Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesLes cités vésuviennes2018Théâtres de Pompéi

2018

Théâtres de Pompéi

Campagnes 2017
Éloïse Letellier-Taillefer et Guilhem Chapelin
École française de Rome – Centre Jean Bérard, Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155 CNRS-AMU), Parco Archeologico di Pompei

Entrées d’index

Index géographique :

Pompéi
Haut de page

Notes de la rédaction

Éloïse Letellier-Taillefer (EFR) assure la coordination scientifique du projet. Guilhem Chapelin, architecte (CJB) a participé à l’étude des blocs de la summa cavea et au relevé photogrammétrique des parois du couloir VIII 7, 20. Thomas Crognier, photographe, et Javiera Hiault-Echeverria, dessinatrice, ont participé au relevé graphique et photogrammétrique et à l’étude des graffitis du couloir VIII 7, 20.

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier les institutions qui rendent possibles les recherches menées dans le cadre du projet Teatri di Pompei. Nous adressons en particulier nos plus vifs remerciements aux équipes du Parco Archeologico di Pompei : au directeur général Massimo Osanna, à Grete Stefani, directrice des fouilles et à Laura D’Esposito, alors fonctionnaire responsable de la regio VIII, pour le soutien accordé à ce projet de recherche et le support fourni pendant les campagnes de terrain.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Présentation du projet et premiers résultats dans Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018 ; L (...)

1En 2017 le projet Teatri di Pompei1 a poursuivi ses travaux de terrain dans le cadre de deux brèves campagnes consacrées à des enquêtes thématiques ciblées. La première, conduite sur quelques jours entre février et mars 2017, a concerné l’analyse de la summa cavea du grand théâtre et du dispositif de fixation du velum. La seconde, du 12 au 16 juillet 2017, a permis d’entreprendre le relevé graphique et photographique des graffitis antiques qui couvrent les murs du couloir d’accès aux deux théâtres (VIII 7, 20). Nous exposons ici les résultats préliminaires de ces travaux, dont l’analyse se poursuit.

Étude du dispositif de fixation du velum dans le grand théâtre

  • 2 Ces documents ont fait l’objet de recherches approfondies dont les résultats ont été exposés dans u (...)

2L’enquête sur le dispositif de fixation du velum dans le grand théâtre de Pompéi illustre la situation documentaire complexe de cet édifice. Retrouvé dans un état de conservation exceptionnel sous les matériaux éruptifs du Vésuve à la fin du XVIIIe siècle, il a fait l’objet de restaurations précoces et conséquentes. Celles-ci sont partiellement documentées par les archives et les témoignages des visiteurs du site mais demeurent très mal connues scientifiquement2, alors que l’édifice joue un rôle clé dans le développement de l’architecture théâtrale antique.

  • 3 Voir Graefe 1979, p. 36-40 et pl. 28-35, où l’auteur avait bien repéré que la summa cavea était lar (...)
  • 4 R. Graefe cite pour seule exception, et seulement partielle, l’amphithéâtre de Cassino : Graefe 197 (...)

3Avec la summa cavea et le dispositif de fixation du velum (consoles percées et corniche sommitale avec encastrements pour les mâts), ces restaurations ont touché des vestiges cruciaux pour l’étude des édifices de spectacles antiques, tant par leur conservation exceptionnelle que par leur date précoce et, pour certaines caractéristiques, par leur unicité3. Alors que dans presque tous les édifices de spectacles les consoles soutenant les mâts sont placées à l’extérieur des murs périphériques4, celles de Pompéi sont fixées à l’intérieur. Mais peut-on se fier à cet emplacement actuel, s’il est susceptible d’être issu d’une restauration moderne ? C’est pour répondre à cette question que nous avons croisé une enquête sur la documentation moderne, écrite et graphique, avec l’étude du bâti conservé.

Les restaurations de la summa cavea

  • 5 Cf. García y García 2006, fig. 339, p. 141.
  • 6 Voir les rapports d’intervention du 1er février 1944 au 1er décembre 1946 dans les archives de la S (...)
  • 7 Les photographies des spectacles donnés dans le théâtre dans les années 1950 montrent que la crypta (...)

4Comme l’indiquent les journaux de fouilles, les structures de la summa cavea du grand théâtre, construite lors de l’agrandissement augustéen du bâtiment, ont été retrouvées largement effondrées au moment de leur découverte, même s’il est encore difficile, dans l’état actuel des connaissances, de déterminer la part des bouleversements respectivement dus au séisme de 62-63 et à l’éruption de 79 apr. J.-C. dans cet état de dégradation. Nos recherches sur la documentation moderne indiquent que la crypta, les gradins de la summa cavea et le mur périphérique de cette dernière, qui sert de support aux consoles du velum dans l’état actuel, ont été largement remontés lors d’importantes restaurations menées entre 1793 et 1797. Un tableau de J.‑P. Hackert illustre une première phase de ces travaux, peu avant leur achèvement à la toute fin du XVIIIe siècle (fig. 1, à comparer avec l’état achevé : fig. 2). Par la suite, hormis l’installation d’un mât en bois dans la troisième console, à titre de démonstration (fig. 2), l’état de cette partie du bâtiment n’évolua pas significativement. La summa cavea fut fortement endommagée par le bombardement de septembre 19435. Les structures furent progressivement restaurées dans leur état préalable, entre 19456 et les années 19507, avec la remise en place de certains blocs de la corniche et d’une des consoles du velum qui avait été abattue (fig. 3). Au cours des travaux de reconstruction menés dans le théâtre en 2010, les gradins de la summa cavea, comme tous les autres, ont été entièrement reconstruits en tuf, à l’exception d’une partie située à l’extrémité sud de la summa cavea, entre la porte d’accès et l’angle du bâtiment. Des barrières métalliques ont été installées et des mâts en bois sont aujourd’hui placés dans chacune des consoles remontées au XVIIIe siècle (fig. 4).

Fig. 1 – Détail d’un tableau de J.-P. Hackert peint en 1799 et montrant l’état des restaurations de la summa cavea à une date indéterminée entre 1795 et 1797.

Fig. 1 – Détail d’un tableau de J.-P. Hackert peint en 1799 et montrant l’état des restaurations de la summa cavea à une date indéterminée entre 1795 et 1797.

Attingham Park, Shropshire. National Trust inv. Nr. 608992.

Fig. 2 – Détail d’un panorama sur le quartier des théâtres dessiné par W. Gell avant 1819.

Fig. 2 – Détail d’un panorama sur le quartier des théâtres dessiné par W. Gell avant 1819.

Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l'Art, collections Jacques Doucet, MS 180 (1), p. 40.

Fig. 3 – Vue similaire photographiée en avril 2009.

Fig. 3 – Vue similaire photographiée en avril 2009.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

Fig. 4 – État actuel de la cavea du grand théâtre, après les travaux de 2010.

Fig. 4 – État actuel de la cavea du grand théâtre, après les travaux de 2010.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

  • 8 La position d’O. Navarre dans son article sur le velum pour le Dictionnaire des Antiquités grecques (...)
  • 9 Cf. Overbeck – Mau 1884, p. 164.

5Pour analyser le dispositif du velum, dans quelle mesure peut-on se fier aux restaurations dont les partis-pris remontent au XVIIIe siècle ; faut-il les considérer comme un reflet fidèle de la situation antique8 ? Étant donné la prudence qui caractérisait les projets et méthodes de restauration de Francesco La Vega, on peut supposer que le remontage de ces parties hautes s’appuya sur des indices précis9. Malheureusement, aucun détail n’est donné dans les rapports de fouilles sur la nature de ces indices ni sur l’état de conservation des éléments trouvés en place. On ne sait pas, par exemple, ni quand ni où furent retrouvées les consoles percées du velum ou les blocs de la corniche en tuf qui couronne aujourd’hui le mur périphérique.

  • 10 De Architectura, X, praef. 3-4.
  • 11 Par exemple : Boulenger 1603, p. 33 ; Patte 1782, p. 47 ; Saunders 1790, p. 49 ; évoquant le velum (...)
  • 12 Winckelmann 1764, p. 17 (l. 10-11)
  • 13 Dans son ouvrage spécifiquement consacré à la question du velum R. Graefe mentionne seulement que l (...)

6On peut en premier lieu, en restituant l’état des connaissances sur les vela à la fin du XVIIIe siècle, se demander sur quels éléments extrinsèques Francesco La Vega aurait pu s’appuyer pour proposer la restauration bâtie à Pompéi. Les principales sources à cette époque étaient textuelles : on pouvait se référer notamment à Vitruve, qui soulignait dans son chapitre sur les machines l’importance des dispositifs mécaniques associés aux spectacles, en particulier ceux destinés à tendre les vela10. Dans la littérature antérieure ou contemporaine à Francesco La Vega sur l’architecture théâtrale antique, on ne trouve pas de description précise du dispositif de déploiement du velum, toujours mentionné seulement à partir des diverses sources littéraires à travers lesquelles on l’appréhendait11. On connaissait certes le dispositif du Colisée, mais le plan des amphithéâtres posait des problèmes spécifiques ; le théâtre d’Herculanum n’avait pas livré d’indices matériels sur la disposition du velum12. Même s’il faudrait élargir cette enquête historiographique13, il ne semble pas que Francesco La Vega ait pu s’appuyer sur beaucoup d’autres exemples : tout tend à confirmer que sa restauration se limitait à une remise en place des éléments épars trouvés lors des fouilles, dont on doit interroger la fiabilité. Il est pour cela nécessaire de compléter la documentation d’archives par l’analyse du bâti.

Repérage des parties antiques conservées

  • 14 Par convention, nous décrivons l’édifice comme si son axe de symétrie était parfaitement orienté no (...)
  • 15 Voir Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018, fig. 1.

7C’est dans l’angle sud-ouest de la cavea14 que la conservation des vestiges antiques semble la plus étendue. Le premier plan connu du théâtre, établi par Jean-Augustin Renard en 1778, après les premiers dégagements et avant les restaurations15, montre que cet angle du bâtiment était conservé au moment des fouilles, au moins jusqu’au niveau de circulation dans le forum triangulaire, où s’ouvrait la porte du petit escalier d’accès direct à la summa cavea.

8À cet endroit, du côté intérieur de la summa cavea – grâce à l’érosion des gradins remontés au XVIIIe siècle et à l’intervention limitée des restaurateurs de 2010 – on peut observer la maçonnerie antique. D’après notre analyse des techniques et matériaux employés, elle apparaît conservée jusqu’au départ du couvrement voûté d’une structure creuse sur laquelle nous revenons ci-dessous (fig. 5). Au-dessus de cette structure, l’élévation du mur périphérique de la summa cavea montre en revanche des signes caractéristiques des restaurations de la fin du XVIIIe siècle : hétérogénéité des matériaux, irrégularité de leur mise en œuvre et, indice particulièrement parlant d’après nos observations dans le théâtre, utilisation de blocs de calcaire du Sarno incisés de lignes verticales ou en croix, destinées à simuler des moellons de petit appareil.

Fig. 5 – État actuel des structures antiques dans l’angle sud-ouest de la summa cavea.

Fig. 5 – État actuel des structures antiques dans l’angle sud-ouest de la summa cavea.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

  • 16 Le seul à l’avoir précisément décrite, sans pouvoir déterminer sa fonction, est R. Graefe : Graefe  (...)
  • 17 Du sol actuel jusqu’au départ de la voûte.
  • 18 Graefe 1979, p. 38. Le mortier visible actuellement est-il issu d’une restauration moderne postérie (...)

9La structure antique creuse, dont la fonction n’a encore jamais été expliquée16, ressemble à une canalisation d’environ 60 cm de largeur et 114 cm de hauteur17 délimitée à l’ouest par la partie basse du mur périphérique de la summa cavea et à l’est par un muret maçonné. Le fond de cet espace creux est aujourd’hui plan et couvert de mortier hydraulique mais R. Graefe rapporte avoir observé ce creux se prolonger jusqu’à l’extrados voûté de la crypta18 (fig. 6). Cette structure était originellement couverte d’une voûte maçonnée qui était à son tour dissimulée sous la maçonnerie, aujourd’hui disparue, du dernier rang de gradins de la summa cavea.

Fig. 6 – Coupes sur la crypta et la summa cavea, par R. Graefe. À gauche : au niveau d’un mât du velum ; à droite : entre deux mâts.

Fig. 6 – Coupes sur la crypta et la summa cavea, par R. Graefe. À gauche : au niveau d’un mât du velum ; à droite : entre deux mâts.

Graefe 1979, fig. 24 p. 38.

10La couverture voûtée de cette structure ainsi que les gradins étaient interrompus, à intervalles irréguliers, par des cavités quadrangulaires maçonnées (fig. 7). Celles-ci étaient aménagées autour d’un noyau formé de deux blocs longs en tuf (dimensions de ceux placés sous le 2e mât : 54 × 22 × 18 cm) reposant transversalement sur les parois de la structure creuse et soutenant un troisième bloc en lave (60 × 30 × 18 cm) disposé sur de la maçonnerie, perpendiculairement aux blocs de tuf, de manière à ménager un espace libre entre ce bloc et le mur périphérique (fig. 8).

11Comme l’illustrent les mâts en bois installés en 2010 (cf. fig. 5), la restauration menée à la fin du XVIIIe siècle a consisté à placer les consoles percées du velum dans l’alignement de ces cavités maçonnées, ce qui repose sur leur interprétation comme supports inférieurs pour les mâts du velum. Dans cette hypothèse, le choix de consoles et de supports en lave s’expliquerait bien par la volonté d’utiliser pour les pièces les plus sollicitées (par les frottements liés aux mouvements des mâts pendant les manœuvres ou, lorsque le velum était en place) le matériau de construction le plus résistant à disposition.

Fig. 7 – Structures antiques interprétées comme points d’appui des mâts du velum.

Fig. 7 – Structures antiques interprétées comme points d’appui des mâts du velum.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

Fig. 8 – Coupe E-O sur la summa cavea du grand théâtre de Pompéi, au niveau du 1er mât du velum.

Fig. 8 – Coupe E-O sur la summa cavea du grand théâtre de Pompéi, au niveau du 1er mât du velum.

G. Chapelin, É. Letellier-Taillefer.

  • 19 Voir Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018, notamment fig. 6, pour une analyse de la façade (...)

12Un autre indice archéologique, encore jamais relevé, à notre connaissance, vient compléter ces observations sur la conservation du bâti antique dans ce secteur. À l’extérieur du théâtre, dans l’angle formé par le mur du forum triangulaire et la façade sud de la cavea, on conserve une descente d’eau, constituée de tubes en terre cuite emboîtés, fixés dans l’angle du mur avec du mortier (fig. 9). Leur présence confirme la hauteur de conservation des vestiges antiques jusqu’à la structure creuse préalablement décrite. L’emploi de techniques modernes dans une très grande partie de cette façade sud19 révèle cependant que seul l’angle était préservé, tandis que le reste des élévations durent être largement remontées.

Fig. 9 – Angle sud-ouest de la cavea vu depuis le sud, au niveau de circulation de la terrasse intermédiaire entre théâtres et forum triangulaire, avec une vue de détail de la descente d’eau.

Fig. 9 – Angle sud-ouest de la cavea vu depuis le sud, au niveau de circulation de la terrasse intermédiaire entre théâtres et forum triangulaire, avec une vue de détail de la descente d’eau.

À l’arrière-plan on distingue les mâts remontés dans les consoles de fixation du velum.

Cl. Th. Crognier, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

13Pour conclure, la partie haute de la summa cavea est bien une reconstruction entièrement moderne. Mais pour la disposition des consoles percées ainsi que pour celle des creusements destinées à laisser passer les mâts du velum dans les blocs de la corniche de couronnement en tuf, les restaurateurs du XVIIIe siècle se sont placés à l’aplomb des supports maçonnés que nous avons décrits et qui – pour les trois premiers d’entre eux au moins – sont bien antiques. La hauteur du dispositif et la disposition de la corniche n’étaient, quant à elles, peut-être pas assurées.

Fiabilité de la restauration du dispositif de fixation du velum

  • 20 Dimensions moyennes de la partie visible = 53 × 42 × 17 cm. Dimensions moyennes de la cavité pour l (...)

14Il est donc nécessaire d’interroger la fiabilité de cette interprétation : le caractère unique de la disposition des consoles du velum à l’intérieur et non à l’extérieur de la summa cavea pourrait-il s’expliquer par une erreur de leur part ? Pour répondre à cette question, on doit interroger les autres éléments-clés de la restitution du dispositif : les consoles percées en lave20 et la corniche en tuf gris de Nocera (ignimbrite) comportant des cavités pour le passage des mâts à l’aplomb des consoles (fig. 10).

Fig. 10 – Corniche en tuf de la summa cavea présentant des cavités pour le passage des mâts du velum dans l’alignement des consoles percées en lave.

Fig. 10 – Corniche en tuf de la summa cavea présentant des cavités pour le passage des mâts du velum dans l’alignement des consoles percées en lave.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

15Même si la découverte des consoles percées en lave n’est pas mentionnée dans les journaux de fouilles, il paraît peu probable que celles-ci soient le résultat d’une invention des tailleurs du pierre du XVIIIe siècle. Il semble plus raisonnable de penser qu’elles ont été trouvées hors de leur position initiale pendant les dégagements. Reste à savoir si on n’en a trouvé que neuf – et dans ce cas pourquoi – ou bien si on a éliminé ou remployé ailleurs les autres consoles qui auraient été retrouvées mais n’auraient pas été nécessaires à la restauration seulement partielle de la summa cavea. Il est pour l’instant impossible de trancher sur ce point.

  • 21 Nous les avons recensés et numérotés (C1 à C52) en commençant par l’extrémité sud.
  • 22 Notamment les blocs C 12, 13, 14 et 16 : certainement à l’occasion des restaurations des années 195 (...)
  • 23 Nous l’avons numéroté C 53.
  • 24 Ce que la permanence des techniques et outils de taille de pierre depuis l’Antiquité jusqu’à cette (...)

16Notre observation des 52 blocs de la corniche en tuf21 a révélé que, si quelques-uns ont visiblement été remplacés très récemment22, tous les autres présentent des caractéristiques relativement homogènes malgré les variations de dimensions : utilisation du tuf gris de Nocera ; nature et disposition des traces d’outils (grain d’orge et outil à tranchant plat) ; profil de mouluration comprenant un talon droit, souvent assez saillant et proportionnellement peu développé en hauteur, encadré de deux bandeaux ; présence de cadres d’anathyrose sur les faces latérales lorsque celles-ci sont visibles ; disposition de la cavité pour le mât toujours dans l’angle d’un bloc. Ces caractéristiques se retrouvent sur un bloc libre de corniche en tuf23 actuellement conservé au pied de la façade occidentale du theatrum tectum, qui incite à penser qu’il s’agit bien d’éléments antiques et non taillés ad hoc au XVIIIe siècle24 (fig. 11, 12).

Fig. 11 – Bloc en tuf de Nocera provenant de la corniche de la summa cavea du grand théâtre, actuellement conservé au pied de la façade occidentale du theatrum tectum.

Fig. 11 – Bloc en tuf de Nocera provenant de la corniche de la summa cavea du grand théâtre, actuellement conservé au pied de la façade occidentale du theatrum tectum.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite

Fig. 12 – Relevé du bloc précédent.

Fig. 12 – Relevé du bloc précédent.

G. Chapelin, É. Letellier-Taillefer.

  • 25 Comme l’avait suggéré l’excellent connaisseur de ce théâtre August Mau : Mau 1908, p. 144.
  • 26 C6, C11.
  • 27 C26, C28, C30, C39.
  • 28 C27, 29, 30, 32, 34, 35, 37, 49, 50.
  • 29 C1, C53.

17Malgré cela, il demeure difficile de déterminer dans quelle mesure la disposition de ces blocs de corniche sur la courbe intérieure de la summa cavea peut être considérée comme fidèle à leur mise en œuvre antique. Certes, certains de ces blocs présentent une forme trapézoïdale plus ou moins marquée, qui pourrait confirmer leur provenance d’un élément courbe25. Cependant, ça n’est pas le cas de tous les blocs, et pour ceux qui présentent cette forme trapézoïdale, le côté le plus large est tantôt du côté de la face de parement26, tantôt du côté de la face arrière27, ce qui ne permet pas de restituer une courbe assurée. Enfin, la présence de mortaises de crampons situées à l’arrière du lit d’attente de plusieurs blocs de la corniche28 ou dans le creusement, observable seulement sur certains blocs, au niveau de l’arête entre lit d’attente et face arrière29, plaide pour une mise en œuvre initiale dans un contexte de grand appareil. On ne voit pas à quoi pouvaient servir ces crampons dans la situation actuelle, où les blocs sont insérés dans une construction maçonnée et couverts d’un sol en mortier de tuileau. Mais, comme c’est souvent le cas à Pompéi, un remploi de blocs de grand appareil n’est pas à exclure.

18La corniche dans son état actuel reproduit donc une situation plausible même si elle n’est ni assurée ni sans doute entièrement fiable. On ne voit pas d’autre endroit où restituer ces éléments de décor. Quant à la disposition inhabituelle des mâts du velum à l’intérieur de la summa cavea, elle pourrait aussi s’expliquer non par une erreur des restaurateurs mais par la disposition particulière du théâtre de Pompéi, mitoyen de l’aile orientale du forum triangulaire : l’absence d’une courbe extérieure libre de ce côté de la cavea empêchait-elle d’y fixer les consoles ? Dans cette configuration avec les consoles à l’intérieur, la traction exercée en haut du mât par le velum devait engendrer un effort de traction considérable sur les consoles. La résistance à la traction n’est pas la qualité première des pierres. Un facteur limitant a donc dû être la solidité des parties de lave les plus sollicitées, celles proches du percement des consoles.

Velum et dispositif hydraulique ?

  • 30 Observable aujourd’hui pour les trois premiers supports à partir de l’extrémité sud-ouest de la cav (...)

19Un dernier problème archéologique se pose à propos des traces de ce dispositif de fixation du velum. On observe qu’au niveau des cavités maçonnées interprétées comme des supports pour les mâts, les parties antiques du mur périphérique de la summa cavea, en appareil irrégulier de calcaire, présentent une bande verticale en fragments de terres cuites architecturales dans l’alignement du mât30. Cette particularité constructive pourrait avoir servi à renforcer et régulariser le mur là où le mât venait s’appuyer (fig. 13).

Fig. 13 – Deuxième support maçonné au-dessus de la structure creuse, la ligne de terre cuite est visible derrière le mât en bois.

Fig. 13 – Deuxième support maçonné au-dessus de la structure creuse, la ligne de terre cuite est visible derrière le mât en bois.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

20Les bandes verticales de terres cuites, visibles avant les travaux de 2010 dans l’alignement de toutes les consoles de mâts (fig. 14), étaient probablement issues, pour une partie d’entre elles, des restaurations du XVIIIe siècle, sur les modèles des trois premières.

Fig. 14 – Crypta et summa cavea du grand théâtre avant les travaux de 2010.

Fig. 14 – Crypta et summa cavea du grand théâtre avant les travaux de 2010.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

  • 31 La dixième console percée en lave s’est brisée, la partie manquante est actuellement conservée au p (...)
  • 32 R. Graefe expliquait la différence de profondeur entre ces bandes de terre cuite par l’« incertitud (...)

21Dans l’alignement des deux derniers mâts conservés31 (fig. 14), les bandes de terres cuites se prolongent à travers la voûte de la crypta et interrompent son imposte en terre cuite à l’intérieur du couloir (fig. 15). Ces deux bandes « traversantes », même si elles sont peut-être aussi en partie restaurées, ne l’ont pas été au hasard32, mais certainement sur la foi d’indices antiques. Nous notons qu’elles apparaissent précisément dans l’alignement du départ de la rigole maçonnée couverte de mortier hydraulique qui court au pied du mur périphérique de la crypta. Ces bandes nous semblent dès lors s’apparenter à des descentes d’eau. On imagine mal pourquoi les restaurateurs auraient « inventé » ce système traversant peu intuitif et on pressent une fonction hydraulique, liée à la structure creuse de la summa cavea.

  • 33 L’éventuel alignement de ces deux descentes d’eau avec les structures du velum correspondantes, dan (...)

22Par ailleurs, on observe aussi deux autres descentes d’eau maçonnées en terre cuite qui débouchent, cette fois, à l’extérieur du mur périphérique de la crypta, dans la paroi en appareil irrégulier de lave et calcaire des latrines ménagées entre la courbe de la cavea du théâtre et le mur du forum triangulaire33. Il y a donc, là encore, un lien entre les structures de la summa cavea et des aménagements liés à l’eau aux étages inférieurs.

Fig. 15 – Descente d’eau en terre cuite provenant de l’étage supérieur au niveau du départ de la rigole maçonnée de la crypta, dans l’alignement du mât n. 9.

Fig. 15 – Descente d’eau en terre cuite provenant de l’étage supérieur au niveau du départ de la rigole maçonnée de la crypta, dans l’alignement du mât n. 9.

Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

23La fonction précise de ce système (évacuation des ruissellements destinée à protéger les mâts du velum des risques de pourrissement ?) sera interrogée lors de prochaines campagnes du projet Teatri di Pompei, que nous souhaitons consacrer au système hydraulique des théâtres. Sa compréhension nous permettra alors peut-être d’affiner notre analyse de la structure creuse de la summa cavea (simple vide destiné à alléger le bâti ou dispositif hydraulique ?) et, par la même occasion, de mieux comprendre comment restituer le dispositif du velum.

Étude des graffitis du couloir VIII 7, 20

24La deuxième campagne de terrain de l’année 2017 a permis d’entamer le relevé graphique et photographique des graffitis qui couvrent les enduits des deux parois du couloir d’accès commun aux deux théâtres (VIII 7, 20) (fig. 16).

Fig. 16 – Le couloir des théâtres de Pompéi (VIII 7, 20), vue générale depuis la rue de Stabies.

Fig. 16 – Le couloir des théâtres de Pompéi (VIII 7, 20), vue générale depuis la rue de Stabies.

Cl. Th. Crognier – EFR/IRAA, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.

  • 34 CIL X, 2414-2457 pour les textes, et Langner 2001 pour les images.
  • 35 Le Gall 1954 ; Maiuri 1958, p. 2832 ; Varone 1994 ; Keegan 2011, p. 183.

25Cet espace aménagé au moment de la construction du theatrum tectum, desservait les deux théâtres depuis la rue de Stabies. Au-delà des deux portes permettant d’emprunter les escaliers d’accès au sommet de la cavea du theatrum tectum, le couloir, qui pouvait être clos, débouche dans l’aditus oriental du grand théâtre. Ses murs étaient couverts d’enduit peint, relativement bien conservé en partie basse, où l’on observe un registre inférieur rouge surmonté d’une bande jaune. Le registre supérieur a presque entièrement disparu. Sur l’ensemble des parties conservées de l’enduit (jusqu’à 1,50 m de hauteur, sur les 27 m de longueur du couloir), on distingue encore de nombreux graffitis, textuels comme figurés. Même si l’érosion progressive de l’enduit rend leur lecture parfois difficile aujourd’hui, la plupart des textes et des images avaient précédemment été lus et recensés un par un34 et quelques études thématiques en ont découlé35.

  • 36 CIL IV, 2437. Cf. Nissen 1877, p. 240 ; Della Corte 1924, p. 33 ; Castrén 1983, note 2, p. 96.
  • 37 CIL IV, 2416 : MICCIO COCIO [..]V TVO PATRI CACANTI CONFREGISTI PIIRAM / MICCIONIS STATVM COSIDERAT (...)
  • 38 Cf. Letellier-Taillefer 2019.

26Les plus anciens graffitis de ce couloir datent de la fin de la République, comme l’indique notamment une date consulaire remontant à 37 av. J.-C.36 Certains ont été partiellement recouverts à l’occasion de l’installation, au pied de la paroi nord, d’une rigole maçonnée couverte de mortier hydraulique. Celle-ci fut peut-être aménagée au moment du raccordement des théâtres à un réseau d’eau sous pression, à l’époque augustéenne ; nous sommes enclins à y reconnaître un urinoir, équipement incontournable dans des lieux de rassemblement tels que les théâtres. Même si la grande majorité des graffitis sont impossibles à dater précisément, il est probable qu’une partie d’entre eux soient postérieurs à cet aménagement : certains évoquent d’ailleurs la fonction d’urinoir37 (fig. 17). Les plus récents remontent sans doute aux dernières années avant l’éruption, le grand théâtre étant alors toujours en fonction38. L’ampleur de la période chronologique concernée se traduit dans l’accumulation et la superposition des tracés, qui dénote également la fréquentation du lieu.

Fig. 17 – Relevé manuel de graffitis dont l’un représente un personnage urinant (mur nord du couloir VIII 7, 20).

Fig. 17 – Relevé manuel de graffitis dont l’un représente un personnage urinant (mur nord du couloir VIII 7, 20).

Relevé J. Hiault-Echeverria, DAO É. Letellier-Taillefer.

27Aussi s’agit-il d’un ensemble d’inscriptions exceptionnel qui matérialise la vivacité de la vie quotidienne et des échanges qui avaient lieu dans cet espace non seulement d’accès, mais aussi sans doute d’attente, de passage, de déambulation ou, peut-être, de séjour prolongé. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de l’aborder non plus seulement comme une collection de mots et d’images de types variés mais comme un ensemble signifiant et complexe, dont nous entendons explorer le fonctionnement global.

28C’est dans ce but que nous avons entrepris un relevé graphique et photographique complet des deux parois. La couverture photographique a été réalisée par Th. Crognier et associée à un relevé topographique de cibles qui permettent d’utiliser les clichés pour élaborer un modèle photogrammétrique des parois sur lequel nous pouvons situer chacun des graffitis et observer leurs relations (fig. 18).

Fig. 18 – Montage des orthophotographies des murs nord (en haut) et sud (en bas) du couloir VII 7, 20 et détails de quelques graffitis en prises de vue RTI.

Fig. 18 – Montage des orthophotographies des murs nord (en haut) et sud (en bas) du couloir VII 7, 20 et détails de quelques graffitis en prises de vue RTI.

Cl. et montage Th. Crognier – EFR/IRAA.

29Le relevé graphique manuel, effectué au calque, n’a pas pu être exhaustif dans le temps imparti mais une grande majorité des graffitis a tout de même été couverte. Cette approche physique directe nous a notamment permis de repérer différents types d’outils utilisés, plus ou moins pointus ou tranchants. Le relevé manuel nous a également amenés à faire l’expérience des gestes d’écriture sur le mur, ce qui nous a par exemple conduits à émettre l’hypothèse de possibles séjours prolongés dans ce couloir, puisque nous avons pu constater que certains dessins ont nécessairement été réalisés en position assise au sol.

  • 39 Cette technique se développe depuis plusieurs années dans le domaine de l’archéologie et en particu (...)

30Enfin, pour quelques ensembles particulièrement complexes ou difficiles à lire, nous avons appliqué la technique de prises de vues RTI (Reflectance Transformation Imaging)39 qui facilite la lecture des graffitis en recomposant un modèle numérique de l’inscription au sein duquel il est possible de faire varier l’orientation d’une source de lumière rasante (cf. fig. 19). Cet outil permet de mieux lire les détails des micro-reliefs de l’incision et peut compléter l’observation à l’œil nu. La technique n’est cependant applicable qu’à de petites surfaces.

Fig. 19 – Exemple de rendus du modèle RTI pour un graffiti représentant un labyrinthe sur le mur sud du couloir.

Fig. 19 – Exemple de rendus du modèle RTI pour un graffiti représentant un labyrinthe sur le mur sud du couloir.

Le détail d’un portrait de profil, mal lisible à l’œil nu, apparaît à côté du labyrinthe, en haut à gauche, sur les deux dernières images.

Cl. et montage RTI Th. Crognier.

 

  • 40 Letellier-Taillefer 2018.
  • 41 Letellier-Taillefer à paraître.

31En raison d’une interruption temporaire de l’activité du projet Teatri di Pompei durant l’année 2018, le traitement des données rassemblées est encore en cours. Certains ensembles de graffitis ont d’ores et déjà pu être analysés dans le cadre d’enquêtes thématiques, par exemple sur les jeux graphiques et de références visuelles autour de schémas de labyrinthes40 ou encore sur l’usage possible de ce couloir comme un lieu de séjour et d’accueil41. Nous poursuivons ces recherches dans le cadre d’une réflexion sur la pluralité des discours qui pouvaient se déployer dans les édifices de spectacles, sur scène et dans les gradins, mais aussi dans les inscriptions officielles affichées sur les monuments comme dans les graffitis qui y furent plus furtivement incisés. Il s’agit d’une des voies de compréhension du fonctionnement de ces édifices comme des lieux publics.

Haut de page

Bibliographie

Boulenger 1603 = J.C. Boulenger, De theatro ludisque scenicis libri duo, Troyes, Chevillot, 1603.

Capelle 2017 = J. Capelle, Reflectance Transformation Imaging (RTI) et épigraphie, dans RAAN. Recherche en architecture, archéologie et numérique – un blog de l’IRAA, publié le 20/02/2017 : https://raan.hypotheses.org/1326

Castrén 1983 = P. Castrén, Ordo populusque Pompeianus: polity and society in Roman Pompeii, Roma, 1983.

Della Corte 1924 = M. Della Corte, Iuventus: Un nuovo aspetto della vita pubblica di Pompei finora inesplorato, studiato e ricostruito con la scorta dei relativi documenti epigrafici, topografici, demografici, artistici e religiosi, Arpino, 1924.

Dessales et al. 2016 = H. Dessales, J. Ponce, C. Boust, G. Chapelin, M. Carrive, J. Cavero, A. Coutelas, R. Deiana, M. Di Ludovico, G. De Martino, J. Dubouloz, É. Letellier-Taillefer, A. Maigret, G. Manfredi, F. Marchand-Beaulieu, A. Milanese, C. Modena, F. Monier, A. d’Harcourt-Péron, A.-B. Pimpaud, A. Prota, E. Rizzo, A. Rossi, A. Santoriello, A. Tricoche, M.R. Valluzzi, Pompéi. Villa de Diomède. Campagne d’étude 2015, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2016 : https://journals.openedition.org/cefr/1543

DiBiasie Sammons 2018 = J.F. DiBiasie Sammons, Application of Reflectance Transformation Imaging (RTI) to the study of ancient graffiti from Herculaneum, Italy, dans Journal of Archaeological Science: Reports, 17, Supplement C, 2018, p. 184‑194.

Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018 = M. Fincker, É. Letellier-Taillefer, S. Zugmeyer, Théâtres de Pompéi – Campagne 2016, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2018 : https://journals.openedition.org/cefr/1853

Frood – Howley 2014 = E. Frood, K. Howley, application of reflectance transformation imaging (rti) in the study of Temple Graffiti, dans E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (dir.), Thebes in the first millenium BC, Newcastle upon Tyne, 2014, p. 625‑638.

Galiani 1790 = B. Galiani, L’architettura di Marco Vitruvio Pollione, Napoli, Fratelli Terres, 1790, 2e éd.

García y García 2006 = L. García y García, Danni di guerra a Pompei: una dolorosa vicenda quasi dimenticata, con numerose notizie sul «Museo pompeiano» distrutto nel 1943, Roma, 2006 (Studi della Soprintendenza archeologica di Pompei, 15).

Graefe 1979 = R. Graefe, Vela erunt: die Zeltdächer der römischen Theater und ähnlicher Anlagen, Mainz am Rhein, 1979.

Isler 2017 = H.P. Isler, Antike Theaterbauten: ein Handbuch, Vienne, 2017.

Keegan 2011 = P. Keegan, Blogging Rome. Graffiti as speech-act and cultural discourse, dans J.A. Baird, C. Taylor (dir.), Ancient graffiti in context, New York, 2011, p. 165‑190.

Langner 2001 = M. Langner, Antike Graffitizeichnungen: Motive, Gestaltung und Bedeutung, Wiesbaden, 2001 (Palilia, 11).

Le Gall 1954 = J. Le Gall, Graffites navals du Palatin et de Pompéi, dans Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, ser. 9, t. 3, 1954, p. 41‑52.

Letellier-Taillefer 2018 = É. Letellier-Taillefer, Textes, images et imaginaire de l’architecture : dans le dédale des graffitis labyrinthiques du couloir des théâtres de Pompéi, dans R. Robert, G. Viard (dir.), Les architectures fictives de l’Antiquité : textes – images, Bordeaux, 2018, p. 179-209.

Letellier-Taillefer 2019 = É. Letellier-Taillefer, Nouvelles recherches sur les théâtres de Pompéi, dans Revue archéologique, 2019, 1, p. 178-184.

Letellier-Taillefer à paraître = É. Letellier-Taillefer, Les édifices de spectacles romains : lieux publics, lieux d’accueil, lieux d’hospitalité ?, dans Topoi, à paraître.

Maiuri 1958 = A. Maiuri, Navalia Pompeiana, dans Rendiconti della Accademia di archeologia lettere e belle arti di Napoli, n.s. 33, 1958, p. 7‑34.

Mau 1908 = A. Mau, Pompeji in Leben und Kunst: mit einem Kapitel über Herculaneum, Zweite verbesserte und vermehrte Auflage mit einem Kapitelüber Herculaneum, Leipzig, 1908.

Navarre s.d. = O. Navarre, Velum et Velarium, dans C. Daremberg, E. Saglio (éd.), Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, s.d., p. 677‑680.

Nissen 1877 = H. Nissen, Pompeianische Studien zur Städtekunde des Altertums, Leipzig, 1877.

Overbeck – Mau 1884 = J. Overbeck, A. Mau, Pompeji in seinen Gebäuden, Altertümern und Kunstwerken, Leipzig, 1884.

Patte 1782 = M. Patte, Essai sur l’architecture théâtrale, ou, De l’ordonnance la plus avantageuse à une salle de spectacles, relativement aux principes de l’optique & de l’acoustique : avec un examen des principaux théâtres de l’Europe, & une analyse des écrits les plus importans sur cette matiere, Paris, Moutard, 1782.

Saunders 1790 = G. Saunders, A treatise on theatres, London, Printed for the author and sold by I. and J. Taylor, at the Architectural library, Holborn, 1790.

Varone 1994 = A. Varone, Erotica pompeiana: iscrizioni d’amore sui muri di Pompei, Roma, 1994 (Studia archaeologica, 71).

Winckelmann 1764 = J.J. Winckelmann, Nachrichten von den neuesten Herculanischen Entdeckungen [édition 1997], Mainz am Rhein, 1764 (Schriften und Nachlass, 2,2).

Haut de page

Notes

1 Présentation du projet et premiers résultats dans Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018 ; Letellier-Taillefer 2019.

2 Ces documents ont fait l’objet de recherches approfondies dont les résultats ont été exposés dans un mémoire de recherche de l’École française de Rome présenté par É. Letellier-Taillefer à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en juin 2017. Certains sont présentés ici, l’ensemble fera l’objet d’une publication dans le cadre du projet Teatri di Pompei.

3 Voir Graefe 1979, p. 36-40 et pl. 28-35, où l’auteur avait bien repéré que la summa cavea était largement restaurée mais manquait d’informations sur ces restaurations ; cf. également Isler 2017, vol. 1, p. 762.

4 R. Graefe cite pour seule exception, et seulement partielle, l’amphithéâtre de Cassino : Graefe 1979, p. 40.

5 Cf. García y García 2006, fig. 339, p. 141.

6 Voir les rapports d’intervention du 1er février 1944 au 1er décembre 1946 dans les archives de la Surintendance.

7 Les photographies des spectacles donnés dans le théâtre dans les années 1950 montrent que la crypta n’était alors pas encore entièrement remontée.

8 La position d’O. Navarre dans son article sur le velum pour le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines était très sceptique : Navarre s.d., p. 677 ; l’affirmation plus récente de H.-P. Isler, qui estime d’emblée que la restauration des consoles à l’intérieur de la cavea est erronée (Isler 2017, vol. 1, note 8047, p. 758 et vol. 2, p. 626) nous semble trop rapide.

9 Cf. Overbeck – Mau 1884, p. 164.

10 De Architectura, X, praef. 3-4.

11 Par exemple : Boulenger 1603, p. 33 ; Patte 1782, p. 47 ; Saunders 1790, p. 49 ; évoquant le velum dans une note de sa traduction de Vitruve, Berardo Galiani, qui disposait d’informations de première main sur les fouilles d’Herculanum et Pompéi, ne mentionne pas d’attestations archéologiques, même dans sa seconde édition : Galiani 1790, note 1, p. 223.

12 Winckelmann 1764, p. 17 (l. 10-11)

13 Dans son ouvrage spécifiquement consacré à la question du velum R. Graefe mentionne seulement que les plus anciennes restitutions du système datent du XVIe s. : Graefe 1979, p. 1.

14 Par convention, nous décrivons l’édifice comme si son axe de symétrie était parfaitement orienté nord-sud.

15 Voir Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018, fig. 1.

16 Le seul à l’avoir précisément décrite, sans pouvoir déterminer sa fonction, est R. Graefe : Graefe 1979, p. 38-39.

17 Du sol actuel jusqu’au départ de la voûte.

18 Graefe 1979, p. 38. Le mortier visible actuellement est-il issu d’une restauration moderne postérieure à 1979, éventuellement des restaurations de 2010 ? Ce point pourrait être clarifié par une investigation dans la partie actuellement comblée de déblais sous les gradins restaurés en 2010.

19 Voir Fincker – Letellier-Taillefer – Zugmeyer 2018, notamment fig. 6, pour une analyse de la façade sud du théâtre.

20 Dimensions moyennes de la partie visible = 53 × 42 × 17 cm. Dimensions moyennes de la cavité pour le mât : 17 × 25 cm.

21 Nous les avons recensés et numérotés (C1 à C52) en commençant par l’extrémité sud.

22 Notamment les blocs C 12, 13, 14 et 16 : certainement à l’occasion des restaurations des années 1950 destinées à réparer les dégâts causés par le bombardement de 1943.

23 Nous l’avons numéroté C 53.

24 Ce que la permanence des techniques et outils de taille de pierre depuis l’Antiquité jusqu’à cette époque aurait rendu difficile à distinguer. Peut-être les « blocs de corniche en pierre tendre » signalés en septembre 1764, alors qu’on découvrait les parties hautes du théâtre font-ils partie de cette série, à moins qu’il ne s’agisse plutôt de la corniche du portique du forum triangulaire. (Rapport du 22 septembre 1764 : « due pezzi di cornice di piperno dolce »)

25 Comme l’avait suggéré l’excellent connaisseur de ce théâtre August Mau : Mau 1908, p. 144.

26 C6, C11.

27 C26, C28, C30, C39.

28 C27, 29, 30, 32, 34, 35, 37, 49, 50.

29 C1, C53.

30 Observable aujourd’hui pour les trois premiers supports à partir de l’extrémité sud-ouest de la cavea.

31 La dixième console percée en lave s’est brisée, la partie manquante est actuellement conservée au pied des gradins de la summa cavea.

32 R. Graefe expliquait la différence de profondeur entre ces bandes de terre cuite par l’« incertitude » des restaurateurs : Graefe 1979, p. 39. Mais au vu de notre analyse des pratiques de restaurations de Fr. La Vega, l’argument ne paraît pas suffisant pour expliquer cette variation.

33 L’éventuel alignement de ces deux descentes d’eau avec les structures du velum correspondantes, dans cette partie centrale, très restaurée, doit encore faire l’objet de vérifications par relevé topographique.

34 CIL X, 2414-2457 pour les textes, et Langner 2001 pour les images.

35 Le Gall 1954 ; Maiuri 1958, p. 2832 ; Varone 1994 ; Keegan 2011, p. 183.

36 CIL IV, 2437. Cf. Nissen 1877, p. 240 ; Della Corte 1924, p. 33 ; Castrén 1983, note 2, p. 96.

37 CIL IV, 2416 : MICCIO COCIO [..]V TVO PATRI CACANTI CONFREGISTI PIIRAM / MICCIONIS STATVM COSIDERATE et le dessin recensé sous le numéro 1263 par M. Langner (cf. fig. 17).

38 Cf. Letellier-Taillefer 2019.

39 Cette technique se développe depuis plusieurs années dans le domaine de l’archéologie et en particulier pour l’analyse des inscriptions et des graffitis historiques, par exemple : Frood – Howley 2014 ; Dessales et al. 2016 ; Capelle 2017 ; DiBiasie Sammons 2018.

40 Letellier-Taillefer 2018.

41 Letellier-Taillefer à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail d’un tableau de J.-P. Hackert peint en 1799 et montrant l’état des restaurations de la summa cavea à une date indéterminée entre 1795 et 1797.
Crédits Attingham Park, Shropshire. National Trust inv. Nr. 608992.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 2 – Détail d’un panorama sur le quartier des théâtres dessiné par W. Gell avant 1819.
Crédits Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l'Art, collections Jacques Doucet, MS 180 (1), p. 40.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 3 – Vue similaire photographiée en avril 2009.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 4 – État actuel de la cavea du grand théâtre, après les travaux de 2010.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 5 – État actuel des structures antiques dans l’angle sud-ouest de la summa cavea.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 6 – Coupes sur la crypta et la summa cavea, par R. Graefe. À gauche : au niveau d’un mât du velum ; à droite : entre deux mâts.
Crédits Graefe 1979, fig. 24 p. 38.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 7 – Structures antiques interprétées comme points d’appui des mâts du velum.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig. 8 – Coupe E-O sur la summa cavea du grand théâtre de Pompéi, au niveau du 1er mât du velum.
Crédits G. Chapelin, É. Letellier-Taillefer.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 9 – Angle sud-ouest de la cavea vu depuis le sud, au niveau de circulation de la terrasse intermédiaire entre théâtres et forum triangulaire, avec une vue de détail de la descente d’eau.
Légende À l’arrière-plan on distingue les mâts remontés dans les consoles de fixation du velum.
Crédits Cl. Th. Crognier, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 10 – Corniche en tuf de la summa cavea présentant des cavités pour le passage des mâts du velum dans l’alignement des consoles percées en lave.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 – Bloc en tuf de Nocera provenant de la corniche de la summa cavea du grand théâtre, actuellement conservé au pied de la façade occidentale du theatrum tectum.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12 – Relevé du bloc précédent.
Crédits G. Chapelin, É. Letellier-Taillefer.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 13 – Deuxième support maçonné au-dessus de la structure creuse, la ligne de terre cuite est visible derrière le mât en bois.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 – Crypta et summa cavea du grand théâtre avant les travaux de 2010.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 15 – Descente d’eau en terre cuite provenant de l’étage supérieur au niveau du départ de la rigole maçonnée de la crypta, dans l’alignement du mât n. 9.
Crédits Cl. É. Letellier-Taillefer, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 – Le couloir des théâtres de Pompéi (VIII 7, 20), vue générale depuis la rue de Stabies.
Crédits Cl. Th. Crognier – EFR/IRAA, avec l’autorisation du Parco Archeologico di Pompei, reproduction interdite.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 17 – Relevé manuel de graffitis dont l’un représente un personnage urinant (mur nord du couloir VIII 7, 20).
Crédits Relevé J. Hiault-Echeverria, DAO É. Letellier-Taillefer.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 18 – Montage des orthophotographies des murs nord (en haut) et sud (en bas) du couloir VII 7, 20 et détails de quelques graffitis en prises de vue RTI.
Crédits Cl. et montage Th. Crognier – EFR/IRAA.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 19 – Exemple de rendus du modèle RTI pour un graffiti représentant un labyrinthe sur le mur sud du couloir.
Légende Le détail d’un portrait de profil, mal lisible à l’œil nu, apparaît à côté du labyrinthe, en haut à gauche, sur les deux dernières images.
Crédits Cl. et montage RTI Th. Crognier.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3246/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Letellier-Taillefer et Guilhem Chapelin, « Théâtres de Pompéi », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 23 septembre 2019, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/cefr/3246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cefr.3246

Haut de page

Auteurs

Éloïse Letellier-Taillefer

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Guilhem Chapelin

Centre Jean Bérard, USR 3133 CNRS-EFR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search