Navigation – Plan du site
Préambule : avant la mise en discours

« Je suis Charlie ». Analyse énonciative et pragmatique d’un slogan de crise

„Je suis Charlie“ als Krise-Formel. Eine pragmalinguistische Analyse
“Je suis Charlie”. Linguistic Analysis of a Crisis Slogan
Emmanuelle Prak-Derrington
p. 19-38

Résumés

L’article se propose d’apporter un éclairage linguistique sur le slogan « Je suis Charlie », et de mettre au jour les propriétés verbales susceptibles d’expliquer indépendamment de toute lecture politique, religieuse, sociologique, historique, etc., les raisons qui ont pu motiver, à la suite des attentats de Paris 2015, son succès planétaire. Outre sa spécificité en tant que forme brève (« Spruch »), le slogan « Je suis Charlie » possède une signifiance qui lui a permis de dépasser les frontières des langues. Son statut d’iconotexte, ainsi que le flou référentiel créés par l’emploi du nom propre et la structure « Je suis X » lui permettent d’effectuer une multitude d’actes de langage indirects, extrêmement polémiques dans un contexte d’attentats terroristes. L’article montre que toute tentative d’en circonscrire le sens de manière définitive contredit les conditions mêmes de son emploi et de sa réutilisation, tant sur le plan énonciatif que pragmatique. Pour chaque manifestant, la difficulté à dire l’indicible après les attentats a trouvé sa solution dans le prêt-à-dire équivoque de « Je suis Charlie ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Le slogan comme forme brève
Le slogan comme « phrase sans texte » par excellence
La « signifiance » du slogan
Universalité de « Je suis Charlie »
Une signifiance universelle
Dire l’indicible de la « catastrophe »
Un iconotexte
Une énonciation amplifiée
Un locuteur et un auditoire universels
Un JE de majesté générique
Qui est Charlie ?
Charlie, un nom propre au référent insaisissable
La structure attributive : « Je suis X », « Nous sommes tous X »
Conclusion : dire sans dire ou l’implicite du slogan

Aperçu du texte

Il y a un « phénomène Charlie » : dans l’histoire des médias et de la communication de masse des pays occidentaux, aucun slogan n’a sans doute jamais rencontré un tel succès, ni non plus fait couler autant d’encre et suscité autant d’oppositions et de critiques que « Je suis Charlie ». Immédiatement repris dans le monde entier après les attentats de janvier 2015, tel quel ou traduit dans d’innombrables langues, il est aujourd’hui périodiquement décliné sous la forme « je suis X » comme formule de soutien et de solidarité, en réponse à des attentats terroristes ou à une situation de crise. Ce succès planétaire sans précédent s’explique bien sûr par l’émotion et l’onde de choc provoquées en Occident par les attentats de janvier 2015, mais nous voudrions ici apporter un éclairage linguistique sur la formule et revenir sur les propriétés formelles, énonciatives, sémantiques et pragmatiques qui sont les siennes et sont susceptibles d’expliquer, indépendamment d’une lecture politique, rel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Prak-Derrington, « « Je suis Charlie ». Analyse énonciative et pragmatique d’un slogan de crise », Cahiers d’Études Germaniques, 73 | 2017, 19-38.

Référence électronique

Emmanuelle Prak-Derrington, « « Je suis Charlie ». Analyse énonciative et pragmatique d’un slogan de crise », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 73 | 2017, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2258 ; DOI : 10.4000/ceg.2258

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Prak-Derrington

École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals