Navigation – Plan du site
2018

Mégara Hyblaea (Sicile)

Campagnes d’études et de fouilles 2016-2017
Henri Tréziny et Jean-Christophe Sourisseau
École française de Rome, Centre Jean Bérard, Centre Camille Jullian, Soprintendenza BBCCAA Siracusa

Notes de l’auteur

Ont participé aux campagnes 2016-2017 : Lou de Barbarin, doctorante allocataire, AMU, Centre Camille Jullian ; Reine-Marie Bérard, docteure en archéologie, membre de l’EFR ; Laetitia Cavassa, CNRS, AMU, CCJ ; Chloé Chaigneau, doctorante allocataire, université Paris I ; Laurent Claquin, docteur en archéologie, AMU, CCJ ; Henri Duday, CNRS, Bordeaux ; Mireille Goutoulli, chercheuse associée au CCJ ; Ségolène Maudet, docteure en archéologie, membre de l’EFR ; Frédéric Mège, docteur en archéologie, post-doctorant, AMU, CCJ/EFR ; Laurence Mercuri, université de Nice ; Agnès Oboussier, CNRS, AMU, CCJ ; Francis Prost, université de Paris I ; Jean-Christophe Sourisseau, AMU, CCJ ; Aldric Tchesnakoff, doctorant allocataire, AMU, université de Fribourg ; Henri Tréziny, CNRS, AMU, CCJ ; Alexis Varraz, doctorant allocataire, AMU, CCJ.

Texte intégral

1Les recherches de l’École française de Rome à Mégara Hyblaea se sont poursuivies ces dernières années dans le cadre de conventions de collaboration scientifique avec la Surintendance de Syracuse et le Musée Régional Paolo Orsi, conventions en cours de renouvellement avec le Polo Regionale di Siracusa per i Beni Archeologici / Museo Paolo Orsi, qui est depuis les dernières réformes notre interlocuteur principal. C’est toujours un plaisir de remercier nos hôtes siciliens, la Surintendante de Syracuse, Prof.sa Rosalba Panvini, et la Directrice du Pôle, Dott.sa Maria Musumeci, pour leur soutien sans faille.

2L’équipe (EFR, Centre Camille Jullian, Centre Jean Bérard) a continué ses travaux sur le matériel des fouilles anciennes (G. Vallet, Fr. Villard), particulièrement sur les céramiques archaïques (J.-Chr. Sourisseau, L. de Barbarin), mais aussi hellénistiques (Cl. Pouzadoux, M. Enriquez de Salamanca) et romaines (L. Cavassa), sur les terres cuites architecturales archaïques (A. Varraz) et les arulae archaïques (N. Cholodenko), et sur l’architecture archaïque et hellénistique (H. Tréziny, Fr. Mège). On trouvera infra la liste des publications parues et à paraître, ainsi que le dernier état des travaux universitaires.

3On mettra cette année en avant le travail post-doctoral commencé par Fr. Mège sur la pierre de construction à Mégara Hyblaea, avec un recensement des carrières de pierre présumées antiques qui ont probablement été utilisées. La collaboration avec le Département de Géologie de l’université de Catane (C. Monaco, A. Pezzino, C. Belfiore) a permis de définir un certain nombre de faciès des pierres utilisées à Mégara Hyblaea et de proposer un premier discours sur les carrières qui sera publié sous la forme d’un article interdisciplinaire soumis en 2018 (fig. 1).

Fig. 1 – La carrière Thapsos 2.

Fig. 1 – La carrière Thapsos 2.

Réal. Fr. Mège.

4Signalons également des travaux de relevés favorisés par les grands incendies de l’été 2017. Il a été possible de retrouver les vestiges déjà enregistrés en 1951 par G. Vallet et Fr. Villard de la « fontaine du Cantera », et surtout de repérer et de dessiner un tronçon de rempart archaïque découvert fortuitement en 1994 mais qui n’avait jamais été étudié. Ces « découvertes » permettent de poser à nouveau de façon plus articulée la question du port de Mégara Hyblaea que nous avions précédemment abordée dans Mégara 5 (2004).

 

5Mais la principale nouveauté est la reprise en 2017 de la fouille de terrain. On sait que les fouilles anciennes avaient porté essentiellement sur le secteur de l’agora archaïque, sur le plateau nord, entre la voie ferrée et la mer. Des sondages pratiqués à l’ouest de la voie ferrée dans les années 1950 avaient montré qu’il existait dans le secteur du petit temple B un réseau de rues nord-sud archaïques d’orientation E. Les fouilles menées en 2006 à l’arrière de la porte charretière fouillée par Orsi en 1889, complétées par les prospections géophysiques de Géocarta entre 2008 et 2010, puis de l’université de Bradford de 2011 à 2013 ont montré que ces rues E constituaient un réseau continu d’au moins 22 rues régulièrement espacées entre la voie ferrée et la fortification occidentale (fig. 2). La question qui se posait alors était celle de la contemporanéité entre ce quartier occidental et le secteur de l’agora (rues C et D).

Fig. 2 – Plan topographique de Mégara Hyblaea avec indication de la fouille 2017 (= no 1).

Fig. 2 – Plan topographique de Mégara Hyblaea avec indication de la fouille 2017 (= no 1).

Réal. H. Tréziny.

6La fouille a été implantée en septembre 2017 à l’est du grand sanctuaire du nord-ouest, là où les prospections de 2009 suggéraient la présence de maisons archaïques (fig. 2, no 1). Trois sondages ont été réalisés dans le but de vérifier la puissance stratigraphique du secteur et de caler la fouille par rapport au plan d’urbanisme déduit des prospections. On a pu contrôler d’abord que, dans un terrain rigoureusement plat, les niveaux archéologiques étaient bouleversés par les travaux agricoles sur une profondeur de 20 à 30 centimètres. Il sera donc possible de décaper les terres de surface à la pelle mécanique sur une vingtaine de centimètres. Le matériel retrouvé dans ces niveaux de surface est presque entièrement archaïque, mais surtout de la seconde moitié du VIe s. Quelques murs ont été dégagés, ainsi que les radiers de fondation de murs disparus, et souvent de simples négatifs (fig. 3). Il est probable que les derniers niveaux d’occupation (fin VIe-début Ve s.) ont également disparu mais que les niveaux plus anciens, notamment du VIIe s., sont conservés plus bas. Dans le sondage 3, deux groupes de murs semblent correspondre à deux phases différentes et le sondage 2 a permis de repérer deux niveaux de circulation dans la rue E10.

Fig. 3 – Plan des sondages 2017.

Fig. 3 – Plan des sondages 2017.

Réal. J.-Chr. Sourisseau, H. Tréziny.

7Sur le plan topographique les maisons mises en évidence se trouvent dans la moitié ouest de l’îlot 113, entre les rues E10 à l’est et E11 à l’ouest. La largeur de l’îlot a été mesurée à 23,40 m, soit un entraxe des rues de 26,40 m, ce qui confirme tout à fait les données des prospections et de la fouille 2006 : il est donc certain aujourd’hui que le réseau des rues E est absolument homogène de la voie ferrée à l’enceinte ouest (fig. 2).

8La campagne 2018 aura pour objectif principal de dégager entièrement deux lots archaïques (les lots 113W3 et 113W4), ce qui n’a jamais été fait jusqu’à présent à Mégara en raison de la superposition de la ville hellénistique dans le secteur de l’agora et de l’exiguïté des sondages sur le plateau sud. Le second objectif sera de vérifier la date de mise en place de ces lots ; le troisième de contrôler si l’espace à l’ouest de la rue E11 est occupé par un nouvel îlot ou s’il fait partie du téménos du sanctuaire.

Haut de page

Bibliographie

 

Travaux académiques soutenus ou en cours

A. Varraz, Les terres cuites architecturales archaïques de Mégara Hyblaea. Premières approches et essais d’interprétations du sanctuaire nord-ouest, mémoire de master 2, 2016. Thèse de doctorat en cours, Aix Marseille université.

L. Claquin, Cuisines et céramiques de cuisine dans le monde grec colonial aux époques archaïque et classique (début VIIe – fin IVe s. av. J.-C.) Approche archéologique des pratiques culinaires à Marseille, Mégara Hyblaea et Apollonia du Pont, thèse de doctorat, Aix Marseille université, 2016, 3 vol.

N. Cholodenko, Les arulae archaïques de Mégara Hyblaea, mémoire master 1, université de Tours, 2017.

L. de Barbarin-Paquet, La céramique mégarienne archaïque : productions et styles. Contribution à l’histoire des communautés « coloniales » de Sicile orientale aux VIIIe et VIIe s. av. J.-C., thèse de doctorat en cours, Aix-Marseille université.

M. Enriquez de Salamanca Alcón, Mégara Hyblaea au IVe siècle av. J.-C. : étude d’un corpus fragmentaire de céramique à figures rouges sicéliotes provenant du secteur résidentiel de la cité, thèse de doctorat en cours, université de Tours.

Ouvrages ou articles parus en 2016-2017

Barbarin – Sourisseau 2017 = L. de Barbarin, J.-Chr. Sourisseau, Trafics orientaux en Méditerranée occidentale, dans S. Fourier, J.-Chr. Sourisseau, H. Tréziny (dir.), Hommage à Antoine Hermary. Colloque « Chypre et les grandes îles de Méditerranée », Marseille 16-17 octobre 2015, Paris, 2017 (Cahiers du Centre d’Études Chypriotes, 46), p. 201-219.

Bérard 2017 = R.-M. Bérard, Mégara Hyblaea 6. La nécropole méridionale de la cité archaïque. 2. Archéologie et histoire sociale des rituels funéraires, Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 1/6-2).

Bérard 2018 = R.-M. Bérard, La mort et le citoyen : espaces funéraires et statuts dans les colonies grecques à l’époque archaïque, dans Cl. Moatti, Chr. Müller (dir.), Statuts personnels et espaces sociaux. Questions grecques et romaines, Nanterre, 2018, p. 107-126.

Claquin 2016 = L. Claquin, Marseille, Mégara Hyblaea et Apollonia du Pont : pratiques culinaires et phénomènes de transculturalité et d’interculturalité aux VIe et Ve s. av. J.‑C., dans M. Denti, C. Bellamy (dir.), La céramique dans les contextes archéologiques « mixtes » autour de la Méditerranée antique, Rennes, 2016 (Archéologie et Culture), p. 111-133.

Cordano 2016 = F. Cordano, I Theodoridai della città greca di Megara Iblea (Sicilia), dans MEFRA, 128-1, 2016, en ligne. URL : http://mefra.revues.org/3387 ; DOI : 10.4000/mefra.3387.

Gras – Tréziny 2016 = M. Gras, H. Tréziny, Megara Hyblaea tra passato e futuro, dans C. Greco (dir.), Selinunte. Restauri dell’antico, Rome, 2016, p. 177-182.

Tréziny 2016 = H. Tréziny, Archaeological data on the foundation of Megara Hyblaea. Certainties and hypotheses, dans L. Donnelan, V. Nizzo, G.‑I. Burgers (dir.), Conceptualizing early colonisation, Bruxelles-Rome, 2016, p. 167-178.

Tréziny 2017 = H. Tréziny, Mégara Hyblaea à l’époque de Hiéron II : une ville royale à la campagne, dans L.M. Caliò, J. Des Courtils (dir.), L’architettura greca in Occidente nel III sec. a. C., Atti del convegno di studi. Pompei-Napoli, 20-22 maggio 2015, Rome, 2017 (Thiasos monografie, 8), p. 179-188.

À paraître

L. de Barbarin, Céramiques locales d’ici et d’ailleurs. Quelques observations sur les styles des ateliers de production coloniale, dans S. Chevalier, A. Huteau (dir.), Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine, du Bronze récent à la romanisation, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris. 

Chl. Chaigneau, Le « moulin délien » : apport du corpus de Mégara Hyblaea (Sicile), dans O. Buchsenschutz, G. Fronteau, S. Lepareux-Couturier (dir.), Les meules à grain du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion. Actes du 2e colloque tenu à Reims (2014), Revue archéologique de l’Est.

L. Claquin, Les fours dits « en cloche » du début de l’âge du Fer au changement d’ère (XIe-Ier s. av. J.-C.) : entre terre crue et terre cuite, dispositifs de cuisson fixes ou mobiles. Reflet de choix socio-culturels des sociétés méditerranéennes ?, dans C.‑A. Chazelles et al., Terre crue : constructions en torchis et autres techniques de garnissage et de finition. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue 4. Actes de la table-ronde internationale (Lattes, 23-25 novembre 2016), Lattes, 2018.

H. Duday, M. Gras, Mégara Hyblaea 6. La nécropole méridionale de la cité archaïque. 1. Les données funéraires (Collection de l’École française de Rome, 1/6-1), en préparation.

M. Gras, H. Tréziny, Groupements civiques et organisation urbaine à Mégara Hyblaea, dans Aristonothos, 13, 2017.

H. Tréziny, avec la collaboration de Fr. Mège, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, 2018 (Collection de l’École française de Rome, 1/7).

 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La carrière Thapsos 2.
Crédits Réal. Fr. Mège.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 2 – Plan topographique de Mégara Hyblaea avec indication de la fouille 2017 (= no 1).
Crédits Réal. H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Plan des sondages 2017.
Crédits Réal. J.-Chr. Sourisseau, H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Tréziny et Jean-Christophe Sourisseau, « Mégara Hyblaea (Sicile) », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1878

Haut de page

Auteurs

Henri Tréziny

Aix-Marseille université, Centre Camille Jullian – treziny[at]mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2015
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagne d’études 2014
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2013
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2012
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile
  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes de fouilles 2011
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile

Jean-Christophe Sourisseau

Aix-Marseille université, Centre Camille Jullian – jean-christophe.sourisseau@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals