses dans lesquelles elles sont engagées sont pour elles suffisamment significatives pour correspondre à ce qu’elles identifient comme étant un « mariage symbolique ». Elles souhaitent ainsi respecter la prescription (culturelle ou religieuse) qui exige que la virginité soit préservée jusqu’au mariage… mais réinventent la notion même de mariage ! Par ces pratiques agentives et la réinterprétation qu’elles font des concepts de mariage et de virginité, ces femmes déjouent les injonctions sexistes des membres de leurs communautés culturelles et religieuses. Elles s’opposent aussi à ce qu’elles considèrent comme étant les normes de la « sexualité occidentale » et aux oppressions racistes qu’elles y associent. Plusieurs participantes ont ainsi explicitement exposé que la « sexualité libérée » qu’elles considèrent comme étant mise en avant dans les discours féministes québécois n’est pas la sexualité à laquelle elles s’identifient, elles-mêmes, à titre de femmes libérées !

À travers la question de la virginité féminine, les participantes refusent d’être essentialisées comme « femmes » et « immigrantes ». Elles mettent aussi en lumière un savoir divergent sur cette question.

Directement liés au savoir et aux enjeux de pouvoir associés, ces éléments ont en effet mené les chercheures de l’équipe à s’interroger sur leur vision ethnocentrée d’une sexualité féministe et à adapter le protocole de recherche, les analyses et les résultats ayant émergé de la démarche. En somme, décoloniser le féminisme et intégrer l’approche intersectionnelle au processus collaboratif de cette recherche féministe s’est traduit par une décolonisation de la sexualité et la mise en lumière des différentes représentations et pratiques féministes des sexualités des femmes immigrantes rencontrées.

Vers un repositionnement face à la connaissance et au savoir

  • 65 Baptiste Godrie et Marie Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs e (...)

24Baptiste Godrie et Marie Dos Santos définissent les injustices épistémiques comme étant « un type particulier d’inégalité qui se manifeste dans l’accès, la reconnaissance et la production des savoirs et des différentes formes d’ignorance. Ces inégalités épistémiques sont le produit d’inégalités systémiques et de situations d’oppression qui structurent les rapports sociaux autant qu’elles contribuent à les alimenter65».

25En interrogeant la nature même des savoirs, les modalités de leurs productions et de leurs énonciations, ainsi que leurs relations avec les enjeux de pouvoir, le concept d’« injustice épistémique » nous permet de repositionner la recherche collaborative féministe face aux enjeux de savoir/pouvoir. Il nous amène à identifier certaines pistes permettant de répondre à différentes critiques intersectionnelles et décoloniales adressées à la recherche lorsqu’elle engage une collaboration avec des femmes immigrantes.

Co-construire les savoirs en recherche collaborative féministe : qui parle et de quoi parle-t-on ?

26Une des trois balises de la démarche féministe collaborative, la co-construction des savoirs, privilégie la mobilisation et la reconnaissance de différents types de connaissances (expérientielles, professionnelles, politiques, militantes), ancrées à la fois dans la pratique et la théorie. Les critiques intersectionnelles et décoloniales qui mettent en lumière les enjeux particuliers de la recherche féministe avec des femmes immigrantes nous amènent toutefois à soulever les trois questions suivantes : quelle parole est reconnue comme porteuse de savoirs dans les processus de recherche collaboratifs ? Quels sont les savoirs considérés comme valables ? Comment ces savoirs sont-ils mobilisés ?

  • 66 Notamment M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… », op. cit. ; Sandra Harding, T (...)
  • 67 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ig (...)
  • 68 Ibid., p. 12.

27Un savoir féministe dominant, un savoir de « référence », pourrait-il ainsi structurer et orienter la recherche collaborative féministe avec les femmes immigrantes et les visions des féminismes, de la migration et des femmes immigrantes qui la constituent ? Différent·e·s auteur·trice·s66 soulignent en effet que des savoirs majoritaires, par exemple féministes, s’instaurent comme étant des normes, agissent à titre de canons et sont considérés comme neutres, voire objectifs. Ils ne sont plus pensés comme étant, eux aussi, sociohistoriquement et politiquement situés. Outre qu’ils deviennent alors incontournables et bien souvent fondateurs des projets de recherches féministes, ils s’instituent aussi comme des balises à partir desquelles les « autres savoirs » seront évalués, jugés, reconnus ou rejetés. Le concept d’« injustice épistémique » permet de plus de montrer comment se construisent les « absences de savoir », c’est-à-dire les savoirs qui sont ignorés, dissimulés et invisibilisés au cœur des projets de recherche67. En effet, la normalisation de savoirs majoritaires et élitistes s’additionne à l’effacement des savoirs minorisés et marginalisés. Théorisée par Godrie et Dos Santos68, l’ignorance est « […] comprise comme une production et non simplement comme une absence de savoir ou un trou dans la connaissance ». La co-construction des savoirs dans le cadre de recherches collaboratives féministes répond dès lors à un double défi et porte à la fois sur les savoirs des femmes immigrantes et sur l’absence de ceux-ci. Ces deux dimensions redessinent les objectifs, processus et finalités des démarches collaboratives.

  • 69 Voir S. Harding, The feminist standpoint theory reader…
  • 70 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ig (...)
  • 71 Voir notamment L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale : Débats autour du patriarcat et défi (...)
  • 72 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… », p. 22.

28Les théories féministes ont largement contribué aux réflexions autour des savoirs, notamment grâce à la théorie du savoir situé (standpoint theory)69 montrant qu’ils sont toujours construits à partir de points de vue spécifiques et qu’ils fluctuent en fonction de leurs contextes de production et d’énonciation. Les savoirs dominants (androcentrés, ethnocentrés, universitaires) ne sont donc pas neutres et objectifs, mais ancrés dans des contextes qui leur sont propres. De manière concomitante, les spécificités du regard situé que les membres des différents groupes minorisés développent sur leurs réalités et leurs expériences sont singulières. Puisqu’elles sont à l’intersection de différentes oppressions et que leur situation est unique, les femmes immigrantes sont, par exemple, en mesure de développer un point de vue spécifique sur les rapports sociaux et sur les situations de discrimination liées à leurs expériences. Les personnes en situation d’oppression possèdent ainsi un avantage de taille : celui de détenir un « double regard » leur permettant de voir et de comprendre à la fois l’organisation sociale et politique des groupes dominants – dans laquelle ils et elles évoluent de facto – et une conscience spécifique de leur propre situation, inaccessible aux élites et groupes majoritaires70. Cette « double conscience » permet l’émergence de savoirs nouveaux et inusités en recherche, construits à la fois dans le centre et dans les marges, à la fois du dedans et du dehors. Les savoirs restent bien souvent inconnus de ceux qui, en position de privilège, ne remettent pas aisément en question la « neutralité » de leurs connaissances et leur nature construite71. Les femmes immigrantes engagées dans un processus de recherche collaboratif et féministe ont ainsi accès à un savoir unique que permet leur positionnement social particulier. À l’instar des membres d’autres groupes vivant des inégalités épistémiques, elles « sont amené[e]s, par leurs expériences sociales, à se situer à l’intersection de plusieurs mondes et à sortir du “cadre hégémonique”. Cette localisation particulière dans l’espace social serait à la base des vertus épistémiques comme l’ouverture d’esprit, la curiosité et l’humilité qui servent de fondement à ce [que Médina, 2013] nomme la “métalucidité” ou encore la “lucidité subversive”72».

  • 73 S. Harding, The feminist standpoint theory reader…
  • 74 M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… ».

29Comme le souligne Harding73, ces « autres » savoirs, subversifs, ne seront pas toujours en adéquation avec ou complémentaires des savoirs dominants : ils peuvent s’en distancier, les critiquer et même s’y opposer. Dans le cadre d’une recherche collaborative féministe, et avec les femmes immigrantes, c’est un véritable changement de regard que l’on doit être prêt·e·s à opérer et surtout, à concrétiser en cours de processus (par exemple à travers la définition des objectifs et les choix théoriques et méthodologiques). Ces savoirs étant potentiellement inconnus des chercheures, la volonté de permettre leur émergence doit être présente et soutenue74.

  • 75 Les exemples présentés pour illustrer les enjeux examinés dans cette section sont issus des expérie (...)

Visibiliser les savoirs et leurs absences dans les démarches collaboratives féministes75

Les savoirs dominants sont présents dans tout projet de recherche collaboratif féministe mené avec les femmes immigrantes. Ils correspondent d’abord aux savoirs portés par l’équipe de recherche : les savoirs académiques, parfois ethnocentrés et associés aux postures féministes de l’équipe de recherche. Dans les projets collaboratifs, ces savoirs « de recherche » sont habituellement mis en relation avec ceux des groupes partenaires et des intervenant·e·s qui y œuvrent. Le deuxième type de savoir, celui des « expert·e·s » et « de pratique », est aussi un savoir important dans ces contextes : la parole des intervenant·e·s et des différent·e·s professionnel·le·s est de plus en plus reconnue comme porteuse de savoir et valorisée dans les démarches de recherche collaborative. Mais entre les savoirs académiques et les savoirs des groupes partenaires, quelle place est accordée au « troisième savoir » – celui qui est porté par les femmes elles-mêmes ?

La plupart du temps, c’est en effet le savoir des femmes immigrantes qui risque de devenir accessoire dans les processus collaboratifs féministes. Celui-ci n’est fréquemment mobilisé, entendu et reconnu qu’à travers les outils méthodologiques et le cadrage théorique (co)construits par les chercheures et les intervenant·e·s. Ainsi, le savoir des femmes immigrantes émerge essentiellement à travers les espaces d’énonciation pensés par les chercheures et les groupes partenaires associés aux processus collaboratifs. Les femmes elles-mêmes sont en effet trop souvent absentes des étapes associées à la co-construction des objectifs de recherche, des outils de collecte et des analyses, notamment en raison de leur disponibilité parfois limitée (elles n’ont pas toujours le temps de participer aux longs processus collaboratifs et ne priorisent pas d’emblée ces démarches) et des difficultés rencontrées par les équipes de recherche lorsqu’elles cherchent à les recruter pour les rencontrer directement (c’est une des raisons pour lesquelles les chercheures s’associent à différents groupes et organismes qui pourront créer des ponts avec les femmes immigrantes et permettre aux équipes de recherche de les rencontrer). En définitive, leurs savoirs sont souvent mobilisés uniquement comme « données de recherche », ce qui place les femmes dans une position « d’objets » de recherche, plutôt que d’actrices de leur savoir et de son énonciation.

Dès lors, comment espérer que des savoirs différents, nouveaux et subversifs orientent et transforment les démarches de recherche collaborative menées avec les femmes immigrantes ? Comment accéder aux « absences » de savoir qui, par définition, échappent aux personnes des milieux académiques et professionnels porteuses de savoirs dominants qui proposent des « cadrages » et outils en adéquation avec leurs propres visions de l’immigration féminine et des enjeux qui y sont associées ? Comment mobiliser les savoirs des « marges », puisque ce sont d’abord les savoirs du « centre » qui se rencontrent et coconstruisent la recherche, en l’absence des femmes premières concernées ?

Les différentes expériences de recherche collaboratives que nous avons menées montrent que c’est souvent ce « troisième partenaire », celui qui se compose des femmes immigrantes elles-mêmes, qui est exclu des processus de co-construction des différents protocoles. Dans le cadre de recherches collaboratives féministes, leur participation plus soutenue est pourtant garante d’une réelle transformation et du renouvellement des recherches par, pour et avec les femmes immigrantes.

Transformer les rapports de pouvoir et (s’) engager (dans) la recherche

  • 76 (Notre traduction) « how knowledge is created, who creates knowledge, how knowledge is co-construct (...)

30La recherche collaborative féministe place au centre de son projet non seulement la question du savoir, mais aussi celle du pouvoir, qui y est intimement liée. En faisant de la recherche par, pour et avec, plutôt que sur les femmes immigrantes, ce type de recherche devient l’occasion pour les femmes de transformer leurs situations individuelles et les rapports sociaux dans lesquels elles s’inscrivent. Savoir et pouvoir sont ainsi indissociables, comme l’illustrent Hall, Godrie et Heck à travers les différents questionnements qui ouvrent leurs réflexions sur les injustices épistémiques : « comment les savoirs sont-ils créés, qui crée les savoirs, comment les savoirs sont-ils co-construits, à qui appartiennent les savoirs exclus et comment les savoirs sont-ils utilisés pour contester les inégalités et renforcer la portée des mouvements sociaux76 » ?

  • 77 Voir B. Godrie et M.  Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… » ; Miranda Fricker, Episte (...)
  • 78 Nous utilisions « voix » comme un concept symbolique, afin d’illustrer l’importance accordée à l’ex (...)
  • 79 L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale… » ; B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : In (...)
  • 80 M. Fricker, Epistemic injustice…
  • 81 (Notre traduction) « a speaker suffers a testimonial injustice just if prejudice on the hearer’s pa (...)

31Le savoir est lié au pouvoir de deux façons distinctes mais complémentaires77. D’une part, les enjeux de pouvoir concernent bien entendu la reconnaissance du savoir en lui-même en tant que savoir valable et validé. D’autre part, ils s’articulent aux possibilités socialement accordées d’énonciation des savoirs et à la reconnaissance des voix78 qui les portent. Différent·e·s auteur·trice·s ont ainsi montré que cette difficulté à reconnaître et valoriser les savoirs autres est directement liée aux différences dans la crédibilité accordée à certains groupes et aux personnes qui y sont associées79. Miranda Fricker80 propose dans cette optique l’idée d’injustice du témoignage (testimonial injustice) pour conceptualiser le déficit de crédibilité qu’entraîne la non-reconnaissance de l’expérience et des connaissances d’une personne, en raison de ses appartenances à un ou plusieurs groupes sociaux. Dans le cas des femmes immigrantes, on peut penser que ce manque de reconnaissance pourrait être lié non seulement à leur genre, mais aussi à leur statut migratoire, ainsi qu’à leurs appartenances ethnoculturelles. Ce type d’injustice est principalement lié à l’attitude de la personne qui reçoit la parole et en reconnaît ou non la valeur : « un locuteur subit une injustice du témoignage si les préjugés de l’interlocuteur l’amènent à accorder moins de crédibilité au locuteur qu’il n’en aurait autrement donné81 ». Dans le cadre de la recherche féministe collaborative, il devient dès lors essentiel que la chercheure sollicite, reconnaisse, valide et mobilise les savoirs « autres » des femmes immigrantes au cours de la démarche collaborative. Il s’agit en somme de permettre à ces femmes de redevenir les sujets (non plus les objets), les autrices et les actrices de leurs savoirs. Les différentes critiques intersectionnelles et décoloniales ainsi que les études s’intéressant à l’articulation féminisme/migration féminine ayant montré que les femmes immigrantes risquent d’être discriminées en tant que « porteuses de savoirs », la recherche collaborative féministe avec les femmes immigrantes devra s’assurer de répondre à ces spécificités.

  • 82 Notamment B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… » ; B. L. Hall, B. Godr (...)

32Les savoirs sont non seulement des leviers importants de lutte contre les inégalités (notamment épistémiques), mais aussi des outils de transformation des structures sociales et économiques qui les engendrent82. À l’opposé, l’« ignorance » et l’impossibilité de conceptualiser et de problématiser les situations de discrimination et les oppressions qui les induisent restreignent les possibilités de transformations des différents rapports de pouvoir.

  • 83 Notamment L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale… » ; B. de S. Santos, « Épistémologies du (...)
  • 84 (Notre traduction) « […] allying one’s self with feminism should not require consenting to inclusio (...)
  • 85 B. de S. Santos, « Épistémologies du Sud », p. 21.

33Le rapport au savoir est finalement lié à la nature engagée et politique de la recherche collaborative féministe. Les pratiques qui visent à mobiliser les savoirs des marges pour les visibiliser au centre, à permettre l’expression des savoirs du Sud pour les crédibiliser au Nord, sont des pratiques de résistance83. Le « savoir féministe », à ce titre, ne peut se contenter d’une timide « inclusion » des savoirs des femmes immigrantes dans un projet de recherche collaboratif. Il doit plutôt aspirer à une réelle transformation pour répondre aux besoins et particularités de ces femmes. Comme le mentionnent Arvin, Tuck et Morrill, « […] s’allier au féminisme ne devrait pas équivaloir à consentir à s’inclure dans un programme plus large de blanchité84 ». Articuler la recherche collaborative féministe aux besoins, attentes et réalités des femmes immigrantes appelle ainsi à une modification de ces balises et à une ouverture susceptible de bousculer et de transformer les façons de « penser » et de « faire » ce type de recherche. À la suite de Santos, cela nous amène à constater que « ce n’est pas d’alternatives dont nous avons besoin, mais de penser de façon alternative les alternatives existantes85 ».

  • 86 Les exemples présentés sont issus des expériences associées au projet de recherche-action ModÉgalit (...)
  • 87 Voir Caterine Bourassa-Dansereau, Maxime G. Langlois et François Pierre Robert, « L’intervention ps (...)

Faciliter et valoriser toutes les prises de parole86

La recherche collaborative menée avec les femmes immigrantes amène son lot de défis s’agissant de la prise de parole. Par exemple, les femmes immigrantes ne connaissent pas toujours suffisamment la langue des pays d’accueil (et le langage académique de la recherche), ce qui limite d’emblée leurs possibilités d’exprimer leurs savoirs et surtout, d’en faire reconnaître la valeur. En effet, comment nuancer, préciser et proposer des points de vue lorsqu’on ne maîtrise pas la langue dans laquelle se déroule la démarche collaborative ? Comment questionner ou s’opposer aux savoirs dominants portés par l’équipe de recherche lorsque nos capacités communicationnelles sont limitées par un protocole de recherche axé sur la prise de parole (parfois avec un vocabulaire uniquement académique) ou le témoignage écrit ?

Dans le cadre de nos recherches, différentes stratégies ont été utilisées pour déjouer les barrières de la langue, notamment la présence au sein de l’équipe de recherche de co-chercheur·e·s ou étudiant·e·s maîtrisant la langue maternelle des participantes (espagnol, arabe, anglais) et l’utilisation d’outils et d’activités permettant l’expression des savoirs « autrement ». Par exemple, des activités artistiques ont été mises en place afin de faciliter les prises de parole symbolique87, des supports matériels (différents objets et banques de mots) et supports visuels (vidéo et images) ont été intégrés aux exercices où la parole des femmes était sollicitée et ont permis de la soutenir.

Par-dessus tout, chaque rencontre avec les femmes s’amorce par une mise en valeur de leurs apports et expertises. Leurs parcours migratoires, ainsi que leurs expériences et positionnements sociaux en tant que femmes immigrantes, sont présentés comme étant des avantages que possèdent les participantes… et que ne détient pas l’équipe de recherche.

Vers un modèle de recherche collaborative féministe par, pour et avec les femmes immigrantes

34à travers ses principes de co-construction des savoirs, de transformation des rapports de pouvoir et sa nature engagée et politique, la recherche collaborative féministe place au cœur de son projet la reconnaissance, la mobilisation et la valorisation des savoirs des femmes. De façon complémentaire, elle vise des objectifs scientifiques et la transformation des structures sociales sexistes et des situations de discrimination liées au genre. Lorsqu’elle se réalise avec des femmes immigrantes, la recherche collaborative fait face aux mêmes défis que toute recherche féministe portant sur la migration féminine : les dangers d’attribuer sans nuance à la migration et aux femmes immigrantes des caractéristiques stéréotypées, généralisantes et ethnocentrées, risquant d’avoir pour effet d’invisibiliser leurs expériences, besoins et attentes. Les critiques intersectionnelles et décoloniales mettent ainsi en lumière les biais ethnocentrés et coloniaux qui limitent à la fois la co-construction des savoirs, la transformation des rapports de pouvoir et la nature engagée et politique de la recherche. En effet, la volonté d’universaliser et de normaliser certaines visions du féminisme, des féministes et des femmes, l’ordonnancement social des savoirs (en fonction des rapports interculturels, de classes, des statuts légaux, Nord/Sud, académique/pratique) et la priorité accordée au système d’oppression lié au genre au détriment d’autres systèmes d’oppressions – liés par exemple au statut migratoire ou aux appartenances ethnoculturelles – limitent à la fois la nature des savoirs co-construits, les processus de recherche qui y sont associés et les transformations sociales et individuelles qui peuvent en résulter. Les réflexions d’auteur·trice·s autour des injustices épistémiques permettent à ce propos de souligner à quel point il importe d’identifier les savoirs dominants, leur nature située et le statut de « référence » qu’ils acquièrent dans les processus de recherche féministes. Ils nous amènent aussi à identifier, mobiliser et reconnaître la richesse des « autres » savoirs et à prendre conscience des « absences de savoir » socialement construites afin de favoriser l’émergence et la visibilité de savoirs cachés. Finalement, l’importance accordée non seulement aux savoirs énoncés, mais aussi à la reconnaissance des femmes qui les portent permet la réorientation des luttes que ces éléments induisent.

35En somme, ces éléments et les exemples issus de nos expériences antérieures nous amènent à proposer un modèle de recherche collaboratif et féministe par, pour et avec les femmes immigrantes. Bien que le défi que représente son opérationnalisation concrète dans les processus collaboratifs de recherche demeure, nous espérons que les pistes ouvertes par cette contribution théorique s’inscriront dans le nécessaire et important travail de repositionnement qu’exige la recherche auprès des femmes immigrantes dans une perspective collaborative et féministe.

Modèle pour une recherche féministe collaborative par, pour et avec les femmes immigrantes

Co-construction des savoirs : Reconnaissance, mobilisation et valorisation des différents types de connaissances et de savoirs

Identifier les biais ethnocentrés et coloniaux qui limitent la co-construction des savoirs et des processus associés :

  • En identifiant le(s) savoir(s) dominant(s) associés aux études féministes en particulier et à la recherche en général, leur nature située et leur institution à titre de références dans les processus de recherche ;

  • En favorisant l’émergence de savoirs « autres » et en valorisant leur plus-value en tant que savoirs construits à travers le « double regard » que possèdent les personnes qui les portent ;

  • En prenant conscience de l’existence de savoirs ignorés et en favorisant leur émergence ;

  • En mobilisant ces différents savoirs dans le processus de co-construction, qu’ils soient complémentaires, dissemblables ou contradictoires par rapport aux savoirs majoritaires.

Transformation des rapports de pouvoir : transformation des rapports sociaux et des relations de pouvoir

Arrimer les perspectives intersectionnelles et décoloniales aux transformations des rapports et relations de pouvoir :

  • En considérant les rapports sociaux liés au sexe et au genre, mais aussi aux appartenances ethnoculturelles et socioéconomiques liées aux statuts migratoires, et notamment les rapports sociaux liés au colonialisme et aux privilèges des mondes académiques et scientifiques ;

  • En reconnaissant dans les relations interpersonnelles qui traversent la recherche les voix « autres » et les personnes qui les portent et en travaillant à une égalité relationnelle.

Nature engagée et politique de la recherche : engagement visant des changements sociaux et individuels

Réorienter les engagements vers des changements sociaux et individuels :

  • En définissant des objectifs concernant les enjeux de sexe et de genre, mais aussi des objectifs liés aux appartenances ethnoculturelles et aux statuts et expériences migratoires ;

  • En engageant des actions en vue de changements pour les femmes immigrantes, mais aussi dans les domaines féministes et scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions chaleureusement Ève-Marie Lampron, agente de développement au Service aux collectivités de l’UQAM et professeure associée à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’UQAM pour sa relecture, ses commentaires et ses suggestions qui ont permis de bonifier cette contribution.

2 Mirjana Morokvasic, « L’(in)visibilité continue », Cahiers du Genre, 51(2), 2011, p. 25-47. https://doi.org/10.3917/cdge.051.0025.

3 Ibid., p. 30.

4 Voir notamment : Stéphanie Arsenault, Lucienne Martins Borges, Claudia Prévost, Andrée-Anne Beaudoin Julien et Rosalie Lacoste, « Interactions et trajectoires d’insertion des immigrants dans les régions du Québec », Alterstice. Revue internationale de la recherche interculturelle, 9(1), 2020, p. 13-18. https://doi.org/10.7202/1075247ar ; Chedly Belkhodja et Michèle Vatz Laaroussi, Immigration hors des grands centres : Enjeux, politiques et pratiques dans cinq États fédéraux, Paris, L’Harmattan, 2012, 260 p. ; Michèle Vatz-Laaroussi, « Du Maghreb au Québec : Accommodements et stratégies », Travail, genre et sociétés, 20(2), 2008, p. 47-65, https://doi.org/10.3917/tgs.020.0047.

5 Jaël Mongeau, Damaris Rose et Gisèle Ste-Marie, Portrait sociodémographique des femmes immigrées recensées au Québec en 2001, Montréal, Gouvernement du Québec, Ministère de l’immigration et communautés culturelles Québec, 2007, 135 p.

6 Raymonde Gagnon, Marie-Louise Thiaw et Fernanda Fernandes, « Le travail de réflexivité de femmes immigrantes au service de la formation de futures sages-femmes… et de leur propre intégration », Alterstice. Revue internationale de la recherche interculturelle, 9(1), 2020, p. 69-81, https://doi.org/10.7202/1075251ar.

7 Celia Rojas-Viger, « Femmes professionnelles latino-américaines à Montréal : Conditions d’insertion dans le milieu universitaire et au marché du travail », Les Cahiers du Gres, 6(1), 2006, p. 25-43, https://doi.org/10.7202/012681ar.

8 Diahara Traoré, « Divination, pratiques de guérison et traditions islamiques parmi des femmes d’origine ouest-africaine à Montréal », Ethnologies, 37(1), 2017, p. 175-192, https://doi.org/10.7202/1039661ar.

9 Voir notamment : Caroline Bouchard et Stéphanie Garneau, « Les enjeux de la survisibilisation/invisibilisation de la violence en contexte familial envers les femmes issues de l’immigration », Alterstice. Revue internationale de la recherche interculturelle, 3(2), 2013, p. 81-95. https://doi.org/10.7202/1077523ar ; Sastal Castro Zavala, « Politiques d’immigration : Femmes et violence conjugale dans le contexte québécois », Alterstice. Revue internationale de la recherche interculturelle, 3(2), 2013, p. 97-109, https://doi.org/10.7202/1077524ar ; Maryse Rinfret-Raynor, Marie-Marthe Cousineau, Élisabeth Lesieux, Sonia Gauthier et Élizabeth Harper, Violences envers les femmes : Réalités complexes et nouveaux enjeux dans un monde en transformation, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014, 358 p.

10 Michelle Duval, « Être mère au foyer à Montréal… quand on arrive de l’étranger », Nouvelles pratiques sociales, 5(2), 2008, p. 119-130. https://doi.org/10.7202/301179ar.

11 Estibaliz Jimenez, Marie-Marthe Cousineau, Ève-Marie Tanguay et Joëlle Arcand, « Les violences basées sur l’honneur au Canada et au Québec : Renforcement des lois afin de venir en aide aux victimes », Criminologie, 50(2), 2017, p. 145‑166, https://doi.org/10.7202/1041702ar.

12 Voir entre autres Huguette Dagenais, Pluralité et convergences : La recherche féministe dans la francophonie, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1999. 532 p. ; Francine Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », Cités, 23(3), 2005, p. 143-154, https://doi.org/10.3917/cite.023.0143 ; Sandra Harding, The feminist standpoint theory reader : Intellectual and political controversies, New York, Routledge, 2004, 394 p. ; Michèle Ollivier et Manon Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, Paris, L’Harmattan, 2000, 258 p. ; Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs : « penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan, 2012, 258 p.

13 M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, op. cit., p. 8.

14 Notre article mobilise la catégorie sociale « femmes immigrantes » référant aux femmes ayant quitté leur pays d’origine afin d’immigrer dans un pays d’accueil. Au-delà de leurs expériences migratoires communes, les femmes de ce groupe social ne représentent pas un bloc monolithique et sont toutes porteuses de caractéristiques et d’appartenances sociales particulières, qui rendent leurs réalités uniques. Le terme parapluie « femmes immigrantes » présuppose que certaines expériences liées au parcours migratoire, mais aussi aux appartenances ethnoculturelles (langue, culture, religion, ethnicité) et socioéconomiques (citoyenneté, condition économique, statut professionnel) pourraient être partagées par ces femmes. Toute recherche collaborative féministe devrait d’abord valider la place et l’importance de ces différentes appartenances pour les femmes engagées dans le processus de recherche et prendre en compte toute autre appartenance identifiée par celles-ci comme signifiante dans le cadre de la recherche (identité de genre, orientation sexuelle, âge, handicap, etc.).

15 Si nous considérons que la recherche féministe peut être menée à la fois par des chercheures et des chercheurs, la grande majorité des recherches féministes étant menées par des femmes, nous privilégions dans ce texte l’emploi du féminin lorsque nous nous référons à la personne chercheure.

16 Michèle Vatz Laaroussi, Chantal Doré et Liliana Kremer, Femmes et féminismes en dialogue : Enjeux d’une recherche-action-médiation, Paris, L’Harmattan, 2019, 330 p.

17 Michèle Vatz Laaroussi, « Quand la recherche féministe s’intéresse aux femmes immigrantes », dans Huguette Dagenais (dir.), Pluralité et convergences : La recherche féministe dans la francophonie, Éditions du remue-ménage, 1999, p. 335-357.

18 Nasima Moujoud, « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe. Au-delà des visions binaires », Les Cahiers du CEDREF, 16, 2008, p. 57-79, https://doi.org/10.4000/cedref.577.

19 Notamment N. Moujoud, ibid., et M. Vatz Laaroussi, « Quand la recherche féministe s’intéresse aux femmes immigrantes », op. cit.

20 N. Moujoud, « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe… », op. cit., p. 6.

21 Voir notamment Luisina Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale : Débats autour du patriarcat et défis contemporains », Les Cahiers du CEDREF, 23, 2019, p. 136-169, https://doi.org/10.4000/cedref.1244 ; Hélène Martin et Patricia Roux, « Recherches féministes sur l’imbrication des rapports de pouvoir : Une contribution à la décolonisation des savoirs », Nouvelles Questions Féministes, 34(1), 2015, p. 4-13, https://doi.org/10.3917/nqf.341.0004, Makere Stewart-Harawira, « Practicing Indigenous Feminism: Resistance to Imperialism », dans Joyce Green (dir.), Making Space for Aboriginal Feminism, Londres, Zed Books, 2007, p. 124-139 ; M. Vatz-Laroussi, C. Doré et L. Kremer, Femmes et féminismes en dialogue…, op. cit. ; M. Vatz Laaroussi, « Quand la recherche féministe s’intéresse aux femmes immigrantes », op. cit.

22 Nathalie Benelli, Christine Delphy, Jules Falquet, Christelle Hamel, Ellen Hertz et Patricia Roux, « Les approches postcoloniales : Apports pour un féminisme antiraciste », Nouvelles Questions Féministes, 25(3), 2006, p. 4-12, https://doi.org/10.3917/nqf.253.0004.

23 Ces critiques intersectionnelles et décoloniales concernent de façon plus large les femmes racisées et autochtones pouvant être, ou non, des femmes immigrantes. Nous les mobilisons toutefois dans cet article pour éclairer les enjeux spécifiques de la recherche par, pour et avec les femmes immigrantes.

24 F. Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit. ; M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, op. cit.

25 Voir notamment Véronique Bayer, Zoé Rollin, Hélène Martin et Marianne Modak, « L’intervention féministe : Un continuum entre pratiques et connaissances », Nouvelles Questions Féministes, 37(2), 2018, p. 6-12, https://doi.org/10.3917/nqf.372.0006 ; Isabelle Courcy, Lyne Kurtzman, Berthe Lacharité, Lucie Pelletier-Landry, Isabel Côté et Nathalie Lafranchise, « La recherche partenariale féministe : Des rapports égalitaires sous tension », Recherches féministes, 32(2), 2019, p. 297-317, https://doi.org/10.7202/1068351ar ; F. Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit. ; M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes et méthodologie de la recherche, op. cit.

26 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », p. 298.

27 La recherche collaborative est parfois identifiée à travers les dénominations « recherche partenariale », « recherche-action » ou « recherche participative », qui peuvent faire référence à des conceptions à la fois convergentes et distinctes sur les motifs et les modalités des collaborations. Nous privilégions « recherche collaborative » qui souligne l’essentielle relation de collaboration entre l’ensemble des acteur·trice·s de la recherche. Pour en savoir plus sur les particularités associées aux différents vocables, la personne lectrice peut consulter les contributions de I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit., et de Lise Renaud, « Modélisation du processus de la recherche participative », Communiquer. Revue de communication sociale et publique, 30, 2020, p. 89-104, https://doi.org/10.4000/communiquer.7437.

28 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit., et M. Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs…, op. cit.

29 Madeleine Akrich, « Co-construction », dans Rémi Barbier, Loïc Blondiaux, Francis Chateauraynaud, Jean-Michel Fourniau, Catherine Neveu et Denis Salles (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, 2013, GIS Démocratie et Participation, https://www.dicopart.fr/co-construction-2013.

30 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit.

31 Lyne Kurtzman et Ève-Marie Lampron, « Coconstruire des connaissances féministes : L’exemple du Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal », Nouvelles Questions Féministes, 37(2), 2018, p. 14-29, https://doi.org/10.3917/nqf.372.0014.

32 Voir notamment V. Bayer et al., « L’intervention féministe : Un continuum entre pratiques et connaissances », op. cit. ; Sandrine Biémar, Karine Dejean et Jean Donnay, « Co-construire des savoirs et se développer mutuellement entre chercheurs et praticiens », Recherche & formation, 58, 2008, p. 71-84, https://doi.org/10.4000/rechercheformation.722 ; I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit. ; Marie-Luce Garceau, « Visibles et Partenaires : Recherches et pratiques féministes », Reflets : Revue d’intervention sociale et communautaire, 3(2), 1997, p. 10-22, https://doi.org/10.7202/026170ar ; Louise Lafortune, Lise Gervais, Berthe Lacharité, Josiane Maheu, Anne St-Cerny, Nancy Guberman, Danielle Coenga-Oliveira et Priscyll Anctil Avoine, « La pédagogie féministe intersectionnelle socioconstructiviste de Relais-femmes dans son travail d’accompagnement-formation : Des compétences à développer », Recherches féministes, 31(1), 2018, p. 45-64, https://doi.org/10.7202/1050653ar ; L. Kurtzman et È.-M. Lampron, « Coconstruire des connaissances féministes… », op. cit.

33 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… », op. cit., p. 298.

34 V. Bayer et al., « L’intervention féministe… », op. cit. ; F. Descarrie, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit. ; M. Ollivier et M. Tremblay, Questionnements féministes…, op. cit.

35 V. Bayer et al., « L’intervention féministe… », op. cit.

36 Christine Corbeil et Isabelle Marchand (dir.), L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui : Portrait d’une pratique sociale diversifiée, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2010, 256 p. ; M.-L. Garceau, « Visibles et Partenaires : Recherches et pratiques féministes », op. cit. ; L. Kurtzman et È.-M. Lampron, « Coconstruire des connaissances féministes… », op. cit.

37 Nous distinguons les femmes qui participent aux projets de recherche de façon individuelle ou en fonction de leurs appartenances à un ou plusieurs groupes sociaux, des groupes de femmes organisés et institutionnalisés qui s’y engagent.

38 Ch. Corbeil et I. Marchand, L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui : Portrait d’une pratique sociale diversifiée, op. cit., p. 45.

39 I. Courcy et al., « La recherche partenariale féministe… ».

40 F. Descarries, « Le mouvement des femmes québécois : État des lieux », op. cit.

41 Unique en son genre, le service aux collectivités (SAC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) favorise et accompagne les projets de recherche partenariaux qui réunissent des chercheur·e·s de l’établissement universitaire et des groupes de la société civile ayant des besoins en recherche (voir le site internet du service : https://sac.uqam.ca/). À travers son volet « femmes », le SAC favorise les initiatives de recherche partenariales féministes.

42 Voir Marianne Théberge-Guyon, Caterine Bourassa-Dansereau, Laurence Morin et Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie, Les représentations médiatiques des femmes aux élections municipales, Montréal/Longueuil, Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal/Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie, 2018.

43 Voir Stéphanie Panneton, Véronique Pronovost, Caroline Bouchard, Caterine Bourassa-Dansereau et Table de concertation des groupes de femmes en Montérégie. Les représentations médiatiques des femmes aux élections municipales : quels enjeux, quelles incidences pour les candidates ? Montréal/Longueuil, Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal/Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie, 2020.

44 Pour Boaventura de Sousa Santos (« Épistémologies du Sud », Études rurales, 187, 2011, p. 21-50, ici p. 38-39) « [l]e Sud n’est pas un concept géographique même si la grande majorité des populations concernées vivent dans l’hémisphère sud. Il s’agit plutôt d’une métaphore de la souffrance humaine causée par le capitalisme et le colonialisme à l’échelle mondiale, et de la résistance visant à la surmonter ou à l’atténuer. […] Ce Sud existe également dans le Nord, sous la forme des populations exclues, réduites au silence et marginalisées, comme les sans-papiers, les chômeurs, les minorités ethniques et religieuses, les victimes de sexisme, d’homophobie et de racisme ». À sa suite, nous utilisons dans cet article le concept de Nord pour référer aux différents groupes sociaux majoritaires bénéficiant de privilèges et favorisés au sein des hiérarchies sociales. Toutefois, nous employons Suds et Nords lorsque nous référons aux espaces géographiques hétérogènes liés aux mouvements migratoires, souvent des Suds, vers les Nords.

45 Voir notamment Angela Davis. Femmes, race et classe, Paris, des femmes, [1981] 2020, 336 p. ; bell hooks, Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme, Paris, Cambourakis, [1981] 2015, 295 p.

46 Voir notamment Chandra Talpade Mohanty, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses », Feminist Review, 30, 1988, p. 61-88 ; Gayatri Chakravorty Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, [1988] 2009, 144 p.

47 Sonia Alimi, Alexandra Pierre, Amel Zazza, « “Devenir” intersectionnel : l’exemple d’une formation en gestion féministe », dans Audrey Heine, Caterine Bourassa-Dansereau et Estibiliz Jimenez (dir.), L’intervention interculturelle féministe, Bruxelles, Académia, 2022.

48 Kimberle Crenshaw, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, 43(6), 1991, p. 1241-1299.

49 Sirma Bilge, « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, 225, 2009/1, p. 70, https://doi.org/10.3917/dio.225.0070.

50 Sirma Bilge, « De l’analogie à l’articulation : Théoriser la différenciation sociale et l’inégalité complexe », L’Homme et la société, 176-177, 2010/2-3, p. 43-64, https://doi.org/10.3917/lhs.176.0043 ; Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, New York, Routledge, 2000, 335 p. ; K. Crenshaw, « Mapping the Margins: Intersectionality… », op. cit.

51 Ch. Corbeil et I. Marchand, L’intervention féministe d’hier à aujourd’hui…, op. cit., p. 45.

52 Le sexe renvoie aux attributs biologiques et aux caractéristiques physiques et physiologiques des personnes. Bien que le sexe, notamment dans sa conception largement binaire des « femmes » et des « hommes » puisse aussi être considéré comme une construction sociale, c’est davantage le concept de genre qui correspond aux catégories socialement construites qui définissent socialement les rôles, comportements, expressions et identités des individus.

53 Le domaine structurel réfère à la manière dont les institutions participent, par leurs procédures et politiques, à l’oppression des femmes et groupes marginalisés. Le domaine hégémonique est associé à l’organisation sociale qui utilise idées et idéologies pour justifier les oppressions. Le domaine disciplinaire réfère de son côté à la façon dont les relations de pouvoir se concrétisent à travers les hiérarchies et pratiques organisationnelles. Finalement, le domaine interpersonnel est associé aux actions et attitudes discriminatoires qui caractérisent les relations entre les personnes. Pour en savoir plus, la personne lectrice peut consulter l’ouvrage de Patricia Hill Collins, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empowerment (op. cit.).

54 Blanc réfère ici à une blanchité symbolique. Pour Chantal Maillé (« Approche intersectionnelle, théorie postcoloniale et questions de différence dans les féminismes anglo-saxons et francophones », Politique et Sociétés, 36, 2017, p. 163-182, ici p. 173) « [a]lors que la pensée libérale aborde la race comme un trait non significatif de l’identité, les travaux de plusieurs féministes réfutent précisément cette vision libérale d’un monde qui serait neutre et objectif sur les questions de race et s’attardent à montrer le fonctionnement des privilèges invisibles de la couleur et de la localisation pour les femmes comme pour les hommes ; c’est ce que sous-tend le concept de blanchité (whiteness). La blanchité est une catégorie fictive et non biologique, mais elle est également un fait social qui comporte des conséquences réelles en termes de privilèges. Son importance se fonde dans le changement de perspective qu’elle suggère : aussi longtemps que les Blanches et les Blancs ne seront pas nommés et perçus comme un groupe « racial » au même titre que tous les autres groupes, alors le « Blanc » sera la norme, le standard, l’universel. »

55 N. Benelli et al., « Les approches postcoloniales : Apports pour un féminisme antiraciste », op. cit. ; H. Martin et P. Roux, « Recherches féministes sur l’imbrication des rapports de pouvoir : Une contribution à la décolonisation des savoirs », op. cit.

56 Francoise Vergès, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019, 208 p.

57 Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle, théorie postcoloniale et questions de différence dans les féminismes anglo-saxons et francophones », op. cit., https://doi.org/10.7202/1039828ar.

58 En se référant à Peter Ekeh, Françoise Vergès (Un féminisme décolonial, op. cit., p. 27) rappelle la distinction entre colonisation et colonialisme : « la colonisation est un événement/période, le colonialisme un processus/mouvement, un mouvement social total dont la perpétuation s’explique par la persistance des formations sociales issues de ces séquences ».

59 Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle… », op. cit., p.171.

60 Voir Maile Arvin, Eve Tuck et Angie Morrill, « Decolonizing Feminism: Challenging Connections between Settler Colonialism and Heteropatriarchy », Feminist Formations, 25(1), 2013, p. 8-34 ; Jules Falquet et Artemisa Flores Espínola, « Introduction », Les Cahiers du CEDREF, 23, 2019, p. 6-45 ; H. Martin et P. Roux, « Recherches féministes sur l’imbrication des rapports de pouvoir… », op. cit. ; F. Vergès, Un féminisme décolonial.

61 N. Benelli et al., « Les approches postcoloniales… » ; Ch. Maillé, « Approche intersectionnelle… » ; H. Martin et P. Roux, ibid. ; F. Vergès, ibid. ; Ch. T. Mohanty, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses », op. cit.

62 H. Martin et P. Roux, ibid., p. 6-7.

63 Notamment M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… », op. cit. ; M. Stewart-Harawira, « Practicing Indigenous Feminism: Resistance to Imperialism », op. cit.

64 Les exemples présentés sont issus de la recherche Sexualité et stratégies de négociation identitaire chez les jeunes montréalais de deuxième génération d’immigration : appartenances sociales, religion et technologies numériques (FRQSC – 2017-2020) et du projet de recherche-action ModÉgalité (2011-2014) réalisé grâce à la collaboration de trois organismes montréalais : le Forum jeunesse de l’île de Montréal, le Y des femmes de Montréal et l’organisme de théâtre participatif Mise au jeu.

65 Baptiste Godrie et Marie Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ignorance », Sociologie et sociétés, 49(1), 2017, p.  7-31, ici p. 7, https://doi.org/10.7202/1042804ar.

66 Notamment M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… », op. cit. ; Sandra Harding, The feminist standpoint theory reader : Intellectual and political controversies, op. cit.

67 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ignorance », op. cit.

68 Ibid., p. 12.

69 Voir S. Harding, The feminist standpoint theory reader…

70 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales, production des savoirs et de l’ignorance » ; S. Harding, ibid. ; b. hooks, Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme, op. cit.

71 Voir notamment L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale : Débats autour du patriarcat et défis contemporains », op. cit. ; B. Godrie et M. Dos Santos, ibid. ; S. Harding, ibid. ; b. hooks, ibid.

72 B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… », p. 22.

73 S. Harding, The feminist standpoint theory reader…

74 M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… ».

75 Les exemples présentés pour illustrer les enjeux examinés dans cette section sont issus des expériences cumulées dans les différents projets que nous avons menés à titre de chercheure principale avec des femmes et filles issues de l’immigration au Québec, notamment le projet de recherche-action ModÉgalité (2011-2014) ; la recherche Sexualité et stratégies de négociation identitaire chez les jeunes montréalais de deuxième génération d’immigration : appartenances sociales, religion et technologies numériques (FRQSC – 2017-2020) et le projet de recherche collaborative Intervention interculturelle auprès des femmes immigrantes et réfugiées au Québec : quelle place, quels apports des approches féministes dans les pratiques d’intervention ? mené en collaboration avec l’organisme Relais-Femmes (CRSH – 2019-2021).

76 (Notre traduction) « how knowledge is created, who creates knowledge, how knowledge is co-constructed, whose knowledge is excluded and how knowledge is being used to challenge inequalities and strengthen social movement capacity ». Budd L. Hall, Baptiste Godrie et Isabelle Heck, « Knowledge Democracy and Epistemic In/Justice: Reflections on a Conversation », The Canadian Journal of Action Research, 21(1), 2020, p. 27-45, ici p. 27, https://doi.org/10.33524/cjar.v21i1.516.

77 Voir B. Godrie et M.  Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… » ; Miranda Fricker, Epistemic injustice: Power and the ethics of knowing, New York, Oxford University Press, 2007, 208 p. ; S. Harding, The feminist standpoint theory reader…

78 Nous utilisions « voix » comme un concept symbolique, afin d’illustrer l’importance accordée à l’expression des différents points de vue. Nous reconnaissons toutefois la nature capacitiste de celle-ci et soulignons que différentes personnes ne font pas nécessairement usage de leur « voix » pour partager leurs visions du monde.

79 L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale… » ; B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… » ; M. Fricker, Epistemic injustice: Power and the ethics of knowing ; B. L. Hall, B. Godrie et I. Heck, « Knowledge Democracy and Epistemic In/Justice: Reflections on a Conversation », op. cit. ; S. Harding, The feminist standpoint theory reader…

80 M. Fricker, Epistemic injustice…

81 (Notre traduction) « a speaker suffers a testimonial injustice just if prejudice on the hearer’s part causes him to give the speaker less credibility than he would otherwise have given ». M. Fricker, Epistemic injustice…, p. 4.

82 Notamment B. Godrie et M. Dos Santos, « Présentation : Inégalités sociales… » ; B. L. Hall, B. Godrie et I. Heck, « Knowledge Democracy and Epistemic In/Justice… ».

83 Notamment L. Bolla, « Genre, sexe et théorie décoloniale… » ; B. de S. Santos, « Épistémologies du Sud », op. cit. ; B. Godrie et M. Dos Santos, ibid.

84 (Notre traduction) « […] allying one’s self with feminism should not require consenting to inclusion within a larger agenda of whiteness », M. Arvin, E. Tuck et A. Morrill, « Decolonizing Feminism… », p. 10.

85 B. de S. Santos, « Épistémologies du Sud », p. 21.

86 Les exemples présentés sont issus des expériences associées au projet de recherche-action ModÉgalité (2011-2014), à la recherche Sexualité et stratégies de négociation identitaire chez les jeunes montréalais de deuxième génération d’immigration : appartenances sociales, religion et technologies numériques (FRQSC – 2017-2020), et au projet de recherche collaborative Intervention interculturelle auprès des femmes immigrantes et réfugiées au Québec : quelle place, quels apports des approches féministes dans les pratiques d’intervention ? mené en collaboration avec l’organisme Relais-Femmes (CRSH – 2019-2021).

87 Voir Caterine Bourassa-Dansereau, Maxime G. Langlois et François Pierre Robert, « L’intervention psychosociale artistique : Les arts pour intervenir avec les individus et les groupes », Nouvelles pratiques sociales, 31(1), 2020, p. 157-176, https://doi.org/10.7202/1069920ar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caterine Bourassa-Dansereau, « Recherche collaborative et approches féministes : apports et tensions de la recherche par, pour et avec les femmes immigrantes au Québec »Les cahiers du CEDREF [En ligne], 26 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/cedref/2076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cedref.2076

Haut de page

Auteur

Caterine Bourassa-Dansereau

Professeure, Université du Québec à Montréal (UQAM), Département de communication sociale et publique & Directrice, Observatoire francophone pour le développement inclusif par le genre – OFDIG, bourassa-dansereau.caterine@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search