Navigation – Plan du site
2018

Recherches sur la production céramique à Pompéi : l’atelier des lampes à huile (Reg. I, Ins. 20, 2-3). Campagne 2017

Laetitia Cavassa, Sylvie Coubray, Émilie Mannocci, Agnès Oboussier, Marie Pawlowicz, Carla Rosa et Marcello Turci
Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, Aix-en-Provence, France), Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS/EFR, Naples, Italie), Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (Paris), Parco Archeologico di Pompei.

Notes de l’auteur

Ces recherches se déroulent dans le cadre d’une concession de fouilles délivrée par le Ministero per i Beni e le attività culturali, et en collaboration avec le Parc Archéologique de Pompéi. Nous remercions le Directeur général, Massimo Osanna, la Dott.ssa Grete Stefani, directrice du site, la Dott.ssa Marialaura Iadanza, fonctionnaire responsable de ce secteur, ainsi que Domenico Busiello et Ulderico Franco, responsables des dépôts de matériel.
Cette opération est financée par le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères dans le cadre de la mission archéologique « Italie du Sud », par le Centre Jean Bérard, le Centre Camille Jullian et par le Fonds de dotation Arpamed « Archéologie et Patrimoine en Méditerrannée ».
L’équipe, dirigée par Laetitia Cavassa (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France) était composée de : Sylvie Coubray (Anthracologue, INRAP), Émilie Mannocci (doctorante, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France / École française de Rome), Agnès Oboussier (restauratrice, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France), Marie Pawlowicz (doctorante, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France), Carla Rosa (étudiante à l’université de Fisciano-Salerno), Marcello Turci (doctorant, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France – Sapienza Università di Roma, Dipartimento di Scienze dell’Antichità).

Texte intégral

  • 1 Cette recherche sur la production céramique à Pompéi s’est déclinée en deux programmes. Le premier, (...)

1Cette deuxième campagne de fouilles de l’atelier de potier situé en Reg. I, ins. 20, 2-3 à Pompéi a eu lieu entre le 11 et le 26 septembre 2017 et fait partie du programme sur l’artisanat céramique à Pompéi, faisant suite aux précédentes missions (2012 à 2016)1. Cette fouille fait partie du programme de recherches du Centre Jean Bérard (USR 3133, CNRS-École française de Rome) développé il y a un peu plus de dix ans par Jean-Pierre Brun (Collège de France) et intitulé « Artisanat et économie à Pompéi ». Il s’agit ici d’une recherche concentrée sur l’artisanat céramique à Pompéi qui prend en considération les deux ateliers de potiers en fonction en 79 de notre ère actuellement connus. Le premier se trouve en zone périurbaine de la ville antique (atelier de Porta Ercolano), tandis que le second (dont il est question ici) se trouve en ville en Reg. I, ins. 20, 2-3 (fig. 1).

Fig.  – Plan de Pompéi localisant l’atelier de Porta Ercolano hors de la ville et l’atelier des lampes à huile (Reg. I, ins. 20, 2-3).

Fig.  – Plan de Pompéi localisant l’atelier de Porta Ercolano hors de la ville et l’atelier des lampes à huile (Reg. I, ins. 20, 2-3).

Plan L. Cavassa, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.

L’atelier des lampes à huile

  • 2 Cavassa et al. 2017.

2Ce programme centré sur l’atelier des lampes à huile et amorcé en 2016 avait pour objectif de comprendre l’organisation et la chronologie de l’atelier. Cette structure est dotée de plusieurs espaces mais seules deux pièces (1 et 4) ont restitué des vestiges consacrés à l’activité céramique (fig. 2). La campagne 2016 avait permis de documenter l’ensemble de l’atelier et de remettre en évidence ces structures (bassin, fours) et d’identifier la présence d’un tour de potier2 (fig. 3).

Fig. 2 – Localisation dans la région I et plan de l’atelier des lampes à huiles avec indication de l’implantation des trois sondages réalisés en 2017.

Fig. 2 – Localisation dans la région I et plan de l’atelier des lampes à huiles avec indication de l’implantation des trois sondages réalisés en 2017.

Plan G. Chapelin, EFR-CJB-CNRS.

Fig. 3 – Photo générale de la pièce 4 sur laquelle on distingue un four et le tour de potier.

Fig. 3 – Photo générale de la pièce 4 sur laquelle on distingue un four et le tour de potier.

Cl. C. Durand, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.

3La campagne 2017 s’est exclusivement concentrée sur la pièce 4 abritant les fours et le tour. L’enjeu de cette année était de compléter les données déjà acquises lors de la campagne 2016. Les recherches se sont concentrées dans la salle des fours et nous ont permis de finir la fouille des niveaux correspondant aux derniers moments d’utilisation des structures de cuisson. Trois sondages localisés autour des fours ont été réalisés, nous permettant ainsi de mettre au jour les niveaux antérieurs à l’atelier et de préciser l’installation des deux structures de cuisson. De plus, cette campagne nous a permis de terminer l’étude du matériel mis au jour lors des dégagements de 1959 et conservés dans les dépôts du Parc archéologique.

Le sondage A

4Le sondage A s’est concentré autour du petit four (FR4003 se trouvant dans l’angle sud-est de la pièce). Le sondage est localisé à l’ouest du four, au débouché immédiat de la gueule de la structure. Il mesure 2,80 m d’est en ouest, pour 1,40 m du nord au sud. Les niveaux les plus anciens mis au jour sont représentés par un niveau de sol et une fine couche cendreuse antérieurs au four, sur lesquels est installée la structure de cuisson. Les premiers niveaux interceptés en lien avec le four sont représentés par un sol (SL4091), recouvrant les niveaux précédents, et un niveau de cendres induré (us 4087).

5Une fosse circulaire de 0,27 m de diamètre (FS4103), creusée dans le sol SL4091, a été identifiée. Son remplissage n’a livré que quelques fragments de céramique dont nous ne pouvons tirer aucune information d’ordre chronologique. Au centre de cette fosse, et à 7 cm en dessous du niveau de circulation se trouve une cavité circulaire de 9 cm de diamètre pour 0,31 m de profondeur. La fonction exacte n’est pas certaine, mais une telle configuration rappelle les négatifs des emplacements des tours de potiers de Porta Ercolano, à la différence que l’axe du tour ne serait pas de section quadrangulaire mais circulaire (fig. 4).

Fig. 4 – Photo zénithale de l’emplacement d’un éventuel tour de potier.

Fig. 4 – Photo zénithale de l’emplacement d’un éventuel tour de potier.

Cl. M. Pawlowicz, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.

6Dans un second temps, l’ensemble de ces éléments (sol et tour) sont recouverts par un niveau de remblai (us 4090), constitué d’un sédiment limoneux et compact, de couleur brun moyen. Cette couche est riche en charbons de bois, en mortier de chaux et fragments d’enduits ainsi qu’en matériel céramique.

7Par la suite, un nouveau niveau de circulation est mis en place (SL4077) identifié comme le sol de 79 apr. J.-C. Ce niveau de circulation est recouvert, au niveau de la gueule du four, par un premier niveau cendreux interprété comme une décharge de cuisson (us 4078). Un niveau de destruction (us 4037, us 4073) vient par la suite recouvrir ce dernier niveau de décharge, sur 1,30 m en avant de la gueule du four. Il est composé d’un sédiment argilo-limoneux assez compact et de couleur brun-orangé. Riche en cendres, charbons de bois et mobilier céramique (parois fines et lampes), il comportait aussi de nombreux fragments architecturaux en terre cuite rubéfiés présentant des empreintes de vases comme des négatifs de décors au guillochis par exemple. Ces éléments semblent provenir d’éléments en terre cuite, liés entre eux à l’argile, ayant servi à la construction du four, qui auraient été exposés à de fortes températures (fig. 5).

Fig. 5 – Niveau de destruction du four FR4003.

Fig. 5 – Niveau de destruction du four FR4003.

Cl. M. Pawlowicz, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.

Le sondage B

  • 3 Ce même sol a été dégagé dans l’intégralité du sondage C. Ce sol, bien compact, est le niveau sur l (...)

8Le sondage B mesure 1,70 m d’ouest en est et 1,05 m du sud au nord et a été implanté en façade du grand four (FR4002). La stratigraphie a été fortement perturbée par l’installation du réseau d’évacuation des eaux pluviales dans les années 1980. Ce sondage n’a laissé entrevoir qu’un petit fragment du sol SL4086 sur lequel le four est en partie installé3. Il est recouvert par un remblai meuble de couleur marron (us 4072) contenant beaucoup de matériel (céramique, un peu de verre…), et sur lequel le four est aussi en partie bâti (fig. 6). Ce niveau est équivalent au niveau 4045 intercepté dans le sondage C.

Fig. 6 – Détails des niveaux de construction du four FR4002.

Fig. 6 – Détails des niveaux de construction du four FR4002.

Cl. M. Turci, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ – Sapienza Università di Roma.

9Ces niveaux d’installation sont recouverts par un niveau de sol (SL4071 = 4038) constitué d’un sédiment cendreux, gris, noir, blanc, très hétérogène, incluant de nombreux charbons de bois et de quelques céramiques à paroi fine. S’étendant face au four FR4002, ce sol correspond au dernier niveau de fonctionnement de la structure. Quelques rares lapilli ont été identifiés, venant recouvrir ces niveaux.

10Dans la partie nord du sondage (entre le mur MR6004 et l’égout moderne) quelques fragments de vases crus ont été mis au jour dans un niveau compact de couleur grise. Ces fragments, quoique assez bien conservés, ne sont pas précisément attribuables à une forme : ce sont pour l’essentiel des fonds de vases tournés (et non de lampes), privés de décor. Il pourrait s’agir des fritilli mentionnés dans les journaux de fouilles ou bien de fonds de gobelets à paroi fine. Les vases crus reposaient sur un niveau de sol (SL4083) et étaient recouverts par des lapilli.

Le sondage C

11Le sondage C mesure 1,60 m du sud au nord, du puits PT4050 au mur sud du four FR4002, et 2 m d’est en ouest. Le niveau le plus ancien mis au jour dans ce secteur est le sol SL4086 que l’on retrouve sur l’ensemble du sondage (fig. 7). Le mur sud (MR4008) du four FR4002 est construit sur ce sol bien compact ensuite recouvert par un niveau de remblai également compact, de couleur brun clair, riche en céramique (us 4045). La mise en place du four est parfaitement visible en coupe : on distingue le mur sud fondé sur ce niveau de remblai en partie est et plus profondément sur le sol SL4086 en partie ouest. L’escalier d’accès à la chambre de cuisson repose également sur ce remblai contemporain de l’us 4090 dégagé dans le sondage A. Il en découle que le four circulaire, FR4003 a été construit quelque temps avant le four quadrangulaire, FR4002, puisque celui-ci est en partie construit sur un niveau de remblai (us 4045-4090) qui recouvre les niveaux témoignant d’une première phase pour le four circulaire.

Fig. 7 – Vue depuis le sud des niveaux de construction du four FR4002.

Fig. 7 – Vue depuis le sud des niveaux de construction du four FR4002.

Cl. M. Turci, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ – Sapienza Università di Roma.

12Dans la partie sud-ouest du sondage, ce sol est coupé par la tranchée d’installation du puits, qui se trouve au pied du mur ouest, MR6005, à 1,60 m au sud du four FR4002. Ce puits était alimenté par une conduite d’eau pluviale composée d’au moins deux amphores puniques de type Mana C2c empilées les unes dans les autres et liées entre elles par du mortier de terre, de chaux et de sable volcanique.

Conclusions

13Cette campagne de fouilles a permis de compléter les données concernant l’atelier des lampes à huile et de préciser la chronologie de l’installation de l’édifice artisanal très certainement après le tremblement de terre de 62-63 apr. J.-C. Les fouilles stratigraphiques ont permis de mettre en évidence que le petit four circulaire a fonctionné quelques années avant le four quadrangulaire sans pouvoir préciser davantage la chronologie.

Haut de page

Bibliographie

 

Cavassa et al. 2012 = L. Cavassa, B. Lemaire, J.-M. Piffeteau, Pompéi, Via dei sepolcri, boutique NE, n. 29 : l’atelier de potier, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2012. http://cefr.revues.org/881

Cavassa et al2013 = L. Cavassa, B. Lemaire, G. Chapelin, A. Lacombe, J.-M. Piffeteau, G. Stelo, Pompéi. L’atelier de potier de la via dei Sepolcri, 29, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2013. http://cefr.revues.org/1139

Cavassa et al. 2014 = L. Cavassa, B. Lemaire, G. Chapelin, A. Lacombe, Pompéi. L’atelier de potier de la via dei Sepolcri, 28-30, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2014. http://cefr.revues.org/1279

Cavassa et al. 2017 = L. Cavassa, B. Lemaire, A. Boisson, G. Chapelin, G. Ciucci, C. Durand, J.-M. Gassend, G. Festa, M. Leone, A. Oboussier, F. Paul, M. Pawlowicz, R. Rêve, C. Rosa, G. Stelo, L. Vollaro, Recherches sur la production céramique à Pompéi : l’atelier des lampes à huile (Reg. I, Ins. 20, 2-3), dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2017. http://journals.openedition.org/cefr/1761

Zanella et al. 2016 = S. Zanella, L. Cavassa, N. Laubry, N. Monteix, B. Lemaire, Pompéi, Porta Ercolano : organisation, gestion et transformations d’une zone suburbaine, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2016. https://cefr.revues.org/1581.

Zanella et al. 2017 = S. Zanella, L. Cavassa, N. Laubry, N. Monteix, G. Chapelin, A. Coutelas, A. Delvigne Ryrko, M. Errera, L. Gerardin, B. Lemaire, R. Macario, F. Ortis, V. Pellegrino, G. Sachau-Carcel, Pompéi, Porta Ercolano : organisation, gestion et transformations d’une zone suburbaine, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2017. http://journals.openedition.org/cefr/1676

Haut de page

Notes

1 Cette recherche sur la production céramique à Pompéi s’est déclinée en deux programmes. Le premier, intitulé « Organisation, gestion et transformations d’une zone suburbaine : le secteur de la Porte d’Herculanum à Pompéi, entre espace funéraire et commercial » s’est déroulé entre 2012 et 2016, sous la direction de Sandra Zanella (université Paul-Valéry Montpellier 3, Labex Archimède), Laetitia Cavassa (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France), Nicolas Laubry (École française de Rome) et Nicolas Monteix (université de Rouen et IUF) et faisait partie des programmes de recherche de l’École française de Rome dans le quinquennal 2012-2016. Pour plus de détails, nous renvoyons aux articles publiés : Cavassa et al. 2012 ; Cavassa et al. 2013 ; Cavassa et al. 2014 ; Zanella et al. 2016 ; Zanella et al. 2017. Le deuxième est centré sur l’atelier des lampes à huile (dir. L. Cavassa) : Cavassa et al. 2017.

2 Cavassa et al. 2017.

3 Ce même sol a été dégagé dans l’intégralité du sondage C. Ce sol, bien compact, est le niveau sur lequel vient s’appuyer le mur sud (MR4008) du four FR4002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.  – Plan de Pompéi localisant l’atelier de Porta Ercolano hors de la ville et l’atelier des lampes à huile (Reg. I, ins. 20, 2-3).
Crédits Plan L. Cavassa, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 2 – Localisation dans la région I et plan de l’atelier des lampes à huiles avec indication de l’implantation des trois sondages réalisés en 2017.
Crédits Plan G. Chapelin, EFR-CJB-CNRS.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3 – Photo générale de la pièce 4 sur laquelle on distingue un four et le tour de potier.
Crédits Cl. C. Durand, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 4 – Photo zénithale de l’emplacement d’un éventuel tour de potier.
Crédits Cl. M. Pawlowicz, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 5 – Niveau de destruction du four FR4003.
Crédits Cl. M. Pawlowicz, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Fig. 6 – Détails des niveaux de construction du four FR4002.
Crédits Cl. M. Turci, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ – Sapienza Università di Roma.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 7 – Vue depuis le sud des niveaux de construction du four FR4002.
Crédits Cl. M. Turci, Aix Marseille Univ-CNRS-CCJ – Sapienza Università di Roma.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Cavassa, Sylvie Coubray, Émilie Mannocci, Agnès Oboussier, Marie Pawlowicz, Carla Rosa et Marcello Turci, « Recherches sur la production céramique à Pompéi : l’atelier des lampes à huile (Reg. I, Ins. 20, 2-3). Campagne 2017 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cefr/2230 ; DOI : 10.4000/cefr.2230

Haut de page

Auteurs

Laetitia Cavassa

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France / PSL (research university) EPHE – cavassa@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Sylvie Coubray

INRAP – sylvie.coubray@inrap.fr

Émilie Mannocci

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France / École française de Rome – emiliemannocci@gmail.com

Agnès Oboussier

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France – Oboussier@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Marie Pawlowicz

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France – pawlowicz@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Carla Rosa

Université de Fisciano-Salerno

Articles du même auteur

Marcello Turci

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France / Sapienza Università di Roma, Dipartimento di Scienze dell’Antichità – marcello.turci@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals