Navigation – Plan du site
Esthétiques / Inesthétiques

Stefan George et Karl Wolfskehl : le maître et le disciple ?

Stefan George und Karl Wolfskehl: der Meister und der Jünger?
Stefan George and Karl Wolfskehl: the master and the disciple?
Sonia Schott
p. 89-102

Résumés

La rencontre en 1897 avec Stefan George, le chef de file du symbolisme allemand, détermine la vocation poétique du poète juif et allemand Karl Wolfskehl (1869-1948), qui fut contraint en 1933 de fuir l’Allemagne. Portant sur la poésie de jeunesse d’avant cet exil, la présente étude analyse dans quelle mesure les rapports entre maître et disciples inhérents à la dynamique propre au cercle de Stefan George influencent sur le plan littéraire la production poétique de Wolfskehl. Après avoir montré dans quelle mesure la citation de vers de George et l’allusion tant à sa personne qu’à son œuvre relèvent de procédés dédicatoires, le commentaire d’un poème de Wolfskehl effectué en regard de son modèle, produit par George, s’attachera à déterminer la part d’imitation et celle d’innovation chez Wolfskehl. Enfin, l’étude d’un poème paradigmatique dans sa configuration permettra de mettre en lumière la singularité du lyrisme de Wolfskehl, qui, grâce à son « maître », pris la mesure de l’exigence formelle que requiert l’écriture poétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

L’admiration de Wolfskehl pour George
L’autonomie de Wolfskehl
Un poème de Wolfskehl en regard de celui de George
Caractéristiques de l’art poétique de Wolfskehl
Conclusion

Aperçu du texte

Né en 1869 à Darmstadt dans une famille juive aisée, Karl Wolfskehl témoigne d’un vif goût pour la littérature qui le conduit à effectuer de brillantes études de germanistique. Après qu’il a rencontré Stefan George, le chef de file du symbolisme allemand, il publie à partir de 1894 des poèmes et des textes en prose dans Les Feuilles pour l’art (Die Blätter für die Kunst), la revue que Stefan George édite avec C.A. Klein, et il est également l’un des premiers membres du cercle autour de Stefan George, le George-Kreis, dont l’un des buts majeurs est d’encourager les vocations poétiques. Les revers économiques causés par la Première Guerre mondiale ruinent la famille de Wolfskehl. Le poète devient alors essayiste et collabore à divers journaux pour subvenir à ses besoins. En 1933 surviennent deux événements déterminants pour l’existence et la production de Wolfskehl : la mort de George et la victoire du nazisme en Allemagne. Juste après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, le 31 janvier 1933...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Schott, « Stefan George et Karl Wolfskehl : le maître et le disciple ? », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 89-102.

Référence électronique

Sonia Schott, « Stefan George et Karl Wolfskehl : le maître et le disciple ? », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/351 ; DOI : 10.4000/ceg.351

Haut de page

Auteur

Sonia Schott

Université Toulouse Jean‑Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals