Navigation – Plan du site

Présentation des Cahiers d’Études Germaniques

Aix-Marseille Université, Lumière Lyon 2, Paul-Valéry Montpellier, Toulouse Jean-Jaurès
Mondes germanophones
Revue à comité de lecture

Historique

Créés en 1972 à l’Université de Provence (Aix-Marseille I), les Cahiers d’Études Germaniques avaient pour objectif initial de présenter à un public français et étranger les recherches en études germaniques menées au sein de celle-ci. Les premiers contributeurs étaient des professeurs et des doctorants de l’Université de Provence, qui publiaient au sein d’un numéro annuel de type varia les résultats de leurs travaux.

Au cours de la décennie suivante, les laboratoires de recherches en études germaniques des universités Lyon II et Nice Sophia Antipolis (1986), puis Montpellier III (1988), se sont associés au projet, qu’ont à leur tour rejoint en 2008 les germanistes de l’Université Toulouse II. L’Université de Nice s’en est retirée en 2013, mais ses chercheurs en études germaniques y demeurent associés à titre individuel.

Les Cahiers d’Études Germaniques réunissent aujourd’hui les pôles de recherches en études germaniques du Sud de la France.

Indépendante jusqu’en 2015, la publication papier est passée à cette date sous l’égide des Presses Universitaires de Provence et s’est inscrite simultanément dans la synergie impulsée par Maison de la Recherche de la Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines (ALLSH) d’Aix-Marseille Université (AMU).

Fonctionnement

Les CEG bénéficient d’un fonctionnement original, qui associe à l’heure actuelle les universités AMU, Lumière Lyon 2, Paul-Valéry Montpellier et Toulouse Jean-Jaurès, dans le cadre d’une convention inter-universités. Chacune d’entre elles contribue à part égale au financement de la publication. La revue permet un partenariat fructueux et l’ouverture de ce réseau à des coopérations nationales et internationales étendues.

Elle possède un comité de rédaction de 15 membres élus par les enseignants-chercheurs germanistes des 4 laboratoires concernés. Il s’appuie, pour l’orientation éditoriale, sur un comité scientifique international et, pour la sélection des textes, sur un comité de lecture dont l’assise est nationale. Le comité de rédaction se réunit à Aix-en-Provence 2 fois l’an.

Conformément aux origines de la publication, la direction et les appuis administratifs des CEG se trouvent depuis le début à Aix-en-Provence. La Maison de la Recherche de l’UFR ALLSH d’AMU assure actuellement la gestion financière, l’accueil des comités, la gestion des stocks (jusqu’aux CEG 67) et un soutien à la mise en ligne. La revue s’est dotée en 2015 d’un bureau de 4 membres (1 pour chaque laboratoire partenaire).

Parution semestrielle

Les CEG publient 2 numéros thématiques de 200 à 300 pages par an, qui peuvent être complétés par des entretiens ou des inédits. À partir de 1986, les varia ont peu à peu été abandonnés.

La revue accueille non seulement des numéros portés par des membres des 4 universités partenaires, mais aussi des volumes dirigés par des chercheurs, français ou étrangers, extérieurs à celles-ci. Une Charte des responsables de numéro définit les responsabilités liées à cet engagement.

Les langues de publication sont l’allemand et le français. Les textes publiés sont inédits.

Ils font l’objet de 2 rapports en simple aveugle, lus en comité de rédaction, et d’un 3e en cas de désaccord. La décision finale est collégiale.

Orientations éditoriales

Une revue généraliste

À leurs débuts, les CEG accueillaient des contributions issues de tous les domaines des études germaniques, alors inventoriés sous les rubriques “civilisation, linguistique, littérature”. Ils ont conservé cette vocation généraliste.

L’éventail chronologique dont relèvent les textes va du Moyen Âge au XXIe siècle.

Les aires culturelles considérées embrassent tous les pays germanophones.

Une dynamique interdisciplinaire et internationale

Une grande part des articles publiés émane de chercheurs étrangers, germanophones ou non.

Depuis longtemps, la revue fait une grande place aux problématiques inter- et transculturelles.

À l’heure actuelle, elle est ouverte à une palette élargie de disciplines, spécialités et approches (arts, études intermédiales, histoire, histoire des idées, linguistique, littérature, cultural studies, gender studies…). En témoigne l’extension des spécialités représentées au sein du comité scientifique : Ulrich Fuchs (spécialiste des Kulturwissenschaften, directeur général adjoint de Marseille Provence 2013) et Steffen Höhne (professeur à la Hochschule für Musik Franz Liszt de Weimar) ont rejoint celui-ci en 2013. En fait foi aussi le concours, dans certains volumes, d’artistes, de philosophes, de rhétoriciens, de spécialistes des études théâtrales, de sociologues… en qualité de contributeurs ou de porteurs de numéro.

Dans le respect de critères de sélection clairs et rigoureux, les CEG ont à cœur de constituer un espace de publication ouvert, évolutif, dont les articles, proposés par des spécialistes français et étrangers, s’adressent aux germanistes, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à la langue et à la culture germaniques.

  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals