Navigation – Plan du site
2019

Mission archéologique « Sanctuaire des divinités chthoniennes d’Agrigente »

Juin 2018
Laurence Cavalier
Parco archeologico della Valle dei Templi di Agrigento, EFR, Institut Ausonius – UMR 5607, Université Bordeaux Montaigne, University Wisconsin at Madison.

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

La première mission archéologique « Sanctuaire des divinités chthoniennes d’Agrigente » a eu lieu du 1er au 15 juin 2018, à la suite de l’établissement d’une convention entre le Parco archeologico e paesagistico Valle dei Templi d’Agrigente et l’Université Bordeaux Montaigne (UBM) accordant l’autorisation de fouille, de prospection et de publication pour la terrasse à l’est de la porte V (sanctuaire des divinités chthoniennes). Dans le cadre de ce projet, une convention a également été signée entre l’École française de Rome et l’UBM.
Les opérations de terrain et les formalités administratives ont été grandement facilitées par le directeur du parc archéologique, G. Parello et nos collègues archéologues, V. Caminneci, M.C. Parello et M.S. Rizzo. Sans leur disponibilité et leur soutien, rien n’aurait été possible. Le parc archéologique a notamment mis à notre disposition la maison de fouille, permettant ainsi de loger gratuitement les 5 étudiants pour la durée du séjour. La mission a bénéficié d’un soutien financier de l’Institut Ausonius et d’une aide à la mobilité accordée à un des étudiants (UBM). L’équipe bordelaise (Ausonius, UBM) était composée de L. Cavalier et J. des Courtils, enseignants-chercheurs spécialistes d’archéologie classique, de deux étudiants, L. Barataud (doctorante) et A. Zanni (master), et de M. Bernier, céramologue (LaScarBx). Une équipe américaine (Université Wisconsin à Madison) est venue renforcer l’effectif sur son propre budget : elle comprenait W. Aylward (professeur d’archéologie grecque), deux étudiants de master, M. Bernards et J. White (pilote de drone), et S. Rous, post-doctorante. Deux géographes de la même université, T. et W. Buckingham, nous ont rejoints pour quelques jours.

Texte intégral

  • 1 Menée par Villareale et Cavalleri en 1836, sans doute à partir des éléments de deux édifices de dat (...)

1Le sanctuaire des divinités chthoniennes se développe sur trois terrasses (terrasse est ou area sacra, terrasse des autels circulaires et terrasse des Donarii), à l’ouest de la colline des temples, de part et d’autre de la porte V qui constitue l’accès principal sud de la ville (fig. 1). Au XIXe siècle, le temple dit « des Dioscures » établi sur la terrasse des autels circulaires a subi une anastylose1 généralement considérée comme fautive mais qui en a fait le monument le plus célèbre et le plus photographié du Parc archéologique. Entre 1927 et 1932, l’archéologue P. Marconi a extensivement fouillé la terrasse, jusqu’au rocher. Il a proposé, pour le temple des Dioscures, une datation vers 480-460 a.C., datation abaissée par d’autres vers 450 a.C. P. Marconi a également mis au jour plusieurs séries de petits édifices : deux autels en 1928, six autres en 1929, un megaron et un bothros en 1930. La terrasse la plus occidentale, dite « des Donari » a été, après un sondage limité de P. Griffo, systématiquement fouillée par E. de Miro en 1975 puis, à nouveau en 2004-2005 par M. Musumeci.

2La terrasse orientale a connu trois périodes de fouille. Les deux premières campagnes (1953-1955 et 1966-1973) furent conduites par P. Griffo qui dégagea une section du rempart au-dessus de la porte V et découvrit les vestiges de plusieurs édifices ainsi qu’une place dallée au nord du portique en L. Les fouilles plus récentes des années 1995-1996, menées par E. de Miro, se sont concentrées sur la tholos, le portique en L et la place dallée déjà mis au jour par P. Griffo. Ces travaux ont été publiés en 2006 sous la forme de deux volumes dont le second regroupe des photographies, quelques relevés et quelques coupes stratigraphiques.

3L’autorisation de fouille ne concerne pour le moment que la terrasse est du sanctuaire qui, de toute façon, est la seule à ne pas avoir été extensivement explorée dans le passé. À la suite de la mission 2018 nous avons été autorisés à entreprendre l’inventaire et l’étude des blocs d’architecture dispersés sur la terrasse des autels circulaires et celle des Donaria.

Fig. 1 – Le sanctuaire des divinités chthoniennes et la porte V.

Fig. 1 – Le sanctuaire des divinités chthoniennes et la porte V.

Cl. J. White.

Les sondages 2018

L. Barataud et S. Rous

4Nous avons choisi de nous concentrer sur la tholos qui constitue le monument le plus énigmatique du secteur. La ruine avait déjà été partiellement explorée par E. de Miro mais une partie des vestiges avait été épargnée par ces travaux. L’objectif était de comprendre la fonction de la tholos, d’en affiner la chronologie et de clarifier les liens existants avec le portique qu’elle recoupe. Deux sondages ont été menés (fig. 2). Le sondage 1 a été effectué par L. Barataud, M. Bernards et J. White, le sondage 2 par S. Rous et A. Zanni. Nous avons enregistré les données en suivant le protocole Syslat. La céramique a été traitée pratiquement en totalité par M. Bernier. La direction du parc a accepté de nous confier des échantillons pour lecture technique (binoculaire).

Fig. 2 – Localisation des sondages.

Fig. 2 – Localisation des sondages.

D’après de Miro 2000 ; DAO A. Zanni.

5Le sondage 1 a été implanté avec une orientation nord-ouest/sud-est, entre le mur MR1002 de la tholos jusqu’au mur MR1024 du portique. Ce sondage a été divisé en deux zones, la première de 2 × 1,5 m, comprise entre les deux murs annulaires MR1002 et MR1001, et la deuxième de 4,25 × 1,5 m entre MR1001 et le mur MR1024 du portique, englobant également l’extrémité du mur de refend MR1011. Le sondage 2 a été établi dans la partie centrale de la tholos avec une orientation sud-ouest/nord-est, allant du mur MR1002 au centre de l’espace intérieur, et mesurant 3,40 × 1,45 m. Les deux sondages réalisés ont ensuite été rebouchés en fin de fouille (fig. 3).

Fig. 3 – Nettoyages et début des sondages de la tholos.

Fig. 3 – Nettoyages et début des sondages de la tholos.

© Mission archéologique française d’Agrigente.

Sondage 1, zone A

S. Rous

  • 2 De Miro 2000, fig. 42.

6La zone A comprenait la partie nord du Sondage 1, espace compris entre les cercles concentriques des murs intérieurs (MR1002) et extérieurs (MR1001) de la tholos. Cette petite tranchée (2,0 × 1,5 m) a été délimitée pour explorer la stratigraphie de cette zone, observer les techniques de construction et obtenir des indices chronologiques. La fouille a été menée pendant trois jours, jusqu’à atteindre la roche-mère et l’exposer dans la totalité de la tranchée à une profondeur de 25-30 cm. La stratigraphie de la tranchée consiste en deux couches superposées de composition similaire mais comportant de légères différences de couleur et de compaction. La couche supérieure (l’US1003) était composée d’un sol sableux, compact, de couleur brun clair/jaunâtre avec des inclusions fréquentes de fragments de céramiques (petits et usés) et des pierres calcaires allant d’une grosseur faible à moyenne ainsi que des inclusions occasionnelles de charbon concentrées dans la partie sud de la tranchée. La couche inférieure (US1005 et US1008) était légèrement plus compacte et présentait une couleur brun clair/grisâtre. Cette couche était de composition similaire à celle qui la recouvrait, mais avec une plus grande fréquence d’inclusions de pierres calcaires de taille moyenne ainsi que des inclusions de grès et de petits fragments de terre cuite. Il est probable que cette stratigraphie corresponde à celle établie par De Miro2 identifiée dans une tranchée d’essai au nord de notre propre tranchée, qui comprend l’aire comprise entre les murs intérieurs et extérieurs de la tholos. Notre couche supérieure pourrait correspondre à celle De Miro définie comme « strato 1 – riempimento » (remplissage), et notre couche inférieure à son « strato 2 – battuto arenario » (sorte de « grès concassé »).

7En ce qui concerne la technique de construction des murs de fondation de la tholos, il apparaît que les assises les plus basses tant pour MR1001 que pour MR1002 ont été mises en place directement sur le substrat rocheux. Un petit renfoncement irrégulier dans la roche-mère près du centre de la tranchée, qui n’a été que partiellement fouillé, est peut-être le fruit d’un creusement volontaire.

Sondage 1, zone B

L. Barataud

8La stratigraphie établie au sein de la zone B du sondage 1 (fig. 4) a débuté par une couche technique de nettoyage (US1004) présente sur toute la surface de la tranchée et se composant d’une terre brune sableuse comportant d’assez nombreux fragments de pierres calcaires, cailloux et céramiques et quelques éléments épars de mortier près de la berme nord. L’unité stratigraphique suivante (US1006) a été ouverte en arrivant sur une couche de composition similaire, mais comportant dans la partie centrale de la tranchée de plus nombreuses inclusions de pierres et une plus grande concentration de céramiques. Cette strate a été clôturée en atteignant un niveau de terre assez meuble dont la couleur jaune/ocre pourrait être due à la désagrégation de la roche présente dans la couche, un grès jaune extrêmement friable (US1007). Une importante accumulation de pierres calcaires a également été localisée dans cette unité stratigraphique, à proximité du mur de refend du portique MR1011, ainsi que des fragments de céramiques sur toute l’étendue du sondage. Le substrat rocheux a ensuite été atteint sur la moitié nord-ouest de la tranchée à une profondeur d’environ 30 cm, excepté autour de MR1011, où un creusement dans la roche a pu être identifié (FS1012). Le comblement de cette cavité (US1013) présentait une terre jaune/ocre assez meuble, comportant très peu de matériel.

9Dans la zone sud-est de la tranchée, une cavité (FS1014) occupant le milieu du sondage possède un comblement (US1015) de composition et compaction similaire à l’US1007. Deux autres cavités sont apparues au sein du creusement FS1014, l’une contre la berme sud du sondage (FS1025), l’autre le long du mur du portique MR1024 (FS1030). La fosse FS1025 se compose de deux couches de remplissage. La strate supérieure (US1020) n’a offert que très peu de matériel et quelques traces éparses de charbon dans une terre meuble et ocre, plus claire que l’US1015 en raison d’un dépôt blanc dû à la désagrégation du substrat rocheux dans lequel la fosse est excavée. La couche inférieure (US1021), ocre et sableuse, a été retrouvée dans le fond de la cavité, côté sud, sans aucune inclusion. Le creusement FS1030 possède également deux US de remplissage. La strate supérieure (US1022), assez compacte et de couleur ocre, présente une forte densité de pierre, mais aucune trace de matériel archéologique. La couche inférieure (US1023) est quant à elle similaire à l’US1021.

10Au vu des données recueillies au cours des activités archéologiques menées sur ce sondage, les niveaux identifiés s’apparentent à des couches de remblais (US1006, 1007, 1015) mis en place lors de l’édification de la tholos et du portique. Il reste encore délicat d’affirmer le caractère anthropique des creusements distingués dans le substrat rocheux. En ce qui concerne les cavités FS1012 et FS1030 il semble que, quelles que soient leurs origines, humaines ou naturelles, elles aient été utilisées lors de la mise en place du mur de refend (MR1011) et du mur arrière du portique (MR1024). La couche de remplissage supérieure de FS1030 (US1022) semble d’ailleurs être en lien avec la l’érection de MR1024, installée afin de combler cette cavité après la mise en place des blocs. En ce qui concerne les techniques de construction, les blocs du mur MR1024 ont été implantés directement sur la roche au sein des creusements (tranchée de fondation ?) et il en est de même pour le mur MR1001 de la tholos, au nord-ouest du sondage.

Fig. 4 – Sondage 1, coupe est-ouest.

Fig. 4 – Sondage 1, coupe est-ouest.

Relevés : M. Bernards, A. Zanni ; DAO : A. Zanni.

Sondage 2

S. Rous

  • 3 De Miro 2000, fig. 41.

11Le sondage 2 est une tranchée étroite (3,40 × 1,45 m) à l’intérieur de la tholos, qui s’étend depuis son centre vers le sud-ouest jusqu’au mur MR1002 à l’emplacement probable d’un seuil. Selon le plan publié par E. de Miro3, cette aire est incluse dans la longue tranchée qu’il a établie à l’intérieur de la tholos, mais nous avons constaté qu’elle n’avait pas été explorée. Les nombreuses pierres de moyenne à grande taille sur la surface délimitée ont été mises de côté, et la fouille a été menée pendant quatre jours, jusqu’à ce que le substrat rocheux soit atteint et exposé dans l’entièreté de la tranchée à une profondeur d’environ 20-30 cm.

  • 4 De Miro 2000, fig. 42.

12La stratigraphie est très similaire à celle observée dans le Sondage 1, zone A. Deux couches de composition similaire mais de couleur et de compaction légèrement différentes ont été distinguées. La couche supérieure, fouillée (US1009), était composée d’un sol sableux, compact, d’une couleur brun clair/jaunâtre qui comportait des inclusions fréquentes de fragments de céramiques (petits et usés) et de petites pierres calcaires, ainsi que d’occasionnels coquillages, graines et fragments de « plâtre ». La couche inférieure (US1010), était légèrement plus compacte, d’une couleur brun clair/grisâtre. Cette couche a une composition similaire à celle qui la recouvre, présentant de plus des inclusions de pierres calcaires de taille moyenne, de petites inclusions de grès, et de nombreux petits fragments de terre cuite (tuiles ?). La stratigraphie observée ici semble de nouveau correspondre à celle identifiée par De Miro4 dans les restes de son sondage, avec notre couche supérieure correspondant à celle de De Miro « strato 1 – riempimento » (remplissage), et notre couche inférieure à son « strato 2 – battuto arenario » (sorte de « grès concassé »).

13L’assise la plus basse de MR1002, qui appartient au mur circulaire intérieur de la tholos, se trouvait directement sur le substrat rocheux. La terre composant l’US1010 était particulièrement compacte à l’interface entre la roche-mère et les faces inégales des blocs de fondation. Deux dépressions irrégulièrement circulaires dans la roche-mère ont été identifiées dans l’espace central de la tranchée, et ont été fouillées séparément. Les deux remplissages (US1017 et US1019) semblent être de composition similaire à la couche supérieure (US1010). Les deux creusements (US1016 et US1018) pourraient bien être des irrégularités naturelles de la roche mère, même si la possibilité que ces creusements soient artificiels ne peut pas être écartée. La tranchée a été remblayée après l’achèvement des recherches archéologiques.

Fig. 5 – Sondage 2. Coupe nord-sud.

Fig. 5 – Sondage 2. Coupe nord-sud.

Relevés : S. Rous, A. Zanni ; DAO : A. Zanni.

Études céramologiques

M. Bernier

14La campagne de fouilles 2018 a livré une petite quantité de mobilier (1619 fragments) dans un bon état de conservation. Il provient des sondages réalisés au nord et au sud-ouest pour connaître la stratigraphie du bâtiment circulaire (tholos), en particulier les remblais liés à la construction de ce dernier.

  • 5 Païn 2015.

15Le mobilier n’étant disponible que durant la campagne de fouille, soit trois semaines, un protocole spécifique a été suivi pour réaliser à la fois le conditionnement et l’inventaire de la collection mais également le traitement et le recollement des données brutes pour l’analyse des résultats. Tous les tessons de céramique ont été lavés lors de la fouille. Pour le reste du mobilier, un traitement adapté a été réalisé par type de matière, en respectant les méthodes de conservation préventive des objets archéologiques5. Chaque élément a été trié puis comptabilisé (fig. 6).

Fig. 6 – Répartition du mobilier par catégorie.

Fig. 6 – Répartition du mobilier par catégorie.

M. Bernier.

16Suite à cette première étape et pour un meilleur accès à la collection, la totalité des lots a reçu un numéro d’inventaire selon l’année, l’US, le type de matériel et le numéro de lot. Ce système de numérotation a été pensé pour faciliter la reconnaissance et la manipulation du mobilier par les spécialistes. Les informations de terrain puis les données techniques liées à chaque objet ou lot d’objets ont été enregistrées sous Excel afin de constituer un inventaire complet et ouvert. La fig. 7 permet d’apprécier la répartition, par US, des différents matériaux mis au jour durant cette campagne de fouilles.

Fig. 7 – Tableau inventaire du mobilier archéologique.

Fig. 7 – Tableau inventaire du mobilier archéologique.

M. Bernier.

Le mobilier céramique

17Lors de la fouille, les céramiques communes, fines et amphores de chaque US ont été classées par catégorie, quantifiées et triées par forme. Ces fichiers constituent une base de données qui tient compte, avant tout, de deux paramètres fondamentaux : les informations de terrain (US) et les caractères techniques. La campagne 2018 a livré 1386 tessons de céramique, soit 86 % du mobilier total.

18Lors de l’étude post-fouille, l’identification typologique a été réalisée de manière plus approfondie afin d’avoir une première approche de la chronologie. Ces propositions de datation ont d’abord été réalisées indépendamment de toute donnée de terrain. Puis, une synthèse sous forme de tableau présente l’identification morphologique associée à la période de consommation des formes par numéro d’US afin de préciser les apports typo-chronologiques des céramiques pour la connaissance de cette partie du site.

Définition et étude quantitative des catégories de pâtes

  • 6 Picon 1973, p. 59-70.

19L’analyse macroscopique à l’œil nu des surfaces a permis de caractériser les types de céramiques en fonction de leur couleur, de la composition minéralogique et de la technique de façonnage. Cette observation a également mis en avant l’atmosphère de cuisson et la post-cuisson, à l’origine de la couleur des céramiques6. L’étude des inclusions et de la taille des grains a permis de définir la texture de la pâte. Suivant sa granulométrie et sa nature, elle peut être classée de fine à grossière. Enfin, la technique de fabrication n’est pas spécifiée, car toutes les formes ont été tournées (traces de stries sur la face interne, régularité des parois). Parmi l’ensemble des céramiques retrouvées, les catégories suivantes ont été mises en évidence.

Céramiques communes

  • 7 De Miro 2000, p. 116.

20Les céramiques communes sont dominées par des vases à pâte claire. Cette prédominance des productions locales à cuisson oxydante est spécifique au vaisselier de cette aire chronologique et du secteur géographique7. Dans ce groupe, le répertoire typologique est limité, les vases appartiennent principalement à une vaisselle de cuisine et de stockage de denrées.

COM-CL (céramique commune claire) 

21Très rapidement, deux catégories de pâtes claires ont été identifiées. Hormis la même technique de cuisson (mode A) la composition minéralogique et les autres caractéristiques techniques divergent. Afin de bien identifier ces deux productions locales, il était nécessaire de mener, dans un premier temps une lecture technique plus fine afin de confirmer cette hypothèse et orienter les futures recherches d’ateliers de production. Avec l’autorisation du directeur du parc archéologique, un prélèvement des deux catégories de pâte claire dans les différentes US de comblement a été réalisé. L’analyse à la binoculaire réalisée au service Mobiliers archéologiques du Laboratoire Ausonius a démontré qu’il y a bien deux productions homogènes définies ci-dessous.

  • 8 Cuisson réductrice – post-cuisson oxydante.
  • 9 Les températures antiques sont généralement comprises entre 800°C et 1000°C ; seules les céramiques (...)

22Type 1 (fig. 8). Céramique commune tournée à pâte non calcaire et au dégraissant fin, non visible à l’œil nu. Il présente de nombreux grains blancs de dimensions variables mais inférieures à 0,5 mm. En majorité d’un orangé clair à jaune, ces céramiques communes ont été cuites en mode A8. En observant la dureté de la pâte, il semble qu’elle ait été cuite à des températures plus basses que les autres communes claires, aux alentours de 800 °C9. Elles sont en cela plus fragiles.

Fig. 8 – COM-CL (céramique commune claire), type 1.

Fig. 8 – COM-CL (céramique commune claire), type 1.

Cl. M.Bernier.

23Type 2 (fig. 9). Céramique commune tournée à pâte rouge (cuisson : mode A). La pâte calcaire présente des inclusions minérales bien réparties composées de quartz et de nombreux autres grains blancs. Le dégraissant est moyen, car la taille n’excède pas 1 mm. Le répertoire des céramiques est principalement constitué des pots à cuire présentant des traces de feux sur les parois externes. Sa composition minéralogique et sa cuisson haute (probablement supérieur à 900°) rendent les vases culinaires résistants aux chocs thermiques.

Fig. 9 – COM-CL (céramique commune claire), type 2.

Fig. 9 – COM-CL (céramique commune claire), type 2.

Cl. M.Bernier.

COM-GR (céramique commune grise)

  • 10 Les argiles siliceuses ou non calcaires ont un pourcentage de chaux compris entre 0 et 6 %. Ce faib (...)
  • 11 Cuisson réductrice – post-cuisson réductrice.
  • 12 Dégraissant très fin (0,05 à 0,1 mm), dégraissant fin (0,1 à 0,25 mm), dégraissant moyen (0,25 à 0, (...)

24Céramique commune tournée à pâte grise siliceuse10. La pâte sombre est obtenue par une cuisson en mode B11. Ce type de pâte est cuit à des températures supérieures à 900 °C pour stabiliser les silicates et éviter les éclatements lors de la combustion. Le dégraissant siliceux et le quartz donnent une texture dure à compacte. La répartition des inclusions minérales est homogène et la granulométrie variable (elle n’excède pas les 0,5 mm). C’est un dégraissant fin à moyen12.

Céramiques fines ou d’importation

  • 13 Py 1993, p. 117.
  • 14 Chelbi 1992, p. 18-19.

25AT – VN (céramique attique à vernis noir). La pâte est de couleur claire (jaune à rose), dure et sonore, signe d’une cuisson à haute température. Le dégraissant fin n’est pas visible à l’œil. Les vases sont entièrement vernis et non figurés. Le vernis qui couvre cette céramique est très sombre, résistant, épais et brillant. Dans quelques cas, il peut comporter des zones brun-rouge, résultant de défauts de cuisson13. Il pourrait s’agir de céramique à vernis noir de Sicile imitant les productions attiques14 et diffusées aux Ve et IVe s. a.C.

  • 15 Montagu 1971, p. 106-118.

26AT – VR (céramique attique à vernis rouge). La pâte est proche de celle des vernis noirs (dégraissant, couleur) mais le vernis recouvrant le récipient est de couleur rouge plus ou moins sombre15.

27COM-ENG (céramique commune engobée). Pour cette première approche de ce type de productions très divers, il a été décidé de regrouper dans cette catégorie toutes les céramiques ayant reçues un engobe ou peinture. Elles sont tournées à pâte claire (de couleur orange). La pâte présente un dégraissant fin. L’engobe est généralement de couleur marron/brun. La détermination des différentes productions se fera lors des prochaines opérations archéologiques avec la collaboration de spécialistes.

28PAR-FIN. Céramique dont l’épaisseur des parois n’excède pas 2 mm. Elles sont réalisées en pâtes claires ou sombres avec un dégraissant fin. Le répertoire de forme est strictement restreint aux petits récipients destinés à la consommation des liquides.

29INDET. Un groupe indéterminé, dont l’aspect du tesson (pâte, forme) n’a pas permis de trancher définitivement en faveur d’un des groupes cités ci-dessus.

30Chaque groupe de pâte a été comptabilisé pour déterminer le nombre de tessons avant remontage ou nombre de restes (NR) et estimer le nombre minimum d’individus (NMI) après remontage. Ces comptages ont été transcrits dans un fichier informatisé. Pour le détail des données numériques de ces différentes catégories, on peut se reporter à la fig. 10.

Fig. 10 – Répartition des catégories de céramiques par NR et NMI.

Fig. 10 – Répartition des catégories de céramiques par NR et NMI.

M. Bernier.

Résultats préliminaires

  • 16 Le mobilier restant au dépôt archéologique du site d’Agrigente.

31L’inventaire et l’étude des formes sont assortis de planches de dessins à l’échelle 1/3, illustrant les récipients représentatifs des différentes catégories de pâte.
Au terme de cette campagne, 106 individus ont été identifiés et 68 ont été dessinés. C’est donc un catalogue le plus exhaustif possible qui a été réalisé durant la phase terrain. En effet, cette volonté de dessiner la quasi-totalité des formes s’explique par la nécessité de recueillir un maximum de données brutes afin de compenser les difficultés de consultation du mobilier16. Cette contrainte est actuellement source de réflexion pour les prochaines campagnes. En effet, ces limites de temps et d’accessibilité à la collection influent sur la fiabilité des résultats. Pour cette première étude, il est donc proposé une identification purement typo-chronologique sans préciser les lieux de production. Les provenances seront identifiées lors des prochaines campagnes et pourront ainsi affiner les datations, parfois larges, de cette étude préliminaire.

Tableau typo-chronologique de l’assemblage céramique

  • 17 De Miro 2000 et De Miro 2003 ; Py 1993.

32Cette étude vise à apporter les premières datations liées à la mise en place du bâtiment. Les résultats sont présentés sous la forme d’un tableau synthétique (fig. 11) permettant d’apprécier par US, les informations typologiques, les datations ainsi que les références bibliographiques des publications17 utilisées pour ce travail (voir également l’annexe en fin de la chronique).

Fig. 11 – Tableau typo-chronologique des formes identifiées.

Fig. 11 – Tableau typo-chronologique des formes identifiées.

M. Bernier.

  • 18 Tréziny 2018.

33Les céramiques communes, fines ou d’importation ont permis de proposer une datation plus ou moins large par US. Hormis quelques éléments résiduels du VIe jusqu’au milieu du Ve s. a.C., le répertoire de formes s’inscrit parfaitement dans la chronologie de la fin du Ve – milieu du IVe s. a.C. et dans le faciès régional connu grâce aux travaux récents menés dans le secteur du sanctuaire ou sur des sites voisins et contemporains18.

34Pour cette première campagne de fouilles, nous comptabilisons un total de 1619 artefacts et écofacts, dont 86 % de céramiques. Les formes, dans leur majorité, ont été identifiées et datées sans pour autant affirmer leur provenance. Lors des prochaines opérations, cette étape sera prioritaire et menée en collaboration avec des spécialistes de ces aires chrono-culturelles. Mais d’autres questions se posent suite à cette première analyse des résultats notamment sur la répartition fonctionnelle très hétérogène du mobilier archéologique. En effet, les domaines domestiques, économiques, religieux et artisanaux ont été identifiés, ne pouvant apporter d’argument fiable pour l’indentification de la fonction du bâtiment. De plus, au vu de ces résultats démontrant que le domaine domestique est majoritairement représenté, la question de l’utilisation de niveaux rapportés d’autre secteur comme remblais se pose. La gestion des déchets (remblai) et de leur provenance (probablement en lieu avec un quartier d’habitat antérieur à la mise en place du bâtiment) sont autant de problématiques à traiter pour expliquer ce phénomène.

35D’un point de vue plus général, cet assemblage enrichit les informations sur la vaisselle consommée dans ce secteur durant la fin de Ve et le IVe s. a.C. Ce lot céramique complète également le catalogue de formes du site d’Agrigente, résultats des recherches céramologiques menées ces dernières années, et s’inscrit parfaitement dans ce faciès de consommation.

Études architecturales

W. Aylward, J. des Courtils, L. Cavalier

La tholos

36Les vestiges de cet étrange édifice se composent de deux cercles concentriques de blocs (fig. 12) dont la fouille a montré qu’ils reposaient sur le rocher naturel. Ces blocs constituent les fondations du monument. Ces fondations présentent une légère anomalie : la moitié est du cercle extérieur était formée de blocs d’une hauteur moyenne de 0,60 m alors que la moitié ouest comportait deux assises de blocs totalisant la même hauteur. Dans la partie ouest, tous les blocs de l’assise supérieure ont disparu, à l’exception d’un bloc jouxtant le seuil, lui aussi disparu, de l’édifice. Nous restituons la présence d’un seuil d’après celle d’une feuillure et de trous de pince, contrairement à l’hypothèse de E. de Miro qui plaçait l’entrée au nord-ouest, dans ce qui nous apparaît être une simple lacune. Le nettoyage complet de la ruine a montré que le relevé présent dans la publication des fouilles du secteur est incomplet. Sur les 75 blocs qui composent le cercle extérieur de la tholos, 8 blocs n’apparaissent pas sur le relevé ancien. Seulement trois blocs sont conservés de l’assise qui venait au-dessus de la fondation, sur le côté est. Nous avons observé que la plupart des blocs des fondations (souvent retaillés) et les trois blocs de l’élévation étaient des blocs de remploi : on mentionnera pour les fondations un bloc de geison dorique portant encore des restes de stuc sur la via et un autre bloc de même type muni d’un trou de louve trapézoïdale, dispositif rare sur le site pour autant que nous puissions en juger après une rapide prospection. Un troisième bloc de geison est probablement en place dans l’assise en élévation. Nous avons observé qu’une de ses faces de joint avait été retaillée pour entrer dans cette construction circulaire. Ce geison appartient à la même série que les geisa du tempietto proche et a toutes chances d’en provenir. Ces observations rendent nécessaire l’établissement d’un nouveau relevé. Elles poussent aussi à s’interroger sur la fonction de cet édifice dont E. de Miro faisait une tholos à fonction religieuse. Il nous semble à l’examen impossible de restituer des murs porteurs sur ces fondations. Leur relative minceur et l’irrégularité de leur lit d’attente rendent invraisemblable qu’ils se soient élevés à une grande hauteur et aient pu recevoir le poids d’une toiture. Nous sommes donc amenés à formuler l’hypothèse d’une construction hypèthre formée de murs de faible hauteur voire de simples parapets, un type d’édifice très différent des édifices religieux connus dans le monde grec sous l’appellation de tholos (Delphes, Épidaure).

Fig. 12 – Vue aérienne de la tholos.

Fig. 12 – Vue aérienne de la tholos.

Cl. J. White.

37On connaît quelques rares édifices circulaires hypèthres qui présentent une analogie avec le nôtre. On citera le kyklos de Délos et l’aire circulaire de Yeronisos (Chypre). Il s’agit, pour Délos, selon J.-Ch. Moretti, d’une installation où se tenaient les ventes aux enchères des esclaves. Notre tholos étant mitoyenne d’un portique, il nous semble difficile de retenir cette hypothèse sans avoir d’abord clarifié la chronologie relative entre ces deux édifices.

38À Chypre, une installation sur plan circulaire a été fouillée dans le sanctuaire d’Apollon, à Yeronisos : elle a été identifiée par J.B. Connelly comme aire pour des danses sacrées. Seule la ressemblance des plans autorise un rapprochement pour l’instant indémontrable avec la tholos d’Agrigente. Bien que cette dernière soit de dimensions plus importantes, on peut aussi mentionner le Rundbau de Kaunos, à la frontière caro-lycienne, à fonction inconnue mais forcément religieuse (dans un sanctuaire et renfermant une pierre sacrée). Au stade actuel des investigations, il nous paraît difficile de proposer une quelconque identification pour l’édifice d’Agrigente qu’E. de Miro comparait à la tholos d’Érétrie, selon nous très différente.

39Outre la question de la fonction de la tholos, il nous reste à résoudre le problème de son rapport avec le portique. Le mur de fond de ce dernier est fondé sur l’unique assise conservée d’un mur plus ancien identifié par E. de Miro comme « mur de temenos ». Ce mur était construit en grand appareil rectangulaire. Au-dessus de cette assise, le mur de fond du portique est construit avec de nombreux remplois, comme l’est aussi la tholos, remplois issus, au moins pour certains, des temples de la terrasse, détruits. On peut par conséquent se demander si les deux édifices ne sont pas contemporains, contrairement à ce qu’écrivait E. de Miro qui considérait que la tholos avait coupé un portique déjà existant. Ce problème de chronologie relative sera – nous l’espérons – résolu l’an prochain grâce aux nouveaux sondages que nous comptons mener à l’ouest et au sud, au contact entre la tholos et le stylobate du portique.

Blocs errants non attribuables à la tholos

40Trois blocs gisant sur la ruine ne lui appartiennent sans doute pas. Cependant, nous les avons inventoriés et enregistrés sous le préfixe TH. Nous indiquons la longueur en façade, profondeur et hauteur du bloc.

41TH001 : 58 × 26 × 55. Carreau au parement stuqué presque entièrement conservé. Une face de joint.
TH002 : 56,5 × 29 × 43. Carreau.
TH003 : dimensions restituées (2 fragments jointifs) : L = 113,5. H min. : 25. Geison ionique ou dorique. Baguette/kymation ionique/gorge/bandeau en saillie au soffite (l = 13), saillie du geison = 29)

42TH001 et TH002 ont toute chance de provenir des temples de la terrasse, à moins qu’ils soient attribuables aux temples de la terrasse des autels circulaires. TH003 présente un profil particulier pour lequel nous n’avons pour le moment aucun parallèle.

Campagne de photographie aérienne

J. White

43Grâce au drone de l’équipe américaine piloté par J. White, Université Wisconsin-Madison, qui s’occupe également du traitement des images, nous disposons désormais d’une couverture photographique très complète de la totalité du sanctuaire des divinités chthoniennes. Ce travail a été grandement facilité par l’implication du directeur du parc qui a obtenu dans de très brefs délais les autorisations de survol (règles de sécurité de plus en plus contraignantes) et celle de V. Caminneci, archéologue du parc, présente sur le terrain avant l’ouverture du site au public, le matin, pendant la durée des vols. Une vidéo promotionnelle est en cours de réalisation.

 

Annexe

Planches I à VIII.

Planches I à VIII.
Haut de page

Bibliographie

Balfet 1983 = H. Balfet, Pour la normalisation de la description des poteries, Paris, 1983.

Chelbi 1992 = F. Chelbi, Céramiques à vernis noir de Carthage, Tunis, 1992.

D’Anna et al. 2003 = A. d’Anna, A. Desbat, D. Garcia, A. Schmitt, F. Verharghe, La céramique : la poterie du néolithique aux temps modernes, Paris, 2003.

De Miro 2000a = E. de Miro, Agrigento I. I Santuari urbani: l’area sacra tra il templo di Zeus e porta V, Testo, Rome, 2000 (Bibliotheca archaeologica, 28).

De Miro 2000b = E. de Miro, Agrigento I. I Santuari urbani: l’area sacra tra il tempio di Zeus e porta V, Figure e tavole, Rome, 2000 (Bibliotheca archaeologica, 28).

De Miro 2003 = E. de Miro, Agrigento II. L’Asklepieion. I santuari extraurbani, catalogo dei materiali a cura di V. Calì e S.C. Sturiale; monete a cura di E. Oteri, Rubbettino, 2003.

Desbat – Schmitt 2003 = A. Desbat, A. Schmitt, Techniques et méthodes d’étude, dans D’Anna et al. 2003, p. 7-84.

Montagu 1971 = J. Montagu, Technologie des céramiques à vernis rouge, dans Revue Archéologique du Centre de la France, 10, 1971, p. 106-118.

Païn 2015 = S. Païn, Manuel de gestion du mobilier archéologique ; méthodologie et pratiques, Paris, 2015 (DAF, 109).

Picon 1973 = M. Picon, Introduction à l’étude technique de la céramique sigillée de Lezoux, Dijon, 1973.

Puglisi 2009 = M. Puglisi, La Sicilia da Dionisio i a Sesto Pompeo: Circulazione e funzione della moneta, Messine, 2009.

Py 1993 = M. Py, Dicocer : Dictionnaire de céramiques antiques (VIIIe a.C.-VIIe p.C.), Lattes, 1993 (Lattara, 6).

Py 2001 = M. Py, Corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes (fouilles 1963-1999), Lattes, 2001 (Lattara, 14).

Tréziny 2018 = H. Tréziny, Mégara Hyblaea 7. La ville classique, hellénistique et romaine, Rome, 2018 (Collection de l’EFR, 1/7).

Haut de page

Notes

1 Menée par Villareale et Cavalleri en 1836, sans doute à partir des éléments de deux édifices de date différente.

2 De Miro 2000, fig. 42.

3 De Miro 2000, fig. 41.

4 De Miro 2000, fig. 42.

5 Païn 2015.

6 Picon 1973, p. 59-70.

7 De Miro 2000, p. 116.

8 Cuisson réductrice – post-cuisson oxydante.

9 Les températures antiques sont généralement comprises entre 800°C et 1000°C ; seules les céramiques sigillées atteignent les 1050°C, Desbat – Schmitt 2003, p. 36-41.

10 Les argiles siliceuses ou non calcaires ont un pourcentage de chaux compris entre 0 et 6 %. Ce faible pourcentage rend la pâte plus résistante à la cuisson.

11 Cuisson réductrice – post-cuisson réductrice.

12 Dégraissant très fin (0,05 à 0,1 mm), dégraissant fin (0,1 à 0,25 mm), dégraissant moyen (0,25 à 0,50 mm), dégraissant grossier (supérieur à 0,5 mm) suivant l’échelle granulométrique de A.O. Shepard, reprise par Balfet 1983, p. 53.

13 Py 1993, p. 117.

14 Chelbi 1992, p. 18-19.

15 Montagu 1971, p. 106-118.

16 Le mobilier restant au dépôt archéologique du site d’Agrigente.

17 De Miro 2000 et De Miro 2003 ; Py 1993.

18 Tréziny 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le sanctuaire des divinités chthoniennes et la porte V.
Crédits Cl. J. White.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2 – Localisation des sondages.
Crédits D’après de Miro 2000 ; DAO A. Zanni.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 3 – Nettoyages et début des sondages de la tholos.
Crédits © Mission archéologique française d’Agrigente.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 – Sondage 1, coupe est-ouest.
Crédits Relevés : M. Bernards, A. Zanni ; DAO : A. Zanni.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 5 – Sondage 2. Coupe nord-sud.
Crédits Relevés : S. Rous, A. Zanni ; DAO : A. Zanni.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 6 – Répartition du mobilier par catégorie.
Crédits M. Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 7 – Tableau inventaire du mobilier archéologique.
Crédits M. Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8 – COM-CL (céramique commune claire), type 1.
Crédits Cl. M.Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 9 – COM-CL (céramique commune claire), type 2.
Crédits Cl. M.Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 10 – Répartition des catégories de céramiques par NR et NMI.
Crédits M. Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 11 – Tableau typo-chronologique des formes identifiées.
Crédits M. Bernier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12 – Vue aérienne de la tholos.
Crédits Cl. J. White.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Planches I à VIII.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/2816/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Cavalier, « Mission archéologique « Sanctuaire des divinités chthoniennes d’Agrigente » », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Sicile, mis en ligne le 02 juillet 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/cefr/2816

Haut de page

Auteur

Laurence Cavalier

Ausonius, Université Bordeaux Montaigne – laurence.cavalier@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

  • Thignica [Texte intégral]
    Rapport final quadriennal 2011-2015
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb
  • Thignica [Texte intégral]
    Rapport sur les missions effectuées en 2012
    Paru dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals