Navigation – Plan du site
Transferts philosophiques

« Besser ein Original von einem Teütschen als eine Copey von einem Franzosen seyn » — Du bon usage de l’imitation française par les Allemands selon G. W. Leibniz

« Besser ein Original von einem Teütschen als eine Copey von einem Franzosen seyn » – Richtig verstandene Nachahmung der Franzosen durch die Deutschen nach G.W. Leibniz
"Besser ein Original von einem Teütschen als eine Copey von einem Franzosen seyn": about the right way for Germans to imitate France according to G. W. Leibniz
Jean-Michel Pouget
p. 35-48

Résumés

En réaction à l’influence croissante de la France dans les territoires du Saint Empire au xviie siècle, des voix s’élèvent pour dénoncer la manie d’imitation des Allemands et leur penchant à imiter les mœurs et les modes françaises mais aussi à privilégier les langues étrangères au détriment de la langue allemande. G. W. Leibniz (1646-1716) s’inscrit dans ce courant critique de la tendance « Alamode ». Dans un vibrant appel au patriotisme linguistique, le philosophe reproche à ses contemporains d’avoir perdu leur indépendance en imitant aveuglément la France et le français. Si le philosophe de Hanovre estime impératif de combattre cette hégémonie extérieure, cette lutte ne s’accompagne d’aucun rejet de l’étranger. À l’image de Christian Thomasius, Leibniz suggère une autre approche de l’imitation visant à combler le hiatus sociologique entre les deux nations : les Allemands doivent se confronter de manière productive au modèle français et conquérir leur indépendance culturelle en s’appropriant les formes de sociabilité au fondement de la supériorité française. L’usage de leur propre langue nationale est la condition sine qua non de cette conquête d’autonomie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Un rejet de la copie et de l’imitation fondé sur l’impératif patriotique dans la lignée de la critique du courant Alamode
Le modèle français au service du renouveau de la langue allemande

Aperçu du texte

En 1740, la grande encyclopédie Zedler diagnostiquait chez les Allemands « un désir immodéré d’imiter les Français », n’hésitant pas à les qualifier de « singes des Français ». Ce constat de gallomanie valait sans doute bien davantage un siècle plus tôt, époque où la « manie de l’imitation de l’étranger » (Nachahmungssucht) était nettement plus marquée : dominés politiquement et culturellement par la France, les princes allemands érigèrent en dogme le « modèle français pour toutes les questions de culture et de goût ». Il en résulta une vague d’imitation de la mode, des mœurs et des manières françaises, ce courant Alamodesuscitant un mouvement d’opposition amplifié par les guerres de brigandage de Louis XIV sur le sol allemand. C’est ainsi qu’apparut un discours critique et satirique hostile non à l’imitation elle-même mais à ses excès et au choix du modèle français. Un thème central de ce discours est celui de la défense d’une langue allemande unifiée, une langue standardisée trans...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Pouget, « « Besser ein Original von einem Teütschen als eine Copey von einem Franzosen seyn » — Du bon usage de l’imitation française par les Allemands selon G. W. Leibniz », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 35-48.

Référence électronique

Jean-Michel Pouget, « « Besser ein Original von einem Teütschen als eine Copey von einem Franzosen seyn » — Du bon usage de l’imitation française par les Allemands selon G. W. Leibniz », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/302 ; DOI : 10.4000/ceg.302

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Pouget

Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals