Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Réception à grande échelle et à l...Marie Leprince de Beaumont, les é...

Réception à grande échelle et à long terme

Marie Leprince de Beaumont, les écrits d’une éducatrice européenne dans le monde germanophone

Réception, influence et transformation de ses œuvres entre le XVIIIe et le XIXe siècle
Die Schriften der europäischen Erzieherin Marie Leprince de Beaumont im deutschsprachigen Raum: Rezeption, Einfluss und Transformationen ihrer Werke zwischen dem 18. und 19. Jahrhundert
Marie Leprince de Beaumont’s Writings in the German Context: Reception, Influence and Transformations of her Works between the 18th and 19th Century
Ivana Lohrey
p. 169-180

Résumés

De nombreuses sources – journaux intimes, revues, souvenirs d’enfance et préfaces de traductions – nous permettent encore de découvrir les influences et les pratiques liées à l’éducation des enfants du xviiie et du début du XIXe siècles. Dans ce contexte, l’autrice et pédagogue française Marie Leprince de Beaumont a laissé une empreinte souvent oubliée dans le monde germanophone. Ses œuvres furent connues de la noblesse, de la bourgeoisie ainsi que des classes inférieures à travers divers ouvrages, surtout ses Magasins. Prenant les journaux intimes de Johanna Schopenhauer pour exemples, ils livrent au lecteur un témoignage non seulement sur les pratiques pédagogiques, mais aussi sur l’utilisation concrète, faite en cours, des œuvres de l’autrice française. Cependant, « l’habit » de son texte a été transformé au fil des décennies par les différentes adaptations, presque totalement indépendantes les unes des autres, d’auteurs allemands. L’article vise à mettre en lumière certaines de ces tendances et à souligner l’importance du voisin français au siècle des Lumières et après.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après de grandes incertitudes sur les dernières années de la vie de Marie Leprince de Beaumont, l (...)
  • 2 Conte issu de la plume de Madame de Villeneuve, modifié et raccourci par Marie Leprince de Beaumo (...)
  • 3 Voir la notice que lui consacre Patricia Clancy dans le Dictionnaire des journalistes et des gaze (...)
  • 4 Le terme Magasin s’applique principalement à trois de ses œuvres les plus connues : Le Magasin de (...)
  • 5 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits.
  • 6 Voir entre autres : « Lumières plurielles », Rotraud von Kulessa et Catriona Seth (dir.), Arts et (...)
  • 7 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits, p. xiv.
  • 8 Lorsque nous employons les termes “Allemagne” et “pays germanophones” dans la suite, nous considé (...)

1L’héritage le plus connu de Marie Leprince de Beaumont (1711-17761) est indéniablement La Belle et la Bête dont les célèbres adaptations cinématographiques2 assurent de nos jours la notoriété mondiale. Elle se fait un nom en tant que conteuse, grâce à ses fictions morales et ses histoires empreintes de merveilleux qu’elle raconte aux enfants et aux jeunes gens. Marie Leprince de Beaumont est cependant une femme à la vie passionnante, une véritable aventurière de son époque. Née en 1711, après quelques années passées dans la communauté des sœurs d’Ernemont, elle devient lectrice d’Élisabeth-Thérèse de Lorraine à Lunéville (1711-1741), puis musicienne à la cour du duc de Lorraine Stanislas Leszczynski. Elle écrit en même temps ses premières œuvres littéraires en 1748. Les années qu’elle passe ensuite en Angleterre (1748-17613) à travailler comme préceptrice sont marquées par une activité littéraire intense et nombre de ses œuvres sont imprimées à Londres, y compris son ouvrage probablement le plus connu, Le Magasin des enfants4, publié en 1756. Dès lors, son succès sera assuré par un large éventail d’œuvres, notamment des écrits pédagogiques, des romans et des récits. Or, après avoir été à son apogée pendant près de cinquante ans, sa notoriété s’effondre de plus en plus au XIXe siècle. Aussi connue qu’elle eût été à son époque, l’autrice fut par la suite longtemps oubliée, jusqu’à ce que la recherche lui porte un intérêt renouvelé, depuis, notamment, la publication en 2000 par Barbara Kaltz des Contes et autres écrits5. Les nombreuses publications récentes6 soulignent l’importance de « cette femme qui eut un parcours hors du commun7 ». La popularité redécouverte de l’autrice a mis au jour de nouveaux aspects de ses œuvres aux XVIIIe et XIXe siècles et de leur influence. Bien que nous ne sachions pas (encore) si elle s’est aventurée en Allemagne, ni même si elle était consciente du succès dont y jouissaient ses œuvres, certains liens avec le voisin outre‑Rhin8 le suggèrent, comme en témoigne sa relation épistolaire avec Louis‑Eugène de Wurtemberg. Leur échange confirme l’intérêt que le futur duc porte à l’état d’avancement des œuvres de l’autrice. C’est une lettre qu’elle rédige à Annecy le 16 octobre 1766 qui nous l’apprend :

  • 9 Voir figure 1.

Je sens tout le prix de la grâce que vous me faites en souhaitant de voir mes ouvrages [...] [j]aurai l’honneur de les lire moi-même à votre Altesse et à ceux qu’elle voudra bien m’indiquer9.

  • 10 « [...] und wir wurden an die wohlgemeinten, tugendsamen Verzauberungen erinnert, womit Mad. le P (...)

2Dans le cas des écrits pédagogiques, les contes de fées jouent un rôle prédominant du point de vue de leur réception, et nous trouvons de nombreux témoignages contemporains, tel celui de August Wilhelm Schlegel qui se souvient : « [...] et nous nous sommes rappelé les enchantements vertueux et bien intentionnés avec lesquels dans ses contes de fées, Mad. le Prince de Beaumont égaye et émeut l’enfance10 ». Ces sources récemment (re)découvertes ont donné son impulsion au présent article, et c’est pourquoi nous souhaitons développer dans ce qui suit trois aspects de l’histoire de la réception de Marie Leprince de Beaumont dans le monde germanophone : les premières traductions et la réception précoce de ses œuvres originales françaises par le public germanophone feront l’objet de la première partie de l’étude ; nous examinerons ensuite de plus près la conception pédagogique de l’autrice, l’une des principales raisons de son succès littéraire, qu’illustrent les mémoires de Johanna Schopenhauer. Enfin, nous nous intéresserons aux traductions ou adaptations ultérieures qui interviennent fortement sur le texte original et donnent ainsi naissance à une œuvre presque indépendante, une recréation.

L’accueil outre Rhin : Les Magasins dans l’espace germanophone

  • 11 En 1748, lors de son séjour à Londres, Marie Leprince de Beaumont fonde un périodique mensuel, le (...)
  • 12 L’ouvrage est paru pour la première fois à Londres chez J. Haberkorn en 1756. La recherche a déco (...)
  • 13 Johann Joachim Schwabe (1714-1784) : savant, bibliothécaire, philosophe et traducteur allemand fi (...)

3C’est surtout Le Magasin11 des enfants12 qui a contribué à l’énorme succès de Marie Leprince de Beaumont de son vivant. La maison d’édition Weidmann et Reich à Leipzig, l’une des plus prestigieuses à l’époque, publie la plupart des œuvres de l’autrice pour les lecteurs allemands. Elles sont alors traduites notamment par Johann Joachim Schwabe13 qui collabore avec cette maison d’édition. Sa traduction de Der Frau Maria Le Prince de Beaumont lehrreiches Magazin für Kinder zu richtiger Bildung ihres Verstandes und Herzens für die deutsche Jugend eingerichtet fera l’objet de six éditions, entre 1758 et 1772. Dans sa préface, le traducteur-auteur s’explique sur les changements effectués pour mieux convenir au lectorat allemand. C’est pour cette raison qu’il a choisi de délocaliser l’intrigue de Londres à Dresde et de germaniser les prénoms des jeunes protagonistes. Le traducteur confirme par ailleurs qu’il a certes essayé de rester le plus fidèle possible à l’original, mais qu’il a fallu transformer le texte à plusieurs occasions afin de le rendre utile à son lectorat allemand :

  • 14 Marie Leprince de Beaumont, Der Frau Maria le Prince de Beaumont lehrreiches Magazin für Kinder z (...)

Ich getraue mich nicht, meine Arbeit eine eigentliche Uebersetzung zu nennen. Es kommt gar zu viel darinnen vor, wo ich das Original zwar nicht aus den Augen gelassen habe, jedoch ziemlich davon abgewichen bin. Denn sollte es unserer deutschen Jugend ganz verständlich und brauchbar werden, so war es nothwendig, daß einige Veränderungen darinnen vorgenommen wurden […]14.

  • 15 « Alle Mährchen, alle Lehren, alle Anführungen zur Tugend und guten Sitten sind unangetastet gebl (...)
  • 16 Voir : Kaltz, Barbara, « La Belle et la Bête – Zur Rezeption der Werke Mme Leprince de Beaumonts (...)
  • 17 Marie Leprince de Beaumont, Education complette, ou Abrégé de l’histoire universelle, mêlé de géo (...)
  • 18 Johann Adolph Schlegel, Auszug aus der alten Geschichte zur Unterweisung der Kinder. Nach dem Fra (...)
  • 19 Sophie Köberle, Jugendliteratur zur Zeit der Aufklärung, Weinheim, Beltz, 1972, p. 19 et 153‑154.
  • 20 « [...] das beste historische Schulbuch zum Gebrauche der alleruntersten Klasse ». [N.N.] Magazin (...)
  • 21 Bettina Hurrelmann, Jugendliteratur und Bürgerlichkeit, Paderborn, Schöningh, 1974, p. 35, 36.
  • 22 « Wie selten werden die Vorschriften eines Lock [sic], eines Rollin, Fenelon, einer Lambert und e (...)
  • 23 Moritz Adolph von Winterfeld, « Gegeneinanderhaltung zwoer Stellen aus den Schriften der Frau von (...)
  • 24 « Ich nehme mir ständig Mme de Beaumont zum Vorbild, aber ich schmeichle mir nicht, sie jemals zu (...)

4Schwabe conclut sa longue préface en soulignant que ces changements ne touchent pas pour autant le fond de l’ouvrage lui-même : « Tous les contes de fées, tous les enseignements, tous les guides de vertu et de bonne moralité sont restés intacts [...]15. » Schwabe, en tant que traducteur expérimenté, semble avoir rencontré le goût du public. Dans la suite, il traduira également Le Magasin des adolescentes (1760) et Instructions pour jeunes dames qui entrent dans le monde (1764), trois ouvrages pédagogiques de l’autrice française qui sont également très bien accueillis dans les pays germanophones16. Concernant la réception de ses œuvres, nous avons constaté un grand intérêt non seulement pour les Magasins, mais également pour ses autres écrits à visée éducative, notamment L’Éducation complette17 traduite par Johann Adolf Schlegel. Dans une préface détaillée, il considère cet abrégé comme l’un des ouvrages les plus utiles que cette autrice productive ait jamais rédigé18. En effet, la version allemande était largement utilisée, tant dans l’enseignement scolaire que dans les cours particuliers. Elle eut notamment une grande influence sur la rédaction des manuels d’histoire destinés à la jeunesse dans l’Allemagne19 du XVIIIe siècle : à l’époque, on la considère même comme « [...] le meilleur manuel scolaire d’histoire à utiliser dans les premières classes20 ». Bettina Hurrelmann21 suppose quant à elle que la demande des enseignants devait être énorme concernant la littérature pédagogique, un secteur dans lequel on manquait encore d’orientations claires : quels contenus enseigner selon qu’il s’agit de filles ou de garçons ? Quelles méthodes adopter ? Comment œuvrer à une éducation réussie sans programme précis ? Les instructions pédagogiques et le matériel didactique destinés aux éducateurs et gouvernants venaient principalement de l’étranger, notamment de France. Parmi eux se trouvaient entre autres ceux de Charles Rollin, François de Salignac de La Mothe Fénelon, Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles (Mme de Lambert), Stéphanie-Félicité du Crest Comtesse de Genlis et Marie Leprince de Beaumont. Mais ces lectures ne semblent pas avoir été suffisantes pour instaurer une norme générale concernant la formation des gouvernantes. Ainsi, Henriette von Runckel déclare : « Combien de fois les prescriptions d’un Lock [sic], d’un Rollin, d’un Fénelon, d’une Lambert et d’une Beaumont ne sont pas pratiqués22 ? » C’est en raison d’un déficit d’orientations pédagogiques et de cadres à instituer que Marie Leprince de Beaumont devient extrêmement populaire. En 1760, en dehors de quelques manuels pédagogiques allemands, Anton Friedrich Büsching conseille aussi, parmi les œuvres françaises, Batteux et le Magazin für Kinder, qu’il considère être un manuel très utile pour les précepteurs. Moritz Adolph de Winterfeld écrit également que les œuvres de Leprince de Beaumont étaient « entre de nombreuses mains » et « presque utilisé[e]s par tous les maîtres de cours et les tuteurs dans l’enseignement23 ». En 1776, la gouvernante Mademoiselle Heck constate : « Je prends toujours Mme de Beaumont comme exemple, mais je ne me flatte jamais de l’atteindre24. » Par la réception dont ses œuvres jouissent dans les pays germanophones, l’autrice accède au statut de parangon d’éducatrice. Un journal relate ainsi à quel point son travail est apprécié :

  • 25 [N.N.] Die Feyerstunde der Grazien, Bern, Hallersche Buchhandlung, 1794, t. VI, p. 259.

[…] welch reizende Vorstellungen weiß nicht diese gefühlvolle, tugendhafte Erzieherin, zu Beweisgründen der weiblichen Pflichten in allen Herzen zu erwecken und zu befestigen ! Und welch ein Muster gab sie selbst ihren Schülerinnen in ihrer liebenswürdigen Person25 !

  • 26 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits, p. 43.
  • 27 Voir : Ingeborg Jaklin, Das österreichische Schulbuch im 18. Jahrhundert aus dem Wiener Verlag Tr (...)

5Fait déjà mentionné mais qui mérite une attention particulière, plusieurs des œuvres de Marie Leprince de Beaumont sont utilisées dans le secteur de l’éducation, aussi bien dans le cadre d’un enseignement privé, effectué par des gouvernantes, que dans celui de l’école. Barbara Kaltz évoque à cet égard un exemple significatif relatif à la Suisse. Selon une étude de cas, « Rollin fut détrôné par Mme de Beaumont dans le programme de français des écoles publiques de la ville de St. Gall26 », où on utilise le Magasin comme exemple dans le travail de traduction. Intégrées dans le canon littéraire, les œuvres de Marie Leprince de Beaumont sont incorporées dans la reforme éducative de Marie Thérèse d’Autriche27 et dans de nombreuses régions de l’Allemagne du XVIIIe siècle. Au sein de l’espace germanophone, l’autrice française devient ainsi une figure de proue de la pédagogie en lien avec le mouvement allemand des Lumières.

Inviter les fées en classe : souvenirs d’enfance de Johanna Schopenhauer

  • 28 Dans ses Magasins, elle s’adresse directement à des jeunes filles d’âges divers, issues pour la p (...)
  • 29 Leprince de Beaumont, Éducation complette, t. I, p. 15.
  • 30 Donna Giustina invite ses amis pour un café et non, comme sa sœur française Lady Sensée, pour un (...)
  • 31 Johanna, Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, Braunschweig, George Westermann, 1839, t. I, (...)
  • 32 Christian Felix Weiße, Neues ABC-Buch, Leipzig, Crusius, 1772.

6Le succès de Marie Leprince de Beaumont s’explique certainement par les fondements pédagogiques de l’œuvre qui proposent une lecture adaptée aux différents stades de développement de l’enfance et de l’adolescence, mais aussi aux différentes classes sociales28. À l’origine de ses ouvrages éducatifs se trouve le constat que l’éducation est en mesure de forger un esprit éclairé en utilisant des moyens ludiques adaptés à une certaine tranche d’âge. L’objectif de Marie Leprince de Beaumont est d’une part de montrer que la vertu de l’être humain ne dépend pas de sa condition sociale. D’autre part, sa démarche vise à procurer aux jeunes gens des principes de conduite ainsi qu’un savoir sur ce qui les attend dans la vie en société. En explicitant ces objectifs au sein de ses ouvrages, elle permet de nourrir une réflexion pédagogique inscrite dans le mouvement des Lumières et d’exploiter une niche du marché littéraire dans les pays germanophones, à savoir celle des livres de bonne conduite et des outils pédagogiques pour les gouvernantes. Instruire en amusant selon le principe horatien est l’un des préceptes de Marie Leprince de Beaumont, et il définit la structure de base de son œuvre éducative : « [l]e grand secret étant de cacher aux enfants la difficulté de travail, et d’exciter leur émulation29 ». À cette fin, elle intègre un choix d’extraits de textes soigné dans ses Magasins, comme, par exemple, des fragments de la Bible, des extraits d’histoire générale, des cours de géographie ainsi que de contes de fées qui sont toujours suivis de dialogues fictifs entre la préceptrice, Mademoiselle Bonne, et ses élèves. Ces entretiens se déroulent parfois dans le cadre de rencontres, comme une invitation à boire un thé entre amies – ou un café, comme c’est le cas dans l’une des traductions italiennes30. Ce contenu varié, divisé en différentes journées de conversation (au lieu de chapitres), combiné au langage adapté à l’âge des personnages qui y apparaissent, propose également diverses figures d’identification : Lady Spirituelle, Lady Sensée, Lady Tempête ou Lady Babiole correspondent dans leur comportement au nom qu’on leur donne et offrent ainsi de nombreuses occasions de discussion pendant la lecture. Par exemple, après que l’enseignante, Mademoiselle Bonne, a raconté le conte de fées de La Belle et la Bête, les jeunes élèves discutent du comportement des personnages. Ainsi, les enfants parlent de leurs propres expériences, posent des questions et écoutent attentivement les histoires de la Bible qui s’enchaînent. Parfois, cependant, une discussion est interrompue ou reportée au lendemain (le chapitre suivant) par Mademoiselle Bonne qui fait référence à l’heure tardive et introduit ainsi une pause. L’authenticité fictive de la situation trouve son équivalent dans les leçons contemporaines dispensées aux jeunes filles de la noblesse voire de la haute bourgeoisie. Les souvenirs d’enfance de Johanna Schopenhauer offrent un exemple concret de l’utilisation du travail de Marie Leprince de Beaumont dans des cours similaires à ceux que décrivent les Magasins. Dans ses mémoires Jugendleben und Wanderbilder31, elle commence par admettre que son parcours éducatif personnel a connu initialement plusieurs obstacles. Elle évoque le manque d’éducation structurée, réfléchie et constante qu’elle a enduré et qui est représentatif de celui de nombreuses filles à son époque. Jusqu’à ses six ans, elle n’avait travaillé que sur l’ABC-Buch de Christian Felix Weiße32 – par la suite, son éducation demeure incertaine car ses parents ont des difficultés à trouver un enseignant approprié :

  • 33 « [...] ein Sprachmeister [...], der beste in der Stadt, denn er war der einzige ; ein alter, stu (...)

[...] un maître de langues, le meilleur de la ville, car il était le seul, fut embauché pour moi entre-temps ; un vieux Français au caractère fort, qui avait presque entièrement oublié sa langue maternelle et qui n’en avait pas appris de nouvelle33

7Mamsell Ackermann, une pédagogue huguenote, entre ensuite dans la vie de la jeune Johanna Schopenhauer lorsque celle-ci a sept ans. Cette préceptrice semble incarner les idéaux pédagogiques de la famille Schopenhauer et, de surcroît, incarne l’image positive d’une gouvernante et éducatrice française. L’ambition de Mamsell Ackermann touche aux préoccupations morales et sociales qui se rejoignent pour inciter les enfants à adopter certains types de comportements et à acquérir de bonnes habitudes. Afin de parvenir à ce qu’elle appelle une vraie « société des jeunes dames », elle considère que les leçons de répétition préconisées sont nécessaires et positives. Johanna qualifie la transformation du groupe grâce aux méthodes pédagogiques de son éducatrice de véritable enchantement :

  • 34 Ibid., p. 145-146.

Kein deutsches Wort durfte über unsre Zunge gleiten, außer im Fall der höchsten Noth. Wer in aller Welt aber kann in einer fremden Sprache, deren er nicht ganz mächtig ist, zanken und streiten ? Schriftlich oder mündlich aus dem Französischen ins Deutsche, oder auch umgekehrt, übersetzen, Leseübungen auswendig lernen, Hersagen des Gelernten nahm die ersten Stunden in Anspruch ; […] Aufgaben zu Hause auszuarbeiten wurden uns nie zugetheilt. Uebung im Schönschreiben, und wenn noch etwas Zeit dazu übrig war, etwas Geographie, brachten gegen fünf Uhr die Theestunde herbei, und wie durch einen Zauberspruch waren wir nun aus Schülerinnen in eine wirkliche Societe des jeunes dames umgewandelt34.

  • 35 Voir : Sabine Schreiner, Sprachenlernen in Lebensgeschichten der Goethezeit, München, ludicium, 1 (...)
  • 36 Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, p. 189.
  • 37 Ibid., p. 192-193.
  • 38 « […] und Abends bey Tisch, im Geschmacke der weiland berühmten Madame le Prince de Beaumont, übe (...)
  • 39 « Durch sie ging eine bis dahin mir unbekannt gebliebene Welt, die weite reiche Feenwelt in blend (...)

8À côté de la lecture des œuvres de Marie Leprince de Beaumont et de Perrault, le dispositif pédagogique le plus important de Mamsell Ackermann est l’apprentissage de la langue française ainsi que celui du comportement en société. Ce faisant, elle invite ses élèves à apprendre le rituel mondain du thé, qui prépare à l’entrée dans le monde des adultes : les règles de la conversation française sont étudiées dans une situation authentique avec une préceptrice qui préside au déroulement de la séance35. Johanna ne précise pas son âge exact lorsque la « société des jeunes dames » prend fin pour elle. De temps à autre, elle est invitée en tant qu’hôte, mais la continuation de son éducation est confiée à un professeur de dessin, qui ne suscite guère de sympathie chez son élève36. Toutefois, elle garde en mémoire tout au long de sa vie les préceptes de Mamsell Ackermann. Plus tard, alors qu’elle est âgée, Johanna se remémore son entrée dans la société, son premier bal, un moment charnière dans la vie de toute adolescente. Elle décrit la honte qu’aurait sûrement eue son éducatrice précédente si elle avait assisté à l’entrée peu glorieuse de la jeune Johanna tombant de tout son long, sous les yeux ébahis de la bonne société, en entrant dans la salle37. L’influence qu’ont eue sur elle ses lectures de jeunesse sont un bien meilleur souvenir, dont nous retrouvons la trace dans sa propre œuvre romanesque quelques décennies plus tard. Elle évoque en effet l’œuvre de Leprince de Beaumont dans Leontine et Natalie : « […] et le soir à table, dans le goût de Madame le Prince de Beaumont qui était célèbre à l’époque, [elle] moralisait sur la conduite qu’une jeune personne qui veut entrer dans le monde devait respecter38. » Enfin, on peut lire également dans ses journaux son enthousiasme à l’égard contes de fées : « Grâce à elle [Marie Leprince de Beaumont] un monde qui m’était jusqu’à présent inconnu, se dévoilait devant moi, un monde féerique d’une gloire éblouissante39. » Ce cas exemplaire montre les difficultés et les incertitudes liées à l’éducation des jeunes filles, mais il éclaire en même temps la portée éducative ainsi que l’influence des écrits de Marie Leprince de Beaumont dans ce domaine. D’un point de vue didactique, Johanna Schopenhauer apparaît ainsi comme une partisane précoce de l’union de l’éducation morale et éthique et de l’enseignement de la langue et de la grammaire.

De l’original français à une adaptation allemande au XIXe siècle

  • 40 « [das] nachfolgende Jahrhundert, in welchem die Tugend mehr geliebt seyn würde als jetzt – würde (...)
  • 41 « Madame le Prince de [...] ein jetzt in der pädagog. Welt ziemlich vergessener Name, ward vor fü (...)
  • 42 Marie Leprince de Beaumont, Magazin für Kinder : zur Bildung des Herzens und Verstandes, Leipzig, (...)
  • 43 Le traducteur a très consciemment associé le trait de caractère à son choix de nom ici : Madame W (...)

9À la veille du XIXe siècle, la majorité des œuvres de Mme de Beaumont est rapidement oubliée, à l’exception de son Magasin des enfants, bien que le texte lui-même ait subi une forte transformation. En 1783, Sophie von La Roche déclare qu’« [au] siècle suivant, où la vertu sera plus aimée qu’aujourd’hui – des autels seront érigés à la mémoire de cette femme40 ». Une perspective d’avenir qui ne se réalisera pas dans le cas de l’Allemagne. Certes, la production et la vente des œuvres de Mme de Beaumont ne s’arrêtent pas brusquement, mais elle connaît une popularité décroissante. En 1832, le Neuestes Conversationslexikon considère déjà l’autrice comme démodée : « Madame le Prince de Beaumont [...] nom aujourd’hui oublié dans le monde éducatif, fut souvent citée il y a cinquante ans, avec ses romans et ses livres pour enfants, notamment son Magasin des enfants qui étaient entre les mains de mères, gouvernantes et autres éducateurs41. » En 1802, Heinrich August Kerndörffer publie une nouvelle adaptation42 selon ses propres concepts, contrairement aux premières traductions de Schwabe qui conservaient, nous l’avons dit, le souci de la fidélité au texte d’origine. Cette nouvelle version est largement germanisée au niveau du contenu et introduite par une histoire de Julie et Fritz, deux enfants à moitié orphelins qui seront éduqués par Madame Weise, leur tante43. Là aussi, les histoires que les enfants veulent entendre avec impatience sont racontées avec force détails, mais elles sont transformées en ce sens qu’elles se fondent sur des éléments saillants pour les Allemands, leur patrie et leurs ancêtres. « L’Histoire des Allemands » que Mad. Weise veut inculquer à ses élèves nous fournit un bon exemple :

  • 44 Heinrich August Kerndörffer, Magazin für Kinder zur Bildung des Herzens und Verstandes. Nach dem (...)

Mad. Weise. […] Wir wollen also nun einige Bruchstücke aus der Geschichte
wählen, und da wir Deutsche sind, so müssen uns auch
die Begebenheiten und Vorfälle unseres Vaterlandes und
unserer Vorfahren besonders merkwürdig seyn. Deshalb
will ich hiermit den Anfang machen und Ihnen etwas
von der Geschichte der Deutschen erzählen.

Emma. O thun Sie das doch ja, […].

Rosalie. Ey ja, eine Geschichte von den Deutschen
44.

  • 45 « Der vierte Hauptfluß Deutschlands ist die Elbe. Sie werden sich noch an das Mährchen von dem Rü (...)

10L’œuvre de Kerndörffer se révèle à la fois un véritable guide de voyage à travers les rivières allemandes, mais elle traite aussi de la situation politique et de la mythologie germanique. Pour l’Elbe, il propose aux jeunes lecteurs ou aux jeunes lectrices le conte de fées Rübezahl : « Le quatrième grand fleuve d’Allemagne est l’Elbe. Vous vous souviendrez du conte de Rübezahl, qui y hante le Riesengebirge et la Schneekoppe45. » De plus, il raconte l’histoire des dieux grecs, et invoque les divinités des peuples germaniques, comme Hela, Iduna et Odin. Il évoque aussi la célèbre bataille d’Arminius (Hermann). La manière dont il traite cet événement témoigne de l’extraordinaire liberté dont l’auteur-interprète a fait preuve :  

  • 46 Ibid., p. 149.

Oft klagte er [Hermann] im Stillen darüber, daß der deutsche Heldenmut so sehr erloschen war, und daß sich seine Brüder so willig unter das Joch der Römer schmiegten. Immer mehr reifte in ihm der Entschluß, seine Nation an ihren Unterdrückern zu rächen und die unterjochte Freyheit des Vaterlandes wieder zu retten46.

11Dans la suite, l’auteur mentionne à plusieurs reprises la bravoure, la loyauté et la fierté du peuple allemand. Un accent particulier est mis sur le courage et la force des peuples germaniques qui, contre toute attente, représentent un ennemi sérieux pour les Romains :

  • 47 Ibid., p. 144.

Mitten in dem Winter erstiegen diese kühnen Krieger halbnakend die schon mit Schnee und Eis bedeckten Felsen, die man Alpen nennt, in dem heutigen Tyrol, und die Römer flüchteten in der größten Bestürzung zurück, als sie sahen, das diese Barbaren mit Riesenkraft ganze Felsenstücke losbrachen und hohe Bäume aus der Wurzel rissen, und in den Fluß warfen, um den Lauf desselben zu hemmen und darüber zu kommen47.

  • 48 Esprit allemand, dans le sens de l’ensemble des expressions évoquant les modes de vie typiques de (...)
  • 49 Marie Leprince de Beaumont, Magazin Des Enfans, Ou Dialogues Entre Une Sage Gouvernante Et Plusie (...)
  • 50 Ibid., Préface.
  • 51 Ibid.
  • 52 Cette histoire remonte au xiie siècle quand le roi Konrad de la famille des Hohenstaufen était en (...)
  • 53 Marie Leprince de Beaumont, Magazin für Kinder oder Unterhaltungen einer Erzieherin mit ihren Zög (...)
  • 54 « Wäre hier Raum dazu, wir könnten viele Beispiele von gedankenloser Schwätzerei und unglaubliche (...)

12L’histoire d’Hermann est ensuite abordée – conformément à l’esprit de l’original français – dans les dialogues entre Madame Weise et ses élèves. L’éducatrice mentionne les chansons à la mémoire d’Hermann et la fameuse colonne d’Irmen, érigée en commémoration de la bataille de Varus. Bien que les nombreuses modifications apportées par Heinrich August Kerndörffer n’aient pas assuré de longévité au Magasin des enfants, sa tentative et les modifications qu’il a introduites demeurent particulièrement révélatrices de l’idée de Deutschtum48 et du sentiment national naissant. Des stratégies d’adaptation similaires sont également utilisées par la suite, mais là encore, le succès reste modeste. En 1815, une nouvelle édition du Magasin des enfants49, parue chez Sander à Berlin essaie de nouveau d’adapter cet « ouvrage, qui, bien que suranné, est encore en possession de l’estime générale, parce que la jeunesse y trouve une instruction à la fois utile et agréable50. » L’avertissement constate qu’il « a bien fallu faire entrer dans le corps de l’ouvrage, et les changements que le temps en s’écoulant a amenés naturellement, et ceux que les événements politiques ont produits brusquement et avec violence51. » Les ajouts les plus marquants se rapportent aux événements de la Révolution française, qui rendent nécessaires des modifications importantes quant à la géographie évoquée dans les dialogues entre Mademoiselle Bonne et ses élèves. On y trouve de vastes tableaux qui précisent la répartition territoriale avant et après 1789. De même, la progression pédagogique proposée dans cette œuvre est remodelée et les événements historiques passés sont remplacés par de plus actuels ou par ceux qui ont un lien avec la culture germanophone. Ainsi, l’histoire du Weiber vom Weinsberg52 prend une place que l’on ne retrouve dans aucun ouvrage français – original ou adaptation. Environ quarante ans plus tard, le Magazin für Kinder oder Unterhaltungen einer Erzieherin mit ihren Zöglingen53 propose une adaptation modernisée. Toutefois, cette nouvelle édition, qui tente de renouer avec le succès de la première génération du Magasin des enfants, ne trouve pas grâce aux yeux de certains critiques : « S’il y avait place ici pour cela, nous pourrions donner beaucoup d’exemples de ragots irréfléchis et d’insouciance incroyable ; et Mad. B. est un écrivain pour enfants renommé54 ! » L’évolution de la société et ses nouvelles structures sociales requéraient une approche différente des manuels pédagogiques. Le fait que le critique soit heurté par la manière d’enchâsser et de structurer des leçons dans les dialogues – composition qui assura auparavant la recette du succès – en fournit une indication. Progressivement, les éditeurs du XIXe siècle reprennent des histoires fictives, comme La Belle et la Bête ou Le Prince chéri qu’ils publient dans des recueils de contes de fées à part – et vers la fin du XIXe siècle l’œuvre complète de l’autrice française tombe dans l’oubli.

  • 55 Louise Belloc, Le Magasin des enfants, Paris, Garnier Frères, vers 1865, p. xv.
  • 56 Ibid., p. viii.

13En 1865, Louise Belloc constate que le « Magasin des enfants, toujours redemandé, toujours réimprimé tant bien que mal, renaît constamment de ses cendres, comme le phénix55 ». Elle note toutefois que son public « a pu grandir, mûrir et disparaître56 ». Le motif du rajeunissement sillonne ainsi des éditions principalement centrées sur les contes de fées. Il en va de même pour les traductions des œuvres de M. Leprince de Beaumont, qui ont veillé toutefois à remplacer certains passages, telles des conversations jugées inappropriées, afin de mieux les adapter au contexte culturel du pays ciblé. Ceci constitue certainement l’une des raisons pour lesquelles le travail éducatif de l’autrice et pédagogue française a pu s’étendre à tant de pays. Comme dans ses œuvres, les jeunes écolières doivent être préparées aux défis de la vie réelle dans la société qui les attend, tout en les leur présentant de manière attrayante. Cette idée pédagogique combinée aux stratégies de traduction en Allemagne a conduit à ce que Johanna Schopenhauer décrit : l’entrée dans le vaste et riche monde des fées à travers la lecture d’une autrice française qui aura marqué les souvenirs d’enfance de plusieurs générations – même si la dimension fabuleuse est finalement remplacée par celle des légendes allemandes et ce qu’on pourrait appeler des fantaisies patriotiques.

Fig. 1 – Lettre de Marie Leprince de Beaumont à Louis-Eugène de Wurtemberg (Ludwig Eugen von Württemberg) du 16 octobre 1766 Universitätsbibliothek Leipzig, Sig. Kestner/II/C/III/136/Nr. 1

Fig. 1 – Lettre de Marie Leprince de Beaumont à Louis-Eugène de Wurtemberg (Ludwig Eugen von Württemberg) du 16 octobre 1766 Universitätsbibliothek Leipzig, Sig. Kestner/II/C/III/136/Nr. 1
Haut de page

Notes

1 Après de grandes incertitudes sur les dernières années de la vie de Marie Leprince de Beaumont, les recherches ont au moins permis de déterminer la date exacte de la mort de l’autrice : « Une énigme enfin éclaircie grâce à Laurence Croq, maître de conférences HDR en histoire moderne à l’université Paris-Nanterre : [...] Elle est morte le 6 décembre 1776 à Avallon. » http://leprincedebeaumont.univ-lorraine.fr/ dernière consultation le 17 octobre 2021. Ce musée en ligne a été créé dans le cadre du projet de recherche Éducatrices et Lumières : l’exemple de Marie Leprince de Beaumont – EDULUM, [https://anr.fr/Projet-ANR-14-FRAL-0001], dirigé par Catriona Seth et Rotraud von Kulessa. On y trouve des informations sur l’autrice elle-même, ses œuvres et une bibliographie complète de la littérature secondaire, régulièrement mise à jour.

2 Conte issu de la plume de Madame de Villeneuve, modifié et raccourci par Marie Leprince de Beaumont. Plusieurs articles sont consacrés à La Belle et la Bête dans tous ses états (illustrations, lectures, adaptations et récritures). Voir : Jeanne Chiron, Catriona Seth (dir.), Marie Leprince de Beaumont. De l’éducation des filles à ‘La Belle et la Bête’, Paris, Classiques Garnier, 2013.

3 Voir la notice que lui consacre Patricia Clancy dans le Dictionnaire des journalistes et des gazettes : https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/501-marie-leprince-de-beaumont dernière consultation le 17 octobre 2021.

4 Le terme Magasin s’applique principalement à trois de ses œuvres les plus connues : Le Magasin des enfans (1756), Le Magasin des adolescentes (1760) et les Instructions pour jeunes dames qui entrent dans le monde et se marient (1764). Barbara Kaltz donne un aperçu précis de l’œuvre complète de Marie Leprince de Beaumont ainsi que les traductions correspondantes. Barbara Kaltz, Contes et autres écrits, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 169-171.

5 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits.

6 Voir entre autres : « Lumières plurielles », Rotraud von Kulessa et Catriona Seth (dir.), Arts et savoirs 13, 2020, et en particulier l’article d’Aurélia Gaillard, « L’usage des contes et des fables chez les auteurs-éducateurs de la seconde moitié du xviiie siècle », Arts et Savoirs [Online], 13 | 2020, http://journals.openedition.org/aes/2562 dernière consultation le 17 octobre 2021.

7 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits, p. xiv.

8 Lorsque nous employons les termes “Allemagne” et “pays germanophones” dans la suite, nous considérons les pays dans lesquels la langue officielle est une langue dérivée de l’allemand, tout en respectant les divisions territoriales diverses et variées aux xviiie et XIXe siècles.

9 Voir figure 1.

10 « [...] und wir wurden an die wohlgemeinten, tugendsamen Verzauberungen erinnert, womit Mad. le Prince de Beaumont in ihren Märchen die Kindheit rührt und ergötzt ». August Wilhelm von Schlegel, August Wilhelm von Schlegel’s vermmischte und kritische Schriften, Leipsick, Weidmann’sche Buchhandlung, 1847, Tome V, p. 33.

11 En 1748, lors de son séjour à Londres, Marie Leprince de Beaumont fonde un périodique mensuel, le Nouveau Magasin français, dans le but de diffuser la culture française en Angleterre, où le terme « magasin » (exporté sous la forme de « magazine ») a la signification de « publication périodique ». L’intention de l’auteur est double : « entreposer » des textes divers et informer. En 1756, elle rassemble certains contes dans un dessein explicitement didactique, sous le titre de Magasin des enfants.

12 L’ouvrage est paru pour la première fois à Londres chez J. Haberkorn en 1756. La recherche a découvert au moins 130 autres éditions entre 1756 et 1887. L’œuvre a également été traduite en plusieurs langues : allemand, anglais, danois, espagnol, grec, hongrois, italien, néerlandais, polonais, russe, serbe, suédois. Voir : http://leprincedebeaumont.univ-lorraine.fr/fr/une-educatrice-europeenne/magasin-des-enfants dernière consultation le 17 octobre 2021.

13 Johann Joachim Schwabe (1714-1784) : savant, bibliothécaire, philosophe et traducteur allemand figure sur la page de titre de nombreuses traductions de l’époque. Ainsi, il est souvent au centre non seulement de la recherche sur les livres, mais aussi des études littéraires portant sur le xviiie siècle.

14 Marie Leprince de Beaumont, Der Frau Maria le Prince de Beaumont lehrreiches Magazin für Kinder zu richtiger Bildung ihres Verstandes und Herzens für die deutsche Jugend eingerichtet und mit den nöthigsten Kupfern versehen, Leipzig, Weidmann et Reich, 1767, t. I, p. vii.

15 « Alle Mährchen, alle Lehren, alle Anführungen zur Tugend und guten Sitten sind unangetastet geblieben [...] », ibid., p. xvii.

16 Voir : Kaltz, Barbara, « La Belle et la Bête – Zur Rezeption der Werke Mme Leprince de Beaumonts im deutschsprachigen Raum », Romanische Zeitschrift für Literaturgeschichte – Cahier d’Histoire des Littératures Romanes, 1989/3/4, p. 275-301.

17 Marie Leprince de Beaumont, Education complette, ou Abrégé de l’histoire universelle, mêlé de géographie et de chronologie, à l’usage de la famille royale de S.A.R. la princesse de Galles, Londres, Jean Nourse, 1752-1753.

18 Johann Adolph Schlegel, Auszug aus der alten Geschichte zur Unterweisung der Kinder. Nach dem Französischen der Frau le Prince de Beaumont, Leipzig, Weidmann et Reich, 1766, p. xviii‑xix.

19 Sophie Köberle, Jugendliteratur zur Zeit der Aufklärung, Weinheim, Beltz, 1972, p. 19 et 153‑154.

20 « [...] das beste historische Schulbuch zum Gebrauche der alleruntersten Klasse ». [N.N.] Magazin für Schulen und Erziehung, Frankfurt/ Leipzig, Karl Gottlob Beck à Nördlingen, 1769, t. III, p. 40.

21 Bettina Hurrelmann, Jugendliteratur und Bürgerlichkeit, Paderborn, Schöningh, 1974, p. 35, 36.

22 « Wie selten werden die Vorschriften eines Lock [sic], eines Rollin, Fenelon, einer Lambert und einer Beaumont ausgeübet ? », in Dorothee Henriette von Runckel, Briefe der Frau Luise Adelgunde Victorie Gottsched gebohrnen Kulmus, Dresden, Johann Wilhelm Harpeters Wittwe, 1772, t. III, p. 63.

23 Moritz Adolph von Winterfeld, « Gegeneinanderhaltung zwoer Stellen aus den Schriften der Frau von Beaumont, und des Herrn J. J. Rousseau », in [N.N.], Neue Mannigfaltigkeiten, Berlin, Wangens Wittwe, 1777, t. IV, p. 152-159.

24 « Ich nehme mir ständig Mme de Beaumont zum Vorbild, aber ich schmeichle mir nicht, sie jemals zu erreichen. » C.S. Heck, lettre du 15 avril 1776 à Jean Henry Samuel Formey, conservé à la bibliothèque nationale de Berlin.

25 [N.N.] Die Feyerstunde der Grazien, Bern, Hallersche Buchhandlung, 1794, t. VI, p. 259.

26 Kaltz, Jeanne Marie Leprince de Beaumont‚ Contes et autres écrits, p. 43.

27 Voir : Ingeborg Jaklin, Das österreichische Schulbuch im 18. Jahrhundert aus dem Wiener Verlag Trattner und dem Schulbuchverlag, Beiträge zum Buchwesen in Österreich, Wien, Edition Praesens, 2003, t. III.

28 Dans ses Magasins, elle s’adresse directement à des jeunes filles d’âges divers, issues pour la plupart de la noblesse. D’autres œuvres à caractère pédagogique s’adressent spécifiquement aux garçons ou aux classes sociales plus modestes, telles que Le Magasin des pauvres, artisans, domestiques et gens de la campagne, Londres, J. Nourse, 1767 (deux tomes).

29 Leprince de Beaumont, Éducation complette, t. I, p. 15.

30 Donna Giustina invite ses amis pour un café et non, comme sa sœur française Lady Sensée, pour un thé.

31 Johanna, Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, Braunschweig, George Westermann, 1839, t. I, p. 14.

32 Christian Felix Weiße, Neues ABC-Buch, Leipzig, Crusius, 1772.

33 « [...] ein Sprachmeister [...], der beste in der Stadt, denn er war der einzige ; ein alter, stumpfer Franzose, der seine Muttersprache halb vergessen und keine andere gelernt hatte. » Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, p. 84.

34 Ibid., p. 145-146.

35 Voir : Sabine Schreiner, Sprachenlernen in Lebensgeschichten der Goethezeit, München, ludicium, 1992, p. 207.

36 Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, p. 189.

37 Ibid., p. 192-193.

38 « […] und Abends bey Tisch, im Geschmacke der weiland berühmten Madame le Prince de Beaumont, über die Conduite, welche eine junge Person zu halten hat, die in die Welt tritt, ihr vormoralisierte. » Johanna Schopenhauer, Leontine und Natalie, Wien, Schade, 1827, p. 40. La référence faite ici aborde très probablement l’œuvre de Marie Leprince de Beaumont Instructions pour jeunes dames qui entrent dans le Monde, se marient, leurs devoirs dans cet état & envers leurs Enfants, dont le titre de la traduction allemande est identique : Der Frau Maria le Prince de Beaumont nöthige Unterweisungen für junges Frauenzimmer, welches in die Welt tritt und sich verheuratet, Leipzig, Weidmann, 1764.

39 « Durch sie ging eine bis dahin mir unbekannt gebliebene Welt, die weite reiche Feenwelt in blendender Glorie in mir auf. » Schopenhauer, Jugendleben und Wanderbilder, p. 147.

40 « [das] nachfolgende Jahrhundert, in welchem die Tugend mehr geliebt seyn würde als jetzt – würde man dem Andenken dieser Frau Altäre aufrichten », in Sophie von La Roche, Pomona für Teutschlands Töchter, Speier, Euderesische Schriften, 1783, p. 151.

41 « Madame le Prince de [...] ein jetzt in der pädagog. Welt ziemlich vergessener Name, ward vor fünfzig Jahren häufig genannt, indem ihre Romane und Kinderschriften, namentlich aber ihr Magazin des enfans in den Händen der Mütter, Bonnen und anderer Erzieherinnen war. » [N.N.], Neuestes Conversationslexikon für alle Stände, Leipzig, Brüggemannsche Verlags-Expedition, 1832, t. I, p. 262, 263.

42 Marie Leprince de Beaumont, Magazin für Kinder : zur Bildung des Herzens und Verstandes, Leipzig, Seeger, 1802.

43 Le traducteur a très consciemment associé le trait de caractère à son choix de nom ici : Madame Weise est présentée – tout à fait dans le sens du mot sagesse – comme particulièrement sage, polie et maternelle. En collaboration avec un professeur nommé Monsieur Treuwerth (nom composé des mots loyauté et valeur), elle obtient un succès extraordinaire auprès de ses élèves.

44 Heinrich August Kerndörffer, Magazin für Kinder zur Bildung des Herzens und Verstandes. Nach dem Französischen der Frau le Prince de Beaumont frei bearbeitet von Heinrich August Kerndörffer Doktor der Philosophie, Leipzig, Theodor Seeger, 1807, p. 79.

45 « Der vierte Hauptfluß Deutschlands ist die Elbe. Sie werden sich noch an das Mährchen von dem Rübezahl erinnern, der in dem Riesengebirge und auf der Schneekoppe daselbst seinen Spuk treibt […]. » ibid., p. 377-378.

46 Ibid., p. 149.

47 Ibid., p. 144.

48 Esprit allemand, dans le sens de l’ensemble des expressions évoquant les modes de vie typiques des Allemands ou ce que l’on considère comme le « caractère allemand ».

49 Marie Leprince de Beaumont, Magazin Des Enfans, Ou Dialogues Entre Une Sage Gouvernante Et Plusieurs De Ses Élèves. Nouvelle Édition, plus Correcte, Enrichie De Notes, Adaptée, Pour La Géographie, Aux Besoins Du Tems, Et Ornée De Figures En Taille-Douce, Berlin, Sander, 1815.

50 Ibid., Préface.

51 Ibid.

52 Cette histoire remonte au xiie siècle quand le roi Konrad de la famille des Hohenstaufen était en guerre contre le duc bavarois Welf. Selon la légende, la nuit précédant une attaque décisive, une jeune femme de Weinsberg se serait faufilée dans le camp ennemi pour demander à Konrad de l’épargner et le roi aurait permis à toutes les femmes de prendre ce qu’elles pouvaient porter et de s’en aller : une longue procession de femmes aurait descendu alors la montagne par la porte du château, chacune portant son mari sur son dos. Cette scène célèbre est également représentée dans l’édition de Berlin par un frontispice.

53 Marie Leprince de Beaumont, Magazin für Kinder oder Unterhaltungen einer Erzieherin mit ihren Zöglingen. Aus dem Französischen der Frau von Beaumont nach der neuesten Ausgabe übersetzt von C. v. O., Coblenz, Holscher, 1841.

54 « Wäre hier Raum dazu, wir könnten viele Beispiele von gedankenloser Schwätzerei und unglaublicher Nachlässigkeit geben : und Mad. B. ist eine renommirte Kinderschriftstellerin ! », Ernst Gotthelf Gersdorf, Repertorium der gesamten deutschen Literatur, Leipzig, Brockhaus, 1842, p. 460.

55 Louise Belloc, Le Magasin des enfants, Paris, Garnier Frères, vers 1865, p. xv.

56 Ibid., p. viii.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Lettre de Marie Leprince de Beaumont à Louis-Eugène de Wurtemberg (Ludwig Eugen von Württemberg) du 16 octobre 1766 Universitätsbibliothek Leipzig, Sig. Kestner/II/C/III/136/Nr. 1
URL http://journals.openedition.org/ceg/docannexe/image/15757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivana Lohrey, « Marie Leprince de Beaumont, les écrits d’une éducatrice européenne dans le monde germanophone »Cahiers d’Études Germaniques, 82 | 2022, 169-180.

Référence électronique

Ivana Lohrey, « Marie Leprince de Beaumont, les écrits d’une éducatrice européenne dans le monde germanophone »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 12 octobre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ceg/15757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.15757

Haut de page

Auteur

Ivana Lohrey

Universität Augsburg / Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search