Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesLes cités vésuviennes2020Pompéi – Fouille de la nécropole ...

2020

Pompéi – Fouille de la nécropole romaine de Porta Nocera. Campagne 2019

William Van Andringa et Henri Duday

Entrées d’index

Index géographique :

Porta Nocera
Haut de page

Notes de la rédaction

La fouille de la nécropole de Porta Nocera fait partie du programme de recherches Pompéi – Porta Nocera porté par l’École française de Rome, l’École Pratique des Hautes Études (UMR 8546 du CNRS PSL-Paris AOrOc) avec le soutien du Parc Archéologique de Pompéi et la collaboration de l’Institut Universitaire de France, de la société archéologique Éveha International, du laboratoire d’Anthropologie de l’Université de Bordeaux (UMR 5199 Pacea) et de la société Archeodunum. Nous tenons à remercier pour leur aide et soutien le professeur Massimo Osanna, directeur du Parco, la dott.ssa Luana Toniolo ainsi que Catherine Virlouvet, directrice de l’École française de Rome, Nicolas Laubry, directeur des Études, et Évelyne Bukowiecki (service archéologique de l’EFR). L’opération a en outre bénéficié d’une dotation au titre du mécénat de la Fondation ARPAMED (Archéologie et Patrimoine en Méditerranée). Cette chronique résume les résultats exposés dans le rapport d’opération, rédigé par l’ensemble des membres de l’équipe cités dans la note ci-dessous et déposé au Parco archeologico di Pompei et à l’École française de Rome : W. Van Andringa, Th. Creissen, H. Duday (dir.). Aux portes de la ville et le long de la route de Nocera. Pompéi – Fouille de la nécropole romaine de Porta Nocera, rapport d’opération en deux volumes, Pompéi, 2019, 643 p. et portfolio de 24 planches.
Concession de fouilles DGABAP Prot. n. 0018672 du 08/07/2019

Notes de l’auteur

La campagne 2019 a réuni une équipe de trente-trois chercheurs, professionnels et doctorants : Sammy Ben Makhad (MNHN UMR 7209 du CNRS), Sabrina Bianco (Università di Padova), Philippe Brunner (UMR 5140 ASM Montpellier), Cécilia Cammas, Marie-Caroline Charbonnier (Inrap), Anselme Cormier (FNRS / CReA – Patrimoine Université Libre de Bruxelles), Camille Coupeur (EPHE), Thomas Creissen (Éveha International, Université de Tours), Sandra Dal Col, Franck Decanter, Elsa Dias (Archeodunum), Jean-Patrick Duchemin (Université de Lille 3), Henri Duday (UMR 5199 du CNRS PACEA, Université de Bordeaux), Anaïs Du Fayet (Universités de Bordeaux et Limoges, Institut médico-légal du CHU Dupuytren de Limoges), Aude Durand (Université de Lille 3), François Fouriaux (EFR), Flore Giraud, Marion Gorbea, Johannes Laiho, Aurore Lambert (Éveha), Alexia Lattard (Université d’Aix-Marseille), Anaïs Lebrun (Éveha), Tuija Lind, Paloma Lorente (Université de Bordeaux), Adrien Malignas (Mosaïques Archeologie), Véronique Matterne (CNRS/MNHN), Pascal Neaud (Inrap), Émilie Portat (Direction de l’Archéologie, Chartres Métropole, UMR 7041 ArScAn), Audrey Roger (Université de Toulouse Jean-Jaurès), Kévin Salesse (Université Libre de Bruxelles), Sophie Thorimbert (Archeodunum), William Van Andringa (École Pratique des Hautes Études et Institut Universitaire de France), Jan Veron (Éveha).

Texte intégral

  • 1 Duday – Van Andringa 2017.

1Amorcé en 2014, le nouveau programme d’étude de la nécropole de Porta Nocera a pour première ambition de comprendre et de caractériser les processus de constitution d’un paysage funéraire aux abords de la ville entre la fondation de la colonie et l’éruption de 79, notamment l’implication des autorités publiques dans la planification et la gestion des aires funéraires. Il s’agit ensuite, sur un temps relativement court – à peine quelques générations – de préciser la genèse des différents enclos et structures funéraires (chronologie relative des tombes) et de reconnaître des traditions familiales ou de groupes dans l’aménagement des sépultures et dans l’exercice des séquences rituelles. Enfin, l’exceptionnel état de conservation des ensembles funéraires permet d’étudier au plus près les trois grandes étapes des rituels de la mort accessibles par l’archéologie que sont la crémation, la mise au tombeau et la commémoration des défunts. À chacune de ces étapes, il est désormais possible d’associer des gestes très précis dont la compilation permettra de proposer une forme d’herméneutique fondée sur la lecture attentive du terrain. Dans ce domaine, le programme comporte une dimension méthodologique forte, autant sur la fouille, dans la mise en place des protocoles d’enregistrement spécifiques destinés à reconnaître les gestes, qu’en laboratoire avec l’étude des restes humains brûlés et du mobilier utilisé dans les séquences rituelles. La richesse des faits observés permet d’ores et déjà de proposer des résultats inédits et déterminants sur la structure des rites déployés dans les enclos ainsi que sur l’élaboration et la transmission des coutumes funéraires au sein d’une communauté romaine d’Italie1. Comment étaient organisées et transmises les partitions rituelles d’une génération à l’autre, d’une famille à l’autre ? Comment était construite l’altérité collective de la mort à Pompéi ? En quoi les pratiques suivaient-elles la tradition romaine ? Un enregistrement aussi exhaustif que possible de toutes les traces laissées par les Pompéiens lors de leur fréquentation de la nécropole amène désormais à distinguer l’occasionnel de l’intentionnel pour restituer le contenu des pratiques funéraires locales. L’investissement méthodologique et les résultats obtenus justifient pleinement l’organisation d’une formation en archéologie funéraire destinée à des doctorants et professionnels centrée sur la fouille des structures funéraires.

2La campagne s’est déroulée du 19 août au 29 septembre 2019, soit sur six semaines pleines. La priorité de cette année était la fouille des différents contextes de la zone B (Porta Nocera Est « Fondo Pacifico »), pour la plupart entamés en 2015, soit les enclos 1E, 1F, 3D et 3E, de manière à commencer dès 2020 les phases d’analyse des données enregistrées qui doivent aboutir à la publication d’aires funéraires exceptionnellement conservées et riches de perspectives pour l’étude des pratiques funéraires (fig. 1-2). Le travail a été complété par l’étude de l’aire funéraire 1J et du monument 1G dont la fouille a été amorcée en 2018 ainsi que par l’établissement d’un sondage 4A destiné à reconnaître les vestiges situés derrière le mur de limite sud de la nécropole (visiblement un champ). À la demande du PSPP qui travaille à la restauration des monuments funéraires de la nécropole de Porta Nocera, une fouille préventive a concerné l’enclos 1C pour révéler des sépultures déposées sur le sol peu avant l’éruption ainsi qu’une probable sépulture primaire à crémation.

Fig. 1 – Localisation du chantier de fouille.

Fig. 1 – Localisation du chantier de fouille.

Document François Fouriaux.

Fig. 2 – Photogrammétrie du chantier montrant les aires fouillées.

Fig. 2 – Photogrammétrie du chantier montrant les aires fouillées.

Document Johannes Laiho.

3L’effort investi dans la fouille des différents contextes archéologiques a porté ses fruits puisque le travail sur les enclos 1E des Novii et 1F des Veranii a été achevé. Pour ces deux ensembles (11 sépultures pour 1E, 12 sépultures pour 1F, et plusieurs aires de crémation), les analyses des données de terrain, du mobilier et des ossements humains peuvent commencer. De même, il est désormais possible de programmer l’achèvement de la fouille des enclos 3D et 3E pour la prochaine campagne 2020.

L’enclos 1C : deux sépultures atypiques antérieures à l’éruption

  • 2 D’Ambrosio – De Caro 1984.

4Découvert en 19832, l’enclos 1C borde la route de Nocera et se dresse sur le talus nord daté de l’époque augustéenne. Le décapage de l’enclos a vite montré que les vestiges repérés en 1983 étaient encore en place, notamment, sur l’extrémité méridionale de l’enclos, un tertre constitué d’un amas osseux et de résidus de crémation directement posés sur le dernier sol de l’enclos et deux moitiés d’une même amphore fichées en terre horizontalement (fig. 3). Ces vestiges ont été fouillés et identifiés : le tertre est en vérité la sépulture d’un individu directement installée sur le sol abandonné de l’enclos, cela peu de temps avant l’éruption (SP 1C1) ; les deux moitiés d’amphore ont été utilisées pour coiffer un tertre regroupant des résidus de crémation et peut-être même une sépulture en place constituée d’un sac d’ossements brûlés glissé dans l’effondrement de la panse. La fouille de ces deux structures a été menée intégralement ; elle s’est arrêtée sur un niveau de sol de l’enclos montrant des signes clairs d’abandon, notamment des plaques d’enduit tombées de la face interne des murs qui signalent probablement le tremblement de terre de 62/63 apr. J.-C. En d’autres termes, les structures fouillées ont été aménagées dans une phase d’abandon de l’aire funéraire. Les sépultures appartenant à la phase d’installation de l’enclos se trouvent donc au-dessous, sans doute privées de leur signalisation de surface (stèles et plaques).

Fig. 3 – Au premier plan, l’amas osseux de la sépulture 1C1 déposé à même le sol. Au second plan, les deux moitiés de l’amphore qui recouvrent une sépulture primaire à crémation.

Fig. 3 – Au premier plan, l’amas osseux de la sépulture 1C1 déposé à même le sol. Au second plan, les deux moitiés de l’amphore qui recouvrent une sépulture primaire à crémation.

Cliché William Van Andringa.

L’enclos 1E des Novii

5La campagne 2019 a vu l’achèvement de la fouille de l’enclos des Novii (1E), entamée en 2015. Plusieurs sondages ont été réalisés dans les niveaux de sols et de remblais. L’un, dans la partie orientale de l’enclos, a permis de révéler les limites de la fosse de la tombe-bûcher (1E9) qui n’avaient pas été perçues l’an passé lors de sa fouille. Sont également apparues plusieurs fosses, probablement en lien avec l’installation de l’enclos.

6Le travail a aussi porté sur le petit monument funéraire construit à l’angle nord-est de l’enclos, venant recouper partiellement la sépulture 1E9 et portant l’épitaphe de Cornelia Quieta, morte à 30 ans (1E2). La fouille du conduit à libation, réalisé dans la maçonnerie du monument, a révélé que ce conduit se prolongeait jusqu’au niveau du sol de l’enclos et traversait donc toute la construction. Même si l’exploration du conduit n’a pas permis de les atteindre, il semble probable que les restes osseux de Cornelia aient été déposés dans les fondations du petit monument funéraire.

7Deux autres sondages, l’un au sud de la tombe-bûcher en bâtière et l’autre dans la partie occidentale de l’enclos, ont à nouveau permis de mettre en évidence l’ancienne route de Nocera et son trottoir, sous les niveaux d’implantation de l’enclos.

8Également antérieure à l’installation de 1E, une nouvelle sépulture (1E11), située dans la partie occidentale de l’enclos, a été fouillée cette année et témoigne d’une phase d’occupation sépulcrale de la zone à la fin de la République. Cette sépulture se compose de deux fosses : une grande fosse (FS 324) reçut les résidus du bûcher et le matériel funéraire utilisé lors de la crémation du défunt ; au fond de cette fosse, en fut creusée une seconde, plus petite (FS 331), contenant un grand vase à parfum en terre cuite dans lequel furent versés les restes osseux du défunt. La bouteille fut fermée avec un couvercle en plomb et une monnaie fut ensuite déposée au sommet de celui-ci (fig. 4). Ce genre de sépulture, se distinguant de celles observées à l’époque impériale dans la nécropole de Porta Nocera, révèle des pratiques funéraires spécifiques, laissant envisager qu’il pourrait éventuellement s’agir d’une tombe de colon.

Fig. 4 – La sépulture 1E11. La monnaie posée sur le bouchon en plomb a pris une coloration bleutée.

Fig. 4 – La sépulture 1E11. La monnaie posée sur le bouchon en plomb a pris une coloration bleutée.

Cliché Flore Giraud.

L’enclos 1F des Veranii

9La campagne 2019 a également permis d’achever la fouille de l’enclos des Veranii (1F), amorcée elle aussi en 2015. La poursuite du sondage réalisé dans la partie méridionale de l’enclos a conduit à fouiller plusieurs contextes erratiques contemporains de l’installation funéraire de Quintus Veranius. Au-dessous, une série de couches formant une vaste structure à la fonction pour l’heure mal définie (fosse d’extraction ?) ont été sondées ; elles renvoient à des occupations humaines antérieures au don du terrain par les décurions à Quintus Veranius et signalent une possible installation protohistorique dans le secteur.

10Une dernière sépulture à crémation (1F17) a été fouillée : sans marquage de surface, elle se trouvait juste en arrière de l’alignement de façade des six stèles, directement au nord de 1F2 et à l’est de 1F7, aménagée elle aussi dans les niveaux d’installation de l’enclos. L’amas osseux fut déposé dans une olla servant d’urne funéraire, fermée par un couvercle en terre-cuite et scellée à celui-ci grâce à de la chaux ; rien ne permet de restituer un premier contenant en matériau périssable autour des os. En revanche, une monnaie d’Agrippa sous Caligula apparue en position verticale contre la paroi de l’urne, à la passe R4 de l’amas osseux, atteste d’une mise au tombeau postérieure aux années 37-41 apr. J.-C. Si le lot funéraire alloué par les décurions à Quintus Veranius remonte bien à l’époque augustéenne et à la monumentalisation de l’enclos par Verania Clara à l’époque tibérienne, cela laisse envisager une utilisation de l’enclos par les Veranii sur un temps assez long, avec toutefois des traitements différentiels suivant les individus puisque certains, comme celui de la sépulture 1F17 (un adulte jeune de sexe indéterminé mais très robuste), n’ont pas reçu de marquage de surface.

11La fouille des niveaux d’occupation au nord de l’enclos a révélé une nouvelle aire de crémation (AC 615), aménagée dans une fosse trapézoïdale creusée dans les niveaux d’installation et d’occupation de l’enclos 1F. Ce bûcher se caractérise par la découverte en place de plusieurs objets brûlés ou portant des traces de brûlé (fig. 5) : fragments d’imbrex, unguentaria coupés au col, peson de tisserand, lampe retournée et écrasée sur place, balsamaires en verre sur noyau d’argile brisés et fondus… L’aire a livré les restes de plusieurs crémations avec collectes suivies d’un dépôt secondaire des ossements dans certaines des sépultures de l’enclos. Les études spécialisées à venir, notamment l’étude anthropologique complète prévue pour l’année 2020, devraient permettre d’affiner la chronologie relative des faits funéraires ; en particulier la recherche de collages entre les éléments issus des différentes aires de crémation et les sépultures fouillées pourraient apporter des indices sur la succession des structures. La céramique quant à elle fournira probablement des éléments complémentaires pour la datation des différentes phases du lot funéraire.

Fig. 5 – Enclos 1F. Photogrammétrie de l’aire de crémation AC 615 : on distingue les fragments d’imbrex, les unguentaria coupés au col, un peson de tisserand, une lampe retournée et écrasée sur place, des balsamaires en verre brisés et fondus.

Fig. 5 – Enclos 1F. Photogrammétrie de l’aire de crémation AC 615 : on distingue les fragments d’imbrex, les unguentaria coupés au col, un peson de tisserand, une lampe retournée et écrasée sur place, des balsamaires en verre brisés et fondus.

Cliché Flore Giraud.

L’aire funéraire 1J : une aire de crémation et un « nécro-sol »

12Située entre l’enclos 1F des Veranii et le monument funéraire 1G, cet espace funéraire ouvert est occupé par trois sépultures signalées par une stèle en lave. L’objectif de la campagne 2019 était d’élargir la fouille vers le nord, jusqu’au contact avec la tranchée contemporaine qui passe à l’arrière du talus nord, et de continuer la fouille de la couche d’occupation qui est venue recouvrir le sol d’installation des sépultures. Ainsi, une aire de crémation à usage unique (AC4) a été mise en évidence à l’arrière des sépultures. Comme en 2018, le secteur a été fouillé par passes libérant des centaines de fragments d’objets (gobelets, vaisselle, flacons, lampes, etc.) et d’ossements humains et animaux. À la fin de chaque passe, l’ensemble de la surface a fait l’objet d’un relevé photogrammétrique géoréférencé de très haute résolution permettant la création d’un modèle numérique de terrain sur lequel sont placés les témoins, artéfacts et écofacts. L’analyse de leur dispersion dans les volumes sédimentaires autorise alors une étude approfondie des gestes déployés dans l’environnement des sépultures ; elle permet également d’analyser les modalités de fragmentation des objets déposés sur les tombes et leur éparpillement, pour une meilleure compréhension des gestes déployés et des phénomènes de constitution des sols en contexte funéraire (fig. 6).

Fig. 6 – Aire 1J. Visualisation tridimensionnelle des liaisons des fragments du plat 1 et du gobelet 1.

Fig. 6 – Aire 1J. Visualisation tridimensionnelle des liaisons des fragments du plat 1 et du gobelet 1.

Document François Fouriaux.

Le monument 1G : une structure funéraire de la fin de l’époque républicaine

13Le mausolée 1G est le seul tombeau monumental de la zone B de la nécropole (Fondo Pacifico), alors que ceux-ci sont très présents dans le secteur ouest, près de la porte urbaine. Celui-ci est d’ailleurs construit en grand appareil de tuf de Nocera alors que les monuments voisins, tous d’époque augustéenne ou postérieure, sont maçonnés et enduits. Ces monuments sont considérés comme les plus anciens de la nécropole, mais les datations sont fondées sur l’architecture et non sur des témoignages archéologiques précis, d’où l’intérêt de travailler sur la construction du monument 1G.

14Un sondage implanté sur la route et le talus bordant le monument au sud a permis de mettre en évidence une série de sols et de remblais apportés avant et pendant la construction du mausolée. Il a été également possible d’établir que la borne localisée à l’angle sud-ouest du monument est postérieure et signe par conséquent une reprise du lot funéraire. Le sondage implanté au nord et contre le monument a permis de documenter l’ensemble du processus de construction, depuis le creusement de la fosse de fondation du monument (et la destruction probable de sépultures antérieures dont les marquages ont été retrouvés) jusqu’à l’élévation de l’architecture et du comblement du terrain.

L’aire funéraire 3E : découverte d’une sépulture primaire à crémation

15Cette aire située sur la terrasse surplombant au sud la route de Nocera est fouillée depuis 2015. En 2019, une fois la dernière sépulture secondaire à crémation fouillée (SP 3E2), l’étude a concerné la partie centrale de l’enclos occupée par l’aire de crémation AC 16, identifiée à une sépulture primaire à crémation (SP 3E18). Cette fosse-bûcher, installée dans la dernière génération avant l’éruption, a été aménagée dans une grande fosse sub-rectangulaire, dans un secteur déjà occupé précédemment par des bûchers. Deux banquettes ont été prévues au nord et au sud du creusement. Une grande quantité de balsamaires déposés sur la banquette sud montre que le corps a été parfumé avant la mise à feu (certains flacons ont ensuite glissé dans la fosse et ont été retrouvés fondus). La fouille du comblement a permis de mettre en évidence une série de couches liées à la combustion du sujet de AC 16. Les restes osseux ainsi que les résidus de crémation ont été rabattus au centre de la fosse pour être recouverts et protégés par les deux moitiés imbriquées d’une même amphore découpée dans le sens de la longueur (fig. 7). Des fragments de l’armature décorée d’un lit funéraire ont également été identifiés. L’amas osseux du sujet adulte de la SP 3E18 a été prélevé afin d’être tamisé à sec (lors de la campagne 2020). Le fond de la fosse sera également fouillé en 2020.

Fig. 7 – Aire 3E. Photogrammétrie de la sépulture primaire à crémation 3E18.

Fig. 7 – Aire 3E. Photogrammétrie de la sépulture primaire à crémation 3E18.

Cliché Flore Giraud.

L’aire funéraire 3D : une sépulture contenant 40 balsamaires

16Trois campagnes de fouille ont permis de mettre en évidence un petit enclos densément occupé par au moins 13 sépultures répertoriées à ce jour. Quatre tombes ont été fouillées dans le secteur nord de l’aire funéraire (3D1, 3D2, 3D10 et 3D11). L’ordre stratigraphique des tombes a également commandé la fouille de la sépulture 3D9 située contre le mur ouest de l’enclos (fig. 8). La stèle en marbre de cette tombe, n’ayant pas pu être calée dans le sédiment, a été clouée directement dans le mur, grâce à un orifice situé dans la base. Les résidus du bûcher ont été disposés au fond de la fosse. Une bâtière faite de trois grandes tuiles plates refermées par des éléments de tuile découpés a ensuite été aménagée pour contenir l’amas osseux d’un adulte. Puis, la structure a été comblée, laissant le haut du tube à libations à découvert. Celui-ci a servi à de nombreuses libations de parfum échelonnées dans le temps comme en témoignent pas moins de quarante balsamaires en verre glissés dans le conduit et découverts à des altitudes différentes au-dessus de l’amas osseux. Les derniers flacons recouverts par les pierres ponces indiquent que les ultimes libations sont intervenues peu de temps avant l’éruption du Vésuve. Une monnaie a également été déposée après la fermeture de la sépulture, ainsi que des éléments d’amphore (dont la signification reste à comprendre) et un élément de fermeture en bronze d’un petit sac. Afin de comprendre à la fois la dynamique de comblement et la chronologie des dépôts liés à la commémoration du défunt, l’ensemble des séquences de dépôt a reçu une couverture photogrammétrique appuyée par une batterie de relevés (coupes et plans) et un enregistrement rigoureux des dépôts et comblements. La campagne 2020 prévoit la fouille des deux tombes 3D12 et 3D13 situées dans la partie nord de l’enclos et celle des tombes 3D4 et 3D5 localisées dans la partie est. Il s’agira ensuite de dégager la tombe fondatrice de l’enclos (3D6 et 3D7).

Fig. 8 – Sépulture 3D9 : on distingue une partie des balsamaires glissés dans la tombe par le tube à libations.

Fig. 8 – Sépulture 3D9 : on distingue une partie des balsamaires glissés dans la tombe par le tube à libations.

Cliché Flore Giraud.

Un sondage à l’arrière du mur délimitant la terrasse funéraire

17Un sondage de 2,8 m2 a été implanté au sud du grand mur délimitant la terrasse funéraire, à l’arrière de l’aire funéraire 3E, avec l’objectif de caractériser la fonction de cet espace vide de toute structure, dégagé en 1983. Six grandes phases datant de la préhistoire à nos jours ont pu être observées. Les deux premières et les plus anciennes, d’origine volcanique, sont dépourvues de tout matériel anthropique. La première séquence anthropisée, de 70 cm d’épaisseur, a livré quelques tessons en céramique non tournée (néolithique ? Âge du Fer ?) ; sur celle-ci repose la séquence stratigraphique antique, contemporaine de l’aménagement de la route et de la construction du mur de la terrasse funéraire. La couche supérieure sur laquelle se sont déposées les pierres ponces est un limon fin brun clair qui était recouvert de prairie ou d’une culture indéterminée en 79.

Le chantier de Porta Nocera, une opération de recherche et de formation spécifiques à l’archéothanatologie de la crémation

18Dès le début, les opérations de terrain menées sur la nécropole de Porta Nocera ont été couplées à des actions spécifiques de formation et à une recherche méthodologique approfondie concernant l’étude des restes humains brûlés. En ce qui concerne la formation, un stage d’une durée de une à deux semaines a permis à S. Thorimbert et à A. Durand d’acquérir ou d’approfondir les connaissances nécessaires à l’étude des sépultures à crémation. Elles ont respectivement traité les tombes SP 1G-2, fouillée en 2018, et SP 1F-17, fouillée en 2019.

19Dans la perspective de la publication prochaine de la zone A, une partie importante de la campagne 2019 a été consacrée à la reprise systématique de l’ensemble des données anthropologiques relatives aux tombes, structures et niveaux des enclos 25A, 25C et 26 et aux aires de crémation fouillées au sud de l’enclos 26, puis à la recherche d’une part des liaisons ostéologiques de deuxième ordre (collage de fragments jointifs, symétrie d’os pairs, identité du stade de maturation, appartenance à un même ensemble pathologique), et d’autre part des relations d’exclusion (doublets, incompatibilités du stade de maturation) entre ces diverses entités archéologiques. Les résultats ont été nombreux, ils éclairent certains des aspects du fonctionnement funéraire, avec notamment la mise en évidence d’une très probable sépulture primaire à crémation (F 19, « tombe-bûcher ») en partie engagée sous le monument funéraire de Castricia Prisca. La complémentarité a pu être établie de manière certaine entre d’une part le contenu de l’urne en verre SP 301 prise dans la maçonnerie du mur sud de l’enclos 26, et d’autre part le dépôt de cendres SP 308, au voisinage immédiat de la stèle de Poppaea Cypare.

20Par ailleurs, deux questions relatives à la paléopathologie, déjà évoquées dans la chronique précédente, ont été approfondies. La première, l’hyperostose frontale interne, un dépôt asymptomatique de substance osseuse sur la face endocrânienne de l’écaille frontale, doit faire l’objet de la thèse de médecine que doit prochainement soutenir Anaïs du Fayet de La Tour, interne en Médecine légale au CHU de Limoges ; cette anomalie touche de manière presque exclusive (à plus de 95 %) les femmes après la ménopause, elle est donc susceptible de devenir pour les médecins légistes un indice précieux d’identification des corps dans les accidents de masse où les restes de plusieurs cadavres brûlés sont intimement mêlés. La deuxième s’inscrit dans le cadre de la thèse d’anthropologie que prépare Eliza Orellana Gonzales à l’Université de Bordeaux dans le cadre d’un contrat doctoral fléché sur les axes thématiques de l’École française de Rome : L’intoxication des populations romaines de l’aire vésuvienne par le fluor contenu dans les eaux de boisson. Il est en effet possible que le sujet de la tombe 1F-16, dont le squelette est remarquablement lourd (3151,2 gr d’os brûlés) ait souffert d’une intoxication par le fluor (ostéopétrose), comme cela a pu être établi de manière certaine pour plusieurs individus mis au jour lors des fouilles du Centre Jean Bérard dans la nécropole de Cumes.

Haut de page

Bibliographie

D’Ambrosio – De Caro 1987 = A. D’Ambrosio, S. De Caro, La necropoli di Porta Nocera. campagna di scavo 1983, dans P. Zanker, H. von Hesberg (dir.), Römische Gräberstrassen: Selbstdarstellung – Status – Standard. Kolloquium in München vom 28. bis 30. Oktober 1985, Munich, 1987, p. 199-228.

Duday – Van Andringa 2017 = H. Duday, W. van Andringa, Archaeology of memory: about the forms and the time of memory in one necropolis of Pompeii, dans J. Knust, C. Moser (dir.), Ritual matters. Material residues of ancient religion, Rome, 2017, p. 73-86.

Haut de page

Notes

1 Duday – Van Andringa 2017.

2 D’Ambrosio – De Caro 1984.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du chantier de fouille.
Crédits Document François Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 2 – Photogrammétrie du chantier montrant les aires fouillées.
Crédits Document Johannes Laiho.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 3 – Au premier plan, l’amas osseux de la sépulture 1C1 déposé à même le sol. Au second plan, les deux moitiés de l’amphore qui recouvrent une sépulture primaire à crémation.
Crédits Cliché William Van Andringa.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 4 – La sépulture 1E11. La monnaie posée sur le bouchon en plomb a pris une coloration bleutée.
Crédits Cliché Flore Giraud.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 5 – Enclos 1F. Photogrammétrie de l’aire de crémation AC 615 : on distingue les fragments d’imbrex, les unguentaria coupés au col, un peson de tisserand, une lampe retournée et écrasée sur place, des balsamaires en verre brisés et fondus.
Crédits Cliché Flore Giraud.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 6 – Aire 1J. Visualisation tridimensionnelle des liaisons des fragments du plat 1 et du gobelet 1.
Crédits Document François Fouriaux.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 7 – Aire 3E. Photogrammétrie de la sépulture primaire à crémation 3E18.
Crédits Cliché Flore Giraud.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-7.png
Fichier image/png, 771k
Titre Fig. 8 – Sépulture 3D9 : on distingue une partie des balsamaires glissés dans la tombe par le tube à libations.
Crédits Cliché Flore Giraud.
URL http://journals.openedition.org/cefr/docannexe/image/4663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Van Andringa et Henri Duday, « Pompéi – Fouille de la nécropole romaine de Porta Nocera. Campagne 2019 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Les cités vésuviennes, mis en ligne le 03 août 2020, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cefr/4663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cefr.4663

Haut de page

Auteurs

William Van Andringa

École Pratique des Hautes Études et UMR 8546 CNRS ENS-PSL (AOrOc), Paris

Articles du même auteur

Henri Duday

UMR 5199 du CNRS PACEA, Université de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search