Navigation – Plan du site
Textualisation : de l'absence des concepts à leur emploi "dramatisé"

Diagnostics de crise

Rôle textuel de la dislocation à gauche dans la prose philosophique de Peter Sloterdijk
Krisendiagnosen – die textuelle Rolle der Linksversetzung in philosophischen Texten Peter Sloterdijks
Diagnosis of Crisis – the Left-Dislocations in Philosophical Texts by Peter Sloterdijk
Laetitia Faivre
p. 113-126

Résumés

L’article analyse le rôle textuel des dislocations à gauche (DG) dans la prose du philosophe allemand et essayiste allemand Peter Sloterdijk, Die Verachtung der Massen (2000) et Sphären II (1999). Il s’agit d’examiner les possibles liens entre la syntaxe en deux temps de la DG, qui pose un contenu à l’initiale de phrase pour ensuite le commenter, et la notion de diagnostic de crise que l’on postule spécifique de l’écriture philosophique. Dans un premier temps, l’article s’intéresse au rôle joué dans l’organisation textuelle par l’élément disloqué dans le corps du texte. Il s’avère que l’expression antéposée a une valeur à la fois signalétique (identification de concepts et situations critiques clés) et cadrative (structuration de l’argumentation). L’article procède ensuite à un examen de la structure en deux étapes : à l’initiale de phrase, avec le segment disloqué, qui peut prendre des formes très diverses, puis dans l’énoncé d’accueil, avec l’expression de reprise qui peut déjà être l’occasion d’un jugement ou d’un commentaire sur l’élément disloqué, créant plusieurs niveaux énonciatifs à l’intérieur du même énoncé. L’article conclut sur la dimension figurale de la structure.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Introduction
La DG dans l’organisation textuelle
Rôle signalétique
Rôle cadratif
« Un thème qui toujours déjà prédique » (Siblot 1998)
Groupe nominal
Adjectif
Groupe infinitif
Phrase entière
La reprise dans l’énoncé d’accueil
Anaphores résomptives et modalisation autonymique
« Résomption axiologisée » (Kara / Wiederspiel 2011)
Conclusion : figuralité de la DG

Aperçu du texte

Introduction

Le discours philosophique contemporain a très souvent affaire avec un diagnostic de la société actuelle, qu’il examine et qui nourrit sa réflexion. Il est de fait souvent suscité par une situation de crise dont il va proposer une lecture, identifier les symptômes. Mais il peut également la précéder et la faire advenir, la montrer du doigt ou même la construire par le discours. Si l’analyse est historiographique, si elle s’inscrit dans le temps pour chercher des causes profondes, elle a aussi tendance à chercher les points de rupture, les phases « critiques », à poser les « avant » et les « après ». Qu’elle soit origine, conséquence ou même méthode, la crise ou la mise en crise participe en soi du geste philosophique.

Le philosophe et essayiste allemand Peter Sloterdijk ne dément pas cette affirmation, lorsqu’il affirme en parlant des écrivains d’aujourd’hui et de lui‑même qu’ils sont des « individus qui ont à l’oreille les détonations de [leur] temps » (Sloterdijk 2003 : ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Faivre, « Diagnostics de crise », Cahiers d’Études Germaniques, 73 | 2017, 113-126.

Référence électronique

Laetitia Faivre, « Diagnostics de crise », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 73 | 2017, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2358 ; DOI : 10.4000/ceg.2358

Haut de page

Auteur

Laetitia Faivre

Cité scolaire Roger Frison-Roche, Chamonix

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals