Navigation – Plan du site
2019

L’élevage transhumant en Italie centrale

Stéphane Bourdin et Maria Paola Castiglioni
École française de Rome, Université Lumière Lyon 2 - UMR 5189 HiSoMa, Université de Grenoble-Alpes

Texte intégral

  • 1 Le programme TRAN vise à étudier les vestiges d’activités pastorales – le déplacement des troupeaux (...)

1Au mois d’août 2018 a été conduite une campagne de prospections et d’étude des vestiges de l’activité pastorale dans les Abruzzes, dans la région de L’Aquila, dans le cadre du programme TRAN. L’élevage transhumant en Italie centrale (EFR, 2017-2021)1. Cette campagne visait à documenter les vestiges liés à l’activité pastorale dans deux espaces complémentaires : la zone de moyenne montagne à l’est de la ville de L’Aquila (haut plateau des Rocche, conque de Castelvecchio Subequo, vallée de l’Aterno et haut plateau de Barisciano-Navelli) et le secteur des pâturages d’estive de Campo Imperatore, sur le versant nord du Gran Sasso (2912 m).

Fig. 1 – Carte de la région étudiée.

Fig. 1 – Carte de la région étudiée.

Élaboration S. Bourdin.

2Le pastoralisme existe depuis une époque très ancienne dans la région, de même que la pratique de l’estivage, le déplacement périodique du bétail des pâturages de la vallée vers ceux de l’alpage. La date d’apparition de la transhumance méditerranéenne, à longue distance, entre les pâturages littoraux et les pâturages de montagne est en revanche discutée. Si on l’associe en général à la domination romaine et au développement de l’ager publicus, à partir du IIIe siècle av. J.-C., on a pu aussi supposer que la transhumance horizontale existait à une époque plus ancienne. Il est donc nécessaire de mieux connaître les vestiges matériels de cette activité économique pour en préciser les rythmes de développement.

3L’enquête porte sur deux espaces distincts et complémentaires : les zones « basses » de la vallée du Tirino (alt. min. 320 m), de la conque de Castelvecchio Subequo (alt. min. 440 m), de la vallée de l’Aterno (alt. min. 580 m) et du haut-plateau de Barisciano-Navelli (alt. min. 650 m) d’une part ; les zones « hautes », formées de pâturages d’estive du haut-plateau des Rocche (alt. min. 1250 m), du versant septentrional du massif du Monte Sirente (alt. 2348 m) et du haut-plateau de Campo Imperatore (alt. min. 1500 m). Ces deux secteurs sont étroitement associés et, par des chemins et des routes, on peut passer assez aisément de la vallée du Tirino au haut-plateau de Campo Imperatore (environ 1200 m de dénivelée), en traversant Castel del Monte, ou, en passant par le bourg de Fonteavignone, se rendre de la vallée de l’Aterno au haut-plateau des Rocche (670 m de dénivelée). Les villages de la vallée possèdent encore des pâturages communaux sur le plateau de Campo Imperatore (Paganica, aujourd’hui frazione de L’Aquila, Barisciano, Carapelle Calvisio, etc.), voire des villages d’estive (les pagliare), comme Tione degli Abruzzi, Fontecchio et Fagnano Alto sur le versant nord du Monte Sirente.

Centres fortifiés et vie pastorale

  • 2 Programme Les sites de hauteur des Vestins. Étude archéologique de l’organisation territoriale d’un (...)
  • 3 Les villages sont situés en général sur les premiers contreforts qui encadrent les zones basses de (...)
  • 4 Les sondages conduits au Monte di Cerro ont par exemple mis au jour essentiellement des ossements ( (...)

4On connaît dans la région un grand nombre de centres fortifiés ; la plupart ont été étudiés dans le cadre d’un programme de recherche financé par l’EFR, conduit de 2006 à 20112. Les prospections qu’on y a menées permettent de dater la fréquentation de ces sites : une bonne partie d’entre eux remontent à l’Âge du Fer et sont occupés jusqu’aux VIe-Ve siècles av. J.-C., tandis qu’un certain nombre montrent des traces de réoccupation ou de fréquentation à l’époque romaine, tardo-antique et médiévale. De même qu’existent encore de nos jours des villages3 et des pagliare d’estive, ces centres fortifiés se répartissent entre les vallées et plateaux de moyenne altitude – comme par exemple la couronne de centres fortifiés qui encadrent la conque de Castelvecchio Subequo : Le Spugne-Aia delle Serre-La Sella, Monte Urano, Monte Ventola, Colle San Donato, Colle Cipolla, etc. – et de petits sites fortifiés, disposés sur des sommets étroits et escarpés (par exemple Colle Rischia, alt. 1245 m ; Croce di Picenze, alt. 1327 m ; Monte Cafanello, alt. 1557 m) ou en position dominante par rapport aux pâturages d’estive (Costa Carbone, I Colli, Capo La Piaia). Les vestiges liés à l’économie pastorale dans ces centres fortifiés existent : on y trouve notamment des fragments de faisselles, des fusaïoles et des ossements animaux4.

  • 5 La Regina 1975 ; Capini 1999.
  • 6 Gabba – Pasquinucci 1979, p. 176 et 180.

5D’une manière générale, ces centres fortifiés sont localisés à proximité des grands itinéraires connus par la suite comme pistes de transhumance (tratturi, tratturelli) ; certains n’ont pas hésité à lier les deux et à considérer que les centres fortifiés d’Italie centrale – des Vestins, des Péligniens ou du Samnium – servaient avant tout à contrôler les pâturages et les itinéraires de transhumance5. Et par extension, on en est venu à penser que des accords devaient exister entre les populations préromaines du secteur pour garantir la sécurité des déplacements des animaux sur de longues distances. On pense ainsi habituellement que le réseau des tratturi recouvre en grande partie les calles et uiae publicae utilisés par la transhumance à l’époque romaine6, et probablement aussi à l’époque préromaine. La relation des centres fortifiés, dont certains sont proto-historiques et d’autres d’époque romaine, et des itinéraires publics de transhumance n’est cependant pas évidente et doit encore être étudiée.

6Plusieurs centres fortifiés (Monte Urano, Monte Ventola), dans la commune de Goriano Sicoli, se trouvent en effet à proximité du tracé de la uia Valeria, une des uiae publicae qui étaient empruntées par les troupeaux (et par la suite par le tratturo Celano-Foggia), qui franchissait l’Apennin par deux cols, le col de Forca Caruso (alt. 1107 m) et celui qui sépare le Monte Urano du Monte Serra, à 849 m d’altitude, et permet de redescendre dans la conque de Sulmone. L’enceinte de Monte Urano (alt. 1080 m) contrôle cet itinéraire ; on trouve à son sommet une enceinte en blocs polygonaux, que l’on suit sur 504 m environ, et, en surface, des fragments de vases d’impasto archaïque, de céramique en argile dépurée et de dolia. Ce centre fortifié était relié au col par un sentier, qui sortait de l’accès ménagé dans la fortification.

  • 7 Cette situation a été signalée par Serafino Lorenzo Ferreri par lettre adressée à la Soprintendenza (...)

7Un peu en contrebas, un deuxième centre fortifié, le Monte Ventola (alt. 932 m) contrôle également le passage le long de l’itinéraire. On y trouve une enceinte sommitale, formée d’un large replat et ouverte par deux accès à corridor droit ; le matériel découvert en surface (céramique d’impasto et argile dépurée) fait penser, comme dans le cas précédent, à une datation au premier Âge du Fer jusqu’à l’époque archaïque. Sur le sommet immédiatement à l’est (alt. 883 m), entre Monte Ventola et la uia Valeria, les images LIDAR font apparaître une anomalie, sous la forme d’un circuit de forme ovale, qui ressemble à une enceinte7. Sur le terrain, il n’a toutefois pas été possible de confirmer la présence d’un centre fortifié à cet endroit : la dépression large de 20 m interprétée dans un premier temps comme un fossé défensif n’est qu’un vallon naturel. La colline, remodelée par des tranchées de reboisement du Corpo forestale dello Stato et désormais recouverte d’un bois de pins noirs et de sapins, n’a livré aucun matériel archéologique en surface.

  • 8 CIL IX, 3513 = I², 756 ; cf. Dupraz 2010, p. 271-300.

8Le centre fortifié de Colle Separa (907 m d’altitude) est également situé à proximité d’un tratturo – le tratturo L’Aquila-Foggia cette fois-ci. Le tratturo passe très exactement au pied du versant nord du site, entre le centre fortifié et le uicus de Furfo, dont l’emplacement est encore marqué par le toponyme Farfona et par la petite église qui a livré la célèbre inscription relative à la fondation d’un sanctuaire de Jupiter Liber, fréquenté par les habitants du uicus et par deux communautés voisines, les Fificulani et les Taresuni (ou une seule communauté, les Fifeltares, selon une autre lecture), en 58 av. J.-C.8 Colle Separa possède une vaste enceinte, fermant 7 ha et se présente comme un sommet tabulaire. La muraille s’ouvre par deux portes à recouvrement, l’une au sud et l’autre au nord. Le matériel découvert en surface à l’intérieur de l’enceinte comprend de la céramique d’impasto, qui renvoie à une occupation proto-historique, mais surtout une quantité importante de céramique de la fin de la période républicaine et du début de l’Empire d’une part, et des Ve-VIIe s. apr. J.-C. d’autre part. Colle Separa et Furfo sont donc occupés en partie de façon contemporaine ; la communication de l’un à l’autre centre est relativement aisée, par un sentier qui remontait le versant nord de la colline, jusqu’à la porte septentrionale.

Fig. 2 – Colle Separa, vu du nord.

Fig. 2 – Colle Separa, vu du nord.

Cl. S. Bourdin.

9Lors de la campagne 2018 a également été reprise l’étude du site des Colli. Le mur d’enceinte, qui atteint par endroits 3 ou 4 assises a été suivi sur tout son périmètre, sans que l’on ne décèle la présence d’une interruption dans le circuit correspondant à un accès. Ce dernier devait donc se faire, de chaque côté, au niveau de l’interruption du mur, du côté de la falaise. Outre la présence assez abondante de céramique, cette étrange configuration permet de supposer que le petit enclos des Colli n’était pas destiné à abriter du bétail, mais correspondait plutôt à un point de surveillance des pâturages du haut-plateau des Rocche d’une part et de l’itinéraire antique suivi par l’actuelle route reliant Monticchio à Fonteavignone et Terranera d’autre part. Une campagne de fouille serait souhaitable. Une centaine de mètres en contrebas du site, vers le sud, une concentration de céramique d’impasto correspond peut-être à une habitation (cabane) antique.

Les activités pastorales dans le massif du Gran Sasso

10Le second objectif de la campagne 2018 était de documenter les traces d’activités pastorales dans le secteur des pâturages d’estive, en particulier la zone de Campo Imperatore. Un certain nombre de structures ont été repérées et on peut les classer en plusieurs catégories : des sites d’époques romaine, médiévale et moderne-contemporaine et des structures indatables. En l’absence, pour l’instant, de datations absolues (analyses 14C sur des ossements animaux ou des charbons par exemple), la datation des structures repose en effet sur le matériel découvert en surface et, secondairement, sur la typologie de construction. Or, certaines structures n’ont pas livré de matériel et demeurent énigmatiques. C’est le cas par exemple d’un cercle de pierres d’un diamètre de 10 m [site T3], situé à flanc de coteau, dans le vallon conduisant du lac de Barisciano au lac de Passaneta. Cette structure évoque les tombes à cercles de pierres connues dans la région, notamment autour du centre fortifié de Campo di Monte (commune de Caporciano) et dans la nécropole de Fossa. Cette tombe monumentale pourrait marquer le contrôle familial des pâturages.

Fig. 3 – Le site T3.

Fig. 3 – Le site T3.

Cl. S. Bourdin.

  • 9 Sur ce type de cabanes, cf. Micati 2001 et Micati 2013.

11À la Cote 1661, près du lac de San Pietro (commune de Santo Stefano di Sessanio) se trouvent deux cabanes en pierres sèches9, l’une qui conserve sa couverture « à tholos » et l’autre qui est totalement effondrée [site T4 = V73]. Ces deux cabanes sont bordées d’un vaste enclos, correspondant probablement à un champ épierré et/ou à un enclos pastoral. À l’intérieur de cet enclos et autour des cabanes, on trouve en assez grand nombre (une centaine d’artéfacts) de la céramique de cuisine et à argile dépurée d’époque romaine (républicaine et impériale) et du Haut Moyen Âge, ainsi que de nombreuses scories de fer. Ce matériel n’est toutefois pas associé aux cabanes et à l’enclos, mais plus probablement à une structure antérieure, sur laquelle les cabanes sont construites. On voit encore une série de murs parallèles, dont le plus long mesure 10,20 m de long pour 0,80 m de large, à double parement, qui délimitent un édifice comprenant au moins trois pièces allongées. Il s’agit peut-être d’une bergerie d’époque romaine et il serait, là encore, souhaitable de fouiller cette structure pour le vérifier.

Fig. 4 – Site T4 (Cote 1661), mur à double parement.

Fig. 4 – Site T4 (Cote 1661), mur à double parement.

Cl. S. Bourdin.

  • 10 Gabay 2018.

12L’époque médiévale est bien documentée dans le secteur par la présence de la grange cistercienne de Santa Maria del Monte, qui a récemment fait l’objet d’une étude architecturale précise10. La grange (dépendance de l’abbaye de Santo Spirito di Ocre), fondée vers 1222, est utilisée jusqu’en 1568. Elle a été fouillée à partir de 1997. Autour du complexe, plusieurs habitations saisonnières pour les bergers ont été repérées : des structures avec une couverture voûtée (les condole) ou des abris troglodytes (les locce). Autour de la grange elle-même, plusieurs enclos (les mandroni) pouvaient abriter pour la nuit les troupeaux, jusqu’à une capacité estimée de 4 000 têtes.

Fig. 5 – La grange cistercienne de Santa Maria del Monte.

Fig. 5 – La grange cistercienne de Santa Maria del Monte.

Cl. S. Bourdin.

13Tout autour de Santa Maria del Monte enfin, on note la présence d’abris et d’enclos en général plus récents, mais difficiles à dater comme toutes les structures d’« architecture vernaculaire ». La typologie est variable, mais associe en général une cabane circulaire – parfois quadrangulaire – à un enclos. On trouve ainsi au sud de Santa Maria del Monte, au niveau du col conduisant de Piano Locce au lac de Passaneta, sur la pente du Monte Mesola (alt. 1706 m), deux cabanes à tholos, à la couverture effondrée, d’un diamètre de 7,30 m pour l’une [site T1] et de 7,60 m pour l’autre [site T2], avec un enclos circulaire (diam. 17,70 m) attenant, formé d’un mur en pierres sèches large d’1,80 m.

Fig. 6 – Site T2.

Fig. 6 – Site T2.

Cl. S. Bourdin.

Fig. 7 – Répartition des sites.

Fig. 7 – Répartition des sites.

Élaboration S. Bourdin, fonds GoogleMaps.

14Plus à l’est, autour du Lago San Pietro et sur le versant sud du Monte Bolza (alt. 1904 m) court une piste reliant Castel del Monte aux pâturages d’estive. Tout autour du massif, une série de sources (Fonte Frenda, Fonte di San Cristoforo, Fonte di Assergi, Fonte Zorlana, Fonte del Cane), d’abreuvoirs et de petits lacs (Lago San Pietro, Lago Racollo) permettent d’abreuver le bétail. Une série de structures liées à l’élevage pastoral ont été repérées dans cette zone, très densément occupée : sur les flancs de la colline (alt. 1713 m) au SE de la bergerie romaine signalée plus haut, on trouve ainsi un enclos quadrangulaire [site T5 ; 9,30 × 11 m] appuyé à un affleurement rocheux et flanqué d’une cabane circulaire complètement effondrée. Un tesson de céramique à argile dépurée y a été découvert. En contrebas, dans le vallon de Collalto, outre quelques tas d’épierrement, on voit un enclos circulaire [site T6], avec deux cabanes (une à l’intérieur de l’enclos, l’autre à l’extérieur) et sur le versant en face un autre enclos, cette fois-ci appuyé aux rochers [site T7 ; diam. : 16,60 m]. À proximité, on note la présence de plusieurs cabanes quadrangulaires [site T8, 4,10 × 4 m ; site T9]. De même, sur le versant est du Lago San Pietro, plusieurs cabanes quadrangulaire [site T10], sub-quadrangulaire [site T12] ou circulaire [site T11] sont étagées et adossées à des enclos. Il s’agit d’abris pastoraux et d’enclos pour rassembler les bêtes pour la nuit, sous la garde du berger.

Fig. 8 – Site T5.

Fig. 8 – Site T5.

Cl. S. Bourdin.

Fig. 9 – Site T6.

Fig. 9 – Site T6.

Cl. S. Bourdin.

Fig. 10 – Site T7.

Fig. 10 – Site T7.

Cl. S. Bourdin.

15En redescendant vers Santo Stefano di Sessanio, en revanche, dans le vallon Il Prato (alt. min. 1553 m), on voit encore des traces de champs en terrasses, bordés par des murs en pierres sèches, à l’intérieur desquels on a aménagé des cabanes [site T13]. La cabane la plus élaborée [site T14)], avec une couverture à tholos ménageant un espace interne relativement vaste (2,50 × 1,90 m), possède une fenêtre et des niches dans le mur. Le linteau porte encore, très effacée, une date qui est peut-être « 1851 ».

Fig. 11 – Site T14.

Fig. 11 – Site T14.

Cl. S. Bourdin.

  • 11 Voir Torri et al. 2012 pour la séquence palynologique issue des carottages effectués sur le Piano L (...)

16L’enquête doit encore être étendue aux secteurs occidentaux et septentrionaux du haut plateau. Seules une étude plus approfondie (fouille) et des analyses pédologiques et palynologiques11 permettront de mieux comprendre et de mieux dater ces structures, en particulier celle que l’on suppose pour l’instant être une bergerie d’époque romaine, et de reconstituer plus précisément les rythmes de l’économie pastorale dans la région.

Haut de page

Bibliographie

Capini 1999 = S. Capini, I percorsi tratturali ed il sistema insediativo del Sannio preromano, dans E. Petrocelli (dir.), La civiltà della transumanza. Storia, cultura e valorizzazione dei tratturi e del mondo pastorale in Abruzzo, Molise, Campania e Basilicata, Isernia, 1999, p. 181-191.

Gabay 2018 = N. Gabay, Grangia cistercense di Santa Maria del Monte a Campo Imperatore (L’Aquila). Rilievo e studi di un insediamento medievale della transumanza in Italia Centrale, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [en ligne]. URL : http://journals.openedition.org/cefr/2058 ; DOI : 10.4000/cefr.2058.

Gabba – Pasquinucci 1979 = E. Gabba, M. Pasquinucci, Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia romana (III-I sec. a.C.), Pise, 1979.

La Regina 1975 = A. La Regina, Centri fortificati preromani nei territori sabellici dell’Italia centrale adriatica, dans Colloque international Agglomérations fortifiées illyriennes. Mostar 24-26 octobre 1974, Sarajevo, 1975, p. 271-288.

Micati 2001 = E. Micati, Pietre d’Abruzzo. Guida alle capanne e ai complessi pastorali in pietra a secco, Pescara, 2001.

Micati 2013 = E. Micati, Le capanne a falsa cupola nel Comune di Capracotta, Campobasso, 2013.

Pizziolo et al. 2017 = G. Pizziolo, M. De Silva, N. Volante, D. Cristoferi, Transumanza e territorio in Toscana: percorsi e pascoli dalla Protostoria all’Età contemporanea, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [en ligne], URL : http://journals.openedition.org/cefr/1836 ; DOI : 10.4000/cefr.1836.

Torri et al. 2012 = P. Torri, A. Florenzano, M.C. Montecchi, A. Miola, A.M. Mercuri, Indicatori microscopici di pascolo per ricostruzioni di paleoeconomia e paleoambiente: polline, spore di funghi coprofili e uova di parassiti, dans M.S. Busana (dir.), La lana nella Cisalpina romana. Economia e società. Studi in onore di Stefania Pesavento Mattioli, Padoue, 2012, p. 245-251.

Haut de page

Notes

1 Le programme TRAN vise à étudier les vestiges d’activités pastorales – le déplacement des troupeaux n’étant qu’un élément parmi d’autres – dans deux régions, la Maremme toscane et les Abruzzes internes. Il a déjà donné lieu à des prospections réalisées par l’Université de Sienne (Pizziolo et al. 2017). La présente chronique rend compte du début des opérations de terrain dans les Abruzzes.

2 Programme Les sites de hauteur des Vestins. Étude archéologique de l’organisation territoriale d’un peuple de l’Italie préromaine. La publication, sous forme d’une monographie, des résultats de ce programme est en cours d’achèvement.

3 Les villages sont situés en général sur les premiers contreforts qui encadrent les zones basses de la vallée de l’Aterno, comme Fossa, Sant’Eusanio Forconese, San Demetrio ne’ Vestini, Poggio Picenze ou Rocca di Mezzo, Rocca di Cambio, Rovere et Ovindoli autour des deux dolines des Rocche. Leur altitude varie : les plus bas (Bussi sul Tirino à 360 m d’alt. environ, Capestrano et Castelvecchio Subequo à 500 m d’alt. environ) sont situés en fond de vallée, tandis que certains, sur les versants ou aux portes des pâturages d’estive dépassent les 1000 m d’altitude (Calascio à 1200 m d’alt. environ, Santo Stefano di Sessanio à 1230 m d’alt. environ, Rocca di Mezzo à 1300 m d’alt. environ, Castel del Monte à 1348 m d’alt. environ, Rocca di Cambio à 1430 m d’alt. environ).

4 Les sondages conduits au Monte di Cerro ont par exemple mis au jour essentiellement des ossements (environ 30 fr. d’os, identifiables à 70 %) d’espèces domestiques (suidés, bovidés et ovi-caprinés). Les datations 14C obtenues sur ces fragments oscillent du XIIe s. av. J.-C. (une esquille d’os dans le remplissage de l’enceinte) aux Ier s. av. – Ier s. apr. J.-C.

5 La Regina 1975 ; Capini 1999.

6 Gabba – Pasquinucci 1979, p. 176 et 180.

7 Cette situation a été signalée par Serafino Lorenzo Ferreri par lettre adressée à la Soprintendenza Archeologica Belle Arti e Paesaggio L’Aquila e cratere en date du 9 février 2018.

8 CIL IX, 3513 = I², 756 ; cf. Dupraz 2010, p. 271-300.

9 Sur ce type de cabanes, cf. Micati 2001 et Micati 2013.

10 Gabay 2018.

11 Voir Torri et al. 2012 pour la séquence palynologique issue des carottages effectués sur le Piano Locce (Barisciano).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de la région étudiée.
Crédits Élaboration S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 2 – Colle Separa, vu du nord.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 3 – Le site T3.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 4 – Site T4 (Cote 1661), mur à double parement.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 – La grange cistercienne de Santa Maria del Monte.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 6 – Site T2.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 7 – Répartition des sites.
Crédits Élaboration S. Bourdin, fonds GoogleMaps.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 8 – Site T5.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 9 – Site T6.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 10 – Site T7.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 11 – Site T14.
Crédits Cl. S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3010/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bourdin et Maria Paola Castiglioni, « L’élevage transhumant en Italie centrale », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, mis en ligne le 29 juillet 2019, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cefr/3010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cefr.3010

Haut de page

Auteurs

Stéphane Bourdin

Université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HiSoMa, stephane.bourdin@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Maria Paola Castiglioni

Université de Grenoble Alpes, maria-paola.castiglioni@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals