Navigation – Plan du site
2018

Gabies

Campagne 2017 du musée du Louvre et de la Surintendance de Rome
Steve Glisoni, Isabelle Hasselin et Daniel Roger
Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma, Inrap

Résumés

En juillet 2017 le musée du Louvre a effectué, en collaboration avec la Surintendance archéologique de Rome (dott. Stefano Musco), une quatrième campagne de fouilles sur l’angle sud-est du sanctuaire de Junon Gabina et au nord de l’îlot urbain en contrebas. L’opération s’est étendue vers l’ouest face à l’hémicycle inscrit dans la topographie actuelle, situé au pied du téménos, et habituellement interprété comme la cavea d’un théâtre. Les vestiges de ce qui s’apparente à un bâtiment de scène ont ainsi pu être mis au jour. Les sondages effectués dans et sous les remblais de terrassement du péribole ont également permis de préciser sa chronologie et d’atteindre les niveaux antérieurs à son édification, sous lesquels une sépulture d’époque archaïque ou orientalisante a été découverte.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’équipe de 2017 était constituée de : Daniel Roger (conservateur en chef du patrimoine, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre – responsable du projet Gabies au musée du Louvre), Steve Glisoni (chargé d’opération et de recherche, INRAP – responsable d’opération), Isabelle Hasselin (chargée d’études documentaires principale – cheffe du service d’études et de documentation au département des AGER – responsable du mobilier archéologique), Carlo Monda (architecte – responsable de la sécurité du chantier), Xavier Husson (topographe, Éveha), Aurélie Laurey (archéologue, Éveha – responsable de secteur), Sophie Borg (archéologue, Service archéologique de la Ville de Lyon – responsable de secteur), Cristina Molari (céramologue), Nadia Cipolli (céramologue), Sophie Barat (archéologue, étude du mobilier en verre), Pierre Broutin (archéologue, INRAP), Samuel Desoutter (archéologue, Inrap), Christian Décamps (photographe, département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre), Grichka Bredow (archéologue, Service archéologique de la Ville de Lyon), Hugo Cador (archéologue), Pierre Fallou (étudiant, École du Louvre), Sophie Girardot (architecte, Éveha), Marjolaine Benaich (étudiante, École du Louvre), Lisa Delorme (étudiante, École du Louvre), Fantine Lahmer (étudiante, École du Louvre), Clara Michaud (étudiante, École du Louvre), Heidelinde Hupfer (étudiante, université de Paris IV).
Nous remercions vivement M. le Soprintendente F. Prosperetti, le dottore S. Musco, inspecteur en charge du site de Gabies, la dottoressa C. D’Agostini, archéologue du site de Gabies ainsi qu’Italo Marino, pilote d’hélicoptère (Fly School Roma), qui nous a gracieusement fourni un appui aérien.

Texte intégral

  • 1 Sur l’historique et le contexte général de la mission cf. Roger et al. 2014 et Glisoni et al. 2017.
  • 2 Glisoni et al. 2017.

1Au mois de juillet 2017, le musée du Louvre a mené une quatrième campagne de fouille programmée en collaboration avec la Surintendance archéologique de Rome sur le site de Gabies1. Cette année, nos recherches ont poursuivi trois objectifs principaux. Le premier était d’explorer la partie du sanctuaire de Junon Gabina située en face de la cavea afin de mettre au jour les éventuels vestiges d’un bâti lié au théâtre, dans le prolongement du bâtiment déjà connu (UA 1)2 (fig. 1 et 2). Le second consistait à compléter nos informations sur les aménagements de la rue est-ouest (VO 1), tandis que le troisième visait à dégager les pièces en front de rue du bâtiment sud (UA 2) en vue de mieux en apprécier son extension.

2Nous avons pour cela étendu notre emprise de fouille vers l’ouest passant d’une superficie de 280 m² à une superficie de 500 m².

Fig. 1 – Vue aérienne du site fouillé par le musée du Louvre, campagne de 2017.

Fig. 1 – Vue aérienne du site fouillé par le musée du Louvre, campagne de 2017.

A. Laurey.

Fig. 2 – Vue aérienne depuis l’ouest de la fouille de 2017.

Fig. 2 – Vue aérienne depuis l’ouest de la fouille de 2017.

A. Laurey.

Une sépulture orientalisante ou archaïque

  • 3 Bietti Sestieri 1992.

3Une sépulture à inhumation d’un immature âgé entre un et quatre ans (SP 480) a été découverte immédiatement à l’ouest du dallage SO 162, sous des niveaux datés du IIIe siècle av. J.-C., antérieurs aux premiers remblais de construction du bâtiment UA 1 (fig. 3). La fosse sépulcrale, orientée nord-ouest/sud-est, est directement creusée dans le tuf qui se trouve à une altitude moyenne de 63,90 m à cet endroit. Elle est de forme rectangulaire avec des parois droites et un fond plat, et mesure 1,14 m de long sur 0,43 m de large et entre 0,26 et 0,35 m de profondeur. Le squelette est bien conservé et mesure 0,79 m de long, le crâne est placé au sud-est et regarde donc vers le nord. Le mobilier funéraire est peu abondant et est constitué de deux perles annulaires en pâte de verre à décor oculé bleu et blanc sur fond jaune (fig. 4) et de trois bullae, dont une est comparable à celle trouvée dans la tombe 401 de la nécropole de Osteria dell’Osa, rattachée au type 88 P3, daté de la période latiale IV (fin VIIIe – début du VIe siècle av. J.-C.), soit la période orientalisante (fig. 5). Par ailleurs, les quelques tessons de céramique récoltés dans le comblement de la fosse sépulcrale sont datés selon une fourchette chronologique oscillant entre les VIIe/VIe et les IVe/IIIe siècles av. J.-C., tandis que les perles se rattachent à une typologie dont la production s’échelonne entre le VIe et le Ier siècle av. J.-C. La chronologie de cette sépulture est donc comprise entre la période orientalisante récente et la période archaïque, sans exclure une datation républicaine n’allant pas au-delà du IIIe siècle av. J.-C.

Fig. 3 – La sépulture d’immature sous les niveaux républicains SP 480 ; vue depuis l’est.

Fig. 3 – La sépulture d’immature sous les niveaux républicains SP 480 ; vue depuis l’est.

A. Laurey.

Fig. 4 – Perles en pâte de verre à décor oculé accompagnant le jeune défunt.

Fig. 4 – Perles en pâte de verre à décor oculé accompagnant le jeune défunt.

C. Décamps.

Fig. 5 – Bulla accompagnant le défunt, après restauration.

Fig. 5 – Bulla accompagnant le défunt, après restauration.

C. Décamps.

Les niveaux antérieurs à la construction du sanctuaire monumental

4Dans l’emprise de l’UA 1, les sondages effectués jusqu’au substrat rocheux ont mis en évidence des niveaux en lien avec l’occupation antérieure à la construction du sanctuaire monumental. Ils se situent sous les remblais contenus par les murs du péribole et sont recoupés par les tranchées de fondation de ces derniers.

5Au fond du caisson A1, ils coiffent sur 0,70 à 1,10 m d’épaisseur le substrat rocheux qui présente un pendage du nord vers le sud entre 63,75 et 63,07 m d’altitude (fig. 6). Cinq couches ont été identifiées et leur stratification est caractérisée par une accumulation de niveaux horizontaux limono-sableux plus ou moins riches en artefacts et écofacts dont l’épaisseur varie entre 0,10 et 0,40 m. Le niveau surmontant directement le tuf de couleur brun foncé et de structure plutôt homogène pourrait être un paléosol tandis que les niveaux supérieurs marquent peut-être, pour certains, des séquences de remblais. D’autre part, deux fines couches indurées viennent s’intercaler et semblent correspondre à des niveaux de piétinement. L’analyse du matériel céramique permet de dater ces niveaux du IIIe siècle av. J.-C., à l’exception du niveau supérieur qui est du IIe siècle av. J.-C. Des analyses micromorphologiques en cours permettront sans doute de préciser leur nature exacte.

Fig. 6 – Caisson A1, niveaux antérieurs aux remblais de construction de l’UA 1.

Fig. 6 – Caisson A1, niveaux antérieurs aux remblais de construction de l’UA 1.

S. Borg.

6Dans l’espace A4, la séquence stratigraphique antérieure aux remblais de construction de l’UA 1 est semblable mais beaucoup moins épaisse, car à cet endroit le tuf apparaît légèrement plus haut, autour de 63,90 m d’altitude, constituant une surface plane. Un niveau limono-sableux et caillouteux surmonte le tuf et scelle la sépulture SP 480. Il est recouvert par un niveau brun clair de 8 cm d’épaisseur, induré en surface, qui a livré du mobilier céramique indiquant le troisième quart du IIIe siècle av. J.-C. comme terminus post quem.

L’angle sud-est du sanctuaire (UA 1)

  • 4 Il s’agit de la deuxième assise d’élévation mise au jour dès 2013.
  • 5 Il s’agit de la première assise d’élévation mise au jour en 2016.
  • 6 Almagro-Gorbea 1982.

7L’extension de la fouille vers l’ouest a permis de dégager sur plus d’une vingtaine de mètres le mur d’enceinte méridional (fig. 7). Au-delà de la berme dressée en 2016, il a été mis au jour sur une assise4 dont le parement externe présente un bossage de facture rustique délimité par une ciselure périmétrale de 6 à 8 cm de large. Ce bossage est absent sur la partie est de la même assise, au contraire de l’assise inférieure5 sur laquelle il est encore conservé. À l’ouest du dallage SO 162, un deuxième contrefort est placé à 12,30 m du premier, exhumé en 2013. La fouille des remblais de construction contenus par le péribole et appartenant à la première phase de construction de l’UA 1 confirme leur mise en œuvre au IIe siècle av. J.-C., chronologie qui s’avère cohérente avec la datation traditionnellement proposée pour l’édification du sanctuaire monumental de Junon Gabina, c’est-à-dire le milieu du IIe siècle av. J.-C.6.

Fig. 7 – Le mur d’enceinte méridional (péribole) de l’UA 1 vu depuis le sud.

Fig. 7 – Le mur d’enceinte méridional (péribole) de l’UA 1 vu depuis le sud.

C. Décamps.

8Dans l’espace A5, les restes d’une puissante semelle de fondation de mur en opus caementicium de 1 m de large (MR 448 et MR 559), disposée en « L » (fig. 8), ont été découverts face à l’hémicycle formé par l’ancienne cavea du théâtre, encore visible dans la topographie actuelle (fig. 1). Elle est renforcée par un ressaut consistant en une maçonnerie de blocage liée au mortier mesurant 0,40 m de large en moyenne. Sa largeur ainsi que les empreintes de blocs de grand appareil encore visibles sur les deux parements caractérisent une construction plutôt monumentale. On peut estimer la taille des plus gros blocs entre 0,50 et 0,56 m de large pour une longueur pouvant atteindre au moins 0,80 m. Ce massif est à mettre en relation avec deux supports de fondation de piliers ou de colonnes.

Fig. 8 – Les vestiges d’un possible bâtiment de scène dans l’espace A5, vue depuis l’ouest.

Fig. 8 – Les vestiges d’un possible bâtiment de scène dans l’espace A5, vue depuis l’ouest.

S. Desoutter.

9Un mur en grand appareil rectangulaire de lapis Gabinus (MR 463), appartenant peut-être à une phase de bâti antérieure, clôt cet espace au nord. Un orthostate est placé à son extrémité orientale près de laquelle on distingue les restes d’un dallage sous un niveau d’effondrement de mur de grand appareil. Celui-ci est lié aux lambeaux d’un dallage (SO 281) mis au jour en 2014 et dont ne subsistent que trois dalles encore en place. Sous le niveau d’effondrement scellant ce dallage nous avons mis au jour son niveau de préparation constitué d’un cailloutis sablo-limoneux brun dans lequel est fondé le soubassement de l’escalier ESC 243 (fig. 9), constitué d’un massif de moellons bruts de lapis Gabinus pris dans un mortier de chaux beige (opus caementicium). Les restes d’un coffrage en pierre sont encore conservés à la base de cette maçonnerie. Il est matérialisé par un parement conservé sur deux à trois assises plus ou moins régulières de moellons et de petits blocs dégrossis et est placé dans l’alignement de la deuxième marche de l’escalier, ce qui permet d’envisager l’existence d’un éventuel habillage (peut-être en grand appareil).

Fig. 9 – L’escalier ESC 243 et son soubassement, vue depuis l’ouest.

Fig. 9 – L’escalier ESC 243 et son soubassement, vue depuis l’ouest.

S. Glisoni.

Le réseau viaire

10Un tronçon du trottoir sud de la rue est-ouest VO 1 (SO 548) a été mis au jour sur 7,60 m de long dans la continuité du dallage SO 273 et du tronçon SO 425, face aux pièces B6 et B7 du bâtiment UA 2. La bordure du trottoir, constituée d’un alignement de sept blocs en lapis Gabinus dont les trois premiers présentent une trace d’ornière, adopte un tracé légèrement courbe et se termine peu avant la berme occidentale (fig. 10). Le sol du trottoir est un cailloutis de tuf très compact pris dans une matrice sédimentaire limono-sableuse brun orangé.

Fig. 10 – La rue est-ouest VO 1 vue depuis l’est.

Fig. 10 – La rue est-ouest VO 1 vue depuis l’est.

P. Broutin.

11Au contraire du trottoir sud, le trottoir nord ne se prolonge pas au-delà du tronçon exhumé en 2016. En outre, une tranchée de spoliation (TR 275) court le long du péribole et recoupe les niveaux de circulation des rues VO 1 et VO 2, dont les couches d’abandon sont recouvertes par un remblai de destruction témoignant sans doute d’une activité de récupération de matériaux sur le site dans le courant du IIIe siècle apr. J.-C.

Le bâtiment sud

12Au sud de la rue est-ouest (VO 1), deux nouvelles pièces situées derrière le mur de façade (B6 et B7) ont été mises au jour à l’ouest du couloir d’entrée B3 (fig. 2 et 11). Elles n’ont pas fait l’objet d’une fouille mais seulement d’un nettoyage archéologique de la surface de leurs remblais d’abandon, datés de la fin du IIe siècle apr. J.-C.

13Le bâti mis au jour au sud de la rue est-ouest (VO1) est constitué, à l’ouest du couloir d’entrée B3, de trois pièces, deux pièces de petit module, B1 et B6, qui mesurent respectivement environ 13 et 9 m², tandis que B7 a été dégagée sur une superficie de 25 m². Les pièces B6 et B7 présentent toutes deux un système d’ouverture donnant sur la rue (fig. 11), constitué d’une rainure pour l’insertion de volets à coulisse dans les blocs de tuf (B6) et par une baie ensuite rebouchée (B7). Au sud, la pièce B6 communique avec la pièce B5, dont on peut estimer la superficie à environ 15 m².

Fig. 11 – Vue d’ensemble depuis l’est des pièces B5, B6 et B7.

Fig. 11 – Vue d’ensemble depuis l’est des pièces B5, B6 et B7.

Cl. Michaud.

14Deux espaces ont principalement été traités en 2017 : le couloir d’entrée B3, pourvu d’un seuil de 3 m de large constitué de grandes dalles de tuf (SO 427), et la pièce B1 qui avait déjà été en partie fouillée en 2014 et dans laquelle s’installe une sépulture tardive (fig. 12). Cette pièce est pourvue d’un sol maçonné en mortier jaune-gris peu épais. Un petit aménagement semi-ovalaire en mortier (une vasque ?) s’appuie contre le mur oriental qui a été presque intégralement récupéré. L’enduit pariétal encore en place sur les élévations de mur est blanc mais il s’agit peut-être d’une couche de préparation car la fouille du remblai d’abandon/destruction de cette pièce a livré de nombreux fragments d’enduits peints à décor polychrome dont certains figurent des motifs végétaux, ainsi que du mobilier céramique dont les éléments les plus récents sont datés selon une fourchette chronologique comprise entre la fin du IIe siècle et la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C.

Fig. 12 – La pièce B1 vue depuis le sud.

Fig. 12 – La pièce B1 vue depuis le sud.

A. Laurey.

Conclusion 

15L’agrandissement de l’emprise de la fouille a ouvert de nouvelles perspectives sur l’architecture et l’organisation spatiale des bâtiments UA 1 et UA 2 et, au-delà, sur la trame urbaine de ce secteur de Gabies.

  • 7 Une analyse des prélèvements de mortier de ces différentes maçonneries est prévue, afin de compléte (...)

16Étant donné leur localisation, les vestiges de l’espace A5 sembleraient appartenir à un bâtiment de scène. Leur technique de construction employant un mortier de chaux gris-blanc7 inviterait à les placer plutôt dans la période impériale selon la chronologie déjà définie pour les murs du même type au sein de cet édifice (caissons A1 et A2). Toutefois, seule l’analyse déterminera s’il s’agit des mêmes mortiers, donc d’une même phase de construction. Ils percent en effet des remblais dont le mobilier céramique est daté selon une fourchette chronologique comprise entre le IIIe et le IIe siècle av. J.-C. Il n’est donc pas exclu que cet ensemble soit tardo-républicain, ou à l’inverse qu’il corresponde à une phase postérieure aux murs situés plus à l’ouest si les mortiers devaient s’avérer différents.

17Si l’identification exacte du bâtiment UA 2 reste à établir, l’hypothèse d’une domus paraît plausible à l’heure actuelle mais devra bien évidemment être validée par une fouille plus approfondie au cours des campagnes à venir. Par ailleurs, l’existence d’un édifice mitoyen à l’UA 2, matérialisé par la pièce B7, est envisageable. Cependant, cette dernière, apparemment plus étendue que les autres pièces mises au jour dans le secteur B, constitue peut-être un espace ouvert, une cour, intégrée à l’UA 2.

  • 8 L’orniérage de la bordure du trottoir en est la conséquence.
  • 9 La fouille de la terrasse supérieure du sanctuaire englobant le temple et les portiques, menée par (...)

18Le tracé curviligne du trottoir sud de la rue VO 1 est vraisemblablement le résultat d’une modification de la voirie. En effet, il est possible que VO 1, dont la mise en place aurait eu lieu avant la construction du complexe monumental du sanctuaire, ait adopté à l’origine un tracé curviligne suivant la pente du cratère. Son tracé aurait ensuite été « redressé »8 avec l’implantation de ce grand sanctuaire qui aurait donc en partie bouleversé la trame urbaine initiale9. À l’appui de cette hypothèse on peut souligner le fait que le bâtiment sud UA 2 est fort probablement lui-même antérieur au sanctuaire monumental du IIe siècle av. J.-C. et montre une orientation différente de celui-ci, beaucoup plus proche de celle de la bordure du trottoir sud. Cette modification a entraîné par ailleurs un rétrécissement de la rue au fur et à mesure que l’on progresse vers l’ouest ; ce qui pourrait expliquer l’absence du trottoir nord au-delà du petit tronçon dégagé en 2016.

  • 10 Roger et al. 2014, et Glisoni et al. 2017.

19La fouille des divers états de chaussée en terre battue a de nouveau livré une quantité importante de mobilier archéologique, notamment céramique, qui confirme une importante activité sur le secteur jusqu’à la fin du IIe siècle apr. J.‑C., avant un progressif abandon à partir du siècle suivant, marqué par une baisse drastique de la quantité de matériel dans les couches associées à cette période. Cependant, si le secteur n’est plus habité, il continue d’être fréquenté, notamment pour la récupération de matériaux, comme espace funéraire10 et également pour le culte impérial, comme en témoigne, lors des fouilles de Gavin Hamilton sur le « forum » tout proche, à la fin du XVIIIe siècle, la découverte de bustes d’empereurs de la première moitié du IIIe siècle apr. J.-C., les plus récents étant Septime Sévère (193-211) et Géta (198-211).

Haut de page

Bibliographie

 

Almagro-Gorbea 1982 = M. Almagro-Gorbea (dir.), El Santuario de Juno en Gabii: excavaciones 1956-1969, Rome, 1982 (Bibliotheca italica, 17).

Bietti Sestieri 1992 = A.M. Bietti Sestieri, La necropoli laziale di Osteria dell’Osa: tavole, Rome, Quasar, 1992.

Glisoni et al. 2017 = S. Glisoni, L. Hasselin-Rous, D. Roger, Gabies, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, consulté le 01 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1644 ; DOI : 10.4000/cefr.1644

Roger et al. 2014 : D. Roger, C.-E. Sauvin, A. Taiuti, Gabies, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, consulté le 01 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1151 ; DOI : 10.4000/cefr.1151

 

Haut de page

Notes

1 Sur l’historique et le contexte général de la mission cf. Roger et al. 2014 et Glisoni et al. 2017.

2 Glisoni et al. 2017.

3 Bietti Sestieri 1992.

4 Il s’agit de la deuxième assise d’élévation mise au jour dès 2013.

5 Il s’agit de la première assise d’élévation mise au jour en 2016.

6 Almagro-Gorbea 1982.

7 Une analyse des prélèvements de mortier de ces différentes maçonneries est prévue, afin de compléter celles réalisées à l'issue de la campagne de fouille de 2014.

8 L’orniérage de la bordure du trottoir en est la conséquence.

9 La fouille de la terrasse supérieure du sanctuaire englobant le temple et les portiques, menée par l’Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma (1956-1969), a d’ailleurs mis en évidence le fait que le portique nord avait en partie mordu sur l’emprise d’une ancienne voie qui courait le long du bord du cratère à cet endroit.

10 Roger et al. 2014, et Glisoni et al. 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne du site fouillé par le musée du Louvre, campagne de 2017.
Crédits A. Laurey.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Vue aérienne depuis l’ouest de la fouille de 2017.
Crédits A. Laurey.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 3 – La sépulture d’immature sous les niveaux républicains SP 480 ; vue depuis l’est.
Crédits A. Laurey.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 4 – Perles en pâte de verre à décor oculé accompagnant le jeune défunt.
Crédits C. Décamps.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5 – Bulla accompagnant le défunt, après restauration.
Crédits C. Décamps.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 6 – Caisson A1, niveaux antérieurs aux remblais de construction de l’UA 1.
Crédits S. Borg.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 7 – Le mur d’enceinte méridional (péribole) de l’UA 1 vu depuis le sud.
Crédits C. Décamps.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 8 – Les vestiges d’un possible bâtiment de scène dans l’espace A5, vue depuis l’ouest.
Crédits S. Desoutter.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 9 – L’escalier ESC 243 et son soubassement, vue depuis l’ouest.
Crédits S. Glisoni.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 10 – La rue est-ouest VO 1 vue depuis l’est.
Crédits P. Broutin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 11 – Vue d’ensemble depuis l’est des pièces B5, B6 et B7.
Crédits Cl. Michaud.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 12 – La pièce B1 vue depuis le sud.
Crédits A. Laurey.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/1905/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steve Glisoni, Isabelle Hasselin et Daniel Roger, « Gabies », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cefr/1905 ; DOI : 10.4000/cefr.1905

Haut de page

Auteurs

Steve Glisoni

INRAP – steve.glisoni@louvre.fr

Articles du même auteur

  • Gabies [Texte intégral]
    Campagnes 2014 et 2016 du Musée du Louvre et de la Surintendance de Rome
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Italie centrale

Isabelle Hasselin

Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre – isabelle.hasselin@louvre.fr

Daniel Roger

Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre – daniel.roger@louvre.fr

Articles du même auteur

  • Gabies [Texte intégral]
    Campagnes 2014 et 2016 du Musée du Louvre et de la Surintendance de Rome
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Italie centrale
  • Gabies [Texte intégral]
    Campagne 2013 du musée du Louvre
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Italie centrale
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals