Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82La diversité des rôlesParole et récit dans la presse pé...

La diversité des rôles

Parole et récit dans la presse périodique pour la jeunesse

L’Ami des enfants (1782-1783), L’Ami de l’adolescence (1784-1785) d’Arnaud Berquin et Le Courrier des enfants (1796-1799) de Louis-François Jauffret
Rede und Erzählung in Periodika für ein jugendliches Publikum. Arnaud Berquins L’Ami des enfants (1782-1783), L’Ami de l’adolescence (1784-1785) und Louis‑François Jauffrets Le Courrier des enfants (1796-1799)
Speech and Narrative in Periodicals dedicated to Young Audience. Arnaud Berquin’s L’Ami des enfants (1782-1783), L’Ami de l’adolescence (1784-1785) and Louis-François Jauffret’s Le Courrier des enfants (1796-1799)
Françoise Tilkin
p. 55-72

Résumés

À la littérature pour la jeunesse en pleine croissance dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ont été adossées des publications périodiques. Arnaud Berquin a publié L’Ami des enfants (1782-1783) et L’Ami de l’adolescence (1784-1785). Louis-François Jauffret a suivi son exemple avec Le Courrier des enfants (1796-1799). Le récit de paroles, en particulier le discours direct, est présent massivement dans les textes narratifs publiés dans ces périodiques. Comment mettre ce constat en perspective et le relier à la fonction didactique des récits ? Lire les péritextes des périodiques à la lumière de la poétique des valeurs, en particulier des considérations de Susan Suleiman sur le roman à thèse (Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, PUF, 1983, rééd. Garnier, 2018) donne quelques pistes, dans la mesure où elles permettent de décrire le dispositif textuel engendrant la portée morale de nos récits. In fine, on comprend mieux pourquoi dans les « berquinades » peuvent coexister une morale assénée avec conviction et une vision pédagogique qui demande à l’éducateur beaucoup d’ingéniosité et de finesse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On sait que Louis-François Jauffret a aussi fait paraître Le Courrier des adolescents (1798‑1799)
  • 2 Le Gazetier universel http://gazetier-universel.gazettes18e.fr donne accès à L'Ami des enfants, à (...)
  • 3 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « La presse périodique pour la jeunesse au XVIIIe siècle : essor (...)
  • 4 Sur le rapport entre l’oral et la littérature de jeunesse, voir la mise en perspective historique (...)

1Dans l’Europe des Lumières, pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, des publications périodiques ont été adossées à la littérature pour la jeunesse, alors en pleine croissance. Citons, par exemple, en Allemagne, Das Leipziger Wochenblatt de Johann Christoph Adelung (1772-1776) et Der Kinderfreund, ein Wochenblatt de Christian Felix Weiße (1775-1782) ; en France, L’Ami des enfants (1782-1783, 24 livraisons mensuelles) et L’Ami de l’adolescence (1784‑1785, 14 livraisons) d’Arnaud Berquin ; Le Courrier des enfants1 (1796-1799, 2 livraisons par mois) de Louis‑François Jauffret2. Ces trois derniers périodiques composeront notre corpus. La nouveauté que constituait leur caractère périodique, leur succès, leur influence sur la presse enfantine du XIXe siècle mais aussi les transferts culturels dont ils ont été des lieux de passage, en particulier entre l’Allemagne et la France, justifient amplement l’attention qu’il faut leur porter3. C’est le récit de paroles – en particulier le rapport qu’il peut y avoir entre sa présence massive dans les textes narratifs publiés dans ces périodiques et leur fonction didactique – qui sera ici étudié4.

Les rédacteurs

2Arnaud Berquin (1749-1791) et Louis‑François Jauffret (1770-1840) ont en commun d’avoir été tous deux auteurs d’ouvrages pour la jeunesse et rédacteurs de périodiques qui leur ont valu d’être surnommés, l’un à la suite de l’autre, « l’Ami des enfants ». Plus profondément, tous deux sont des provinciaux montés à Paris, entrés en journalisme comme beaucoup à une époque où la presse est en expansion. Poètes ouverts à la sensibilité pastorale et à la littérature allemande, auteurs de théâtre, ils ont aussi parfois rejoint les mêmes lieux de sociabilité intellectuelle.

  • 5 Suzanne Tucoo-Chala, « La diffusion des Lumières dans la seconde moitié du XVIIIe : Ch.-J. Pancko (...)
  • 6 En 1778, Berquin devient collaborateur du Mercure de France dont Panckoucke a racheté le privilèg (...)
  • 7 Pierre-Yves Beaurepaire, « La ‹ fabrique › de la sociabilité », Dix-huitième siècle 46, 2014/1, p (...)
  • 8 T. II, « L’Inconstant », p. 32-34.
  • 9 Sur la loge, et en particulier sur ses membres, voir Nicholas Hans, « UNESCO of the Eighteenth Ce (...)
  • 10 François Genton, Des beautés plus hardies… : le théâtre allemand dans la France d’Ancien régime ( (...)
  • 11 Hans, « UNESCO of the Eighteenth Century », p. 518.
  • 12 Sur Louis-François Jauffrey, voir Robert Reboul, Louis-François Jauffret. Sa vie et ses œuvres, P (...)
  • 13 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 90-91. Après 1789, la loge se transforme en S (...)
  • 14 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 32-34. Sur l’abbé Roch-Ambroise Cucurron dit (...)
  • 15 T. I, Notice sur Berquin et sur ses ouvrages, p. 161-167 ; Tombeau de Florian. Romance, p. 263‑26 (...)
  • 16 Reboul, Louis-François Jauffret, p. 7-8.
  • 17 Paris, Moutard. Plusieurs fois réédité, l’ouvrage sera traduit en allemand et proposé en version (...)
  • 18 Paris, Onfray et Née de la Rochelle, t. V, p. 213.

3Arnaud Berquin fait ses débuts en littérature dans les années 1760 en jouant la carte des adaptations d’œuvres étrangères : ses œuvres les plus connues, les Idylles (1775), les Romances (1776), s’inscrivent dans cette ligne. Sa carrière doit beaucoup à ses liens avec Charles‑Joseph Panckoucke, magnat de l’édition et de la presse, bien implanté dans les milieux littéraires et scientifiques parisiens (sa sœur Amélie, salonnière en vue, a épousé Jean‑Baptiste Suard, proche des encyclopédistes et homme important), impliqué dans l’intelligentsia des Lumières et dans la République des Lettres, « à la fois comme membre participant et comme employeur5 ». Les activités journalistiques de Berquin l’intègrent à « l’écurie Panckoucke6 », ce qui a pu constituer un tremplin pour devenir entrepreneur de librairie et faire de son Ami des enfants un succès international et une affaire rentable. Autre atout : son appartenance à la célèbre loge des Neuf Sœurs. Fondée en 1776, atelier du Grand Orient de France, elle se veut « une société de francs-maçons qui cultivent les sciences et les beaux-arts7 ». Charles-Joseph Panckoucke n’en faisait pas partie, mais bien Dominique-Joseph Garat, l’ami évoqué avec effusion dans L’Ami de l’adolescence8, ou encore Condorcet, Delille, Chamfort, Florian9 ou des germanistes, comme Nicolas de Bonneville, collaborateur d’Adrian Christian Friedel, bien intégré dans les milieux littéraires parisiens et directeur du cabinet de littérature allemande fréquenté par Berquin10. Joachim Heinrich Campe semble en avoir été un membre étranger11. Ce milieu concerne aussi directement Louis‑François Jauffret12 : en 1790 il est fait membre de la Société nationale des Neuf Sœurs et en devient le secrétaire général en 179213. Il y a été introduit par le célèbre et influent abbé Sicard, éducateur des sourds-muets de naissance, successeur de Charles Michel de L’Épée à l’Institut de Paris qui devient en 1791 l’Institut national des sourds et muets de Paris14. Ce n’est donc pas un hasard si, dans Le Courrier des enfants, des notices sont consacrées à Berquin, à Florian et à l’abbé Sicard15. À ses débuts c’est Berquin et Florian que Jauffret a consultés sur ses productions16. Le premier succès littéraire de Jauffret, Les Charmes de l’enfance et les plaisirs de l’amour maternel, publié en 179117, l’année de la mort de Berquin, fait l’objet d’un compte rendu élogieux signé de l’abbé Sicard dans le Tribut de la Société nationale des Neuf Sœurs, le mensuel créé en 1790 par la Société nationale des Neuf Sœurs18.

  • 19 C’est le titre que Jauffret donne à un conte autobiographique qui peut être lu comme un récapitul (...)
  • 20 Le titre du journal de Charles-Frédéric Perlet (1759-1828), libraire-imprimeur suisse installé à (...)
  • 21 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 90 ; Didier Masseau, « La littérature enfanti (...)
  • 22 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 281. François-Louis Jauffret a été le secréta (...)

4Comme Berquin, Jauffret s’est lancé dans le journalisme. C’est qu’il a été victime des « coups de balai de la fortune19 » : reçu avocat au Parlement de Paris en 1789, il a dû composer avec la suppression officielle des parlements et autres cours de justice en 1790. Sa reconversion professionnelle, appuyée sur ses connaissances juridiques, fluctuera en fonction du sort des journaux auxquels il collabore : le « Journal de Perlet20 », lancé en 1789, est interdit par la loi du 19 fructidor an V (5 septembre 1797), la Gazette des Tribunaux et Mémorial des corps administratifs et municipaux n’a qu’une existence éphémère (1791‑1795). Parallèlement, Jauffret mise sur la littérature destinée aux enfants qui reste pendant la période révolutionnaire « un espace d’investissement privilégié pour tous ceux qui cherchent à se faire un nom dans le monde des auteurs21 ». Ses Charmes de l’enfance (1791), recueil de contes et d’idylles destiné aux mères pour l’éducation des enfants, connaît un vif succès. Le lancement du Courrier des enfants en 1796 et du Courrier des adolescents en 1798 se situe donc à l’intersection de deux secteurs rentables, mais l’intérêt pour l’enfance ne se limite pas à des préoccupations économiques. Il participe chez Jauffret de son goût pour les sciences et leurs possibles applications. C’est ce qui l’amène à pratiquer la vulgarisation scientifique pour la jeunesse et à être, en 1800, un des fondateurs de la Société des Observateurs de l’homme, dont le projet anthropologique, à la fois philanthropique et savant, est lié à un intérêt pour l’enfant22.

La parole dans le corpus

  • 23 Arnaud Berquin, L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. viii.
  • 24 Arnaud Berquin, L’Ami de l'adolescence, éd. Dufart, t. I. Le discours du narrateur est adressé au (...)
  • 25 Œuvres entièrement constituées de répliques de personnages sans intervention narratoriale et qui (...)
  • 26 La Flatterie, in L’Ami de l’adolescence, t. II, p. 37-54.
  • 27 Aristote, La Poétique, VI.
  • 28 Sur l’emploi de ce terme, voir note 29.
  • 29 Si la place manque pour des tableaux chiffrés, il n’est pas inutile d’indiquer rapidement les dém (...)
  • 30 Pour l’étude du récit de paroles, seule la classe des récits a été considérée (voir ci-dessus, no (...)

5« On a cherché à répandre de la variété entre les divers morceaux qui doivent composer chaque volume », déclare Berquin dans le Prospectus de L’Ami des enfants23. Et en effet, tous ces périodiques donnent à lire des dialogues, des drames, des poèmes en vers, des récits. À ce mélange, L’Ami de l’adolescence ajoute des leçons de choses narratoriales24, et Le Courrier des enfants, des maximes, un courrier des lecteurs et des notices. Tous accordent à la parole une grande place. Il faut noter d’abord la présence des dialogues25 et, surtout, des drames. Si, dans Le Courrier des enfants, dialogues et drames occupent, en nombre de pages, respectivement 32 % du tome I et 42 % du tome II, chez Berquin, les chiffres sont encore plus élevés, surtout pour les drames. L’Ami des enfants consacre en 1782 59 % de ses pages aux drames et 4 % aux dialogues. En 1783, ces pourcentages sont respectivement de 51 % et 10 %. Quant à L’Ami de l’adolescence, dans l’édition Dufart qui compte quatre tomes, il dédie aux drames tout le tome IV et 72 % des pages du tome III. Dans le tome II figure un dialogue qui occupe 9 % des pages26. Qui plus est, à côté de cette parole « dramatique », celle de « personnages en action27 », il faut ajouter le récit de paroles des textes narratifs. En nombre de pages, il cède, on l’a déjà compris, la première place à la parole « dramatique », mais on aurait tort de sous-estimer son importance, ne serait-ce que parce que le récit est la forme la plus employée dans nos périodiques. Dans L’Ami des enfants, en 1782, les récits représentent 69 % des articles28, et 66 % en 1783. Si l’on considère ensemble les tomes II, III et IV de L’Ami de l’adolescence qui, à trois, proposent un mélange analogue à celui de L’Ami des enfants et du Courrier des enfants (drames, dialogues, récits, vers), ils atteignent la moitié des articles (50 %). Enfin, dans Le Courrier des enfants, 63 % (tome I) et 58 % (tome II) des articles sont des récits29. Achevons ce repérage par quelques données chiffrées qui indiqueront l’importance du récit de paroles dans les récits de nos périodiques30. Dans L’Ami des enfants, les récits comptent 49 % de lignes de récit de paroles en 1782 et 48 % en 1783 ; dans L’Ami de l’adolescence, 37 % ; dans Le Courrier des enfants, 56 % (tome I) et 43 % (tome II).

Du roman à thèse aux « berquinades »

  • 31 C’est l’édition Garnier qui est utilisée : Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, PUF, 1 (...)

6Comment mettre en perspective, à défaut de l’expliquer, cette nette présence du récit de paroles dans ces périodiques ? Lire les péritextes des périodiques à la lumière de la poétique des valeurs, en particulier des considérations de Susan Suleiman sur le roman à thèse31, donne quelques pistes, dans la mesure où elles permettent de décrire le dispositif textuel engendrant la portée morale de nos récits.

  • 32 Prospectus, L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. v.

7De son Ami des enfants, Berquin disait qu’il avait « le double objet d’amuser les enfants et de les porter naturellement à la vertu32 ». Utile dulci… Jauffret précise la formule dans sa Notice sur Berquin et sur ses ouvrages :

  • 33 Le Courrier des enfants, t. I, p. 165, je souligne.

L’amour de la vertu, la douce sensibilité, le goût du travail, l’attachement à ses devoirs, la piété filiale, l’avantage si rare d’avoir du caractère, voilà les principaux objets de ses leçons, où la morale se cache souvent sous le voile transparent d’une fiction légère et amusante33.

  • 34 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 36-37. Francis Marcoin relève le paradoxe à propos de Berquin qui (...)

8Ce recours à la « fiction » pour donner une leçon autorise le recours aux bases théoriques que Susan Suleiman déploie pour aborder la notion de roman à thèse comme genre narratif didactique. Comme elles s’appuient sur la notion d’exemplum, les questions posées pour le roman à thèse peuvent devenir les nôtres, puisque nos récits tendent à « démontrer » des valeurs et à les faire « passer » auprès de leur public. On se demandera donc, comme Susan Suleiman, « comment une histoire – et de plus, une histoire inventée, donc invérifiable – [peut] démontrer quelque chose, et en particulier quelque chose qui ait un rapport à la vie réelle de son destinataire ? » et aussi, corollairement, puisque nos récits moraux comme les romans à thèse savent être insistants, « comment une histoire [peut] devenir le véhicule d’un sens univoque34 » ?

  • 35 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 62.
  • 36 Ibid., p. 63.
  • 37 Il affirme que les textes ont été testés sur des enfants avant d’être publiés dans le périodique (...)
  • 38 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi.
  • 39 Par exemple, Le Luth de la montagne, in L’Ami des enfants 9, septembre 1783, p. 5-36.

9Il faut se souvenir de la manière dont procède le narrateur d’un récit exemplaire (fable, conte, apologue…). Il invite son lecteur à comprendre son histoire, c’est-à-dire à l’interpréter, puis à accorder ses actions avec son interprétation. Le lecteur est donc supposé endosser un rôle consistant « en un acte de reconnaissance – plus exactement, un acte d’identification-de-soi-avec-un-autre sur le plan imaginaire – et de raisonnement35 ». Dès lors il fera ce que le récit lui demande : imaginer vivre les expériences vécues par les personnages et se sentir concerné par les leçons qu’ils reçoivent comme s’il les avait reçues lui-même36. Berquin, quand il met en avant l’adaptation des textes à l’âge des lecteurs dans son Prospectus37, insiste sur ce point : « les sentiments qu’on cherche à leur inspirer [aux enfants] ne sont point au-dessus des forces de leur âme » ; « On ne présente ici que des aventures dont ils peuvent être témoins chaque jour dans leur famille » et « on ne met [les enfants] en scène qu’avec eux-mêmes, leurs parents, les compagnons de leurs jeux, les domestiques qui les entourent, les animaux dont la vue leur est familière38. » S’il faut au regard des textes nuancer cette affirmation, car il y a des récits qui ne font intervenir que des adultes et des récits qui n’impliquent pas un cadre familial39, les lecteurs-enfants trouveront donc dans l’univers raconté un miroir à leur hauteur qui reflétera et leur monde et eux‑mêmes :

  • 40 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi-vii.

Intéressés dans tous les événements, ils [les enfants] s’y abandonnent à la franchise des mouvements de leurs petites passions. Ils trouvent leur punition dans leurs propres fautes, et leur récompense dans le charme de leurs bonnes actions. Tout y concourt à leur faire aimer le bien pour leur bonheur, et à les éloigner du mal comme d’une source d’humiliations et d’amertumes40.

  • 41 Susan Suleiman disait : « le sujet fictif qui ‘vit’ l’histoire a sa contrepartie dans le sujet ré (...)
  • 42 Ibid.

10Bref, pour reprendre ici une formule de Susan Suleiman en l’inversant, le sujet réel qui lit l’histoire a sa contrepartie dans le sujet fictif qui la « vit41 », et comme dans le roman à thèse montrant une structure d’apprentissage, le bonheur des personnages fonctionne comme « preuve et garant » des valeurs prônées par le texte, leurs échecs ou leurs malheurs jouant le même rôle, mais « a contrario42 ».

  • 43 Ibid., p. 23, voir aussi p. 24.
  • 44 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi.

11Dans son ouvrage, Susan Suleiman met en avant les liens entre le didactisme et le réalisme43. Or, le réalisme est aussi une question de langage, et Berquin, qui dans son Prospectus garantit l’ajustement du produit à son public enfantin, y insiste : les personnages enfantins de ses textes s’expriment « dans [le] langage simple et naïf » des enfants44.

  • 45 Les pourcentages de lignes de récit de paroles au style indirect sont donc : 10 % (L’Ami des enfa (...)
  • 46 Sylvie Durrer, Le Dialogue romanesque. Style et structure, Genève, Droz, 1994, p. 147, note 15.
  • 47 Cette présence massive du discours direct est à lier à la prédominance du récit à la troisième pe (...)

12Dans nos trois périodiques, la parole représentée dans les récits l’est essentiellement au discours direct. Dans L’Ami des enfants en 1783, 90 % des lignes de récit de paroles sont en discours direct, et 92 % en 1783 ; les récits de L’Ami de l’adolescence et du Courrier des enfants montrent des pourcentages analogues, respectivement : 90 %, 95 % (t. I) et 93 % (t. II45). On ne trouve guère ces savants mélanges de styles qui permettent de hiérarchiser le contenu des paroles46, c’est le discours direct qui accapare l’attention47. Pourquoi ? On peut formuler quelques hypothèses qui ne s’excluent pas.

  • 48 L’expression est de Roland Barthes, « L'effet de réel », Recherches sémiologiques : le vraisembla (...)

13D’abord, parce qu’il est formulé en fonction des repères énonciatifs du personnage, le discours direct est le plus à même de créer une « illusion référentielle48 ». Le lecteur a l’impression que les paroles ont « réellement » été prononcées par les personnages. Or, on a dit quelle était l’importance du réalisme pour le fonctionnement didactique du récit.

  • 49 Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin (coll. « U »), 2010, p. 151-159.
  • 50 Jeanne Chiron, « Les Lumières face à la parole de l'enfant : la construction d'un style enfantin  (...)

14Ensuite, le discours direct contribue à la simplicité mais aussi à l’oralité des récits, deux caractéristiques de la « littérature de jeunesse49 ». Simplicité : que les enfants de ces textes s’expriment « dans leur langage simple et naïf50 » suppose l’emploi du discours direct pour représenter les paroles des enfants, mais aussi, réalisme oblige, pour celles qui leur sont adressées. Oralité : pour ces récits qui pouvaient être lus à haute voix, le discours direct n’offre-t-il pas justement des possibilités de lecture expressive, « jouée » ? Il est à noter que les paroles des personnages figurent souvent sous la forme de répliques, comme dans un dialogue ou une pièce de théâtre, avec le nom des locuteurs précédant leurs dires. C’est dans L’Ami des enfants que cette présentation « dramatique » du discours direct est la plus présente : en 1782, elle apparaît dans 55 % des récits et dans 43 % des récits en 1783. Ce pourcentage n’est que de 29 % dans L’Ami de l’adolescence, mais les pourcentages de lignes de discours direct introduit de cette manière indiquent bien que, chez Berquin, le lecteur ne peut manquer cette « dramatisation » de la parole : 70 % dans L’Ami des enfants en 1782 et 60 % en 1783 ; 90 % dans L’Ami de l’adolescence. Dans Le Courrier des enfants, la présentation dramatique du discours direct n’apparaît que dans 8 % des récits du tome I et dans 9 % des récits du tome II, et les pourcentages de lignes de discours direct introduit de manière dramatique tombent à 8 % dans le tome I et à 4 % dans le tome II. Toutefois, dans ce périodique, on observe une diversification des formules introductives du discours direct : omission des verbes déclaratifs et des incises, tirets pour marquer les changements d’interlocuteurs. Les répliques, là aussi, se détachent souvent du récit.

  • 51 L’Ami des enfants 11, novembre 1783, p. 5-37.

15La présence massive du discours direct s’explique aussi par la longueur de certaines répliques, longueur qui est souvent en lien avec la fonction didactique des récits. C’est le cas lorsque le personnage-locuteur adulte, en pleine action pédagogique, se lance dans une longue explication ou se met à raconter une histoire, un exemplum. Nos récits montrent souvent un adulte, généralement le père, en train de raconter une histoire à des enfants pour leur plus grand profit. Un exemple frappant : La Perruque, le gigot, les lanternes, le sac d’avoine et les échasses51. Quatre personnages se mettent à raconter des histoires : le père (en 62 lignes de discours direct), M. de Fréville (80 lignes de discours direct), M. de Feuillerague (92 lignes de discours direct) et M. de Fonbonne (100 lignes de discours direct), et leurs histoires mobilisent ainsi au total 53 % des lignes du récit.

16Enfin, il faut considérer les éléments qui aident le lecteur à interpréter le texte. Il y a l’histoire qui peut « parler par elle-même », mais le sens de l’histoire peut se trouver conforté par des discours interprétatifs : ceux du narrateur, qui joue de sa fonction idéologique, ou ceux des personnages, cette fois en récit de paroles (et le plus souvent au style direct). D’où ce constat de Susan Suleiman :

  • 52 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 192.

Que ce soit le narrateur ou des personnages ou les deux ensemble, « on » parle beaucoup dans le roman à thèse, et on ne parle pas pour ne rien dire. Le « babil sémantique » n’est pas un babil du tout, mais une parole orientée vers des buts précis : analyser, juger, persuader, imposer une pensée et une ligne d’action à l’interlocuteur, que celui-ci se trouve dans la fiction ou en dehors d’elle52.

  • 53 Ibid., p. 80.

17Et dans nos récits ? Bien que 84 % d’entre eux soient à la troisième personne et que, dans un récit réaliste à la troisième personne, l’intervention du narrateur, surtout du narrateur omniscient, ait une autorité considérable, les interprétations de ce narrateur qui parle « la voix de la Vérité53 » ne sont pas très fréquentes. Voilà qui est à mettre en relation avec l’importance de l’éducateur (le père, le plus souvent) dans les récits – or, ses énoncés interprétatifs sont le plus souvent rendus au discours direct.

  • 54 Prince, La Littérature de jeunesse, p. 11-12.
  • 55 Certains textes semblent pourtant surtout destinés aux adultes, comme le croquis d’enfance qu’est (...)
  • 56 Marcoin, Librairie de jeunesse, p. 54.
  • 57 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. x.
  • 58 T. I, p. 35.

18Un autre point du péritexte des périodiques concerne le double lectorat de ces publications, typique de la littérature de jeunesse. Les destinataires ou les dédicataires (pour reprendre l’expression de Nathalie Prince, qui qualifie la littérature de jeunesse de « littérature dédiée54 ») des récits de Berquin et de Jauffret sont les enfants pour L’Ami des enfants et Le Courrier des enfants ; les adolescents, pour L’Ami de l’adolescence (les titres sont éloquents, comme les indications péritextuelles). Toutefois, l’enfant ou l’adolescent n’est pas le seul destinataire du livre, puisqu’il s’agit d’intéresser les souscripteurs : les « éducateurs » de l’enfant – ses parents, mais aussi « MM les professeurs de collèges », les « Principaux de collèges », les « Maîtres et maîtresses de pensions » et, quand Berquin annonce, dans la livraison de décembre 1782, des « entretiens sur la religion », il ajoute les « Supérieures des couvents55 ». Or, « le livre pour enfants, s’il est didactique, ne fait pas qu’enseigner des choses, mais enseigne à enseigner56. » Dans l’Avis des libraires, qui clôture le Prospectus de L’Ami des enfants, il est d’ailleurs précisé aux éducateurs que les livraisons peuvent devenir des récompenses, et leur privation, une punition57. Le Courrier des enfants donne aussi des éléments sur cette éducation pédagogique adressée aux parents. Le Prix du malheur, récit qui ouvre Le Courrier des enfants, évoque un père, un certain d’Hervilliers, dont la carrière a été brisée par les malheurs du temps et qui, dès lors, s’occupe lui-même de l’éducation de ses enfants. C’est la méthode de ce père que Jauffret veut « mettre tous les pères et mères à portée de pratiquer dans l’intérieur de leur famille58 ». Les parents-lecteurs sont donc globalement invités à imiter les parents des récits qui eux-mêmes sont les émanations de ce père pédagogue du Prix du malheur.

  • 59 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 48, note 20.
  • 60 Ibid., p. 192.
  • 61 Le Courrier des enfants, t. I, p. 253-256.
  • 62 Ibid., p. 254.
  • 63 Ibid., p. 255.
  • 64 Ibid., p. 255-256.
  • 65 L’Ami des enfants 4, avril 1782, p. 5-11.

19Mais si la fonction didactique des récits concerne les enfants et les adultes qui les éduquent, il reste que la méthode qui leur est dédiée diffère. Celle destinée aux enfants s’appuie lourdement sur les ressources décrites par Susan Suleiman pour les romans à thèse. Pour mener effectivement à une règle d’action, l’interprétation construite doit pouvoir être « univoque, c’est-à-dire sans ambiguïté ni contradiction interne59 ». Or, comment parvient-on à cette univocité ? En utilisant les redondances à tous les niveaux. Pour que le sens soit très clair, il faut que tout se tienne : l’histoire avec sa structure est constamment « doublée d’une parole interprétative », que ce soit celle du narrateur ou des personnages (elle est alors au discours direct le plus souvent). Ajoutons qu’en matière d’univocité, nos textes ont d’ailleurs un avantage certain sur le roman à thèse : leur brièveté. Les événements ne foisonnent pas60. Notons toutefois que si les appareillages lourdement didactiques par leurs redondances sont destinés aux enfants, ils peuvent exceptionnellement concerner l’éducateur. Dans L’Enfant capricieux, petite histoire du Courrier des enfants61, une mère cède à tous les caprices de son fils unique qui est devenu « un petit tyran capricieux62 ». Un soir, l’enfant pleure de rage parce qu’un valet lui a refusé ce qu’il demandait. Le valet à qui la mère demande de s’exécuter lui fait une réponse provoquante : « Oh ! bien, Madame, pour ceci, il pourrait crier jusqu’à demain, qu’il ne l’aura pas63 ». Le père est appelé, et le valet s’explique : l’enfant veut le reflet de la lune qu’il a vu dans un seau. Tout le monde rit, et le conte se conclut ainsi : « La dame elle-même, malgré sa colère, ne put s’empêcher de rire aussi, et fut si confuse de cette scène, qu’elle se corrigea, et parvint à faire un aimable enfant de ce petit être fantasque et insupportable64. » Le défaut corrigé après une sorte de choc révélateur est ici celui de la mère, les conséquences éducatives heureuses de sa transformation étant une preuve des valeurs du texte. Un autre exemple : Philippine et Maximin dans L’Ami des enfants. Là, la mère doit apprendre à aimer ses enfants d’un amour égal65.

  • 66 La littérature de jeunesse est parfois convoquée : Les Veillées du Château, de Mme de Genlis, dan (...)

20Ces cas exceptionnels mis à part, l’enseignement transmis aux adultes par les récits reste discret. Il n’est pas l’objet d’évidentes redondances, ce n’est pas à lui que s’adresse explicitement la leçon du récit. Mais les actions éducatives racontées, dans la mesure où elles sont représentées comme efficaces, sont susceptibles d’être imitées : pourquoi, par exemple, ne pas confier à ses enfants un petit jardin à cultiver ? Pourquoi ne pas profiter d’une remarque de l’enfant ou d’un objet familier pour lui faire une petite leçon de choses ? Pourquoi ne pas raconter une histoire exemplaire66 ? Pourquoi ne pas diriger des conversations à la manière des éducateurs des récits ? Cet enseignement de l’enseignement, on le voit, peut concerner directement la parole, et sa transmission s’appuie sur le discours direct qui, par sa faculté de « montrer » l’objet à imiter, est bien adapté aux adultes autodidactes.

Scènes de la vie familiale

  • 67 Marcoin, Librairie de jeunesse, p. 43.

21Pour appliquer ces considérations à la parole dans nos récits, parole d’enfants et parole d’éducateurs, je me centrerai sur les récits, typiques de Berquin (mais que l’on retrouve dans Le Courrier des enfants), où la vie de famille, « espace fondamentalement familier, rassurant et aimable67 », est le cadre d’une action éducative.

  • 68 Robert Vion, La Communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette Supérieur, 1992, (...)
  • 69 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les Interactions verbales, t. I, Paris, A. Colin, 1990, p. 17, cité (...)

22Ces récits sont très riches en petites scènes dialoguées où les discours des personnages – et donc leurs énoncés interprétatifs – sont particulièrement repérables. Certaines de ces scènes sont en rapport avec des données situationnelles immédiates et ont pour fonction de lancer ou de relancer l’action en apportant beaucoup de vivacité. Mais d’autres, parfois longues, ont des finalités « pouvant s’exprimer en termes de gains et de pertes » pour les personnages-locuteurs68 : gain de connaissances, découverte de vérités morales et philosophiques, motivation pour un changement de comportement. Typiquement, elles font intervenir des échanges entre le père (le plus souvent) ou la mère et leurs enfants. Ces échanges sont donc informels et liés à des préoccupations familiales ou de loisirs. Puisqu’il est question d’éducation et d’éducation morale, on ne peut manquer d’observer particulièrement les rapports parent(s)/enfant(s). On peut alors se demander dans quelle mesure ceux-ci conditionnent l’échange de paroles et dans quelle mesure ils évoluent au cours de l’échange, car « parler, c’est échanger, et c’est changer en échangeant69 ».

  • 70 Le Courrier des enfants, t. I, respectivement, p. 125-135, 140-161, 234-253, 295-307.
  • 71 L’Ami des enfants 4, avril 1783, p. 33-42.
  • 72 Ibid., p. 36-42.

23Les échanges dialogués où le locuteur dans une position dominante possède des connaissances que l’autre locuteur en position non dominante souhaite acquérir sont, au total, peu fréquents dans nos récits. Dans ces échanges les répliques se spécialisent : celui qui veut acquérir des connaissances pose des questions et celui qui détient les connaissances donne des réponses. Typiquement, ces échanges didactiques apparaissent dans nos récits lorsque le père ou un adulte donne une leçon de choses. Dans Le Courrier des enfants, on les trouvera, par exemple, dans La Lanterne magique, L’Hiver, Le Castor, Les Nuages70. On ne manquera pas de remarquer combien les répliques de l’éducateur, très longues, déterminent la quantité de paroles au discours direct. Le démonstrateur de La Lanterne magique est engagé pour animer un petit spectacle instructif pour enfants ; sa présentation, au discours direct, s’étend sur 336 lignes et occupe donc 72 % du récit. Notons aussi que ses commentaires sont très simples. Le discours s’adapte à l’enfant. L’exemple le plus frappant est sans doute le discours du père dans Le Soleil et la Lune qu’on lira dans L’Ami des enfants71. M. de Verteuil donne des explications sur la lune et le soleil à son fils de six ans, Antonin. Celles-ci sont d’abord simples et en prise avec le réel. Mais quand le petit garçon demande comment la lune et le soleil tiennent en l’air, le père déclare qu’il lui donnera des explications quand il sera en âge de les comprendre. En attendant, dans un long passage en discours direct, il fait parler par sa bouche le soleil et la lune qui s’adressent au petit garçon72.

  • 73 C’est la tendance que Francis Marcoin relève chez Berquin (Librairie de jeunesse, p. 43).

24Dans d’autres cas, plus fréquents, parce que l’éducation est préférée à l’instruction73, l’échange de paroles entre celui qui sait et celui qui doit apprendre, tout en montrant une spécialisation des répliques, réserve plutôt au père les questions et à l’enfant, les réponses. L’idée pédagogique est d’animer dans l’esprit de l’enfant un mouvement qui lui permette peu à peu, question après question, d’accéder à la connaissance et donc en quelque sorte d’accoucher de sa propre pensée. On aura deviné que ce père accoucheur marche dans les pas de Socrate dont la maïeutique est préconisée explicitement dans Le Courrier des enfants par « l’instituteur des sourds-muets », l’abbé Sicard :

  • 74 Le Courrier des enfants, t. II, p. 33-34.

[Vos jeunes lecteurs] verront [dans ces dialogues avec des sourds-muets au sujet de la morale] de quoi est capable une raison sagement exercée. Leurs parents et leurs instituteurs apprendront ainsi que toutes les leçons du premier âge devraient se donner sans le secours des livres, à la manière de Socrate, j’ai presque dit à la manière des sourds-muets, qu’il vaut mieux faire penser et raisonner l’enfant, que lui donner à apprendre par cœur de longs raisonnements et des maximes ; que les livres ne doivent être que pour les maîtres, et que les enfants n’en doivent lire que pour se rappeler ce qu’ils ont cherché et ce qu’ils ont trouvé sans leurs secours74.

25Le message est doublement adressé : aux parents qui doivent exercer leurs enfants à penser et à l’enfant qui doit se rassurer pour « oser penser ».

  • 75 Durrer, Le Dialogue romanesque, p. 158-159.
  • 76 Vion, La Communication verbale, p. 135-136.
  • 77 Ibid., p. 136-138.
  • 78 Lionel Bellenger, La Négociation, Paris, PUF (coll. « Que sais-je ? »), 1984, cité par Vion, La C (...)
  • 79 L’Ami des enfants 2, février 1783, p. 99-132.
  • 80 Ibid., p. 102.
  • 81 Ibid., p. 128.
  • 82 Ibid., p. 129-132. Annette Baudron propose de lire l’œuvre de Berquin comme « une tentative de vu (...)
  • 83 L’Ami des enfants 2, février 1783, p. 129.
  • 84 Cf. Jeanne Chiron, Le Dialogue éducatif des Lumières : innovations, permanences et fantasmes (175 (...)

26On observe encore, surtout quand l’échange verbal entre parent(s) et enfant(s) porte sur une question morale, une complexification de l’échange, dans la mesure où le rapport inégalitaire entre le parent et l’enfant en termes de savoir ou d’autorité se trouve en quelque sorte neutralisé. On remarque que les demandes ou les réponses, les assertions et les évaluations sont par moments prises en charge par l’un ou l’autre interlocuteur75. Le modèle de l’échange est alors la conversation, à la fois souple et conviviale76, mais qui peut déboucher sur une discussion où chacun justifie son point de vue et tente de convaincre l’autre77. Que produit la discussion ? En soi, « rien… si ce n’est l’essentiel : l’expression de la divergence78 ». Que permet cette divergence ? Le frottement des opinions exprimées qui aboutit à faire en commun le tour d’un problème. C’est ce qui se produit dans La Guerre et la Paix, qu’on peut lire dans L’Ami des enfants79. Un père de famille, Monsieur de Favières, à son retour chez lui, partage avec ses enfants, Constantin, Alexandrine et Minette, des souvenirs de ses expéditions. À l’évocation de ses actions militaires, le fils en vient à souhaiter de pouvoir se distinguer comme son père. « Souhait bien cruel », objecte le père80, et la discussion s’engage, surtout entre le père et le fils, même si les filles participent, souvent pour soutenir le père. Constantin fourbit ses objections. Le père y répond, pose des questions pour faire réfléchir ses enfants, propose des explications. Il finit par s’offrir en modèle : sa fierté tient essentiellement à la façon dont il a servi son prince, « cultivé l’héritage de ses pères » et « donn[é] [à ses enfants] une bonne éducation81 ». C’est sans surprise l’opinion du père qui porte la leçon du conte dans une dernière longue réplique qui contient la profession de sa foi en l’éducation et l’exaltation des Lumières82. Mais il ne faut pas manquer de remarquer la courte réplique du fils qui a accrédité la vision du père avant de lui permettre sa dernière tirade : « […] ce que vous dites est si sensible ; pourquoi tous les hommes n’en sont-ils pas frappés comme vous ?83 ». Il n’est pas possible de multiplier les exemples, mais il faut remarquer ici le rôle que joue la conviction acquise par l’enfant – son évaluation – dans la stratégie de persuasion mise en œuvre dans le récit : elle en signale la réussite. Si c’est l’adulte éducateur, le plus souvent le père, qui joue le rôle de « super-interprète » dans les récits, quand l’enfant accepte ce qui lui a été révélé par « les faits » (autrement dit l’histoire) et/ou par des personnages, on sait que la partie est gagnée84.

  • 85 L’Ami des enfants 11, novembre 1783, p. 39-51.
  • 86 Ibid., p. 42-43.
  • 87 Ibid., p. 43.
  • 88 Ibid., p. 44.
  • 89 Ibid., p. 45.
  • 90 Ibid., p. 45-49.

27Ces échanges, longs et nombreux, entre les enfants et leur père ou leur mère montrent la confiance que cette éducation place dans la parole. Elle est parfois déclarée, comme dans Le Trictrac85. Adrien a joué et a perdu. M. de Pontis, son père, lui dit qu’il l’a bien mérité et minimise le rôle de la chance à ce jeu. Il s’explique par une comparaison avec un mauvais jardinier « qui se plaindrait que ses fruits ne réussissent pas comme ceux de son voisin, attentif à profiter de toutes [l]es circonstances pour l’avantage de sa culture86 ». Adrien, « pour n’avoir pas l’air confondu », rejette la comparaison, sans pouvoir défendre son objection87. À partir de là, l’instruction du père, dans des répliques dramatiques au discours direct, dévie sur l’expédient de l’enfant et sur sa manière de participer au dialogue. M. de Pontis ne mâche pas ses mots (« Mon père, c’est bien dur ce que vous me dites là88 »), mais il s’explique (qui aime bien châtie bien…) et embrasse son fils qui lui déclare : « je sens que vous me sauvez bien des affronts89 ». La leçon est apprise, et l’entente, maintenue. Dès lors, le dialogue reprend sur la comparaison et son application au jeu de trictrac. Le petit garçon formule une nouvelle objection, intéressante celle-là90, que le père accueille volontiers :

  • 91 Ibid., p. 49.

Voilà qui est fort juste mon fils. Tu vois quels avantages on peut retirer d’un entretien raisonnable, où l’on ne cherche pas à se tendre des pièges l’un à l’autre, par une méprisable vanité, mais à s’instruire mutuellement, et à s’éclairer par un échange de lumières91.

28L’attention portée à la bonne tenue des échanges de paroles dans Le Trictrac fait penser à un petit dialogue que Du Marsais propose en exemple dans l’article « Éducation » de l’Encyclopédie. Après avoir remarqué que « les enfants ne sont pas en état de saisir les raisonnements combinés ou les assertions », « qui sont le résultat de profondes méditations », il fait un vœu :

  • 92 Du Marsais, Article « Éducation », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des (...)

[…] mais je voudrais que les personnes que l’on met auprès des enfants, fussent suffisamment instruites sur tous ces points, et que lorsqu’un enfant, par exemple, dans ses réponses ou dans ses propos, suppose ce qui est en question, je voudrais, dis-je, que le maître sût que son disciple tombe dans une pétition de principe, mais que sans se servir de cette expression scientifique, il fît sentir au jeune élève que sa réponse est défectueuse, parce que c’est la même chose que ce qu’on lui demande. « Avouez votre ignorance ; dites, je ne sais pas, plutôt que de faire une réponse qui n’apprend rien ; c’est comme si vous disiez que le sucre est doux parce qu’il a de la douceur, est-ce dire autre chose sinon qu’il est doux parce qu’il est doux92 ? »

29On avouera que ce maître-là fait songer à M. de Pontis et que Berquin a exaucé le vœu de Du Marsais.

Conclusion

30Le récit de paroles, et en particulier le discours direct, est un auxiliaire important de la mission éducative de nos récits. Il soutient la leçon destinée à l’enfant, mais les petites scènes dialoguées qui montrent des interventions – de l’adulte et des enfants – sont aussi offertes à l’interprétation du lecteur adulte, invité à vivre par procuration des expériences pédagogiques. Le récit lui montre comment développer un dialogue avec l’enfant. Évidemment, l’interprétation de l’adulte n’est pas dirigée comme celle de l’enfant ; les adultes n’aiment pas qu’on leur fasse la leçon. Voilà qui permet d’expliquer l’alliance, chez Berquin, d’une morale assénée avec conviction et d’une vision pédagogique qui demande à l’éducateur beaucoup d’ingéniosité et de finesse. Le propos vaut aussi pour Jauffret, du moins pour les récits qui adoptent la formule berquinienne.

  • 93 Roland Mortier, « Les héritiers des ‹ philosophes › devant l’expérience révolutionnaire », Dix‑hu (...)
  • 94 En 1792-1793, c’est au bureau du Journal de Perlet qu’il publie en 8 tomes une Histoire impartial (...)
  • 95 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 91.
  • 96 Ibid., p. 37, 41. Leclère est le fondateur du Journal de la Religion et du culte catholique, qui (...)
  • 97 Francis Marcoin, « L’enfance comme enjeu idéologique », in Gilles Béhotéguy, Christiane Connan-Pi (...)
  • 98 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 97.
  • 99 Ibid., p. 436-437.
  • 100 Le Courrier des enfants, t. I, Le Prix du malheur, p. 9-15 ; Lettre de Parseval-Frileuse ci-devan (...)
  • 101 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 67. Florian avait avant sa mort confié ses ma (...)
  • 102 Ibid.
  • 103 Ibid., p. 403-411, 423-424, 427, 435-437.

31Une remarque, pour finir. Il ne faudrait pas en effet déduire de cette conclusion – et peut-être de cet article – que Le Courrier des enfants est un calque de L’Ami des enfants. Les périodiques de Jauffret méritent une attention particulière. Ceux de Berquin appartiennent à l’ère pré‑révolutionnaire, où l’idéal de progrès issu des Lumières n’a pas de signification politique. La tourmente révolutionnaire change et complique la donne, surtout avec la Terreur93. Pendant la Révolution, Louis‑François Jauffret gravite dans des milieux religieux et monarchiste. On l’a vu, ses écrits et son travail journalistique le relient à Charles‑Frédéric Perlet, imprimeur royaliste94. S’il est le protégé de l’abbé Sicard, il est aussi le frère de l’abbé Gaspard‑André Jauffret (1759‑1823), en poste à Paris sous la Révolution, engagé contre la politique religieuse de la Révolution (il a dû fuir Paris en 1793 pour se mettre à l’abri jusqu’au 9 Thermidor, et François‑Louis a fait de même95). Pour la publication du Courrier des enfants et du Courrier des adolescents, François-Louis Jauffret signe en 1796 un contrat avec l’imprimeur-libraire François-Augustin Leclère, proche de l’abbé Sicard et spécialisé dans l’édition d’ouvrages catholiques96. Figurer au catalogue de Leclère est une belle opportunité pour les périodiques de Louis-François Jauffret ; c’est aussi une orientation97. Par-là, Jauffret s’intègre dans une « liste des <bons auteurs> mobilisés dans la reconquête catholique », et dans Le Courrier des enfants, la valorisation des charmes de la nature et de la vie familiale, également présente chez Berquin, prend une connotation idéologique et politique98, qui finira, à partir de 1804, par être perçue comme hostile aux Lumières et à la Raison99. Le Courrier des enfants porte les marques de cette orientation. Il y est question de la violence révolutionnaire qui a fait des morts et brisé des carrières100. La place faite, dans le périodique, à l’abbé Sicard ou à Florian est aussi liée à cette tendance – à l’époque, Florian est devenu l’emblème « d’une littérature dégagée de tous les stigmates de la philosophie et de la politique accusés d’avoir ruiné les lettres101 ». Il faut néanmoins souligner qu’à la différence des abbés Sicard et Jauffret, Louis-François Jauffret a su conserver une position en retrait et conciliatrice102. En revanche, il souffrira de l’évolution défavorable aux sociétés savantes à vocation pédagogique qui se met en place à partir de 1801. On constate qu’à partir de 1802 il change d’éditeur pour ses ouvrages pédagogiques et qu’à partir de 1804, certaines critiques visent son statut de vulgarisateur savant et de pédagogue103.

  • 104 Reboul, Louis-François Jauffret, p. 29, 107.
  • 105 Sander était très lié à Kotzebue : c’est chez lui que devait paraître Der Freimüthige que Kotzebu (...)
  • 106 Théophile Conrad Pfeffel (1736-1809), poète, fabuliste, auteur dramatique, traducteur – mais auss (...)

32Un autre aspect du Courrier des enfants mérite aussi un examen particulier : son rôle dans les transferts culturels. Le succès du Courrier des enfants et du Courrier des adolescents reste à mesurer (réunis, ils auraient été réédités chez Leclère en 1800‑1801), mais Le Courrier des enfants aurait été traduit « dans les principales langues de l’Europe » : « en anglais, en italien, en allemand et en espagnol, sous ce titre : Gazeta de los Ninos104 ». En 1800 paraissent à Berlin, chez Johann Daniel Sander, les Contes et autres morceaux pour Instruire et Amuser la Jeunesse. Extrait du Courrier des adolescens (2 tomes)105. Une version bilingue du Courrier des enfants, Kinderschauspiele. Französisch und deutsch, en 2 tomes, paraît en 1803 chez Benjamin Gottlob Hoffmann. Les liens entre Jauffret et la librairie allemande sont patents106. D’un autre côté, lui-même déclare que, dans ses périodiques, il n’hésite pas à

  • 107 Louis-François Jauffret, Jeu zoologique et géographique destiné à l’amusement et à l’instruction (...)

pique[r] l’intérêt de ses jeunes lecteurs par des anecdotes toujours tirées d’un pays différent pour leur donner une idée du site, des mœurs et des productions des pays étrangers107 .

  • 108 Ibid.
  • 109 T. II, respectivement, p. 54-60, 267-271, 271-275, 251-257.
  • 110 François Genton, « Berquin », no 067, Dictionnairedesjournalistes(1600-1789), https://dictionn (...)
  • 111 Angus Martin, « Notes sur L'Ami des enfants de Berquin et la littérature enfantine en France aux (...)

33Ce sont surtout les productions allemandes qui retiennent son attention108. Dans Le Courrier des enfants quatre textes sont renvoyés à leurs sources allemandes : Franz Xaver Bronner, pour « Le Vautour », « L’Amour propre d’un jeune enfant. Idylle » et « Le Mensonge », « traduits de l’allemand109 » ; Justus Friedriech Wilhem Zachariae, pour « La jeune enfant. Imitation du premier chant des Quatre âges de la femme […] ». On sait que Berquin dans L’Ami des enfants a adapté ses modèles allemands110, mais qu’en est-il de Jauffret ? On a constaté que Le Courrier des enfants offrait plus de variété que L’Ami des enfants. Est-ce significatif ? En 1974, Angus Martin à la fin de ses « Notes sur L’Ami des enfants de Berquin111 » souhaitait que l’auteur suscite la curiosité des historiens de la littérature enfantine. Cet appel a été entendu. Ne serait-ce pas maintenant au tour de Louis-François Jauffret de retenir pleinement leur attention ?

Haut de page

Notes

1 On sait que Louis-François Jauffret a aussi fait paraître Le Courrier des adolescents (1798‑1799).

2 Le Gazetier universel http://gazetier-universel.gazettes18e.fr donne accès à L'Ami des enfants, à la collection incomplète de L'Ami de l'adolescence, ainsi qu’à sa réédition genevoise (Dufart, 1786, 4 tomes) sur laquelle ont été effectués les comptages. Le Courrier des enfants est accessible sur Le Gazetier révolutionnaire http://gazetier-revolutionnaire.gazettes18e.fr dans sa seconde édition (Amsterdam, Veuve Changuion et Den Hengst, 1800, 2 tomes), corrigée, mais aussi amputée « de tout ce qui paraîtrait superflu et inutile, comme des extraits de quelques livres » (Avis, t. I, p. [v]). C’est cette édition qui a été utilisée.

3 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, « La presse périodique pour la jeunesse au XVIIIe siècle : essor et fragilité », Le Temps des médias 21, 2013/2, p. 24-34.

4 Sur le rapport entre l’oral et la littérature de jeunesse, voir la mise en perspective historique d’Isabelle Nières-Chevrel, « Avant-propos », Revue de littérature comparée 4, 2002, p.  414‑415, et sur les formes narratives, thèmes et personnages de L'Ami des enfants et de L'Ami de l'adolescence, la thèse d'Annette Baudron, L'Œuvre d'Arnaud Berquin. Littérature de jeunesse et esprit des Lumières, 2009, p. 170-202 (L'Ami des enfants) et 223-225, 233-253 (L'Ami de l'adolescence) surtout : http://www.applis.univ-tours.fr/theses/2009/annette.baudron_2578.pdf dernière consultation le 1er mai 2021.

5 Suzanne Tucoo-Chala, « La diffusion des Lumières dans la seconde moitié du XVIIIe : Ch.-J. Panckoucke, un libraire éclairé (1760-1799) », Dix-huitième siècle, Lumières et Révolution 6, 1974, p. 119.

6 En 1778, Berquin devient collaborateur du Mercure de France dont Panckoucke a racheté le privilège (Dictionnaire des journaux 0925, https://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0925-mercure-de-france-2 dernière consultation le 1er mai 2021) ; il sera aussi, à partir de 1789, rédacteur à la Gazette nationale ou Moniteur universel que Panckoucke vient de fonder (Le Gazetier révolutionnaire, https://gazetier-revolutionnaire.gazettes18e.fr/periodique/gazette-nationale-ou-moniteur-universel-1789-1799).

7 Pierre-Yves Beaurepaire, « La ‹ fabrique › de la sociabilité », Dix-huitième siècle 46, 2014/1, p. 100.

8 T. II, « L’Inconstant », p. 32-34.

9 Sur la loge, et en particulier sur ses membres, voir Nicholas Hans, « UNESCO of the Eighteenth Century. La Loge des Neuf Sœurs and Its Venerable Master, Benjamin Franklin », Proceedings of the American Philosophical Society 97, 5, 1953, p. 517 - 519, https://www.jstor.org/stable/3149268 dernière consultation le 1er mai 2021 ; Louis Amiable, Une Loge maçonnique d’avant 1789, Paris, Félix Alcan, 1897 (contient une liste des « Adeptes des Neuf Sœurs pendant la première période [jusque 1805] », p. 245-354). On notera que Florian ne figure pas dans la liste de N. Hans.

10 François Genton, Des beautés plus hardies… : le théâtre allemand dans la France d’Ancien régime (1750-1789), Paris, édition Suger (coll. « Série germanique »), 1999.

11 Hans, « UNESCO of the Eighteenth Century », p. 518.

12 Sur Louis-François Jauffrey, voir Robert Reboul, Louis-François Jauffret. Sa vie et ses œuvres, Paris, J. Baur & Détaille/Marseille, Marius Lebon/Aix, Achille Makaire, 1869 ; Robert Reboul, « Liste bibliographique des ouvrages de Jauffret, Bibliothécaire de Marseille (1770-1840) », Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, 1873, p. 32 - 47 ; Correspondance inédite de L.‑F. Jauffret […], éd. Robert Reboul, Draguignan, Latil, 1874 ; Robert Reboul, Les Cartons d’un ancien bibliothécaire de Marseille, Draguignan, Latil, 1875 ; Michel Manson, Répertoire bibliographique, in Les Livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en français de 1789 à 1799, Paris, Institut national de recherche pédagogique (coll. « Bibliothèque de l’Histoire de l’Éducation », 20), 1989, p. 114-118 (Le Courrier des enfants, p. 116-117 ; Le Courrier des adolescents, p. 117) ; Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002, p. 88-98, entre autres.

13 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 90-91. Après 1789, la loge se transforme en Société nationale des Neuf Sœurs qui disparaîtra en 1794 (Amiable, Une Loge maçonnique d’avant 1789, p. 180-185).

14 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 32-34. Sur l’abbé Roch-Ambroise Cucurron dit Sicard (1742-1822), voir ibid., p. 32-40, entre autres.

15 T. I, Notice sur Berquin et sur ses ouvrages, p. 161-167 ; Tombeau de Florian. Romance, p. 263‑264 ; Conversation avec un sourd-muet de naissance [dialogue entre Louis-François Jauffret et Massieu, élève de l’abbé Sicard], p. 102-107 ; t. II, L’instituteur des sourds-muets, au rédacteur du Courrier des enfants, p. 32-34 ; Dialogue premier sur l’existence et la spiritualité de l’âme, p. 35-46 ; Fin du dialogue premier sur l’existence et la spiritualité de l’âme, p. 76-91 ; Second dialogue sur l’âme, p. 150-160 ; Troisième dialogue sur l’âme, p. 258-266 ; Dialogue quatrième sur l’âme, p. 289-297 ; Dialogue cinquième sur l’âme, p. 304-325. Tous ces dialogues sont de Sicard.

16 Reboul, Louis-François Jauffret, p. 7-8.

17 Paris, Moutard. Plusieurs fois réédité, l’ouvrage sera traduit en allemand et proposé en version bilingue : Les Charmes de l'enfance, et les plaisirs de l'amour maternel, Die Reitze der Kindheit und die Freuden der mütterlichen Liebe, Aus dem Französischen übersetzt von C. A. Schmiding, 4 vol. in-18, Paris, de Huguin, an IX (1801).

18 Paris, Onfray et Née de la Rochelle, t. V, p. 213.

19 C’est le titre que Jauffret donne à un conte autobiographique qui peut être lu comme un récapitulatif de ses échecs et de ses choix (Mercure de France 65, janvier 1815, p. 406-412).

20 Le titre du journal de Charles-Frédéric Perlet (1759-1828), libraire-imprimeur suisse installé à Paris, a varié. Voir Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 89, note 24, et Jacques Godechot, « Le Journal de Perlet pendant la réaction thermidorienne », Revue du Nord, Mélanges offerts à Louis Trenard 66, 1984, p. 723, 724-732. Après la chute de Robespierre, le « Journal de Perlet » devient hostile à la Révolution, défavorable aux Jacobins, mais aussi aux Girondins et aux Thermidoriens dont les prétentions territoriales font durer la guerre : ainsi le journal finit-il par être considéré comme un journal anti-révolutionnaire et royaliste (ibid., p. 731-732).

21 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 90 ; Didier Masseau, « La littérature enfantine et la Révolution : rupture ou continuité ? », in Marie-Françoise Lévy (dir.), L’Enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1989, p. 581-605.

22 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 281. François-Louis Jauffret a été le secrétaire perpétuel de cette société qui disparaît en 1804. Dans le cadre des activités de la société, il s’est beaucoup investi dans le cas célèbre de l’enfant sauvage découvert en 1797 dans le Tarn et capturé en 1800 (ibid., p. 85-88, 98-105). La question de son éducation fera débat (ibid., p. 363).

23 Arnaud Berquin, L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. viii.

24 Arnaud Berquin, L’Ami de l'adolescence, éd. Dufart, t. I. Le discours du narrateur est adressé aux destinataires adolescents, qui ne sont pas des personnages dont la parole serait représentée. Leurs réactions sont prises en charge par le discours narratorial, telles des didascalies implicites. Voir note 29.

25 Œuvres entièrement constituées de répliques de personnages sans intervention narratoriale et qui ne sont pas intitulées « drame ».

26 La Flatterie, in L’Ami de l’adolescence, t. II, p. 37-54.

27 Aristote, La Poétique, VI.

28 Sur l’emploi de ce terme, voir note 29.

29 Si la place manque pour des tableaux chiffrés, il n’est pas inutile d’indiquer rapidement les démarches nécessaires pour aboutir aux données chiffrées. La première a consisté à identifier dans le corpus des périodiques étudiés (les 12 livraisons de L’Ami des enfants de 1782 ; les 12 livraisons de L’Ami des enfants de 1783 ; les 4 tomes de L’Ami de l’adolescence ; les 2 tomes du Courrier des enfants, voir note 2) des articles, au sens d’« unités de texte » insérées dans la publication considérée (ainsi un drame peut être découpé en plusieurs articles). À noter : on a considéré que les annexes d’un article faisaient partie de cet article (comme les compléments narratifs parfois attachés aux drames, par exemple). La deuxième démarche a été d’attribuer à chacun de ces articles une caractérisation générique, parmi les suivantes : 1. courrier des lecteurs ; 2. dialogue (voir note 25) ; 3. drame ; 4. discours narratorial visant à une leçon de choses (voir note 24) ; 5. maximes ; 6. notice ; 7. péritexte ; 8. récit ou texte narratif ; 9. poème en vers. Les articles peuvent donc être rassemblés en classes. Une troisième démarche, avant le recours aux comptages, a été d’exclure la classe des articles de péritexte et celle des articles en langue étrangère. Ces dernières n’interviennent donc pas dans les calculs. Une quatrième démarche, enfin, a consisté à évaluer l’importance des classes génériques en fonction de leur nombre d’articles et en fonction de leur nombre de pages (les pages de chaque article ont été comptées à la demi-page près, toute demi-page commencée valant une demi‑page).

30 Pour l’étude du récit de paroles, seule la classe des récits a été considérée (voir ci-dessus, note 29). D’une part, leur caractérisation a été affinée en tenant compte de la personne du récit. Trois formes ont été distinguées : 1. récit où le narrateur est un personnage de l’histoire qu’il raconte (récit à la première personne) ; 2. récit où le narrateur n’est pas un personnage de l’histoire (récit à la troisième ou à la deuxième personne) ; 3. récit hybride, montrant les formes 1 et 2. D’autre part, en ce qui concerne le récit de paroles (ou représentation des paroles des personnages dans le récit), une distinction, essentielle, est intervenue entre représentation directe (ou « discours direct ») et représentation indirecte des paroles (ou « discours indirect »). Dans le cas du direct, les paroles sont représentées en fonction de la situation énonciative du personnage-locuteur alors que pour l’indirect elles le sont en fonction de la situation énonciative du narrateur. Il n’a pas semblé utile pour l’indirect de séparer, comme fait G. Genette, le discours narrativisé et le discours transposé (Discours du récit, in Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 191-192). En revanche, pour le direct, on a distingué le récit de paroles introduit de manière dramatique (comme dans un dialogue ou une pièce de théâtre, avec le nom du locuteur précédant les paroles du personnage) du récit de paroles introduit par les moyens habituels dans les récits (verbe déclaratif, incise, omission du verbe déclaratif, tiret…). Cette fois, l’unité de mesure a été la ligne (au quart de ligne près, tout quart de ligne commencé comptant pour un quart de ligne). En conclusion, chaque article-récit s’est vu caractérisé 1. par sa forme déterminant son intégration dans une des trois classes de récits envisagées ci-dessus ; 2. par son nombre de lignes ; 3 par le nombre de lignes qu’il contient 1. de récit de paroles indirect ; 2. de récit de paroles direct introduit de manière « narrative » et 3. de récit de paroles direct introduit de manière « dramatique ».

31 C’est l’édition Garnier qui est utilisée : Le Roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, PUF, 1983, rééd. Garnier, 2018.

32 Prospectus, L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. v.

33 Le Courrier des enfants, t. I, p. 165, je souligne.

34 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 36-37. Francis Marcoin relève le paradoxe à propos de Berquin qui, adepte d’une éducation fondée sur l’expérience sensible, « ne fait que mettre en récit des situations imaginées, proches de la réalité familière mais fictives », in Francis Marcoin, Librairie de jeunesse et Littérature industrielle au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006, p. 52, voir aussi p. 50.

35 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 62.

36 Ibid., p. 63.

37 Il affirme que les textes ont été testés sur des enfants avant d’être publiés dans le périodique (p. viii). Dans Le Courrier des enfants, le Prospectus est un récit qui fait intervenir trois personnages : le rédacteur du journal, une petite fille et sa mère. C’est l’enfant elle-même qui dit le plaisir qu’elle aurait, comme son papa, à recevoir « un Courrier des enfants » : « Mais par malheur il n’en existe point, et il faut que je m’ennuie à écouter ce qui est au-dessus de mon âge » (t. I, p. 5). Le rédacteur s’engage alors à produire la première livraison de son périodique pour le 1er janvier 1796, et la mère pourra l’offrir à sa fille pour ses étrennes... (p. 5-7) Dans le courrier des lecteurs, particularité du Courrier des enfants, une mère aurait dit au rédacteur que « [ses] feuilles sont attendues avec empressement et lues avec délices » et qu’elles « semblent composées en vérité pour l’âge de [ses] deux enfants » (t. II, p. 29). Le Prospectus de L’Ami des enfants fait valoir le « petit format portatif » du périodique et l’usage de « beaux caractères, et d’un œil assez gros, pour en rendre la lecture facile » (p. x-xi) – en revanche, Le Courrier des enfants dans l’édition utilisée offre une présentation où « le caractère n’[est] pas si gros » que dans la première édition (Avis, t. I, p. [v-vi]).

38 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi.

39 Par exemple, Le Luth de la montagne, in L’Ami des enfants 9, septembre 1783, p. 5-36.

40 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi-vii.

41 Susan Suleiman disait : « le sujet fictif qui ‘vit’ l’histoire a sa contrepartie dans le sujet réel qui la lit », in Suleiman, Le Roman à thèse, p. 81.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 23, voir aussi p. 24.

44 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. vi.

45 Les pourcentages de lignes de récit de paroles au style indirect sont donc : 10 % (L’Ami des enfants, 1782) ; 8 % (L’Ami des enfants, 1783) ; 10 % (L’Ami de l’adolescence) ; 5 % (Le Courrier des enfants, t. I) ; 7 % (Le Courrier des enfants, t. II).

46 Sylvie Durrer, Le Dialogue romanesque. Style et structure, Genève, Droz, 1994, p. 147, note 15.

47 Cette présence massive du discours direct est à lier à la prédominance du récit à la troisième personne. Un indice : c’est dans la catégorie des récits montrant un pourcentage de discours direct inférieur à la moyenne que l’on observe la plus grande proportion de récits à la première personne.

48 L’expression est de Roland Barthes, « L'effet de réel », Recherches sémiologiques : le vraisemblable, Communications 11, 1968, p. 88.

49 Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin (coll. « U »), 2010, p. 151-159.

50 Jeanne Chiron, « Les Lumières face à la parole de l'enfant : la construction d'un style enfantin », Revue d'histoire culturelle de l'Europe, Regards portés sur la petite enfance en Europe (Moyen Âge – XVIIIe siècle) 2, 2017 : http://www.unicaen.fr/mrsh/hce/index.php?id=660 dernière consultation le 1er mai 2021, et Baudron, L’Œuvre d’Arnaud Berquin, p. 188‑193.

51 L’Ami des enfants 11, novembre 1783, p. 5-37.

52 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 192.

53 Ibid., p. 80.

54 Prince, La Littérature de jeunesse, p. 11-12.

55 Certains textes semblent pourtant surtout destinés aux adultes, comme le croquis d’enfance qu’est Caroline (L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. 57-58) ou les petites anecdotes reprises sous le même titre (ibid. 4, avril 1782, p. 27-29).

56 Marcoin, Librairie de jeunesse, p. 54.

57 L’Ami des enfants 1, janvier 1782, p. x.

58 T. I, p. 35.

59 Suleiman, Le Roman à thèse, p. 48, note 20.

60 Ibid., p. 192.

61 Le Courrier des enfants, t. I, p. 253-256.

62 Ibid., p. 254.

63 Ibid., p. 255.

64 Ibid., p. 255-256.

65 L’Ami des enfants 4, avril 1782, p. 5-11.

66 La littérature de jeunesse est parfois convoquée : Les Veillées du Château, de Mme de Genlis, dans L’Hiver, petit récit du Courrier des enfants (t. I, p. 140). On rencontre aussi un cas un peu différent : une mère récite un poème de « l’ami des enfants » qu’elle suggère à son fils d’apprendre par cœur parce qu’il est porteur de la leçon du récit de… L’Ami des enfants (Le Nid de fauvette, in L’Ami des enfants 4, avril 1783, p. 140-142).

67 Marcoin, Librairie de jeunesse, p. 43.

68 Robert Vion, La Communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette Supérieur, 1992, p. 127.

69 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les Interactions verbales, t. I, Paris, A. Colin, 1990, p. 17, cité par Vion, La Communication verbale, p. 107.

70 Le Courrier des enfants, t. I, respectivement, p. 125-135, 140-161, 234-253, 295-307.

71 L’Ami des enfants 4, avril 1783, p. 33-42.

72 Ibid., p. 36-42.

73 C’est la tendance que Francis Marcoin relève chez Berquin (Librairie de jeunesse, p. 43).

74 Le Courrier des enfants, t. II, p. 33-34.

75 Durrer, Le Dialogue romanesque, p. 158-159.

76 Vion, La Communication verbale, p. 135-136.

77 Ibid., p. 136-138.

78 Lionel Bellenger, La Négociation, Paris, PUF (coll. « Que sais-je ? »), 1984, cité par Vion, La Communication verbale, p. 137.

79 L’Ami des enfants 2, février 1783, p. 99-132.

80 Ibid., p. 102.

81 Ibid., p. 128.

82 Ibid., p. 129-132. Annette Baudron propose de lire l’œuvre de Berquin comme « une tentative de vulgarisation du discours des Lumières, une tentative d’insuffler l’esprit des Lumières dans le cœur de l’enfance » (L'Œuvre d'Arnaud Berquin, p. 393 ; voir aussi p. 351-384, 394).

83 L’Ami des enfants 2, février 1783, p. 129.

84 Cf. Jeanne Chiron, Le Dialogue éducatif des Lumières : innovations, permanences et fantasmes (1754- 1804), Éducation, Université Paris-Est, 2016, p. 423-424.

85 L’Ami des enfants 11, novembre 1783, p. 39-51.

86 Ibid., p. 42-43.

87 Ibid., p. 43.

88 Ibid., p. 44.

89 Ibid., p. 45.

90 Ibid., p. 45-49.

91 Ibid., p. 49.

92 Du Marsais, Article « Éducation », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres, Paris, Briasson/David/Le Breton/Durand, 1751-1772, 17 vol. de texte et 11 vol. de planches, t. V, 1755, p. 397a-403a, ici p. 399, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v5-691-0/dernière consultation le 1er mai 2021.

93 Roland Mortier, « Les héritiers des ‹ philosophes › devant l’expérience révolutionnaire », Dix‑huitième siècle, Lumières et Révolution 6, 1974, p. 45‑57.

94 En 1792-1793, c’est au bureau du Journal de Perlet qu’il publie en 8 tomes une Histoire impartiale du procès de Louis XVI.

95 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 91.

96 Ibid., p. 37, 41. Leclère est le fondateur du Journal de la Religion et du culte catholique, qui en novembre 1795 devient les Annales religieuses, politiques et littéraires, dont les rédacteurs sont les abbés Sicard et Jauffret. La position de Leclère est originale : il s’agit pour l’essentiel de défendre l’Église catholique dans la République, à laquelle les ecclésiastiques réunis autour de lui ne sont pas hostiles. Ils font partie du clergé dit « soumissionnaire », proches, en 1795 et 1796, des républicains dits modérés ou conservateurs. À partir de 1797, le succès de la droite royaliste aux élections rend une position de compromis impossible, et le courant « soumissionnaire » se raidit et évolue vers le royalisme (ibid., p. 41‑49).

97 Francis Marcoin, « L’enfance comme enjeu idéologique », in Gilles Béhotéguy, Christiane Connan-Pintando et Gersende Plissonneau (dir.), Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au XXIe siècle. Nouvelle édition [en ligne], Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2015, p. 23‑36, http://books.openedition.org/pub/8966 dernière consultation le 1er mai 2021.

98 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 97.

99 Ibid., p. 436-437.

100 Le Courrier des enfants, t. I, Le Prix du malheur, p. 9-15 ; Lettre de Parseval-Frileuse ci-devant Fermier Général ; à sa femme et à ses enfants, p. 47-55. Une note précise : « Parseval Frileuse écrivit cette lettre à l'hôtel des Fermes où il était détenu avec ses confrères, son beau-père, son frère aîné et deux de ses beaux-frères, au moment où ils apprirent qu’un décret les traduisait devant le tribunal révolutionnaire. » (p. 47-48).

101 Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 67. Florian avait avant sa mort confié ses manuscrits à Louis-François Jauffret qui a géré son héritage littéraire (ibid., p. 97).

102 Ibid.

103 Ibid., p. 403-411, 423-424, 427, 435-437.

104 Reboul, Louis-François Jauffret, p. 29, 107.

105 Sander était très lié à Kotzebue : c’est chez lui que devait paraître Der Freimüthige que Kotzebue dirigea de 1803 à 1808. Or, en 1798 était parue Les Deux Frères, comédie en quatre actes, en prose, traduite de Kotzebue et arrangée pour la scène française, par M. Weiss, L.-F. Jauffret et J. Patrat (Paris, Bureau des éditeurs du théâtre de Kotzebue, marchands de nouveauté, an VII) : l’œuvre connut de nombreuses rééditions et fut représentée à la Comédie-Française en 1799. C’est toujours Louis-François Jauffret et Thomas Weiss qui traduiront de l’allemand les deux tomes du Théâtre de Kotzebue (Paris, A. Koenig, 1798) et probablement un Supplément au Théâtre choisi de feu M. de Kotzebue (Marseille, imprimerie de Guion, 1820). Sur Thomas Weiss, voir Joseph Marie Quérard, La France littéraire […], t. 10, Paris, Didot, 1839, p. 497.

106 Théophile Conrad Pfeffel (1736-1809), poète, fabuliste, auteur dramatique, traducteur – mais aussi pédagogue (il est, entre autres, influencé par les théories de Basedow) –, anime depuis Colmar avec son frère Christian Frédéric un réseau à dimension européenne : il mettra Jauffret en contact avec des éditeurs de Tübingen, les frères Cotta, qui publieront une traduction du Petit théâtre de famille ou Recueil des drames propres à être joués par les adolescents et destinés à leur former le cœur et l’esprit (Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 95, 133‑135).

107 Louis-François Jauffret, Jeu zoologique et géographique destiné à l’amusement et à l’instruction de la jeunesse, Avis, Paris, au bureau du Courrier des enfants, an VII [1798], cité dans Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, p. 95, note 64.

108 Ibid.

109 T. II, respectivement, p. 54-60, 267-271, 271-275, 251-257.

110 François Genton, « Berquin », no 067, Dictionnairedesjournalistes(1600-1789), https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/067-arnaud-berquin dernière consultation le 1er mai 2021.

111 Angus Martin, « Notes sur L'Ami des enfants de Berquin et la littérature enfantine en France aux alentours de 1780 », Dix-huitième siècle, Lumières et Révolution 6, 1974, p. 299-308.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Tilkin, « Parole et récit dans la presse périodique pour la jeunesse »Cahiers d’Études Germaniques, 82 | 2022, 55-72.

Référence électronique

Françoise Tilkin, « Parole et récit dans la presse périodique pour la jeunesse »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 12 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceg/15389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.15389

Haut de page

Auteur

Françoise Tilkin

Université de Liège, Groupe d’étude du dix-huitième siècle et des révolutions, Traverses

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search