Navigation – Plan du site
Culture religieuse

Le Québec entre sécularisme et post‑sécularité

Le cas du débat autour du programme d’Éthique et culture religieuse
Quebec zwischen Säkularismus und Post-Säkularismus : Die Frage des Unterrichts in Ethik und Religionskultur
Quebec between Secularity and Post-Secularity: The Debate about the Ethics and Religious Culture Program
Dany Rondeau
p. 89-101

Résumés

L’angle proposé pour cette contribution concerne l’enseignement de la religion comme « fait culturel » à l’école primaire et secondaire, et sa pertinence. En 2008, le Québec fait le choix de remplacer un système d’options de l’enseignement religieux confessionnel et moral par un cours unique, obligatoire, d’Éthique et culture religieuse (ÉCR). Ce programme conjugue un enseignement de l’éthique dans une perspective séculière, critique et humaniste et un enseignement culturel des religions. Ce choix ne fait pas l’unanimité et certains se demandent pourquoi mettre dans un même programme l’éthique et la culture religieuse ou pourquoi même enseigner la culture religieuse à l’école laïque. Dans cette contribution, je cherche à fonder l’idée que l’enseignement de la culture religieuse constitue une exigence découlant du pluralisme et une condition de la démocratie, en faisant ressortir la pertinence du programme ÉCR. Je souhaite aussi montrer qu’il est une condition pour former des citoyens capables de comprendre le monde contemporain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Le Québec entre sécularisme et post-sécularité
Le programme Éthique et culture religieuse
Les objections au programme
Pourquoi un enseignement culturel des religions à l’école laïque ?
Qu’est-ce que la « culture religieuse » dans le programme ÉCR ?
Comment concilier les croyances qui sont au fondement des religions et l’enseignement de l’éthique critique et humaniste chez de jeunes élèves ?
Conclusion

Aperçu du texte

Plusieurs débats sociaux au cours des quinze dernières années montrent que le Québec oscille entre sécularisme et post-sécularité. Sur le plan de l’État, de son fonctionnement, de ses institutions et des choix qu’il fait, le Québec est post‑séculier. Néanmoins, un nombre important de Québécois considère que la laïcité de l’État n’est pas encore tout à fait réalisée ou qu’elle doit se concrétiser dans des lois qui affirment clairement la neutralité de l’État et sa séparation d’avec les religions. Dans cette perspective, toute attitude d’ouverture ou de tolérance à l’égard des religions, des pratiques religieuses, de l’expression de convictions religieuses est perçue comme contraire à la laïcité. D’autres estiment plutôt que le Québec est déjà une société post-sécularisée dans laquelle les convictions religieuses n’exercent plus aucune influence sur la chose politique ou publique et que l’attitude de l’État, ouvert au pluralisme, est justifiée par les droits reconnus dans les chartes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dany Rondeau, « Le Québec entre sécularisme et post‑sécularité », Cahiers d’Études Germaniques, 74 | 2018, 89-101.

Référence électronique

Dany Rondeau, « Le Québec entre sécularisme et post‑sécularité », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 74 | 2018, mis en ligne le 26 octobre 2019, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/2899 ; DOI : 10.4000/ceg.2899

Haut de page

Auteur

Dany Rondeau

Université du Québec à Rimouski (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals