Navigation – Plan du site
Crises et catastrophes dans le discours littéraire

Crise de l’écriture et ironie dans L’Homme sans qualités de Robert Musil

Schreibkrise und Ironie in Robert Musils Mann ohne Eigenschaften
Writing Crisis and Irony in Robert Musil’s The Man without Qualities
Elisabeth Malick Dancausa
p. 251-264

Résumés

L’Homme sans qualités est le reflet d’un monde en crise : crises historique, politique, identitaire, crise de l’écriture. Pour Musil, la seule réponse possible à ces crises est l’ironie. Mais de même que la notion de crise est ambigüe, le concept d’ironie est lui aussi très vaste et renvoie à des éléments disparates. Selon le type de crise dont il est question, l’analyse du roman de Musil permet de mieux en comprendre les aspects. Ainsi le traitement de la crise historique est indissociable, dans le roman, de la notion d’ironie dramatique. La crise politique est quant à elle associée à une distanciation généralisée par rapport à la réalité, que l’on pourrait qualifier d’ironie philosophique. Mais L’Homme sans qualités permet également à Musil de formuler sa propre définition de l’ironie, celle de l’« ironie constructive », qui n’est plus une simple réaction à la crise, mais propose une issue, en particulier à la crise identitaire qui frappe les personnages. Cette « ironie constructive » répond aussi à une crise de l’écriture, largement thématisée dans le roman et pose les fondements d’une ironie proprement linguistique.

Haut de page

Entrées d’index

Schlagwörter :

Krise, Ironie, Musil, Geschichte, Stilistik
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2019.

Plan

Le contexte
Crise des valeurs et de l’identité
Crise du langage
Crise du roman, crise du récit
L’ironie constructive comme solution
Ironie linguistique
Ironie et antiphrase
Ironie et polyphonie
Ironie et valeur
Conclusion

Aperçu du texte

L’Homme sans qualités de Robert Musil reflète un monde en crise sous de multiples aspects : crise historique, crise politique, crise identitaire, crise de l’écriture. Et l’ironie est l’une des principales réponses apportées par Musil à ces différents types de crises. L’accent sera mis ici sur la façon dont L’Homme sans qualités thématise et reflète la crise de l’écriture et sur les diverses formes d’ironie mises en œuvre pour répondre à cette crise.

Il s’agira dans un premier temps d’esquisser un tableau du contexte idéologique et culturel de la Vienne de 1913, tel qu’il est évoqué dans le roman. À une crise des valeurs et de l’identité, que l’on peut associer à l’entrée dans la modernité, viennent s’ajouter une crise du langage et une crise du récit qui ébranlent les bases mêmes de l’écriture du roman. La disparition de toute certitude en matière d’écriture conduit Musil à faire de l’ironie un élément central de sa pensée et de son style. C’est ainsi qu’il élabore la notion d’« iron...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Malick Dancausa, « Crise de l’écriture et ironie dans L’Homme sans qualités de Robert Musil », Cahiers d’Études Germaniques, 73 | 2017, 251-264.

Référence électronique

Elisabeth Malick Dancausa, « Crise de l’écriture et ironie dans L’Homme sans qualités de Robert Musil », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 73 | 2017, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2455 ; DOI : 10.4000/ceg.2455

Haut de page

Auteur

Elisabeth Malick Dancausa

Lycée Georges Brassens, Villeneuve-le-Roi

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals