Navigation – Plan du site
Esthétiques / Inesthétiques

Entre diabolisation, séduction et légitimation. Le kitsch ou l’imitation comme « mal esthétique » ?

Zwischen Verteufelung, Verführung und Legitimierung: Der Kitsch oder die Nachahmung als „ästhetisches Übel“?
Between demonisation, seduction and legitimation: kitsch or imitation as “aesthetic evil”?
Florence Bancaud
p. 73-88

Résumés

Partant de l’observation de Clement Greenberg distinguant l’avant-garde comme « imitation de l’acte d’imiter » et le kitsch comme « imitation de l’effet de l’imitation », dans le but de susciter le seul plaisir des sens, on montrera que le kitsch suscite une « jouissance culinaire » (Adorno) en produisant des œuvres qui résultent souvent d’une forme de plagiat esthétique dénoncée par exemple par Broch ou démontrée par Walter Killy dans Deustcher Kitsch où il pastiche le style de célèbres auteurs germaniques. On peut voir dans ce style fondé sur l’imitation une forme de fétichisation de l’art (Adorno), d’aberration esthétique, voire éthique (Broch) ou d’échec de l’imagination et du génie créateur ; le kitsch peut aussi être perçu comme le signe de la disparition de la valeur cultuelle et auratique de l’œuvre et de son appropriation par tous (Benjamin) ; mais on pourra aussi en analyser la dimension ludique et subversive, sinon révélatrice de la fascination trop humaine pour l’inauthentique et l’artificiel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

kitsch, aura, copie, jeu, provocation

Schlagwörter :

Kitsch, Aura, Kopie, Spiel, Provokation

Keywords :

kitsch, aura, copy, game, provocation
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Le kitsch comme principe d’imitation et de dévalorisation
Le kitsch comme contre-modèle de l’art
Le kitsch symptôme d’une crise d’authenticité ?
Le procès du kitsch comme décadence de l’art
Le kitsch comme produit d’une culture du loisir et non plus de la contemplation
Le kitsch comme jeu et comme arme

Aperçu du texte

Splendide Tour Eiffel à paillettes bleues […], belle Vierge Marie pleine d’eau bénite (…), élégante Vénus de Botticelli en résine et en promotion à saisir (…), éclatante robe de bal en rayonne verte agrémentée de nœuds et de rubans rose fuchsia (….). Le kitsch est partout, en tout. Il décore, il orne, il enrubanne, le tout dans une bonne conscience de soi. Il ajoute du mignon, du mignard, de la fanfreluche, comme si la vie était plus légère à porter avec cette parure insistante […]. Il diffuse son mauvais goût apparent dans tous les aspects de notre existence par son sentimentalisme facile et son imagerie stéréotypée. De la pacotille comme art de vivre. Il ravale tout effort de sincérité au rang de camelote vite échangée. Le kitsch commence par un coup d’éclat mais finit comme un dégonflement.

Si le kitsch nous intéresse ici, c’est que, partant d’une « imitation, d’une pièce inauthentique pour en faire un objet de parade » et fondé sur la reproduction et la réadaptation de modèles ou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bancaud, « Entre diabolisation, séduction et légitimation. Le kitsch ou l’imitation comme « mal esthétique » ? », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 73-88.

Référence électronique

Florence Bancaud, « Entre diabolisation, séduction et légitimation. Le kitsch ou l’imitation comme « mal esthétique » ? », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/336 ; DOI : 10.4000/ceg.336

Haut de page

Auteur

Florence Bancaud

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals