Navigation – Plan du site
2019

Mégara Hyblaea

Campagnes d’études et de fouilles 2018
Henry Tréziny, Jean-Christophe Sourisseau et Reine-Marie Bérard

Notes de l’auteur

Ont participé aux campagnes 2017-2018 : Lucas Banchetti, doctorant allocataire, AMU, CCJ ; Lou de Barbarin, doctorante allocataire, AMU, CCJ ; Reine-Marie Bérard, CNRS, AMU, CCJ ; Axel Cauvin, doctorant allocataire, AMU, CCJ ; Laetitia Cavassa, CNRS, AMU, CCJ ; Chloé Chaigneau, doctorante allocataire, université Paris I ; Laurent Claquin, docteur en archéologie, AMU, CCJ ; Loïc Damelet, photographe, CNRS, AMU, CCJ ; Henri Duday, CNRS, PACEA ; Macarena Enriquez De Salamanca, doctorante en archéologie, université de Tours ; François Fouriaux, topographe, EFR ; Armelle Gardeisen, ostéoarchéozoologue, CNRS, ASM, université Montpellier 3 ; Mathilde Jourdan, étudiante AMU ; Ségolène Maudet, docteure en archéologie, membre de l’EFR ; Frédéric Mège, docteur en archéologie, post-doctorant, AMU, CCJ ; Priscilla Munzi, CNRS, CJB ; Clémence Pagnoux, carpologue, post-doctorante, ISEM, CNRS – université de Montpellier ; Claude Pouzadoux, CNRS, directrice du CJB ; Giuseppina Stelo, dessinatrice CNRS, CJB ; Jean-Christophe Sourisseau, AMU, CCJ ; Henri Tréziny, CNRS, AMU, CCJ ; Alexis Varraz, doctorant allocataire, AMU, CCJ.

Texte intégral

1Les activités de recherche de l’École française de Rome à Mégara Hyblaea se sont déroulées en 2018 comme chaque année en deux campagnes, au printemps et à l’automne, dans le cadre de conventions de collaboration scientifique avec la Surintendance de Syracuse et le Musée Régional Paolo Orsi. Ces conventions sont en cours de renouvellement avec le Polo Regionale di Siracusa per i Beni Archeologici / Museo Paolo Orsi, qui est depuis les dernières réformes notre interlocuteur principal. C’est toujours un plaisir de remercier nos hôtes siciliens, la Directrice du Pôle, Dott.sa Maria Musumeci, et la Surintendante de Syracuse, Prof.sa Rosalba Panvini (à laquelle a succédé l’Arch. Donatella Aprile), pour leur soutien sans faille.

2L’équipe, rassemblant des collaborateurs de l’EFR, du Centre Camille Jullian et du Centre Jean Bérard a continué ses travaux dans trois directions : les études de matériel, les études topographiques et la reprise des fouilles. Les études de matériel, portant sur les fouilles anciennes (notamment de G. Vallet et Fr. Villard), ont concerné la céramique archaïque (J.-Chr. Sourisseau, L. de Barbarin), hellénistique (Cl. Pouzadoux, M. Enriquez de Salamanca, P. Munzi) et romaine (L. Cavassa), ainsi que les terres cuites architecturales (A. Varraz), l’architecture archaïque et hellénistique (H. Tréziny, Fr. Mège) et les nécropoles archaïques (H. Duday, R.-M. Bérard). On trouvera infra la liste des publications parues et à paraître, ainsi que le dernier état des travaux universitaires.

3Dans le domaine des études topographiques, on soulignera cette année la mise en place d’un Système d’information géographique (SIG), géré par S. Maudet et Fr. Mège, avec le concours du topographe de l’EFR Fr. Fouriaux. Il permet aujourd’hui de coordonner et d’analyser les données des fouilles anciennes en même temps que celles des fouilles et des prospections récentes, notamment les prospections géophysiques faites en 2007-2008 (Géocarta) et en 2011-2013 (University of Bradford), autorisant des variations d’échelle d’analyse particulièrement fructueuses pour la compréhension générale du site. H. Tréziny a par ailleurs poursuivi ses travaux sur l’architecture et l’urbanisme mégariens, en proposant de nouvelles observations sur les constructions à orthostates bruts, parmi les plus anciennes de l’histoire du site, que l’on retrouve en divers points de la cité.
Mais le printemps 2018 a surtout été l’occasion de la seconde campagne de fouille dans la zone d’habitat à l’Est du sanctuaire du Nord-Ouest (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale de la fouille 2018 depuis le Sud.

Fig. 1 – Vue générale de la fouille 2018 depuis le Sud.

Cl. L. Damelet.

4La fouille avait été lancée en 2017 afin de vérifier la topographie de cette zone dans laquelle les fouilles anciennes et les prospections géophysiques avaient mis en évidence un grand quartier régulier (aujourd’hui appelé « plateau ouest »), organisé autour de 22 rues parallèles (rues E), qui pouvaient correspondre à une « neapolis », un quartier d’implantation peut-être postérieure au quartier de l’agora. Les trois sondages entièrement manuels réalisés en 2017 avaient mis en évidence la présence de vestiges archéologiques du VIe siècle sous un niveau de terre agricole d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur seulement. Ils avaient permis d’appréhender les grandes lignes de l’organisation des vestiges de l’îlot 113, entre les rues E10 et E11.

5En 2018, on a ouvert, avec l’aide d’un engin mécanique (Bobcat) une surface de 400 m2 environ, recoupant les sondages 1 et 3 de 2017 (fig. 2). On a ainsi mis au jour l’intégralité d’une maison archaïque dans la partie Ouest de l’îlot 113 (lot 113W4), ainsi qu’une portion de la maison adjacente au Sud (lot 113W3), le tracé de la rue E11 et une portion d’une maison située à l’ouest de celle-ci (lot 114E4).

Fig. 2 – Orthophotoplan de la fouille 2018 avec mise en évidence des structures.

Fig. 2 – Orthophotoplan de la fouille 2018 avec mise en évidence des structures.

L. Damelet, Fr. Fouriaux, F. Mège, H. Tréziny.

6Les trois pièces d’habitation alignées au Nord de la maison 113W4 ont été intégralement fouillées, tandis que la cour intérieure de la maison n’a été que partiellement explorée. On a pu distinguer trois phases d’occupation pour l’époque archaïque (du premier quart du VIIe siècle à la fin du VIe siècle), ainsi qu’une phase post-archaïque, caractérisée par l’existence de plusieurs tranchées de récupération.

7Une tranchée d’1,20 m de large a par ailleurs été creusée dans la rue E11 : elle a permis d’observer la stratigraphie de la route et de mettre en évidence, sous sa partie ouest, le bord du fossé qui entourait le village néolithique déjà identifié dans la zone par des fouilles anciennes. Les niveaux néolithiques n’ont pas été explorés cette année. À l’ouest de la rue E11, le dégagement partiel du lot 114E4 a enfin permis de mettre au jour l’angle d’une maison présentant des murs à orthostates, caractéristiques des premières phases d’occupation de Mégara Hyblaea, vers 700 av. J.-C. (fig. 3).

Fig. 3 – Apparition du fossé néolithique dans la tranchée de la rue E11 et murs à orthostates du lot 114E4.

Fig. 3 – Apparition du fossé néolithique dans la tranchée de la rue E11 et murs à orthostates du lot 114E4.

Cl. L. Damelet.

8La campagne 2018 a donc permis d’établir à la fois l’ancienneté de l’implantation du réseau de rues E sur le plateau ouest, et l’existence d’un îlot d’habitation à l’ouest de la rue E11, ce qui invite à reconsidérer les dimensions du temenos du sanctuaire du Nord-Ouest, probablement beaucoup plus restreintes que ce que l’on croyait jusqu’ici.

9La mission 2019 aura pour objectif d’achever la fouille de la cour intérieure de la maison 113W3, qui deviendra ainsi la première maison archaïque mégarienne à avoir été intégralement fouillée – ce qui n’avait jamais été fait jusqu’à présent en raison de la superposition de la ville hellénistique dans le secteur de l’agora et de l’exiguïté des sondages sur le plateau sud. Le second objectif sera d’étendre la fouille à l’ouest de la rue E11 pour dégager l’intégralité de la construction à murs à orthostates du lot 114E4 et en préciser la chronologie.

Haut de page

Bibliographie

Paru en 2018

R.-M. Bérard, Greek and Indigenous people: investigation in the cemeteries of Megara Hyblaea, dans E. Herring, E. O’Donoghue (dir.), Papers of the seventh conference of Italian archaeology, Galway, 2018, p. 48-55.

M. Enríquez de Salamanca Alcón, La memoria di Mégara Hyblaea: la riscoperta del IV secolo, dans Sull’Archeologia della Magna Grecia e del Mediterraneo, Paestum, 2019.

M. Gras, Megara Hyblaea e lo scambio. Un bilancio preliminare, dans Sicilia antiqua, 14, 2017, p. 150-156.

M. Gras, H. Tréziny, Groupements civiques et organisation urbaine à Mégara Hyblaea, dans Aristonothos, 13-2, 2017, p. 145-170.

A. Hermary, Une figurine d’âne citharède à Mégara Hyblaea, dans AK, 61, 2018, p. 132-142.

Pr. Munzi, Cl. Pouzadoux, Des « fleurs de vigne » pour Madeleine. Les expériences de la couleur et du surpeint de Lipari à Mégara Hyblaea : l’exemple du « Vine Group », dans M. Bernabò Brea, M. Cultraro, M. Gras, M.C. Martinelli, C. Pouzadoux, U. Spigo (dir.), À Madeleine, Naples, 2018 (Collection du Centre Jean Bérard, 49), p. 305-316.

H. Tréziny (dir.), avec la collaboration de Fr. Mège, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, Rome, 2018 (Collection de l’EFR, 1/7).

À paraître

L. de Barbarin, Crete and Sicily: Late Geometric and Orientalizing pottery from Megara Hyblaea, dans Η Ελεύθερνα, η Κρήτη και ο Έξω Κόσµος – Eleutherna, Crete and the outside world.

L. de Barbarin, Céramiques locales d’ici et d’ailleurs. Quelques observations sur les styles des ateliers de production coloniale, dans S. Chevalier, A. Huteau (dir.), Première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine, du Bronze récent à la romanisation, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 2018.

L. Cavassa, Pr. Munzi, Cuisiner et manger dans la cité grecque de Mégara Hyblaea aux IVe et IIIe siècles, dans Daily life in a cosmopolitan world: pottery and culture during the hellenistic period, 2nd Conference of the IARPotHP, Lyon, 5th- 8th November 2015 (remis à l’éditeur en 2017).

C. Chaigneau, A first study of the millstones of the Greek colony of Megara Hyblaea (Sicily), dans T. Anderson (dir.), Tilting at mills: the archeology and geology of mills and milling. Proceedings of the colloquium held at Almería (2014), University of Llerida Press.

M. Gras, François Villard à Mégara Hyblaea : un projet novateur, dans Hommage à François Villard, Paris.

M. Gras, Oltre il Museo. I confini del territorio di Megara Hyblaea, dans Omaggio a Giuseppe Voza, Syracuse.

M. Gras, H. Tréziny, La kolymbethra di Megara Hyblaea, dans E. Bianchi, M. D’Acunto (dir.), Opere di regimentazione delle acque in età arcaica, Rome.

A. Hermary, Le retour d’Ulysse sur un relief « mélien » de Mégara Hyblaea (Sicile), dans Exochos allōn. Volume in honour of Professor Eva Simantoni-Bournia, Athènes.

F. Mège, C. Belfiore, C. Monaco, A. Pezzino, H. Tréziny, La pierre à Mégara Hyblaea de l’époque grecque archaïque à l’époque romaine, article en cours de soumission.

J.-C. Sourisseau, François Villard : céramique et colonisation, dans Hommage à François Villard, Paris.

H. Tréziny, Vignobles et cadastres à Mégara Hyblaea. Questions nouvelles, dans Omaggio a Giuseppe Voza, Syracuse.

H. Tréziny, Mégara Hyblaea. De la ville archaïque à la cité hiéronienne : genèse d’une ville hellénistique, dans M. Trümper (dir.), Cityscapes of Hellenistic Sicily: a reassessment, Berlin, 2017.

A. Varraz, Moule et module. Approche technique et technologique des terres cuites architecturales archaïque de Mégara Hyblaea, Deliciae fictiles V, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de la fouille 2018 depuis le Sud.
Crédits Cl. L. Damelet.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2786/img-1.jpg
Fichier image/, 4,2M
Titre Fig. 2 – Orthophotoplan de la fouille 2018 avec mise en évidence des structures.
Crédits L. Damelet, Fr. Fouriaux, F. Mège, H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2786/img-2.jpg
Fichier image/, 772k
Titre Fig. 3 – Apparition du fossé néolithique dans la tranchée de la rue E11 et murs à orthostates du lot 114E4.
Crédits Cl. L. Damelet.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2786/img-3.jpg
Fichier image/, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry Tréziny, Jean-Christophe Sourisseau et Reine-Marie Bérard, « Mégara Hyblaea », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 16 mai 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cefr/2786

Haut de page

Auteurs

Henry Tréziny

Aix-Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, France – treziny@mmsh.univ-aix.fr

Jean-Christophe Sourisseau

Aix-Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, France – jean-christophe.sourisseau@univ-amu.fr

Articles du même auteur

  • Mégara Hyblaea (Sicile) [Texte intégral]
    Campagnes d’études et de fouilles 2016-2017
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Sicile

Reine-Marie Bérard

Aix-Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals