Navigation – Plan du site
Crises et catastrophes dans le discours littéraire

L’« ironie catastrophique » de Reinhard Jirgl dans Renégat. Roman du temps nerveux (2005)

Die katastrophische Ironie Reinhard Jirgls in Abtrünnig – Roman aus der nervösen Zeit (2005)
Reinhard Jirgl’s Catastrophic Irony in His Novel Abtrünnig – Roman aus der nervösen Zeit (2005)
Anne Lemonnier-Lemieux
p. 237-250

Résumés

Catastrophe et ironie se fondent toutes deux sur un découplage entre l’apparence et la réalité. Par le bouleversement qu’elle implique, la catastrophe dévoile en effet l’envers des situations habituelles ; par son intention moqueuse, l’ironie confère, elle, un autre sens aux locutions convenues. Rapprochant les deux, l’écrivain Reinhard Jirgl a forgé dans deux essais de Land und Beute (2008) le concept d’« ironie catastrophique », qu’il définit comme opposition et complément de l’ironie-divertissement. L’histoire allemande récente est riche en catastrophes de nature ironique, comme la chute du Mur, événement heureux, derrière lequel se tient tapi l’effondrement des grands référentiels, ou encore la Shoah, catastrophe indépassable, que les mémoriaux berlinois embourgeoisent avec une ironie atroce. Dans son roman Abtrünnig (2005), Jirgl met l’ironie de ces catastrophes historiques et architecturales en relation avec celle qui affecte le destin de l’« homme-chantier » contemporain, « sans travail, sans patrie, sans repos », ou encore sa propre langue chamboulée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Introduction
Le concept d’« ironie catastrophique » dans les essais de Jirgl : ironie et catastrophe s’éclairent mutuellement
L’ironie catastrophique dans le roman Abtrünnig – Roman aus der nervösen Zeit : une approche paradoxale et créative de la littérature
Comment ironie et catastrophe conjuguent ici leurs affects opposés

Aperçu du texte

Introduction

L’ironie et la catastrophe, que dans ses essais de poétologie (Jirgl 2008) le romancier Reinhard Jirgl associe sous l’expression d’« ironie catastrophique », ne relèvent a priori pas des mêmes catégories sémantiques. La catastrophe, bouleversement majeur de qualité négative, se produit dans le réel ; elle génère de l’affliction, de la consternation, de l’effroi. L’ironie, qu’on définit généralement comme associant à une assertion le sens contraire de celui qui en est l’apparence, est, elle, de l’ordre de la langue ; elle vise à railler, et donc à faire rire. Mais ces différences de catégories – réalité concrète ou langagière – et d’affects – affliction ou amusement – vont de pair avec une grande proximité quant à la structure profonde que la première révèle et que la seconde recèle.

La catastrophe implique le renversement brutal, imprévisible et irréversible, d’un ordre stable jusque-là considéré comme acquis. Elle barre ainsi à la fois la voie du passé, irrémédiablement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Lemonnier-Lemieux, « L’« ironie catastrophique » de Reinhard Jirgl dans Renégat. Roman du temps nerveux (2005) », Cahiers d’Études Germaniques, 73 | 2017, 237-250.

Référence électronique

Anne Lemonnier-Lemieux, « L’« ironie catastrophique » de Reinhard Jirgl dans Renégat. Roman du temps nerveux (2005) », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 73 | 2017, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2449 ; DOI : 10.4000/ceg.2449

Haut de page

Auteur

Anne Lemonnier-Lemieux

École normale supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals