Navigation – Plan du site
2019

Programme Ignobilia Oppida Lucanorum. Fouilles, prospections, études à Serra del Cedro, Civita di Tricarico et Rossano di Vaglio

Campagne 2018
Stéphane Bourdin et Olivier de Cazanove
École française de Rome, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, CNRS-UMR 7041 ArScAn, Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio della Basilicata

Texte intégral

1Le programme Ignobilia oppida Lucanorum, soutenu par l’École française de Rome en partenariat avec la Surintendance de Basilicate, comporte trois axes principaux : la fouille (en août 2018) des deux villes fortifiées de Serra del Cedro et Civita di Tricarico ; l’étude du sanctuaire de Rossano di Vaglio (dont les offrandes militaires ont fait l’objet d’une mission d’étude au musée archéologique de Potenza, en avril 2018, effectuée par C. Salviani).

Serra del Cedro

2S. Bourdin        
 
La fouille de la maison alpha, commencée en 2016, s’est poursuivie en 2018 pour la troisième année consécutive (fig. 1). Lors des campagnes précédentes, une partie de l’habitation avait été mise au jour : l’ensemble de la pastas et une partie des pièces 2, 3, 4, situées à l’ouest de celle-ci, ainsi que 5 du côté est. En 2018, on a, dans un premier temps, agrandi la fouille jusqu’à obtenir une open area comprenant l’ensemble de la maison et l’ample esplanade à l’est. Les murs périmétraux 161 (ouest) et 162 (mur périmétral sud de la pièce 4) ont été complètement mis en lumière, ce qui a permis d’obtenir plusieurs informations importantes : on peut voir, par exemple, que le mur 161 repose en partie sur l’affleurement rocheux à l’ouest de la maison.

Fig. 1 – Serra del Cedro : maison alpha, photogrammétrie.

Fig. 1 – Serra del Cedro : maison alpha, photogrammétrie.

T. Terrasse.

3Les fouilles de la pièce 2 se sont poursuivies jusqu’à atteindre le sol, formé par la roche elle-même (un conglomérat), retaillée et aplanie, dans la moitié est de la pièce (fig. 2). Il a été ainsi possible de mettre en évidence le profil du sol naturel, horizontal dans la partie sud de la pièce, et en pente dans la partie nord, à une cote de 20 cm plus haute que celle du stylobate de la pastas : les niveaux de circulation de la maison étaient donc légèrement inclinés ou, plutôt, s’étageaient légèrement (les pièces 2-3-4 avaient un sol situé un peu plus haut que ceux de la pastas et de la cour). La roche elle-même a été retaillée pour former un socle sur lequel était placé le mur 163. Le comblement de la pièce consistait en une couche d’abandon épaisse (185) et homogène qui contenait entre autres un petit peson et une épingle, tous deux en bronze.

Fig. 2 – Serra del Cedro : maison alpha, la pièce 2 en cours de fouille.

Fig. 2 – Serra del Cedro : maison alpha, la pièce 2 en cours de fouille.

S. Bourdin.

4Dans la pièce 4, on a mis complètement au jour le niveau d’effondrement de tuiles (189), d’une épaisseur d’environ 40 cm, contenant des fragments de tegulae et d’imbrices, ainsi que d’un mortier décoré d’une grecque (un fragment de celui-ci se trouvait en remploi au niveau d’écrêtement du mur 164). Dans la strate d’effondrement se trouvaient aussi de gros blocs de pierre, en position superficielle, chutés du mur 161.

5Du côté est, on a enlevé la couche 197 recouvrant le mur 167, qui se prolonge vers l’est sur 9,20 m : ce mur contrebute une grande terrasse qui permettait d’accéder à la maison alpha. Cette terrasse présentait une certaine pente : le mur 167 s’interrompt en effet à une cote plus basse de 1,32 m par rapport au niveau du stylobate qui marque l’entrée de la pastas. Sur cette terrasse a été mis au jour le mur 170, qui se développe parallèlement au long côté de la maison alpha jusqu’au point où il s’interrompt. Il s’agit peut-être d’une structure antérieure ou bien d’une annexe de la maison. Une autre annexe est constituée par la pièce 6, qui a été partiellement fouillée, tandis que sa partie nord a été détruite par la tranchée du gazoduc. Sous une couche d’effondrement composée de grandes tuiles creuses (149), dont certaines sont entières, on a découvert un niveau de sol en opus spicatum de tuiles (203), dont la limite était marquée par une tegula posée horizontalement le long du mur 148 (fig. 3).

Fig. 3 – Serra del Cedro : maison alpha, sol d’opus spicatum dans la pièce 6.

Fig. 3 – Serra del Cedro : maison alpha, sol d’opus spicatum dans la pièce 6.

S. Bourdin.

6Par ailleurs, des prospections pédestres ont été effectuées en 2018. Elles ont permis d’identifier, sur le versant nord, juste derrière le sommet, plusieurs tronçons de l’enceinte construits en gros blocs calcaires (deux à trois assises sont conservées) et non en blocs équarris comme pour l’enceinte inférieure. Il s’agit très probablement d’une section du mur d’enceinte antérieur à l’enceinte inférieure, qui n’embrassait peut-être que l’acropole. On note, plus à l’est, outre un tronçon récemment détruit par des moyens mécaniques, une autre section de l’enceinte, avec un bastion d’angle. Plus au sud a été identifié, en correspondance du sentier qui passe dans un vallon à l’intérieur du site, l’emplacement probable d’une porte. Enfin, sur l’autre versant, au pied de la colline de la nécropole, des fragments de tuiles et de terre cuite suggèrent une occupation antique.

Civita di Tricarico

  • 1 De Cazanove – Dabas – Sarro 2008, p. 255 fig. 55.

7O. de Cazanove
 
Après plusieurs années d’enquête sur l’acropole de Civita di Tricarico (2013-2017), on est provisoirement revenu dans la « cité basse », fouillée par notre équipe entre 1988 et 2005. Cela, pour compléter les données nécessaires à la publication du troisième volume de la série, actuellement en préparation, qui sera consacré à l’entrepôt R et au temple P. Après avoir dégagé à nouveau, en 2017, le grand four pour pithoi et tuiles situé au-dessous de l’entrepôt, afin d’en achever la fouille et en dater la dernière chauffe par archéomagnétisme, on a fouillé cette année la fosse de service devant l’alandier. Par ailleurs, une aire ouverte de 400 m2 a été ouverte en août 2018 à l’arrière de l’entrepôt (en laissant une berme transversale pour pouvoir observer la stratigraphie sur toute sa hauteur). Il s’agissait de savoir si la maison Z1, repérée en prospection géophysique (électrique), en 2007-2008, et jouxtant apparemment l’entrepôt1, était effectivement liée à celui-ci, donc si l’entrepôt était ou non une annexe de Z1. La réponse conditionne bien sûr l’interprétation de tout le complexe.

  • 2 Inv. CTri 7107.18 : tête de Zeus vers la d. / couronne de feuilles de chêne avec un éclair et ΒΑΣΙΛ (...)
  • 3 De Cazanove 2008, p. 40 et fig. 21.
  • 4 De Cazanove – Féret – Caravalli 2014, p. 95 et fig. 83.

8La couche superficielle d’humus a été enlevée par un engin mécanique. Elle porte le numéro d’US 7102 à l’ouest de la berme transversale, 7107 à l’est. 7102 a livré un mobilier abondant : 4 pesons, un médaillon de guttus à l’effigie de Jupiter Ammon, des skyphoi, coupes et assiettes à vernis noir, des ollae en céramique commune, des ollae et lopades en céramique de cuisine. De 7107 proviennent des skyphoi à vernis noir, une coupe à anses surpeintes (milieu du IIIe s. av. J.-C), des fragments d’amphores puniques à pâte orangée, et un bronze de Pyrrhus2. Immédiatement en dessous, à une profondeur maximale de 30/40 cm apparaissent les crêtes des murs, arasés au niveau du sol ou conservés sur quelques cm de hauteur seulement (p. ex. la cloison 7113, avec trois assises grossières de moellons bruts, pour une hauteur conservée de 28 cm : voir fig. 7 ; de même, le mur périmétral sud de la maison [7120] est conservé sur 35 cm). Cependant, dans les deux cas, il ne s’agit pas d’une vraie élévation mais plutôt d’une fondation qui descend au-dessous du niveau de circulation (fig. 4). La technique de construction est donc différente de celle des maisons A, D, etc. de première phase, qui reposent sur un hérisson fait de petites pierres disposées de chant3. Elle ressemble plutôt à celle employée pour la base des murs de la maison des moules, qui ne disposent pas non plus d’un hérisson de fondation4. Les murs eux-mêmes sont principalement constitués de moellons de calcaire coquillier. Le recours au grès et au fragments de tuiles est rare. Il est difficile de dire si, au-dessus de ce socle, l’élévation était en briques crues, comme on l’a documenté ailleurs sur le site. Dans le cas présent, nous n’en avons trouvé aucune trace. On note par contre, dans le sondage pratiqué dans la pièce 2 (voir ci-dessous), quelques restes de l’enduit d’argile qui recouvrait les murs.

Fig. 4 – Civita di Tricarico : coupe stratigraphique transversale (NS) de la maison Z1 à travers la pastas et la pièce 1 bis.

Fig. 4 – Civita di Tricarico : coupe stratigraphique transversale (NS) de la maison Z1 à travers la pastas et la pièce 1 bis.

T. Terrasse.

  • 5 De Cazanove – Féret – Caravalli 2014, p. 36 et fig. 28.
  • 6 De Cazanove – Dabas – Sarro 2008, p. 255 et fig. 55 ; cf. p. 254 : « le bâtiment carré Z1 (11 m env (...)

9La mise en évidence des crêtes de murs sur toute la zone dégagée a permis d’avoir une vision d’ensemble du plan de l’édifice et de vérifier ainsi la fiabilité de la prospection géophysique de 2007-2008. La maison à pastas carrée « prédite » par celle-ci (et, en tant que telle, insérée dans le plan d’ensemble du quartier publié en 20145) se trouvait bien là où on l’attendait (fig. 5). L’écart par rapport au géoréférencement déduit de la carte électrique ne dépasse pas le mètre. Seule différence par rapport au plan publié : la cloison transversale qui divise la maison en deux parties égales n’est pas orientée est-ouest mais nord-sud. Par conséquent, la maison ne s’ouvre pas au sud mais à l’est, comme on va le voir. En fait, le plan publié dans Civita di Tricarico II était déjà le résultat d’une interprétation : il semblait logique de restituer (et d’orienter) la maison Z1 comme les maisons K, D, E, Q. Par contre, l’interprétation proposée par L. Sarro et M. Dabas, « à l’aveugle » (comme on avait délibérément choisi de le faire dans le rapport préliminaire, par souci d’objectivité6), avec des diviseurs internes en croix, correspond davantage à la réalité. Il existe de fait une division de l’espace en quatre parties (mais celle-ci n’est pas originelle, comme on le verra), encore que les deux cloisons est-ouest 7103 et 7117 ne soient pas alignées.

Fig. 5 – Civita di Tricarico : trois plans du même secteur de la « ville basse ». De gauche à droite : à la fin de la campagne 2018 ; interprétation de la carte électrique, prospection 2007-2008 ; plan de phase, avec hypothèses de restitution, 1re phase.

Fig. 5 – Civita di Tricarico : trois plans du même secteur de la « ville basse ». De gauche à droite : à la fin de la campagne 2018 ; interprétation de la carte électrique, prospection 2007-2008 ; plan de phase, avec hypothèses de restitution, 1re phase.

Plan fin campagne 2018 : T. Terrasse ; interprétation de la carte électrique : M. Dabas-L. Sarro ; plan de phase : O. de Cazanove, Civita di Tricarico II.

10La maison Z1 est une typique « maison à pastas élémentaire » dans sa déclinaison plus simple (fig. 6) : presque carrée, d’un peu plus de 11 m de côté (12 × 11,25 m), avec deux pièces donnant sur la pastas. Les deux pièces sont égales et ont la même profondeur que la pastas. Les deux diviseurs occupent par conséquent le centre de chaque côté. La cloison entre la pastas et les pièces du fond divise la maison en deux parties égales et devait correspondre à la ligne de faîte du toit. Elle supportait une charpente d’un type très simple, sans fermes. Z1 est semblable aux maisons D, E, Q, dans le même alignement qu’elle, tandis que la maison M, qui appartient à la même phase, présente une largeur similaire mais occupait deux lots.

Fig. 6 – Civita di Tricarico : L’open area OATRI 2018, photogrammétrie.

Fig. 6 – Civita di Tricarico : L’open area OATRI 2018, photogrammétrie.

La maison Z1 est au centre, avec la numérotation des différentes pièces.

T. Terrasse.

  • 7 De Cazanove 2008, p. 53 et fig. 37.

11À la différence toutefois de ces autres maisons, Z1 s’ouvre à l’est et non au sud. La position de la pastas l’indique. La baie d’entrée elle-même est mal conservée, mais pouvait atteindre 2,5/2,75 m de largeur. Elle aurait été dans ce cas fortement décentrée. En avant de cette baie présumée se trouvent quelques dalles. L’une d’elles, approximativement circulaire, pourrait avoir supporté le fût d’un loutérion, comme devant l’entrée de la maison D, une cinquantaine de m plus à l’ouest7.

12La pastas allongée (pièce 1 : env. 10,6 × 4,6 m dim. int.) a été divisée dans une seconde phase par la cloison légère 7103, non fondée, mais simplement posée sur le sol. La pastas réduite mesure env. 8,5 × 4,6 m (dim. int.). Elle était recouverte par l’effondrement de tuiles creuses et plates 7170 très peu dense, dont il ne reste que peu d’éléments dans les angles nord-est et sud-est de la pièce, donc dans la partie est de l’open area OATRI 2018. Dans la partie ouest d’OATRI 2018, la strate d’effondrement se réduisait à quelques fragments d’imbrices, que l’on peut observer en stratigraphie, tombés horizontalement sur le sol.

13La pièce 2 (sud-ouest) de la maison Z1 est à peu près carrée (env. 5 × 5,3 m). Elle communiquait avec la pastas par une baie difficilement perceptible dans le mur 7113 (les murs sont arasés au niveau de fondation). Au-dessous de la strate superficielle 7102, le niveau brun foncé 7119 recouvrait presque toute la pièce, sauf dans l’angle sud-est, où le niveau 7133 était plus jaunâtre. De la couche 7119 proviennent six pesons (un septième a été trouvé dans 7133), de nombreux fragments d’amphores puniques (dans l’angle nord-est de la pièce) et de vernis noir : skyphoi, coupe concavo-convexe, coupelles monoansées, plats à bord en z ; seuls deux bords de coupes « à bourrelet » pourraient faire descendre dans la 2e moitié, voire même à la fin du IIIe s., la datation de l’assemblage. Celui-ci comprenait également de la céramique de cuisine (des ollae et une chytra). On notera en outre la technique de construction, qui est différente pour le mur sud 7120 de la pièce, ce qui est peut-être l’indice d’une réfection au moment du doublement du mur (cf. infra). Contre le mur est 7113 da la pièce 2 (à 2,8 m de l’angle NE de la pièce) a été ouvert un sondage stratigraphique de 1 × 1 m (fig. 7). Sous 7119, on voit apparaître le niveau sombre 7153, d’env. 6 cm d’épaisseur. À l’interface inférieure, un fragment d’enduit argileux indique la cote du sol antique (913 m). Au-dessous, la strate 7156, plus claire, était stérile. On rencontre le substrat géologique marneux à env. 912,63/912,73 m. Le mur 7113 ne repose pas exactement sur celui-ci, mais dans la couche qui le recouvre.

Fig. 7 – Civita di Tricarico : sondage dans la pièce 2 et mur 7113.

Fig. 7 – Civita di Tricarico : sondage dans la pièce 2 et mur 7113.

O. de Cazanove.

14La pièce 3 était également à peu près carrée, de dimensions pratiquement égales à la pièce 2. Cependant, les aménagements de la deuxième phase ont fortement modifié sa physionomie d’origine qui n’est plus restituable dans le détail.

15La maison Z1 a ensuite subi des ajouts et des restructurations limitées qui ne compromettent pas la lisibilité du plan d’origine. Une pièce carrée (5), largement ouverte à l’ouest, a été adossée au côté nord. Au sud, le mur périmétral de Z1, qui longe l’ambitus qui le sépare de l’entrepôt, a été doublé. Le dépotoir 7131 = 7137 = 7132 qui remplissait l’ambitus était particulièrement riche en mobilier céramique : guttus, skyphoi, coupelles monoansées et concavo-convexes, plats (« à profil en z ») à vernis noir, ollae, chytrai, couvercles en céramique de cuisine, parois d’amphores puniques. Il ne semble pas y avoir de formes postérieures au premier quart ou au milieu du IIIe s. av. J.-C.

16Un possible bassin (4) est plaqué contre le mur de façade. Ses dimensions internes sont de 1,5 × 2,7 m. Il était entièrement recouvert par un niveau dense de tuiles posées horizontalement, très différent des strates d’effondrement de tuiles chutées obliquement qu’on rencontre d’habitude, au point que l’on peut se demander si nous n’avons pas plutôt affaire à un sol, grossier ou disjoint. Un imbrex entier, disposé face concave vers le haut, traverse le mur sud-ouest de l’espace 4. Il est relié à une courte canalisation, faite elle aussi d’imbrices en remploi, qui semble provenir d’un pithos dont il reste de gros fragments de parois et une partie de la lèvre. Le pithos était installé à quelques cm du mur de façade 7122. On peut peut-être penser à un aménagement destiné à recueillir les eaux du toit (grâce à un tuyau de descente, solution utilisée notamment à Olynthe) puis à les convoyer dans un bassin (on pensera, moins probablement, à des hypothèses alternatives : récipient pour collecter l’urine ou d’autres liquides, etc.).

17La mise en place du bassin fait partie d’une série de transformations qui concernent la partie nord de la maison et répondent au même objectif fonctionnel – qui nous échappe en partie pour le moment –, comme le suggère le fait que les nouveaux espaces communiquent entre eux par des tuyaux de tuiles réutilisées qui traversent les murs. On peut penser à une installation artisanale, hydraulique ou de chauffage.

18De fait, durant la deuxième phase, la pastas 1 est amputée de son extrémité nord. Une pièce rectangulaire (4,7 × 2,7 m dim. int.) est créée à ses dépens (1 bis), grâce à une cloison légère, moins profondément fondée que les murs périmétraux nord et sud de la maison. Cette petite pièce est ceinturée intérieurement par une bande large de 20-30 cm, faite de grands fragments de tuiles creuses superposés, face concave sous face convexe, de manière à créer une sorte de canal ou du moins un vide entre les deux. Il est difficile de penser à une canalisation fermée dans laquelle circulerait de l’eau, parce qu’on ne voit pas pourquoi elle ferait le tour de la pièce, et parce qu’elle ne pouvait que difficilement être étanche alors que le sol n’est qu’en terre battue. Cependant, l’angle ouest de la pièce 1 bis est traversé par un tuyau similaire qui débouche dans l’espace 3 sud, où la conduite ne se poursuit apparemment pas.

  • 8 De Cazanove 2008, p. 424, no 410, pl. 300 à la p. 589.

19Durant la seconde phase également, une cloison légère 7150 divise la pièce 3 en deux : un doublement 7173 du mur nord 7111 porte l’épaisseur du mur à environ 70 cm. La construction de ce doublement a scellé un petit ensemble de mobilier céramique, un bord de pithos et une petite assiette « à profil mouluré »8, dont la datation reste incertaine (fin IVe [Paestum, Pontecagnano] ? ou fin IIIe [Valesio, peut-être Tricarico] ?). Un grand pithos 7144 a été installé dans la pièce 3 nord (fig. 8). La terre de comblement, tamisée, n’a restitué aucun reste botanique, mais seulement de petites et rares battitures métalliques. Plus généralement, l’absence presque totale de restes carpologiques dans la maison Z1, alors que l’entrepôt R adjacent en contenait une grande quantité, suggère que la maison n’a pas été incendiée, mais plutôt systématiquement démantelée, comme le montre également le fait que les strates d’effondrement de tuiles sont rares et peu denses. À côté du pithos, on a trouvé une olla coupée en deux (elle non plus ne contenait pas de restes botaniques) et, à une quinzaine de centimètres à l’ouest, une pointe de javelot en fer. Tout autour et dans l’angle nord-ouest de la pièce, l’ensemble de l’US 7146 était riche de mobilier : bords de skyphoi et de coupelles monoansées, une kylix Morel 4221 (milieu ou deuxième moitié du IVe s. av. J.-C.), céramique de cuisine dont un bord de lopas à fond arrondi. Une monnaie d’argent de Thourioi (7146.6 : tête d’Athéna casquée vers la d. / taureau s’apprêtant à charger et légende ΘΟΥΡΙΩΝ au-dessus et ΕΥ(ΦΑ) au-dessous), est datable de la seconde moitié du IVe s. av. J.-C. Ailleurs dans la pièce, la couche d’abandon porte le no 7136 et présente un faciès similaire : céramique à vernis noir (assiettes à profil en z, skyphoi, coupelles concavo-convexes et monoansées), et quelques formes de céramique de cuisine : lopades, ollae, etc. Au total, les différents niveaux d’abandon dans la pièce 3 nord se datent vers 300 av. J.-C. ou un peu plus tard.

Fig. 8 – Civita di Tricarico : pithos 7146, olla 7164 et pointe du javelot 7146.2, dans la pièce 3 nord.

Fig. 8 – Civita di Tricarico : pithos 7146, olla 7164 et pointe du javelot 7146.2, dans la pièce 3 nord.

O. de Cazanove.

20Au nord de la maison Z1 et de la pièce 5 qui lui est adossée, se trouve la maison Z2, elle aussi révélée par la prospection géophysique de 2007-2008, qui avait permis de l’interpréter comme une maison à pastas allongée, similaire à la maison des moules. Une tranchée de 4,5 m sur 9 m, prolongeant vers le nord l’open area 2018, a permis d’en intercepter la façade (fig. 9). Elle est précédée par un trottoir (ou seuil monumental) de 1,6/2 m de large, fait de grandes dalles de calcaire blanc, qui reposent en partie sur le mur de façade lui-même. Il semble également que le dallage passe sur une canalisation construite (7135), orientée NO-SE, obliquement par rapport aux autres structures, et que l’on retrouve non seulement dans la partie est de l’open area, mais aussi dans la tranchée qui la prolonge vers l’est. Un réexamen minutieux de la carte électrique révèle une anomalie zonale résistante (noire) qui devrait correspondre à ce dallage et suggère que celui-ci s’étendait sur toute la longueur de la façade. Cependant, une trop petite partie de l’habitation a été jusqu’à présent mise au jour pour autoriser des conclusions définitives à cet égard. Il suffit pour le moment d’avoir certifié la présence de la maison et donc d’avoir vérifié les résultats de la prospection, ce qui démontre une fois de plus l’extension et la densité du tissu bâti de ce quartier central de l’agglomération de Civita di Tricarico, qui se développe sur environ 65 m de large (et probablement plus de 200 m de long).

Fig. 9 – Civita di Tricarico : tranchée située au nord de l’open area et maison Z2, avec dallage calcaire en façade.

Fig. 9 – Civita di Tricarico : tranchée située au nord de l’open area et maison Z2, avec dallage calcaire en façade.

Photogrammétrie T. Terrasse.

21Au-delà de cette importante confirmation, le principal résultat de cette campagne de fouilles à Civita di Tricarico a été de démontrer la totale indépendance de l’entrepôt R par rapport à la maison Z1. Non seulement les deux bâtiments sont séparés par un ambitus et ne communiquent pas entre eux, mais Z1 regarde dans une autre direction, vers l’est. Quand la maison s’agrandit, c’est vers l’est et le nord, comme si elle n’avait pas de place pour s’étendre vers le sud, comme le font au contraire toutes les autres maisons du quartier. L’entrepôt R (ainsi que le bâtiment adjacent G, lui aussi isolé des maisons voisines par un mur du fond continu) est donc clairement séparé du secteur résidentiel. Il est tourné vers la rue et le petit sanctuaire P.

22D’autres résultats ont été obtenus qui concernent la chronologie du site. En 2017, on a remis au jour le grand four incorporé dans l’entrepôt R à côté du lieu de culte P, et on a achevé sa fouille (fig. 10). La datation paléomagnétique de la dernière utilisation du four, avec une fiabilité de 95 %, donne une fourchette d’un siècle : l’ultime chargement du four est intervenu entre 465 et 365/360 av. J.-C. Cela coïncide au plus tard avec la date avancée dans Civita di Tricarico I pour la fondation (360-340 av. J.-C.). Deux hypothèses peuvent être avancées : soit l’ensemble de l’entrepôt remonte aux premières décennies de l’existence du site et a vécu très peu de temps (les datations 14C obtenues sur les nombreux vestiges carpologiques conservés dans le grenier et donc parfaitement contemporains de l’incendie qui l’a détruit pourraient ne pas contredire cette hypothèse, qui est en revanche plus difficile à concilier avec la datation du mobilier céramique). Seconde hypothèse : l’entrepôt est en partie postérieur au four, qui n’aurait été utilisé que peu de temps, dans la période initiale de la vie du site, pour cuire tuiles et pithoi. En somme, un aménagement fonctionnel de la phase de fondation. En fait, lors de notre enquête à Civita di Tricarico, nous avons déjà rencontré de telles situations : sous le mur d’une maison de 1re phase, la maison L, elle-même couverte par la fortification dite « intermédiaire » qui coupe en deux le plateau intra muros lors de la seconde guerre punique, sous donc cette maison et nécessairement avant elle, nous avons retrouvé une fosse pleine de rebuts de cuisson, principalement des imbrices collés les uns aux autres en raison d’une température excessive qui les a vitrifiés. Il faut donc supposer l’existence à proximité immédiate d’un four pour la production de tuiles, préalable à la construction de la maison et destiné à la production des éléments de la toiture. Le grand four de l’entrepôt R pourrait correspondre à une situation similaire.

Fig. 10 – Civita di Tricarico : a) photogrammétrie du four, campagne 2017 ; b) fouille 2018 de la fosse devant le four.

Fig. 10 – Civita di Tricarico : a) photogrammétrie du four, campagne 2017 ; b) fouille 2018 de la fosse devant le four.

On notera la présence d’un bord de pithos en argile encore crue.

a) T. Terrasse ; b) N. Monteix.

23Une autre donnée importante, qui porte à remonter la chronologie du site, a été la découverte, lors de la campagne 2018, dans la couche superficielle 7102, d’une monnaie d’argent incuse de Sybaris (taureau à gauche, tournant la tête), datable des années 550-510 av. J.-C. (7102.18), qui doit faire supposer une forme quelconque de fréquentation sporadique à la période archaïque avant la fondation, à moins que l’on ne préfère penser à un phénomène de thésaurisation. Cependant, ce témoignage reste pour le moment isolé.

24Enfin, notre connaissance de la topographie du plateau de Civita a bénéficié de l’élaboration d’une photogrammétrie globale du site, rendue possible grâce à un drone. Les images obtenues ont notamment permis de compléter le modèle numérique de terrain du plateau.

Haut de page

Bibliographie

De Cazanove 2008 = O. de Cazanove (dir.), Civita di Tricarico I. Le quartier de la maison du monolithe et l’enceinte intermédiaire, Rome, 2008 (Collection de l’EFR, 409).

De Cazanove – Dabas – Sarro 2008 = O. de Cazanove, M. Dabas, L. Sarro, Civita di Tricarico (prov. de Matera), dans MEFRA, 120-1, 2008, p. 253-256.

De Cazanove – Féret – Caravelli 2014 = O. de Cazanove, S. Féret, A.M. Caravelli, Civita di Tricarico II. Habitat et artisanat au centre du plateau, Rome, 2014 (Collection de l’EFR, 483).

Haut de page

Notes

1 De Cazanove – Dabas – Sarro 2008, p. 255 fig. 55.

2 Inv. CTri 7107.18 : tête de Zeus vers la d. / couronne de feuilles de chêne avec un éclair et ΒΑΣΙΛΕΥΣ (ΠΥΡΡΟΥ), datable de 280-275 av. J.-C.

3 De Cazanove 2008, p. 40 et fig. 21.

4 De Cazanove – Féret – Caravalli 2014, p. 95 et fig. 83.

5 De Cazanove – Féret – Caravalli 2014, p. 36 et fig. 28.

6 De Cazanove – Dabas – Sarro 2008, p. 255 et fig. 55 ; cf. p. 254 : « le bâtiment carré Z1 (11 m env. de côté) dont on présume l’existence juste au nord de l’entrepôt R, ressemble fortement, y compris dans ses partitions internes, aux maisons D et E dans le secteur de la maison du monolithe… Il est à noter que, dans cette phase préliminaire d’interprétation graphique des résultats de la prospection, telle que la fig. 55 l’exprime, l’archéologue (OC) s’est volontairement abstenu d’interférer dans les choix faits par les professionnels de la prospection géophysique (MD, LS), de manière à éviter de prédéterminer ceux-ci en fonction de sa propre connaissance du terrain et des fouilles antérieures. La coïncidence entre les plans des maisons fouillées et certaines structures que semble révéler la prospection est d’autant plus remarquable. On attendrait dans certains cas une organisation interne très légèrement différente (pastas non partitionnée dans la partie sud de Z1, davantage de pièces s’ouvrant sur la pastas de Z2), mais dans le même souci d’objectivité, on a préféré ne modifier en rien, à ce stade, les dessins d’interprétation du cabinet Géocarta, même si la ténuité des traces laisse la porte ouverte à plusieurs possibilités ».

7 De Cazanove 2008, p. 53 et fig. 37.

8 De Cazanove 2008, p. 424, no 410, pl. 300 à la p. 589.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Serra del Cedro : maison alpha, photogrammétrie.
Crédits T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 – Serra del Cedro : maison alpha, la pièce 2 en cours de fouille.
Crédits S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Serra del Cedro : maison alpha, sol d’opus spicatum dans la pièce 6.
Crédits S. Bourdin.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 4 – Civita di Tricarico : coupe stratigraphique transversale (NS) de la maison Z1 à travers la pastas et la pièce 1 bis.
Crédits T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 – Civita di Tricarico : trois plans du même secteur de la « ville basse ». De gauche à droite : à la fin de la campagne 2018 ; interprétation de la carte électrique, prospection 2007-2008 ; plan de phase, avec hypothèses de restitution, 1re phase.
Crédits Plan fin campagne 2018 : T. Terrasse ; interprétation de la carte électrique : M. Dabas-L. Sarro ; plan de phase : O. de Cazanove, Civita di Tricarico II.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6 – Civita di Tricarico : L’open area OATRI 2018, photogrammétrie.
Légende La maison Z1 est au centre, avec la numérotation des différentes pièces.
Crédits T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7 – Civita di Tricarico : sondage dans la pièce 2 et mur 7113.
Crédits O. de Cazanove.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 8 – Civita di Tricarico : pithos 7146, olla 7164 et pointe du javelot 7146.2, dans la pièce 3 nord.
Crédits O. de Cazanove.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 – Civita di Tricarico : tranchée située au nord de l’open area et maison Z2, avec dallage calcaire en façade.
Crédits Photogrammétrie T. Terrasse.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 10 – Civita di Tricarico : a) photogrammétrie du four, campagne 2017 ; b) fouille 2018 de la fosse devant le four.
Légende On notera la présence d’un bord de pithos en argile encore crue.
Crédits a) T. Terrasse ; b) N. Monteix.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/3786/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bourdin et Olivier de Cazanove, « Programme Ignobilia Oppida Lucanorum. Fouilles, prospections, études à Serra del Cedro, Civita di Tricarico et Rossano di Vaglio », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie du Sud, mis en ligne le 12 novembre 2019, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cefr/3786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cefr.3786

Haut de page

Auteurs

Stéphane Bourdin

Université de Lyon 2 – stephane.bourdin@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Olivier de Cazanove

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Olivier.De-Cazanove@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals