Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie du Sud2019Cimitero di Atella

2019

Cimitero di Atella

Résultats de la mission 2018
Roxane Rocca et Daniele Aureli
École française de Rome, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, Università della Basilicata

Résumés

Le site paléolithique ancien d’Atella en Basilicate a été fouillé et étudié de façon quasi continue depuis les années 1990, tout d’abord sous la direction d’E. Borzatti et depuis 2015 dans le cadre d’un nouveau projet. Les premières années du projet ont été consacrées à la révision du contexte chrono-stratigraphique et de l’attribution techno-culturelle des occupations de Cimitero di Atella. Si les précédents travaux avaient mené à l’identification de plusieurs occupations remobilisées à la suite de phénomènes post-dépositionnels, la fouille de cette année a permis d’entrevoir l’existence d’un niveau moins perturbé, offrant des perspectives d’études renouvelées.

Haut de page

Texte intégral

Les nouvelles recherches menées à Atella sont financées par l’École française de Rome, dans le cadre de l’axe 2 du projet quinquennal PALEO. Les recherches sur place sont soutenues par la Commune d’Atella et la région Basilicate. L’autorisation de fouille et d’étude du matériel nous est confiée par La Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio della Basilicata. Les cahiers de fouilles, ainsi que les anciennes collections, sont conservés au Museo archeologico nazionale del Melfese, et accessibles grâce à la bienveillance du professeur E. Borzatti von Löwenstern. Les analyses et missions de terrains sont prises en charge par les institutions des chercheurs qui collaborent au projet :
Jean-Jacques Bahain (UMR 7194 HNHP) ; Paolo Beneduce (Università degli Studi della Basilicata) ; Francesco Boschin (Università degli Studi di Siena) ; Paola Di Leo (CNR – IMAA) ; Federico Di Rita (Sapienza Università di Roma) ; François Fouriaux (École française de Rome) ; Paolo Giannandrea (Università degli Studi della Basilicata) ; Salvatore Ivo Giano (Università degli Studi della Basilicata) ; Dario Gioia (CNR – IBAM) ; Donatella Magri (Sapienza Università di Roma) ; Sebastien Nomade (UMR 8212, LSCE) ; Alison Pereira (École française de Rome) ; Raffaele Sardella (Sapienza Università di Roma) ; Marcello Schiattarella (Università degli Studi della Basilicata) ; Roberto Sulpizio (Università degli Studi di Bari Aldo Moro) ; Pierre Voinchet (UMR 7194 HNHP) ; Maurizio Zambaldi (Università degli studi di Trento). Nous remercions également chaleureusement l’équipe de fouille et notamment Lucie Germond (Université Paris Nanterre) ainsi que les habitants d’Atella.

Introduction

  • 1 Borzatti et al. 1997 ; Abruzzese et al. 2016 ; Rocca – Aureli – Abruzzese 2018.
  • 2 Carbonell et al. 1999 ; Carbonell – Rodríguez 2006 ; Arzarello – De Weyer – Peretto 2016 ; Arzarell (...)
  • 3 Moncel et al. 2013 et 2018 ; García-Medrano et al. 2014 ; Mosquera et al. 2016 et 2018.

1Le gisement de Cimitero d’Atella, découvert dans les années 1990 et fouillé pendant une vingtaine d’années par le Professeur E. Borzatti a livré une séquence archéologique permettant à plusieurs titres d’aborder la question du peuplement et des changements techniques à un moment clé du Paléolithique européen1. En effet, l’attribution chronologique des occupations, aux alentours de 600 000 ans, les place à un moment charnière entre la première vague des peuplements de l’Europe qui remonte à environ 1 000000 d’années2 et l’émergence du phénomène technique bifacial connu en Europe méditerranéenne entre 700 et 500 000 ans3. Les sites ayant livré des bifaces durant cette phase ancienne sont extrêmement rares et ces pièces y représentent toujours une part extrêmement ténue au sein des assemblages. La précision de l’attribution chronologique des occupations d’Atella, principalement due à la présence de niveaux d’origine volcanique, ainsi que la pluralité des chaînes opératoires représentées (bifaces, mais aussi petits outils et débitage) nous offrent donc l’opportunité d’aborder la question de l’émergence du phénomène bifacial et de la place de ces outils dans le panorama du Paléolithique ancien.

2Si ces questions d’ordre diachroniques sont essentielles pour la compréhension de l’évolution des techniques au Paléolithique, la nature de l’enregistrement archéologique connu à Atella ne nous permettait pas jusque-là de nous intéresser à des aspects plus synchroniques de ces occupations. En effet, les analyses préliminaires menées sur le matériel archéologique et les dépôts eux-mêmes nous indiquent que l’ensemble archéologique principal (niveau F de Borzatti) est le résultat d’une accumulation en position secondaire probablement liée à un phénomène de colluvion. Si l’assemblage lithique et faunique découvert dans ces niveaux est cohérent d’un point de vue technique et environnemental, il est probablement le résultat d’un mélange et peut-être de différentes occupations. Si à l’échelle du Paléolithique ancien ce mélange reste représentatif d’une fourchette chronologique courte, il n’en reste pas moins qu’un certain nombre d’études, notamment tracéologiques, techno-économiques et spatiales ne peuvent être entreprises sur cet ensemble.

3C’est donc dans le but d’aborder les questions économiques, spatiales et techniques à une échelle plus fine que nous avions entrepris en 2017 de fouiller sur 1 m2 test un autre niveau au sommet de l’ensemble F. La présence au-dessus de l’ensemble F d’un niveau de tephra (I) nous laissait donc entrevoir la possibilité de découvrir une occupation mieux conservée qui aurait été rapidement recouverte par les cendres volcaniques. La mission 2018 s’est donc concentrée sur cet épisode particulier au sein de la séquence, entre le colluvion et l’arrivée du tephra. Les premières observations sur ce niveau nous permettent d’émettre l’hypothèse selon laquelle nous aurions affaire à un niveau d’occupation mieux conservé à Atella, donnant accès à une temporalité plus courte d’occupation ouvrant de nouvelles perspectives interprétatives.

Présentation du site

4Le site de Cimitero di Atella se trouve dans le sud de l’Italie, dans le village actuel d’Atella dans la province de Potenza en Basilicate. Il est situé dans le bassin d’Atella qui a été l’objet d’une forte activité tectonique, par sa position à la croisée des lignes de faille de la fossa bradanica et de la Vulture Line. La région est également marquée par l’importance des activités volcaniques, notamment liées à la proximité avec le Mont Vulture (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation du site.

Fig. 1 – Localisation du site.

R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.

Historique des recherches à Atella

  • 4 Borzatti von Löwenstern 1998 ; Borzatti von Löwenstern et al. 1990 et 1997.
  • 5 Ciolli 1997 ; Zucchelli 1999, 2000 et 2002.
  • 6 Borzatti von Löwenstern et al. 1990 et 1997.

5Après sa découverte dans les années 1990, la fouille a été dirigée par le professeur E. Borzatti pendant plus de 20 ans. Les nombreuses publications sur le site et la région ont permis d’établir un cadre chrono-stratigraphique de référence pour la région et de rapporter le site d’Atella au Paléolithique inférieur4. Cette attribution à environ 600 000 ans s’avérait également cohérente avec les restes de faunes attribués à Palaeoloxodon antiquus ainsi qu’à Bos primigenius et à différentes espèces de cerfs5. La présence « bifaces » au sein de l’outillage lithique a conduit les auteurs à attribuer Cimitero di Atella à l’Acheuléen archaïque6.

  • 7 Pereira 2017.
  • 8 Di Muro 1999 ; Schiattarella et al. 2005 ; Giannandrea et al. 2006 ; Villa – Buettner 2009 ; Di Leo (...)
  • 9 Rocca – Aureli – Abruzzese 2018.

6La reprise des travaux à Atella en 2014 nous a conduit à préciser l’attribution chrono-stratigraphique et à revoir l’interprétation culturelle du matériel archéologique. Concernant le cadre chronostratigraphique, les premières observations permettent de confirmer l’attribution préliminaire qui avait été proposée par E. Borzatti à environ 600 000 ans, sur la foi des résultats des datations absolues7 et des corrélations avec la séquence type du Vulture8. D’un point de vue stratigraphique, quatre grands épisodes ont été enregistrés dans le bassin d’Atella au cours du Pléistocène moyen9 :

  • présence d’un lac contenant des sédiments volcanique (niveaux inférieurs) ;

  • assèchement progressif du lac et mise en place d’un environnement plus marécageux. C’est au cours de cet épisode qu’a lieu la première fréquentation du site par les groupes humains (base ensemble F) ;

  • un ou plusieurs épisodes de démantèlement des bordures du lac probablement liés à l’activité éruptive du Vulture (ensemble F) ;

  • un niveau de cendre volcanique (tephra I) ;

  • mise en place d’un cours d’eau, dont témoigne l’accumulation de dépôts de sables fins à moyens, entrecoupés d’évènements éruptifs (ensemble L).

  • 10 Abruzzese – Aureli – Rocca 2016 ; Rocca Abruzzese – Aureli 2018.
  • 11 Aureli et al. 2016 ; Rocca – Abruzzese – Aureli 2016 ; Rocca 2016.
  • 12 Barsky – de Lumley 2010 ; Gallotti – Peretto 2015 ; Mosquera et al. 2018 ; Rocca Abruzzese – Aure (...)

7Concernant l’industrie lithique la nouvelle étude technologique du matériel issu des fouilles Borzatti, ainsi que les premières observations sur le matériel des campagnes 2016 et 201710 a permis d’apporter de nouveaux éléments sur la collection issue des anciennes fouilles et de nuancer certaines interprétations. Trois chaînes opératoires principales ont été identifiées. Les indices d’une chaîne opératoire de confection de « petits outils »11 sont bien représentés sous la forme des outils mêmes ainsi que de petits éclats d’encoches et de retouches caractéristiques. Une chaîne opératoire de débitage a également été identifiée. Le nombre des « macro-outils » découverts en contexte stratigraphique dans le niveau F a été considérablement réduit. Le support sélectionné est plano-convexe : il s’agit souvent d’un grand éclat ou d’une portion de galet, le façonnage concerne généralement une seule face et jamais tout le volume du support. Plusieurs types de tranchant ont été aménagés sur ces pièces, qui devront être comparées avec celles découvertes lors des missions 2016, 2017 et 2018. Ces premières observations sur les industries lithiques d’Atella sont cohérentes avec ce que l’on connaît des systèmes techniques de cette période en Europe méditerranéenne. En effet, outre la présence de rares bifaces, le débitage d’éclats et la confection de petits outils semblent représenter une part importante des assemblages de nombreux sites entre 800 et 400 000 dans le sud de l’Europe12.

8En ce qui concerne l’assemblage faunique, les observations préliminaires sur les collections anciennes et les deux dernières années de fouille indiquent que le matériel est très fragmenté et contient donc peu de restes déterminables tandis que l’état de conservation apparaît très variable au sein même d’un ensemble. La présence de Palaeoloxodon, de cervidés, de daims et de bovidés est confirmée, même si la distinction entre Bos et Bison est encore à démontrer. Les carnivores et petits animaux (types lagomorphes) sont également absents à ce jour.

Résultats de la campagne 2018

Un niveau « en place » ?

9Durant la mission 2018 l’équipe s’est principalement concentrée sur la fouille d’un nouveau secteur (fig. 2) donnant accès au sommet de l’ensemble F (colluvion) représentant la fraction la plus fine de l’accumulation, directement sous-jacent au niveau de tephra (I). Les premières observations stratigraphiques nous permettent de corréler cet évènement avec le dépôt de la défense la plus au nord (fig. 2), elle aussi recouverte par le même tephra. Le dégagement du niveau de tephra sur l’aire ouverte cette année nous a donc permis de mettre au jour une surface irrégulière correspondant à la situation topographique précédant l’arrivée des cendres volcaniques. Plusieurs éléments nous permettent d’émettre l’hypothèse selon laquelle ce niveau archéologique serait le résultat d’une histoire taphonomique différente, ayant subi moins de phénomènes de perturbation post-dépositionels que le reste de l’ensemble F. Tout d’abord, nous constatons une importante concentration de matériel archéologique, notamment d’éléments de petite taille (fragments de faune, dents et débris de taille). Ensuite, le matériel lithique présente un bon état fraîcheur (fig. 3), les doubles patines sont absentes et aucun élément lithique naturel n’est présent dans la matrice sédimentaire. Enfin l’état de conservation des restes fauniques apparaît également bon et selon les premières observations certains ossements pourraient présenter des traces d’actions anthropiques (traces de découpe et de percussion). De plus, certains restes de faune, découverts immédiatement sous le téphra présentent des dimensions relativement importantes difficilement compatibles avec des processus de remaniement très violents (cf. infra, fig. 5). Si la surface fouillée est encore limitée, le pendage des pièces relevées est majoritairement horizontal et leur direction hétérogène, contrairement à ce qui a été observé dans les niveaux sous-jacents de l’ensemble F où les pièces sont généralement sur champs ou verticales. Ces éléments sont cohérents avec la granulométrie de la matrice sédimentaire qui est relativement fine et exempte de clastes moyens comme observé encore une fois dans des niveaux inférieurs. Si des analyses micro-morphologiques sont en cours pour tenter de comprendre les différents évènements qui ont conduit à la mise en place de l’ensemble F, tous les éléments mis en évidence (répartition, position et état de surface du matériel, sédiments, etc.) tranchent avec les caractéristiques des autres niveaux de l’ensemble F. En l’état des données, il apparaît que la surface fouillée cette année pourrait être le résultat d’une accumulation anthropique rapidement recouverte par l’arrivée du téphra. Nous pourrions donc avoir affaire à un ou à des niveaux d’occupation anthropique en position sub-primaire de nature totalement différente de ce qui était connu jusque-là à Atella. Ces premières hypothèses, qui devront être confirmées par des études complémentaires, engagent à poursuivre les recherches sur ce niveau qui ne pourra être atteint que grâce à une extension de l’aire de fouille.

Fig. 2 – Aire fouillée en 2018.

Fig. 2 – Aire fouillée en 2018.

R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata. Modifié d’après Fr. Fouriaux.

Matériel archéologique

10En 2018, 265 pièces lithiques ont été relevées. Il s’agit principalement d’éclats de petite dimension en silex relativement frais (fig. 3, no 1, 2), mais une dizaine de petits outils ont également été découverts (fig. 3, no 4, 5). Si pour le moment aucun remontage n’a été réalisé, les premières observations technologiques nous indiquent qu’il s’agit d’indices cohérents d’une chaîne opératoire de confection de petits outils, où toute la gamme des types de tranchant et des éclats de retouche/confection est représentée (éclat d’encoche, éclat de retouche emportant un ancien bord d’outil, etc.). Si les indices clairs d’une chaîne opératoire de débitage autonomes sont rares (fig. 3, no 3), la troisième chaîne opératoire connue à Atella est également présente puisqu’un outil façonné de grande dimension en calcaire a également été découvert (fig. 4).

Fig. 3 – Cimitero di Atella : 1, 2 : éclats d’encoche ; 3 : éclat en calcaire ; 4, 5 : petits outils.

Fig. 3 – Cimitero di Atella : 1, 2 : éclats d’encoche ; 3 : éclat en calcaire ; 4, 5 : petits outils.

R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.

Fig. 4 – Macro-outil en calcaire.

Fig. 4 – Macro-outil en calcaire.

R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.

11Parmi les restes potentiellement déterminables, on décompte, en plus d’un coxal de cervidé (fig. 5), 19 fragments d’os long et 6 dents. Selon les premières observations, une grande partie des restes correspondent aux espèces déjà connues à Atella (cervidé, bovidés et éléphants), même si deux éléments semblent plutôt devoir être rapportés à des espèces inconnues sur le site, une molaire déciduale, probablement d’ours, et un os long de mesofaune.

Fig. 5 – Fragment de coxal probablement de cervidé.

Fig. 5 – Fragment de coxal probablement de cervidé.

R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.

Perspectives

  • 13 Nicoud et al. 2016 ; Pereira et al. 2015 ; Peretto et al. 2015 ; Piperno 1999 ; Santagata 2016.

12Si dans les années à venir l’étude du matériel lithique et faunique mis au jour occupera une place importante dans une optique de comparaison avec les autres gisements contemporains d’Italie13, la poursuite des travaux de terrain dépendra de l’avancement du projet de muséalisation du site. Afin d’étendre la fouille de ce niveau archéologique précédant l’arrivée des cendres volcaniques, il sera donc nécessaire de démonter la structure de protection actuelle. Des études spatiales, tracéologiques et techno-économiques seront alors envisageables ce qui ouvre de nouvelles perspectives à Atella. Ce projet de « micro-musée », dispositif de protection et de valorisation a été conçu en collaboration avec des institutions locales, nationales et européennes (Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio della Basilicata, commune d’Atella, région Basilicate) et devra être finalisé en 2020.

Conclusion

13Si les premières années de fouille avaient permis de confirmer l’âge du gisement, de préciser la nature des enregistrements sédimentaires et de réévaluer les chaînes opératoires de production lithiques, l’année 2018 nous a livré les indices d’un niveau archéologique inédit. En effet, la fouille du sommet de l’ensemble F, précédant l’arrivée de cendres volcaniques, a permis de mettre au jour une surface qui apparaît peu perturbée, riche en matériel lithique en faunique bien conservé. L’analyse détaillée de ce matériel, mais aussi l’extension de la fouille grâce à la mise en place d’une nouvelle structure de protection du gisement permettra dans le futur d’obtenir de nouvelles informations sur les modalités d’occupation et les activités qui se sont déroulées à Atella il y a environ 600 000 ans.

Haut de page

Bibliographie

Abruzzese – Aureli – Rocca 2016 = C. Abruzzese, D. Aureli, R. Rocca, Assessment of the Acheulean in southern Italy: new study on the Atella site (Basilicata, Italy), dans Quaternary International, 393, 2016, p. 158-168.

Arzarello – Peretto 2010 = M. Arzarello, C. Peretto, Out of Africa: the first evidence of Italian peninsula occupation, dans Quaternary International, 223-224, 2010, p. 65-70.

Arzarello – De Weyer – Peretto 2016 = M. Arzarello, L. De Weyer, C. Peretto, The first European peopling and the Italian case: peculiarities and “opportunism”, dans Quaternary International, 393, 2016, p. 41-50.

Aureli et al. 2016 = D. Aureli, R. Rocca, C. Lemorini, V. Modesti, S. Scaramucci, S. Milli, B. Giaccio, F. Marano, M.R. Palombo, A. Contardi, Mode 1 or mode 2? “Small tools” in the technical variability of the European lower palaeolithic: the site of Ficoncella (Tarquinia, Lazio, central Italy), dans Quaternary International, 393, 2016, p. 169-184.

Barsky – de Lumley 2010 = D. Barsky, H. de Lumley, Early European Mode 2 and the stone industry from the Caune de l’Arago’s archeostratigraphical levels “P”, dans Quaternary International, 223-224, 2010, p. 71-86.

Borzatti von Löwenstern et al. 1990 = E. Borzatti von Löwenstern, M. Sozzi, S. Vannucci, F. Vianello, L’acheuleano del cimitero di Atella, dans Prime indagini sulla stratigrafia del sedimento e sulle industrie litiche, dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 12, 1990, p. 9-30.

Borzatti von Löwenstern 1998 = E. Borzatti von Löwenstern, Il Bacino di Atella nella Preistoria, dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 20, 1998, p. 7-39.

Borzatti von Löwenstern et al. 1997 = E. Borzatti von Löwenstern, A. Palchetti, M. Sozzi, M. Maestrini, Témoignages de l’Acheuléen inférieur en Italie méridionale : le gisement du Cimitero di Atella (Basilicata), dans L’Anthropologie, 101-4, 1997, p. 617-638.

Carbonell et al. 1999 = E. Carbonell, M. Mosquera, X.P. Rodrı́guez, R. Sala, J. van der Made, Out of Africa: the dispersal of the earliest technical systems reconsidered, dans Journal of Anthropological Archaeology, 18-2, 1999, p. 119-136.

Carbonell – Rodríguez 2006 = E. Carbonell, X.P. Rodríguez, The first human settlement of Mediterranean Europe, dans Comptes Rendus Palevol, 5-1/2, 2006, p. 291-298.

Ciolli 1997 = N. Ciolli, Elephas antiquus Falconer & Cautley del Cimitero di Atella (Pz), dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 19, 1997, p. 25-34.

Di Leo et al. 2011 = P. Di Leo, D. Gioia, C. Martino, A. Pappalardo, M. Schiattarella, Geomorphological, mineralogical, and geochemical evidence of Pleistocene weathering conditions in the Southern Italian Apennines, dans Geologica Carpathica, 62-1, 2011, p. 43-53.

Di Muro 1999 = A. Di Muro, Inquadramento tefrostratigrafico del sito acheuleano del Cimitero di Atella (Basilicata-Italia), dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 21, 1999, p. 7-14.

Gallotti – Peretto 2015 = R. Gallotti, C. Peretto, The lower/early middle pleistocene small débitage productions in western Europe: new data from Isernia La Pineta t. 3c (Upper Volturno Basin, Italy), dans Quaternary International, 357, 2015, p. 264-281.

García-Medrano et al. 2014 = P. García-Medrano, A. Ollé, M. Mosquera, I. Cáceres, C. Díez, E. Carbonell, The earliest Acheulean technology at Atapuerca (Burgos, Spain): oldest levels of the Galería site (GII Unit), dans Quaternary International, 353, 2014, p. 170-194.

Giannandrea et al. 2006 = P. Giannandrea, L. La Volpe, C. Principe, M. Schiattarella, Unità stratigrafiche a limiti inconformi e storia evolutiva del vulcano medio-pleistocenico di Monte Vulture (Appennino meridionale, Italia), dans Bollettino-Società Geologica Italiana, 125-1, 2006, p. 67-92.

Moncel et al. 2013 = M.-H. Moncel, J. Despriée, P. Voinchet, H. Tissoux, D. Moreno, J.-J. Bahain, G. Courcimault, C. Falguères, Early evidence of Acheulean settlement in northwestern Europe – La Noira Site, a 700 000 Year-Old Occupation in the Center of France, dans PLOS ONE, 8, 11, 2013, p. e75529.

Moncel et al. 2018 = M.-H. Moncel, M. Arzarello, É. Boëda, S. Bonilauri, B. Chevrier, C. Gaillard, H. Forestier, L. Yinghua, F. Sémah, V. Zeitoun, Assemblages with bifacial tools in Eurasia (third part). Considerations on the bifacial phenomenon throughout Eurasia, dans Comptes Rendus Palevol, 17-1, 2018, p. 77-97.

Mosquera et al. 2016 = M. Mosquera, A. Ollé, P. Saladié, I. Cáceres, R. Huguet, A. Rosas, J. Villalaín, A. Carrancho, D. Bourlès, R. Braucher, A. Pineda, J. Vallverdú, The early Acheulean technology of Barranc de la Boella (Catalonia, Spain), dans Quaternary International, 393, 2016, p. 95-111.

Mosquera et al. 2018 = M. Mosquera, A. Ollé, X.P. Rodríguez-Álvarez, E. Carbonell, Shedding light on the early pleistocene of TD6 (Gran Dolina, Atapuerca, Spain): the technological sequence and occupational inferences, dans PLOS ONE, 13-1, 2018, p. e0190889.

Nicoud et al. 2016 = E. Nicoud, D. Aureli, M. Pagli, V. Villa, C. Chaussé, S. Agostini, J.-J. Bahain, G. Boschian, J.-P. Degeai, F. Fusco, B. Giaccio, M. Hernandez, C. Kuzucuoglu, C. Lahaye, C. Lemorini, N. Limondin-Lozouet, P. Mazza, N. Mercier, S. Nomade, A. Pereira, V. Robert, M.A. Rossi, C. Virmoux, A. Zupancich, Preliminary data from Valle Giumentina pleistocene site (Abruzzo, Central Italy): a new approach to a Clactonian and Acheulian sequence, dans Quaternary International, 409, Part B, 2016, p. 182-194.

Pereira 2017 = A. Pereira, Apport de la datation 40Ar/39Ar à la compréhension de l’évolution culturelle des pré-néanderthaliens en Italie centrale et méridionale entre 750 et 250 ka, thèse de doctorat, MNHN, Université de Ferrare, Paris-Ferrare, 2017.

Pereira et al. 2015 = A. Pereira, S. Nomade, P. Voinchet, J.-J. Bahain, C. Falguères, H. Garon, D. Lefèvre, J.-P. Raynal, V. Scao, M. Piperno, The earliest securely dated hominin fossil in Italy and evidence of Acheulian occupation during glacial MIS 16 at Notarchirico (Venosa, Basilicata, Italy), dans Journal of Quaternary Science, 30-7, 2015, p. 639-650.

Peretto et al. 2015 = C. Peretto, J. Arnaud, J. Moggi-Cecchi, G. Manzi, S. Nomade, A. Pereira, C. Falguères, J.-J. Bahain, D. Grimaud-Hervé, C. Berto, B. Sala, G. Lembo, B. Muttillo, R. Gallotti, U.T. Hohenstein, C. Vaccaro, M. Coltorti, M. Arzarello, A human deciduous tooth and new 40ar/39ar dating results from the middle pleistocene archaeological site of Isernia La Pineta, southern Italy, dans PLOS ONE, 10-10, 2015, p. e0140091.

Piperno 1999 = M. Piperno (dir.), Notarchirico: un sito del Pleistocene medio antico nel bacino di Venosa, Venosa, 1999.

Rocca 2016 = R. Rocca, Depuis l’Est ? Nouvelles perspectives sur les premières dynamiques de peuplement en Europe, dans L’Anthropologie, 120-3, 2016, p. 209-236.

Rocca Abruzzese – Aureli 2016 = R. Rocca, C. Abruzzese, D. Aureli, European Acheuleans: critical perspectives from the East, dans Quaternary International, 411, Part B, 2016, p. 402-411.

Rocca et al. 2016 = R. Rocca, C. Abruzzese, D. Aureli, J.-J. Bahain, P. Beneduce, P. Di Leo, P. Giannandrea, S.I. Giano, D. Gioia, D. Magri, S. Nomade, A. Pereira, M. Schiattarella, R. Sulpizio, P. Voinchet, New multidisciplinary research project on the lower palaeolithic site of Cimitero di Atella (Potenza), dans F. Negrino, F. Fontana, A. Moroni, J. Riel-Salvatore (dir.), The palaeolithic and mesolithic in Italy: new research and perspectives DAFIST, Genoa (Italy) – 4th-5th February 2016, Florence, 2016, p. 21-22.

Rocca – Aureli – Abruzzese 2018 = R. Rocca, D. Aureli, C. Abruzzese, Cimitero di Atella. Nouvelles recherches et valorisation d’un gisement du Paléolithique ancien en Méditerranée, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, 2018 : https://journals.openedition.org/cefr/1910

Santagata 2016 = C. Santagata, Operating systems in units B and E of the Notarchirico (Basilicata, Italy) ancient Acheulean open-air site and the role of raw materials, dans Quaternary International, 411, Part B, 2016, p. 284-300.

Schiattarella et al. 2005 = M. Schiattarella, P. Beneduce, P. Di Leo, S.I. Giano, P. Giannandrea, C. Principe, Assetto strutturale ed evoluzione morfotettonica quaternaria del vulcano del Monte Vulture (Appennino Lucano), dans Bollettino-Società Geologica Italiana, 124-3, 2005, p. 543.

Villa – Buettner 2009 = I.M. Villa, A. Buettner, Chronostratigraphy of Monte Vulture volcano (southern Italy): secondary mineral microtextures and 39Ar-40Ar systematics, dans Bull Volcanol, 71-10, 2009, p. 1195-1208.

Zucchelli 1999 = M. Zucchelli, Bos primigenius Bojanus del Bacino di Atella (Potenza), dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 21, 1999, p. 19-30.

Zucchelli 2000 = M. Zucchelli, Nuovi ritrovamenti di resti osteologici di Bos primigenius Bojanus nel Bacino di Atella (Potenza), dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 22, 2000, p. 11-22.

Zucchelli 2002 = M. Zucchelli, I cervidi dell’Acheuleano antico del Cimitero di Atella (Potenza), dans Studi per l’ecologia del Quaternario, 24, 2002, p. 3-17.

Haut de page

Notes

1 Borzatti et al. 1997 ; Abruzzese et al. 2016 ; Rocca – Aureli – Abruzzese 2018.

2 Carbonell et al. 1999 ; Carbonell – Rodríguez 2006 ; Arzarello – De Weyer – Peretto 2016 ; Arzarello – Peretto 2010.

3 Moncel et al. 2013 et 2018 ; García-Medrano et al. 2014 ; Mosquera et al. 2016 et 2018.

4 Borzatti von Löwenstern 1998 ; Borzatti von Löwenstern et al. 1990 et 1997.

5 Ciolli 1997 ; Zucchelli 1999, 2000 et 2002.

6 Borzatti von Löwenstern et al. 1990 et 1997.

7 Pereira 2017.

8 Di Muro 1999 ; Schiattarella et al. 2005 ; Giannandrea et al. 2006 ; Villa – Buettner 2009 ; Di Leo et al. 2011 ; Rocca et al. 2016 ; Rocca – Aureli – Abruzzese 2018.

9 Rocca – Aureli – Abruzzese 2018.

10 Abruzzese – Aureli – Rocca 2016 ; Rocca Abruzzese – Aureli 2018.

11 Aureli et al. 2016 ; Rocca – Abruzzese – Aureli 2016 ; Rocca 2016.

12 Barsky – de Lumley 2010 ; Gallotti – Peretto 2015 ; Mosquera et al. 2018 ; Rocca Abruzzese – Aureli 2018 ; Santagata 2016.

13 Nicoud et al. 2016 ; Pereira et al. 2015 ; Peretto et al. 2015 ; Piperno 1999 ; Santagata 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du site.
Crédits R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 2 – Aire fouillée en 2018.
Crédits R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata. Modifié d’après Fr. Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 3 – Cimitero di Atella : 1, 2 : éclats d’encoche ; 3 : éclat en calcaire ; 4, 5 : petits outils.
Crédits R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3329/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 4 – Macro-outil en calcaire.
Crédits R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3329/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 5 – Fragment de coxal probablement de cervidé.
Crédits R. Rocca, EFR/SBAP Basilicata.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3329/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxane Rocca et Daniele Aureli, « Cimitero di Atella », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie du Sud, mis en ligne le 11 septembre 2019, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cefr/3329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cefr.3329

Haut de page

Auteurs

Roxane Rocca

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScan – roxane.rocca@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Daniele Aureli

Università di Siena, Dip. di Scienze Fisiche, della Terra e dell’Ambiente, U.R. Preistoria e Antropologia, UMR 7041 ArScan, AnTET – danieleaureli1@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search