Navigation – Plan du site
La religion dans la philosophie : perspective historique et contemporaine

Sur l’intelligibilité de l’objet de la croyance religieuse selon Kant et Wittgenstein

Über die Intelligibilität des Gegenstandes religiösen Glaubens bei Kant und Wittgenstein
On the Intelligibility of the Object of Religious Belief According to Kant and Wittgenstein
Max Marcuzzi
p. 49-58

Résumés

Dans la Critique de la raison pure, Kant n’a pas seulement posé la question des conditions de possibilité de la connaissance des objets : il a interrogé la condition générale pour qu’un discours ait un sens. Or cette condition est pour lui la possibilité de faire correspondre le discours à une représentation spatiotemporelle. De ce fait, tout le discours traditionnellement référé au suprasensible ne pose pas seulement le problème de sa possible vérité mais aussi celui de son sens. Cette question, que Kant aborde du point de vue de la raison théorique et de la raison pratique, est posée à nouveaux frais par Wittgenstein sans plus recourir au soutien de la raison pratique, mais en questionnant les conditions sous lesquelles un discours religieux peut avoir du sens. Le présent article essaie de préciser les conditions sous lesquelles un discours de type religieux peut avoir du sens, et s’efforce de montrer que ces conditions ont pour conséquence selon Wittgenstein l’effondrement de l’universalité du sens dans le domaine religieux.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Aperçu du texte

Si M. Lewy est croyant et dit qu’il croit au Jour du Jugement, je ne saurais même pas si je puis dire que je comprends ou non.

L’opposition à la religion s’est souvent présentée comme étant motivée par des arguments rationnels, par exemple lorsque Bertrand Russell critique la religion en l’opposant à la science, prise quant à elle comme modèle de rationalité, afin de montrer que les motifs de croire à une religion ne satisfont aucune exigence scientifique, de sorte que la croyance religieuse doit apparaître comme n’étant pas raisonnable dans la perspective de la science, car elle ne porte que sur des objets hautement improbables.

L’originalité de Kant est d’avoir totalement abandonné l’approche théorique de la religion, sans pour autant avoir renoncé à la rationalité. Avec le concept de foi rationnelle, il a voulu montrer que si la raison théorique devait renoncer à prouver l’existence aussi bien que l’inexistence de Dieu, la raison pratique, et elle seule, conduisait à en poser l’exi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Max Marcuzzi, « Sur l’intelligibilité de l’objet de la croyance religieuse selon Kant et Wittgenstein », Cahiers d’Études Germaniques, 74 | 2018, 49-58.

Référence électronique

Max Marcuzzi, « Sur l’intelligibilité de l’objet de la croyance religieuse selon Kant et Wittgenstein », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 74 | 2018, mis en ligne le 26 octobre 2019, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2695 ; DOI : 10.4000/ceg.2695

Haut de page

Auteur

Max Marcuzzi

Aix Marseille Univ, IHP, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals