Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82La diversité des rôlesLes fictions dramatiques de L’Ami...

La diversité des rôles

Les fictions dramatiques de L’Ami des enfants entre traités d’éducation et expériences morales

Une écriture théâtrale à destination plurielle
Die Dramen in Arnaud Berquins L’Ami des enfants als Erziehungsschriften und moralische Experimente: ein theatralisches Schreiben mit Mehrfachadressierung
The Dramatic Fictions of L’Ami des enfants between Educational Treatises and Moral Experiences: A Theatrical Writing with a Plural Destination
Béatrice Ferrier
p. 41-54

Résumés

L’article étudie quatre fictions dramatiques de Berquin issues de textes allemands (Salzmann, Campe, Weiße) : L’École des marâtres, La Vanité punie, L’Éducation à la mode et Les Joueurs. Ces pièces présentent l’intérêt de définir plusieurs publics – enfants et adultes – et d’envisager divers modes de réception relevant du lecteur, de l’acteur et du spectateur. Toutes développent, dans une mise en abyme, le thème de l’éducation, faisant office de leçons en actes et de traités d’éducation. Sont donc interrogées les spécificités du genre dramatique dans la transmission de principes éducatifs, selon les multiples destinataires. Il s’agit d’étudier comment le texte diffuse ces principes d’éducation pour transmettre des messages clairs, avant de s’intéresser à la manière dont l’écriture dramaturgique prend en compte l’efficacité de la mise en voix et en gestes. Pour finir sera envisagé le rôle des émotions dans les mises en scène proposées pour influer sur le réel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claire Gantet et Markus Meumann (dir.), « Introduction », Les Échanges savants franco-allemands a (...)
  • 2 La présence de la culture française serait plus importante en Allemagne que ne l’est la culture a (...)
  • 3 Ces intermédiaires doivent être pris en compte car ils « déplacent des éléments d’une tradition c (...)
  • 4 Jean-Marie Carrière, « Berquin’s Adaptations from German Dramatic Literature », Studies in philol (...)
  • 5 François Genton, « Arnaud Berquin (1747-1791) et l’influence des auteurs de langue allemande sur (...)
  • 6 Cf. la copie de cette lettre de Berquin du 15 mars 1776 dans l’article de Jean-Marie Carrière, «  (...)
  • 7 Cf. la lettre inédite de Berquin du 18 février 1776 mise au jour par Valérie Leyh, « ‹ L’ami du j (...)
  • 8 Alexa Craïs, Formes et pratiques de l'observation et du contrôle dans la pédagogie des philantrop (...)
  • 9 Ce point est également souligné par Annette Baudron, L’Œuvre d’Arnaud Berquin : littérature de je (...)
  • 10 Craïs, Formes et pratiques de l'observation et du contrôle dans la pédagogie des philantropistes, (...)
  • 11 Arnaud Berquin, « Prospectus », L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. V.

1Parmi les fictions morales diffusées à la fin du XVIIIe siècle en France, celles d’Arnaud Berquin sont reconnues pour leurs vertus édifiantes et récompensées par le prix d’utilité que leur décerne l’Académie française en 1784. Elles font plus largement état de la circulation des textes d’éducation au sein de l’Europe puisqu’elles reprennent des ouvrages déjà parus, notamment en allemand. Soulignons, à partir du récent ouvrage collectif de Claire Gantet et Markus Meumann, que le périodique de Berquin, L’Ami des enfants, témoigne d’un cas de « transfert1 » singulier à double titre puisqu’il concerne à la fois la littérature enfantine et les échanges depuis l’Allemagne vers la France2. Le journaliste apparaît comme un « intermédiaire3 » qui diffuse des œuvres allemandes par les réécritures qu’il en propose. Ce féru de littérature germanique, comme le soulignent Jean-Marie Carrière4 et François Genton5, se constitue dès 1776 une « bibliothèque de bonnes poésies allemandes6 » par l’entremise de deux collectionneurs de Leipzig et de l’éditeur Breitkopf7. En tant que membre du réseau des philantropistes – lequel joue un rôle manifeste dans le domaine de l’éducation ainsi que le montre Alexa Craïs8 – le précepteur des enfants de Panckoucke transmet les principes d’édification morale qui se propagent dans toute l’Europe9. En effet, dans le prospectus qui ouvre le premier numéro de janvier 1782, il reprend les termes introductifs de Christian Felix Weiße10, à qui il emprunte également le titre de Der Kinderfreund publié en 1775, pour affirmer « le double projet d’amuser les enfants et de les porter naturellement à la vertu11 » en s’inspirant de leur quotidien et de leur langage. Ainsi, la fictionalisation repose non pas sur un cadre lointain ou merveilleux mais sur une habile construction littéraire pour guider le destinataire vers la voie du bien, les choix génériques jouant de ce fait un rôle essentiel. Or Berquin ne produit pas seulement des fictions narratives, il attache une grande importance à ses petits drames auxquels il consacre tout le dernier paragraphe de son propos inaugural, tel un argument de vente :

  • 12 Ibid., p. VIII-IX.

Il y aura dans tous les volumes un petit drame, dont les principaux personnages seront des enfants, afin de pouvoir leur faire acquérir de bonne heure une contenance assurée, des grâces dans leurs gestes et dans leur maintien, et une manière aisée de s’énoncer en public. La représentation de ces drames sera de plus une fête domestique qui servira à leur amusement. Les parents, ayant toujours un rôle à y jouer, goûteront le charme si doux de partager les divertissements de leur jeune famille ; et ce sera un nouveau lien qui les attachera plus tendrement les uns aux autres par la reconnaissance et par le plaisir12.

  • 13 Cette double adresse des fictions est une constante chez Berquin, fait remarquer Francis Marcoin, (...)
  • 14 Berquin, L’École des marâtres, L’Ami des enfants 8, août 1783, p. 73-144.
  • 15 Berquin, La Vanité punie, L’Ami des enfants 7, juillet 1782, p. 89-144.
  • 16 Berquin, L’Éducation à la mode, L’Ami des enfants 7, juillet 1783, p. 51-144.
  • 17 Berquin, Les Joueurs, L’Ami des enfants 3, mars 1783, p. 18-144.
  • 18 Berquin indique d’emblée dans une note l’héritage qu’il doit à Weiße ainsi qu’à Campe et Salzmann (...)
  • 19 I. Nières-Chevrel recense la plupart des sources des œuvres de Berquin à partir des travaux antér (...)
  • 20 Parmi les travaux récents, cf. Christophe Martin, Éducations négatives : fictions d’expérimentati (...)
  • 21 Dans le cadre très circonscrit de cet article qui appelle de prochaines études, la démarche, non (...)

2Ces fictions dramatiques présentent donc l’intérêt de définir plusieurs publics – enfants et adultes13 – et d’envisager plusieurs modes de réception complémentaires relevant du lecteur, de l’acteur et du spectateur. Afin de conduire, dans les limites de cet article, une analyse précise des procédés déployés, quatre pièces particulièrement significatives ont été sélectionnées : L’École des marâtres14, La Vanité punie15, L’Éducation à la mode16 et Les Joueurs17. D’une part, ces drames en un acte proviennent des trois auteurs allemands auxquels se réfère Berquin dans sa préface18, respectivement « Die gute Stiefmutter » de Salzmann, « Die bestrafte Eitelkeit ; ein kleines Schauspiel » de Campe, « Das junge Modefrauenzimmer » et « Die jungen Spieler » de Weiße, d’après les travaux d’Isabelle Nières-Chevrel19. D’autre part, tous développent, dans une mise en abyme, le thème de l’éducation, qu’il s’agisse d’un contexte particulier – la famille recomposée dans L’École des marâtres, la différence entre l’éducation des filles et celle des garçons dans L’Éducation à la mode – ou de l’expérience éducative elle-même à travers la mise en scène d’une épreuve qui transforme le personnage principal dans La Vanité punie et Les Joueurs. Par conséquent, ces pièces s’apparentent tout autant à des leçons en actes pour les enfants qu’à des traités d’éducation pour les parents, à l’heure où se multiplient les écrits pédagogiques20. Aussi interrogerons-nous les spécificités du genre dramatique, tel que le conçoit Berquin21, dans la transmission de principes éducatifs, selon les multiples destinataires envisagés.

3Nous étudierons dans un premier temps comment le texte diffuse ces principes d’éducation pour donner à lire des messages clairs, avant de nous intéresser à la manière dont l’écriture dramaturgique prend en compte l’efficacité de la mise en voix et en gestes. Cela nous conduira dans un dernier point à envisager le rôle des émotions dans les mises en scène proposées pour influer sur le réel.

Diffusion des principes d’une bonne éducation : de l’exemple à la leçon

4La polyphonie intrinsèque au genre théâtral pourrait entraîner une certaine confusion dans la transmission du message. Berquin pallie cette difficulté par la construction rigoureuse de chacun de ses drames en un acte, une construction resserrée et toujours identique obéissant à une démarche inductive qui consiste à partir d’une situation fictionnelle pour en expliciter des principes moraux applicables par tous.

Construction des pièces : de la situation initiale à la résolution finale

  • 22 Berquin, L’École des marâtres, sc. 1, p. 76.
  • 23 Berquin, La Vanité punie, sc. 1, p. 91-92.
  • 24 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 2, p. 57.
  • 25 Berquin, Les Joueurs, sc. 1, p. 20.
  • 26 Ibid., sc. 1, p. 23.

5L’exposition des quatre pièces fait état du problème auquel se trouve confronté un personnage enfantin et souligne le lien avec le titre. Il s’agit, en l’occurrence, d’un défaut ou d’une situation que l’éducation peut corriger. L’École des marâtres débute par le monologue du petit Fabien qui rejoint la demeure familiale, après le remariage de son père, tout empreint de la douleur du décès de sa mère, à laquelle il s’adresse : « À ta place, dans la maison demeure à présent une marâtre22. » C’est une réplique de M. de Valence à son épouse qui ouvre La Vanité punie : « Voilà notre Valentin qui se promène dans l’allée avec un livre à la main. Je crains bien que ce ne soit par vanité plutôt que par un véritable désir de s’instruire, qu’il ait toujours l’air occupé de quelque lecture23. » L’Éducation à la mode commence par la visite d’un tuteur à ses pupilles, soucieux de l’éducation que la jeune fille reçoit de sa tante, le garçon étant en pension : « Madame Beaumont élève, à ce que je vois, sa nièce, ainsi qu’on l’a élevée elle-même, à s’attifer comme une poupée, et se tenir toujours en parade24. » Une conversation entre deux amis autour de la passion du jeu introduit Les Joueurs, Auguste reprochant à Jules de n’avoir « que des jeux en tête25 » et Jules avouant : « on m’a fait jouer et ils m’ont gagné tout mon argent26. » Pour rembourser cette dette, le jeune homme projette de tromper Albert, le troisième ami au centre de la pièce.

6Dans ces quatre textes, toute la fable vise à résoudre le problème initial. Aussi le dénouement traduit-il un retour à l’ordre : L’École des marâtres s’achève par l’entente harmonieuse entre tous les enfants de la famille recomposée ; dans La Vanité punie, Valentin guérit de son orgueil ; dans L’Éducation à la mode, Léonor choisit la pension pour bénéficier d’une éducation plus utile à sa vie future ; dans Les Joueurs, le jeune Albert apprend à faire preuve de plus de discernement dans ses fréquentations et à se méfier de sa passion naissante du jeu, de même que Jules prend conscience de ses erreurs. Ce dénouement correspond donc à l’aboutissement heureux d’une forme de parcours initiatique du personnage principal que tout le drame déroule devant les yeux du lecteur spectateur.

Système manichéen des personnages : évolution vers la vertu

7Selon un système manichéen bien défini, le héros est conduit vers la vertu, qu’il soit entouré de bons et de mauvais modèles ou qu’il s’oppose à un autre personnage dans un jeu de reflet inversé.

8Ainsi, les personnages secondaires jouent un rôle clef dans le cheminement de Fabien de L’École des marâtres ou d’Albert dans Les Joueurs. Le petit orphelin, qui traverse un conflit de fidélité entre sa défunte mère et sa nouvelle famille, est d’abord trompé par un mauvais domestique puis progressivement éclairé par ses sœurs et ses beaux-frères, tous reconnaissants envers leurs parents. Le jeune joueur, quant à lui, est partagé entre deux groupes d’enfants : d’un côté, son ami Auguste et sa sœur Hélène qui incarnent la sagesse et veulent le protéger ; de l’autre, son voisin Jules qui refuse l’autorité parentale et subit la mauvaise influence d’enfants malhonnêtes.

  • 27 C’est aussi un motif repris dans l’Émile de Rousseau, souligne à juste titre Marie-Emmanuelle Pla (...)

9Les deux autres drames placent le personnage principal face à un enfant modèle. La Vanité punie met en scène Valentin, le fils des maîtres, arrogant envers Mathieu, un petit paysan débordant de gentillesse. Le retournement de situation se produit par l’interaction entre ces deux personnages : Valentin, perdu dans la forêt – lieu du conte27 – est sauvé par celui qu’il méprisait. L’Éducation à la mode oppose Léonor, d’un caractère superficiel caricatural, à son frère Didier, d’une maturité admirable, une opposition renforcée par les adultes, M. de Verteuil représentant les vertus sages d’une bonne éducation et la tante incarnant toutes les erreurs préjudiciables à l’éducation des filles.

10À l’instar du conte et malgré l’absence de toute instance narrative, le jeune lecteur est donc guidé avec insistance vers le modèle à suivre, vers les personnages fortement valorisés, et invité à se méfier des autres, une orientation explicitée lors du dénouement.

Explicitation de la leçon légitimée par le serment de l’enfant

11C’est une figure paternelle, celle du bon éducateur qui dispense la leçon finale. L’enfant concerné prête serment montrant à quel point cette expérience aura été fondatrice pour lui. L’exemple le plus révélateur nous est fourni par les dernières répliques des Joueurs où la sentence en deux points, très concise, de M. de Floris est doublement approuvée par son fils :

  • 28 Berquin, Les Joueurs, sc. 16, p. 144.

M. de Floris : Vous voyez, mes enfants, les suites exécrables de la passion du jeu.
Albert : Ô mon Dieu ! J’en frémirai toute ma vie !
M. de Floris : Tu vois aussi combien il faut être circonspect dans le choix de ses amis.
Albert : Oh oui, mon papa, et je sentirai surtout combien il est heureux d’en avoir un dans son père28.

12Les enfants eux-mêmes prêtent donc leur voix, s’impliquent dans le message qu’ils contribuent à renforcer, selon une écriture dramatique aux qualités pédagogiques évidentes pour guider les enfants vers la leçon dispensée.

Une éducation par les gestes et la voix : du jeu fictionnel à la réflexion sur le réel

13Le langage dramaturgique facilite d’autant plus l’appropriation des discours et des gestes que les acteurs comme les spectateurs se sentent concernés par ces situations qui leur sont proches.

Jeux de réflexivité : théâtre comme miroir tendu aux élèves

  • 29 Cette situation est fréquente au service militaire, rappelle le père du jeune Valentin (Berquin, (...)

14Pour les enfants, ce sont de réelles situations que met en scène la fiction : la leçon de chant ou de danse dans L’Éducation à la mode, le bivouac29 dans la Vanité punie, le goûter au jardin dans L’École des marâtres ou encore la partie de cartes dans Les Joueurs. En dévoilant les coulisses de la tricherie, ce dernier drame s’attarde d’ailleurs sur toutes les dispositions à prendre, de manière concrète, pour s’assurer de l’équité du jeu et prémunir ainsi les jeunes gens des dangers qui les attendent hors de la demeure familiale, en particulier lorsque les garçons partent au collège ou dans les écoles militaires.

  • 30 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 12, p. 107-110.
  • 31 Priscille et Agathe expliquent par exemple à leur frère tout ce qu’elles ont appris grâce aux bon (...)

15Les enfants conduisent donc des expériences qu’ils connaissent, si ce n’est que la fiction les met à distance et les invite à donner du sens à l’éducation qu’ils reçoivent. La réflexion porte par exemple sur l’enseignement des arts dans L’Éducation à la mode : la conversation entre Didier et sa sœur compare la vie des filles de son maître et les activités de Léonor selon un jeu de reflet inversé30. De même, L’École des marâtres donne lieu à une prise de conscience des mérites d’une éducation complète et rigoureuse qui comprend à la fois des connaissances scolaires mais surtout pratiques, dans un parallèle entre les choix de la défunte mère et ceux de l’actuelle Madame de Fleury31.

16De cette manière, les jeunes destinataires sont appelés à exercer leur esprit critique sur des aspects précis de leur éducation et sur les principes moraux sous-jacents. La bonne conduite à tenir résulte d’habiles jeux de points de vue qui nuancent la leçon. Dans Les Joueurs, la droiture d’Auguste, face aux joueurs qui veulent l’entraîner dans leur partie, s’apparente à un cas d’école, les principes moraux étant respectés sans contrevenir aux règles de civilité.

  • 32 Berquin, Les Joueurs, sc. 11, p. 101-103.

Raoul : Est-ce que vous pensez à vous promener, vous ?
Auguste : Qu’aurais-je autrement à faire ?
Victor : Et jouer ?
Auguste : Je ne sais pas le jeu ; et quand je le saurais, je n’ai pas d’argent à perdre.
Caraffa : Comme si l’on était sûr de perdre toujours !
Auguste (en le fixant) : Oui, Monsieur, surtout avec vous. Je vous crois beaucoup trop habile pour moi.
Albert : Si je gagne, je vous promets de vous rendre votre argent.
Jules : Et moi aussi.
Raoul et Victor : Nous de même.
Auguste : Vous m’offensez, Messieurs. Perdre mon argent pour le reprendre, ou gagner le vôtre pour le garder, ce ne sont pas là de mes conditions ; et s’il faut tous mutuellement se restituer la perte, ce n’est pas la peine de se mettre au jeu32.

17La résistance d’Auguste démontre l’absurdité d’un jeu sans perdant et offre une alternative à la faiblesse de Jules, qui s’est laissé piéger, ou à la fougue d’Albert, qui ne peut résister à la tentation. De façon similaire, dans L’École des marâtres, le sage Casimir et le bouillant Prosper, les deux fils de Madame de Fleury, adoptent des points de vue contraires face à la froideur de leur beau-frère. L’aîné, bienveillant, propose à son jeune frère de se décentrer en considérant les émotions légitimes d’autrui :

  • 33 Berquin, L’École des marâtres, sc. 8, p. 121-122.

Casimir : Oui ; mais sais-tu que je commence à te croire aussi grognon que lui. Je ne t’ai jamais vu tant d’aigreur.
Prosper : C’est lui qui me la donne. Ses sœurs ont-elles jamais eu de plaintes à faire sur mon compte. Je ne demandais qu’à bien vivre avec lui-même. Tu sais avec quelle joie j’attendais son arrivée, et comme j’ai couru à sa rencontre pour le bien recevoir.
Casimir : Il est vrai ; mais comme je te l’ai dit, mon frère, il peut avoir du chagrin. Il craint peut-être de n’être plus aussi aimé de son papa, ou que maman lui fasse moins d’amitiés qu’à nous. N’est-il pas alors de notre devoir de le ménager dans sa peine, de lui donner des consolations, et de le faire revenir dans nos bras par toute sorte de complaisances ?
Prosper : Tu as raison. Je n’y avais pas encore si bien songé33.

18Ces deux types de réactions face aux conflits familiaux peuvent être aisément transférés par les jeunes acteurs et spectateurs. Par conséquent, grâce à ces multiples regards portés sur une situation donnée, le théâtre fait office de miroir tendu aux enfants qui jouent comme à ceux qui regardent.

Théâtre comme miroir tendu aux éducateurs

  • 34 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, La Haye, J. Néaulme, 1762.

19Ces jeux de points de vue sont aussi destinés aux parents qui reçoivent des conseils sur leurs devoirs éducatifs, sur la relation à instaurer avec leurs enfants, dans le sillage de Rousseau34.

  • 35 Albert : « Il est si doux et si bon ! » Jules : « Et le mien si dur et si sévère ! » (Berquin, Le (...)
  • 36 Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 115-116.

20La mise en garde concerne, dans Les Joueurs, une éducation trop sévère qu’incarne le père de Jules en stricte opposition à celui d’Albert35 : Jules se trouve en mauvaise posture car il n’ose pas avouer sa faute à son père qui, de ce fait, ne peut lui dispenser une quelconque leçon de manière constructive. Mais une éducation trop tendre ne permet pas non plus de corriger les défauts d’un enfant. Ainsi Madame de Valence, dans La Vanité punie, ne voit pas le double jeu de son fils contrairement à son mari : « Crois-tu, ma femme, que je l’aime moins que toi ? C’est que je sais mieux l’aimer36. » C’est une autre forme d’éducation féminine qui est condamnée dans L’Éducation à la mode, à travers le personnage de la tante qui dispense une éducation égoïste ou inconsciente ne favorisant pas la future autonomie de sa nièce. De manière plus générale, L’École des marâtres dénonce toute éducation qui manque de fermeté et qui n’aide pas à gouverner efficacement sa maison ou qui ne fournit pas les bases d’une éducation utile : la conduite trop conciliante de la mère défunte est mise en regard de la fermeté de la belle-mère qui n’empêche ni l’amour maternel, ni la bienveillance.

  • 37 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 19, p. 142 : « Elle s’est méprise, Léonor, sur le véritable o (...)
  • 38 Ibid., sc. 19, p. 143.
  • 39 Ibid., sc. 19, p. 144.
  • 40 Ibid., sc. 19, p. 143.
  • 41 Berquin, Les Joueurs, sc. 7, p. 71 : « Mais lorsqu’on n’a d’autre moyen de prévenir l’ennui, que (...)
  • 42 Ibid., sc. 7, p. 79 : « […] un jeu où la tête n’a rien à faire me paraît indigne d’un homme sensé (...)
  • 43 Ibid., sc. 7, p. 83.

21Les parents sont donc invités, comme leurs enfants, à considérer les bons modèles qui énoncent des avis nuancés. Tel est le cas de M. de Verteuil dans L’Éducation à la mode, lequel ne blâme pas la tante de Léonor qui « s’est méprise37 », par excès d’amour ou faute de recul. Il ne condamne d’ailleurs pas l’apprentissage des arts (musique, danse ou dessin) pour une fille, « dangereux38 » seulement s’ils entretiennent sa « vanité39 », mais utiles pour « recevoir avec agrément dans la société, la délasser des travaux de la maison, et lui en faire aimer le séjour ; ajouter un lien de plus à l’attachement de son mari, la guider dans le choix des maîtres qu’elle donne à ses enfants et accélérer leurs progrès40 ». Monsieur de Floris, dans Les Joueurs, reconnaît de son côté l’utilité du jeu, préférable aux commérages41, privilégiant toutefois les jeux de stratégie aux jeux de hasard42 dans un long développement qui se justifie sans doute par la place du jeu dans les pratiques de sociabilité au XVIIIe siècle, à l’instar de l’art de la conversation ou du théâtre de société. Les jeux apprennent ainsi à être bons joueurs, « à vaincre notre humeur et à supporter la fortune dans ses vicissitudes43 », explique le père d’Albert : l’enfant apprend à contrôler ses passions et à accepter, ultérieurement, ce que lui réservera le sort.

  • 44 Berquin, Les Joueurs, sc. 9, p. 96.
  • 45 Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 120.
  • 46 Tandis que M. de Valence avait expliqué à son fils, dans la deuxième scène, combien une entente f (...)

22Ce dialogue à double adresse soumet aux parents un exemple d’éducation à la fois souple et ferme. Néanmoins, pour l’enfant, le discours ne suffit pas. L’épreuve, caractéristique du théâtre d’éducation, est jugée plus efficace pour Albert qui a besoin de gagner en autonomie et de se responsabiliser dans ses propres choix. Aussi son père décide-t-il de lui faire vivre cette partie de cartes truquée dont il sera la dupe : « Il faut qu’il en soit désabusé par lui-même. J’obtiendrai plus aisément de lui qu’il soit à l’avenir plus attentif sur ses liaisons, et je le guérirai peut-être pour la vie de la funeste passion du jeu, à laquelle il me paraît prêt à s’abandonner44. » De même, M. de Valence est persuadé, dans La Vanité punie, des bienfaits d’une « épreuve importante45 » pour guérir son fils, que les discours ne sont pas parvenus à convaincre46.

Une éducation par la force des émotions : de l’épreuve d’éducation à la cérémonie familiale

  • 47 Cette critique des livres, revendiquée par Rousseau, anime La Vanité punie à travers le personnag (...)

23La construction de ces pièces met en valeur la force de l’expérience vécue, par l’intermédiaire d’une fiction théâtrale, plus efficace que les discours ou savoirs livresques47 : la transformation du personnage est le fruit d’une épreuve fondatrice, riche en émotions.

Poids de l’épreuve : force transfigurative

24La mise en scène de cette transformation brutale et durable s’opère ou par la contagion des sentiments bienveillants ou par une épreuve dûment orchestrée, deux procédés spécifiques au genre théâtral.

  • 48 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 124.
  • 49 Ibid., sc. 19, p. 139.
  • 50 Ibid., sc. 19, p. 140.

25Conformément au courant de sensibilité qui parcourt tout le théâtre du XVIIIe siècle, en particulier dans la seconde moitié du fait de l’essor du drame, la contagion des émotions induit la métamorphose. Tel est le cas de Fabien qui, dans L’École des marâtres, succombe à la tendresse de ses sœurs et à la générosité de ses beaux-frères dans un climat larmoyant : après avoir visité son jardin, il court « se jeter dans les bras de Prosper et de Casimir48 ». De même, la conversion de Léonor s’opère, dans L’Éducation à la mode, par le spectacle de l’altruisme de son frère, qui veut lui laisser tout l’héritage de son tuteur, tant il est inquiet pour elle. Telle une spectatrice, cachée dans une pièce adjacente, elle assiste à toute la scène au terme de laquelle, bouleversée, elle « s’élance hors du cabinet et court se jeter au cou de son frère49 » en s’écriant : « je vois combien la différence de notre éducation a élevé ton âme au-dessus de la mienne […]. Je veux aussi m’instruire et prendre mon frère pour modèle50. » 

  • 51 M. de Valence « […] Ce petit garçon a la tête pleine d’une vanité désordonnée. […] Il sera malheu (...)
  • 52 Ibid., sc. 12, p. 126.

26Dans les deux autres drames, l’épreuve relève d’une mise en scène orchestrée par le père qui fait ainsi ressentir à son fils l’ampleur du danger qu’impliquent ses défauts – l’orgueil dans La Vanité punie et le manque de discernement dans Les Joueurs – sans pour autant lui faire courir le moindre risque, preuve de l’efficacité réelle du théâtre, utilisé à bon escient. En planifiant la nuit à la belle étoile de son fils, M. de Valence, secondé par le petit paysan, lui dispense une leçon de vie non exempte de « salutaires humiliations51 » : Valentin prend conscience de la sottise de son arrogance quand celui dont il raillait les lacunes scientifiques le sauve par ses connaissances pragmatiques : « afin que vous sachiez aussi qu’un brave paysan n’a pas de rancune, je veux passer cette nuit auprès de vous, comme j’en ai passé tant d’autres auprès de mes moutons, en les faisant parquer52. » Dans Les Joueurs, la partie de cartes se déroule avec la complicité d’Hélène sous l’œil attentif du père, tous deux sachant que les tricheurs s’apprêtent à profiter de la naïveté d’un jeune homme de bonne famille. Initialement destinée à Albert, l’épreuve vient indirectement toucher Jules, transformé par la générosité dont Albert fait preuve à son égard.

Conditions de représentation : disparition progressive de la frontière entre fiction et réalité

  • 53 Albert : « Vous êtes notre plus tendre, notre meilleur ami » (Berquin, Les Joueurs, sc. 8, p. 64.
  • 54 Ibid., sc. 8, p. 74.
  • 55 Ibid., sc. 16, p. 144.

27L’efficacité de l’épreuve repose chez Berquin sur le brouillage des frontières entre fiction et réalité. Dans le texte, ce jeu s’appuie sur des allusions métatextuelles fréquentes. Berquin se met lui-même en scène comme « l’ami » des personnages enfantins, affirmant une posture d’éducateur propre à l’évolution de la pensée des Lumières sur cette question. Témoin en est le père ouvert et averti, adoré de ses deux enfants53 dans Les Joueurs : « Un père qui n’est pas le meilleur ami de ses enfants, ne remplit que la moitié de ses devoirs54. » L’idée est confortée par les dernières répliques du dénouement citées plus haut55. Outre la complicité ludique que l’auteur établit ainsi avec son public, les fictions sont régulièrement mises en abyme de manière à rendre la frontière entre fiction et réalité plus poreuse en fournissant une sorte de mode d’emploi du périodique. Les fillettes de L’École des marâtres évoquent le plaisir qu’elles prennent à lire ce journal dont elles pourraient être les héroïnes :

  • 56 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 135-136.

Agathe : Il faut voir quand nous lisons ensemble de petits contes qu’un de nos amis nous donne exactement le premier de chaque mois.
Priscille : Ô mon Dieu ! Tu m’y fais penser, Agathe. Il ne nous a pas encore envoyé le dernier. Il faut qu’il soit malade de ces grandes chaleurs.
Agathe : J’en serais bien fâchée. C’est mon bon ami, à moi. Il fait les histoires de tous les petits garçons et de toutes les petites filles du monde. Ce serait drôle si nous trouvions quelque jour la nôtre dans son livre56.

  • 57 Berquin, Les Joueurs, sc. 2, p. 40-41.
  • 58 Ce mode d’emploi s’étend au reste de la littérature d’éducation, comme celle de Mme de Genlis ou (...)

28La mise en abyme concerne les représentations théâtrales elles-mêmes dans Les Joueurs : « Nous jouons aussi de petits drames avec ma sœur et mes amis. Vous ne sauriez croire combien cela nous exerce à parler avec aisance, et à nous bien présenter. Nous trouvons de cette manière, jusque dans nos plaisirs, de quoi perfectionner notre éducation57 », explique Albert à ses amis, réitérant les principes du prospectus de L’Ami des enfants58.

  • 59 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 124 et suivantes. Dès la scène 8, Prosper et Casimir « p (...)
  • 60 Je me permets de renvoyer à mon article : « Les petits drames de L’Ami des enfants de Berquin : l (...)

29Tels des traités d’éducation, les pièces de théâtre proposent leur propre mise en œuvre pour que les enfants s’approprient les valeurs qu’elles diffusent. Le décor fictionnel et le lieu de la représentation se rejoignent, effaçant la frontière entre fiction et réalité. Une scène comme le goûter, par exemple, dans L’École des marâtres, devient une situation réelle59 : les enfants prennent plaisir à se retrouver lors de moments festifs, à partager des mets, à s’échanger des présents. Cette superposition entre les dimensions fictionnelles et réelles culmine lors des dénouements, construits sur le modèle des tableaux tels que les théorise Diderot60. Des quatre pièces du corpus, le tableau final de L’École des marâtres est le plus travaillé sous la forme d’une cérémonie, célébrée par le père, destinée à resserrer les liens transgénérationnels dans un moment d’effusion intense :

  • 61 Berquin, L’École des marâtres, sc. 11, p. 142-143.

M. de Fleury : […] Me promets-tu, chère épouse, comme je te le promets à mon tour, de regarder du même œil tous ces enfants ; de ne montrer à aucun d’autre préférence que celle qu’il mériterait par son amour pour nous, et par sa bonne conduite ?
Mme de Fleury : Ma réponse est pour toi dans ces larmes ; et pour vous, mes petits amis, dans ces embrassements. (Elle tend ses bras aux enfants, qui se pressent à l’envi sur son sein.)
M. de Fleury : Et vous, mes enfants, me promettez-vous aussi de vivre toujours unis, sans querelles ni jalousies ; de vous aimer tous sans distinction, comme frères et sœurs ? (Ils se prennent tous par la main ; et, tombant aux genoux de M. et Mad. De Fleury, ils s’écrient tous à la fois.) Oui, mon papa, oui, maman, nous vous le promettons61

  • 62 M. de Fleury : « […] et vos enfants vous récompenseront un jour, par leur tendresse, d’avoir si b (...)
  • 63 Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien, Œuvres, éd. par Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, (...)
  • 64 Pierre Frantz, L’Esthétique du tableau dans le théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Presses Universit (...)

30Par le geste et la parole, les parents renouvellent le serment de leur union fondée sur l’éducation des enfants. Les valeurs familiales sont exposées solennellement en public, devant témoins, sous forme d’un engagement entre parents et enfants aux allures de rituel testimonial62. Sans doute les sentiments submergent-ils les acteurs, dévoilant les liens étroits qui les unissent sous le costume des personnages, révélant leur identité réelle au-delà de la fiction. L’élaboration de la pantomime propre à l’esthétique du tableau rend l’émotion palpable tant les accents sont sincères. Ce sont donc les principes mêmes de Diderot que la scène familiale exacerbe : l’assemblée s’élève à la vertu non plus par la seule émotion du spectacle, liée à la force du jeu des comédiens dont il importe peu « qu’ils sentent ou qu’ils ne sentent pas63 », mais bel et bien par une participation totale. Le tableau ne touche plus seulement l’âme du public mais transcende les acteurs et les spectateurs grâce à l’intimité réelle qu’ils partagent et que vient sublimer l’esthétique théâtrale. Pierre Frantz souligne que chez Diderot, le tableau « porte l’énergie de la vérité plutôt que la représentation de la réalité64 ». Or les petits drames de Berquin réunissent à mon sens efficacement les deux dimensions pour transformer durablement les participants que fédèrent des valeurs essentielles.

Engagement proclamé envers les valeurs de cœur propres à construire une société nouvelle

  • 65 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval mentionne l’influence des idées des philosophes (Madame de Genlis (...)

31Le tendre respect mutuel, la générosité altruiste, la solidarité permanente garantissent l’harmonie familiale. Ces valeurs dépassent les liens du sang dans L’École des marâtres et s’étendent au-delà des catégories sociales dans La Vanité punie en vue d’une société plus juste, où chacun trouve sa place en fonction des rôles impartis, des droits et devoirs de chacun, avec une affection chaleureuse65. De manière générale, les valeurs du cœur prédominent, le mérite des bons enfants – les personnages secondaires d’Auguste dans Les Joueurs et de Mathieu dans La Vanité punie – étant reconnu et placé en haute estime par la figure du bon éducateur. Le microcosme familial déterminant le macrocosme social, la hiérarchie cède la place à la complémentarité entre les individus. Ces valeurs communes, durablement inscrites dans l’esprit des jeunes enfants par les larmes versées, scellent l’entente d’une société nouvelle en pleine mutation en cette fin de XVIIIe siècle.

  • 66 Comme le note encore M.-E. Plagnol-Diéval, les pièces de Berquin se distinguent de celles de Weiß (...)

32Du fait d’une parfaite maîtrise des procédés de l’écriture théâtrale et sous l’influence de l’esthétique de son temps, Berquin envisage divers niveaux de réception pour diffuser efficacement ses préceptes en matière d’éducation. Dans son adresse aux enfants, il use avec pertinence des outils dramatiques pour que les messages soient clairement énoncés et compris. Il convoque aussi toutes les ressources de la dramaturgie, par les jeux de points de vue ou les mises en abyme, pour inviter les enfants comme les parents à réfléchir aux principes mêmes de l’éducation, prônés dans les pièces – connaissances, valeurs ou démarches – rejoignant de la sorte des réflexions qui font l’objet de traités d’éducation. Un judicieux équilibre entre théorie et pratique, entre transmission de valeurs et exercice de l’esprit critique, est atteint grâce aux conditions de représentation envisagées66 qui figent, par l’émotion, des moments d’éducation.

  • 67 Diderot, Paradoxe sur le comédien, p. 1401. L’expression, chez Diderot, concerne les comédiens.

33Réunissant la pluralité des destinataires dans un moment privilégié de communion, les petits drames de Berquin, joués sur la scène du foyer familial, adaptent les théories de Diderot à hauteur d’enfants, inscrivant durablement en leur chair des situations édifiantes, par la vérité des gestes, par la sincérité des larmes, par l’authenticité des vibrations de la voix. La construction très soignée des tableaux, qui achèvent chacune des quatre pièces du corpus, fait culminer la représentation, par sa dimension cérémonielle, en une forme de rituel qui sublime un moment privilégié où les éducateurs, le père de famille ou son représentant, parfois Berquin lui-même, s’apparentent à des « prédicateurs laïques67 » dispensant les valeurs fondatrices d’une société nouvelle.

  • 68 V. Leyh montre effectivement que Campe avait déjà intégré des textes de Berquin dans sa Kleine Ki (...)
  • 69 Alexa Craïs met en évidence certains de ces éléments à partir des textes de Weiße (Craïs, Formes (...)

34Cette influence de Diderot sur l’écriture de Berquin témoigne d’une hybridation entre culture française et allemande, les échanges étant par ailleurs réciproques comme le dévoile Valérie Leyh dans son étude des rapports d’analogies complexes avec les textes de Campe68. Il serait donc nécessaire de poursuivre ces premières réflexions par une analyse comparée des pièces de Berquin et de leurs hypotextes, que nous pourrions étendre à d’autres genres fictionnels pour mieux évaluer l’impact du théâtre. Un tel travail d’érudition historique et littéraire autour des textes eux-mêmes, qui mériterait une collaboration de large ampleur entre les spécialistes de littérature française et de littérature germanique, permettrait d’examiner dans le détail les croisements et les zones de tension qui émergent du fait du passage d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, pour en révéler les enjeux, tant du point de vue esthétique que philosophique, dans l’histoire de l’éducation et de la littérature enfantine au siècle des Lumières. Cela pourrait donner lieu à des réflexions autour de la place qu’occupe Berquin au sein de la République des Lettres par ces échanges multilatéraux qui traversent les frontières. Plus précisément, les transformations liées aux divergences entre protestantisme et catholicisme69 pourraient ouvrir des perspectives nouvelles dans l’histoire des idées.

Haut de page

Notes

1 Claire Gantet et Markus Meumann (dir.), « Introduction », Les Échanges savants franco-allemands au xviiie siècle. Transferts, circulations et réseaux, Rennes, PUR, 2019, p. 7-18.

2 La présence de la culture française serait plus importante en Allemagne que ne l’est la culture allemande en France jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, précise Helmut Zedelmaier (« Le zèle érudit. Remarques sur un cliché franco-allemand », ibid., p. 87).

3 Ces intermédiaires doivent être pris en compte car ils « déplacent des éléments d’une tradition culturelle d’un contexte vers un autre, la transition d’un contexte vers un autre entraînant une inflexion thématique », selon Michel Espagne (« Transferts et échanges savants. Quelques conclusions », ibid., p. 321).

4 Jean-Marie Carrière, « Berquin’s Adaptations from German Dramatic Literature », Studies in philology 32, 1935, p. 608-617.

5 François Genton, « Arnaud Berquin (1747-1791) et l’influence des auteurs de langue allemande sur la littérature enfantine française à la fin du XVIIIe siècle », in Élisabeth Genton et Gilbert Van de Louw, Révolution, restauration et les jeunes 1789-1848 ; écrits et images, Paris, Didier érudition, 1989, p. 47-73. cf. la notice dans le Dictionnaire des journalistes (1600-1789) dirigé par Jean Sgard, https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/067-arnaud-berquin dernière consultation le 31 août 2021.

6 Cf. la copie de cette lettre de Berquin du 15 mars 1776 dans l’article de Jean-Marie Carrière, « An Unpublished Letter of Arnaud Berquin », Modern Language Notes 58, 1943, p. 201.

7 Cf. la lettre inédite de Berquin du 18 février 1776 mise au jour par Valérie Leyh, « ‹ L’ami du jeune âge ›. Zur Rezeption von Joachim Heinrich Campes Schriften in Frankreich », in Cord-Friedrich Berghahn et Imke Lang-Groth, Joachim Heinrich Campe. Dichtung, Sprache, Pädagogik und Politik zwischen Aufklärung, Revolution und Restauration, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2021, p. 304.

8 Alexa Craïs, Formes et pratiques de l'observation et du contrôle dans la pédagogie des philantropistes de Dessau (1774-1793), thèse soutenue sous la direction de Françoise Knopper, Toulouse 2, 2015, p. 234-240. 

9 Ce point est également souligné par Annette Baudron, L’Œuvre d’Arnaud Berquin : littérature de jeunesse et esprit des Lumières, thèse soutenue sous la direction de Jean-Jacques Tatin-Gourier, université de Tours, 2009, p. 346 et suivantes, http://www.applis.univ-tours.fr/theses/2009/annette.baudron_2578.pdf

10 Craïs, Formes et pratiques de l'observation et du contrôle dans la pédagogie des philantropistes, p. 236.

11 Arnaud Berquin, « Prospectus », L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. V.

12 Ibid., p. VIII-IX.

13 Cette double adresse des fictions est une constante chez Berquin, fait remarquer Francis Marcoin, Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006, chap. I, p. 17-63.

14 Berquin, L’École des marâtres, L’Ami des enfants 8, août 1783, p. 73-144.

15 Berquin, La Vanité punie, L’Ami des enfants 7, juillet 1782, p. 89-144.

16 Berquin, L’Éducation à la mode, L’Ami des enfants 7, juillet 1783, p. 51-144.

17 Berquin, Les Joueurs, L’Ami des enfants 3, mars 1783, p. 18-144.

18 Berquin indique d’emblée dans une note l’héritage qu’il doit à Weiße ainsi qu’à Campe et Salzmann : « Il a paru, sous le même titre, un ouvrage de M. Weiße, l’un des plus célèbres poètes de l’Allemagne. On en tirera des morceaux choisis, ainsi que des ouvrages de MM. Campe et Salzmann » (L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. V).

19 I. Nières-Chevrel recense la plupart des sources des œuvres de Berquin à partir des travaux antérieurs de J.-M. Carrière, de F. Genton et de ses propres découvertes (Isabelle Nières-Chevrel, « Des sources nouvelles pour L’Ami des enfants de Berquin », Revue d’histoire littéraire de la France 114 (4), 2014, p. 807-828).

20 Parmi les travaux récents, cf. Christophe Martin, Éducations négatives : fictions d’expérimentation pédagogique au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012 ; Sonia Cherrad, Le Discours pédagogique féminin au temps des Lumières, Oxford, Voltaire Foundation, 2015.

21 Dans le cadre très circonscrit de cet article qui appelle de prochaines études, la démarche, non comparatiste, se limite à l’analyse littéraire et historique des textes français. I. Nières-Chevrel précise d’ailleurs que Berquin prend plus de libertés à l’égard des sources dans ses pièces de théâtre que dans les fictions narratives (« Des sources nouvelles pour L’Ami des enfants de Berquin », p. 819).

22 Berquin, L’École des marâtres, sc. 1, p. 76.

23 Berquin, La Vanité punie, sc. 1, p. 91-92.

24 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 2, p. 57.

25 Berquin, Les Joueurs, sc. 1, p. 20.

26 Ibid., sc. 1, p. 23.

27 C’est aussi un motif repris dans l’Émile de Rousseau, souligne à juste titre Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, p. 349.

28 Berquin, Les Joueurs, sc. 16, p. 144.

29 Cette situation est fréquente au service militaire, rappelle le père du jeune Valentin (Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 119).

30 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 12, p. 107-110.

31 Priscille et Agathe expliquent par exemple à leur frère tout ce qu’elles ont appris grâce aux bons soins de leur belle-mère : « Tu sais aussi que nous n’étions guère exercées, avant ton départ, à travailler de nos mains ? Maman s’est chargée de nous l’apprendre. Grâce à ses leçons, nous savons passablement coudre, broder, faire du filet ; et nous venons même d’entreprendre avec elle un grand ouvrage de tapisserie. » (Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 131.)

32 Berquin, Les Joueurs, sc. 11, p. 101-103.

33 Berquin, L’École des marâtres, sc. 8, p. 121-122.

34 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’Éducation, La Haye, J. Néaulme, 1762.

35 Albert : « Il est si doux et si bon ! » Jules : « Et le mien si dur et si sévère ! » (Berquin, Les Joueurs, sc. 2, p. 35.)

36 Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 115-116.

37 Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 19, p. 142 : « Elle s’est méprise, Léonor, sur le véritable objet de ton bonheur ; mais ses plus vifs désirs n’en étaient pas moins de te rendre heureuse », explique le sage M. de Verteuil à sa pupille.

38 Ibid., sc. 19, p. 143.

39 Ibid., sc. 19, p. 144.

40 Ibid., sc. 19, p. 143.

41 Berquin, Les Joueurs, sc. 7, p. 71 : « Mais lorsqu’on n’a d’autre moyen de prévenir l’ennui, que de se livrer à des réflexions malignes sur ses semblables, à des propos oiseux, ou dépourvus de raison, vous savez qu’alors je vous engage moi-même à un jeu récréatif, et que le plus souvent je m’établis de la partie. »

42 Ibid., sc. 7, p. 79 : « […] un jeu où la tête n’a rien à faire me paraît indigne d’un homme sensé. » 

43 Ibid., sc. 7, p. 83.

44 Berquin, Les Joueurs, sc. 9, p. 96.

45 Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 120.

46 Tandis que M. de Valence avait expliqué à son fils, dans la deuxième scène, combien une entente fraternelle avec le petit Mathieu était importante, à l’instar de la sienne avec le père de Mathieu (son frère de lait), Valentin maintient ses positions quand il se retrouve seul à la scène suivante : « Oui, la belle liaison à former ! Mon papa se moque, je crois. Ce petit paysan aurait-il quelque chose à m’apprendre ? » (ibid., sc. 3, p. 100.)

47 Cette critique des livres, revendiquée par Rousseau, anime La Vanité punie à travers le personnage de Valentin qui se targue de connaissances savantes, lesquelles s’avèrent inutiles pour résoudre des situations concrètes, remarque Mathieu : « Que ne donneriez-vous pas à présent pour savoir votre chemin, au lieu de savoir la grandeur de la lune ? » (Berquin, La Vanité punie, sc. 12, p. 125.)

48 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 124.

49 Ibid., sc. 19, p. 139.

50 Ibid., sc. 19, p. 140.

51 M. de Valence « […] Ce petit garçon a la tête pleine d’une vanité désordonnée. […] Il sera malheureux toute sa vie, s’il n’en guérit pas de bonne heure ; et il n’y a que de salutaires humiliations qui puissent le sauver. » (Berquin, La Vanité punie, sc. 9, p. 117.)

52 Ibid., sc. 12, p. 126.

53 Albert : « Vous êtes notre plus tendre, notre meilleur ami » (Berquin, Les Joueurs, sc. 8, p. 64.)

54 Ibid., sc. 8, p. 74.

55 Ibid., sc. 16, p. 144.

56 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 135-136.

57 Berquin, Les Joueurs, sc. 2, p. 40-41.

58 Ce mode d’emploi s’étend au reste de la littérature d’éducation, comme celle de Mme de Genlis ou de Mme d’Epinay dans L’Éducation à la mode lorsque Didier expose à sa sœur les principes éducatifs suivis par les filles de son maître de pension : « Le soir on se rassemble autour d’une table ; et l’une d’elles lit à haute voix les Conversations d’Émilie ou le Théâtre d’éducation, tandis que les autres travaillent au linge du ménage ou à leurs ajustements » (Berquin, L’Éducation à la mode, sc. 12, p. 110).

59 Berquin, L’École des marâtres, sc. 9, p. 124 et suivantes. Dès la scène 8, Prosper et Casimir « portent des assiettes de gâteaux et de fruits, qu’ils vont poser sous le berceau voisin » (p. 120).

60 Je me permets de renvoyer à mon article : « Les petits drames de L’Ami des enfants de Berquin : l’influence des théories de Diderot sur le théâtre d’éducation », Lumen, vol. XXVIII, 2010, p. 83‑96.

61 Berquin, L’École des marâtres, sc. 11, p. 142-143.

62 M. de Fleury : « […] et vos enfants vous récompenseront un jour, par leur tendresse, d’avoir si bien mérité celle de vos parents. » (ibid., sc. 11, p. 144.)

63 Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien, Œuvres, éd. par Laurent Versini, Paris, Robert Laffont, 1996, t. IV, p. 1401.

64 Pierre Frantz, L’Esthétique du tableau dans le théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 1998, p. 35.

65 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval mentionne l’influence des idées des philosophes (Madame de Genlis et le théâtre d’éducation, p. 341).

66 Comme le note encore M.-E. Plagnol-Diéval, les pièces de Berquin se distinguent de celles de Weiße par l’absence de récit cadre (ibid., p. 333) ; ce qui atteste sans doute de l’importance accordée à la dimension théâtrale, y compris dans sa mise en scène. Dans les travaux déjà cités ci-dessus, A. Craïs et I. Nières-Chevrel indiquent également plusieurs de ces procédés d’adaptation entre les textes de Weiße et de Berquin.

67 Diderot, Paradoxe sur le comédien, p. 1401. L’expression, chez Diderot, concerne les comédiens.

68 V. Leyh montre effectivement que Campe avait déjà intégré des textes de Berquin dans sa Kleine Kinderbibliothek (Leyh, « ‹ L’ami du jeune âge ›. Zur Rezeption von Joachim Heinrich Campes Schriften in Frankreich », p. 308).

69 Alexa Craïs met en évidence certains de ces éléments à partir des textes de Weiße (Craïs, Formes et pratiques de l'observation et du contrôle dans la pédagogie des philantropistes, p. 238-239). Annette Baudron étudie aussi « le discours religieux » dans les œuvres de Berquin (Baudron, L’Œuvre d’Arnaud Berquin, p. 351 - 359) et un mémoire de maîtrise soutenu au Canada aborde le sujet : Geneviève Fournier-Goulet, La Critique de l’irrationnel dans L’Ami des enfants (1782‑1783) d’Arnaud Berquin, mémoire de maîtrise en études littéraires, université du Québec, Montréal, février 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Ferrier, « Les fictions dramatiques de L’Ami des enfants entre traités d’éducation et expériences morales »Cahiers d’Études Germaniques, 82 | 2022, 41-54.

Référence électronique

Béatrice Ferrier, « Les fictions dramatiques de L’Ami des enfants entre traités d’éducation et expériences morales »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 12 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceg/15350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.15350

Haut de page

Auteur

Béatrice Ferrier

Université d’Artois, UR 4028

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search