Navigation – Plan du site
Matières

« Macht keine Geschichten »

Matière, fiction, histoire : du performatif dans la prose de Wolfgang Hilbig ?
Macht keine Geschichten“. Materie, Fiktion, Geschichte: Performativität in Wolfgang Hilbigs Prosa?
Macht keine Geschichten”. Material, Fiction, History: Performativity in Wolfgang Hilbig’s Prose?
Bénédicte TERRISSE
p. 79-94

Résumés

La première moitié des années 1990 voit apparaître chez l’écrivain Wolfgang Hilbig (1941-2007) des textes en ‎prose au genre indéterminé dont l’intrigue pourrait se résumer à la transformation de la matière pour évoquer ‎l’histoire allemande. Parmi ceux-ci, Die Kunde von den Bäumen (1994) problématise le plus explicitement le ‎rapport entre matière et narration. Convoquant Benjamin et Hofmannsthal, ce texte, qui tente de dire l’émoi ‎provoqué par l’érection du Mur en 1961, élabore une poétique de la matière en réponse au problème de la ‎référence, c’est-à-dire de la manière dont la littérature renvoie au réel et se connecte à la vie. Le détour par les ‎prémisses de cette réflexion dans les textes en prose des années 1980 comme « Der Brief » montrant le texte ‎comme objet circulant, met en évidence le procédé narratif de la métalepse. Celui-ci met en scène le passage ‎de frontière entre la littérature et le réel dans la fiction. Ce performatif, compris comme action de la littérature ‎sur la vie, constitue la réponse hilbigienne à la question de la référence. La matière comme objet et comme ‎substance est l’un des moyens du performatif. ‎

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2020.

Plan

Textes en circulation et fiction
L’objet lettre et la fiction en question
Papier et poésie
Matière et récit dans Die Kunde von den Bäumen
De l’art de raconter à la crise du récit
De la matière du récit à la matière de l’histoire
Une poétique de la matière à la manière de Lord Chandos
Faire (ou ne pas faire) des histoires
Quelques enjeux de la matérialité chez Hilbig

Aperçu du texte

« Comment la littérature entre-t-elle dans la vie ? Quel est son point d’impact ? son degré d’activité » écrit Marielle Macé en introduction à l’article de Jonathan Culler intitulé « Philosophie et littérature : les fortunes du performatif. »

Cette question peut se lire comme l’un des enjeux possibles du recours à la matérialité dans la prose de l’écrivain. La matérialité jouerait le rôle d’« interface entre la littérature et le réel ». Elle permettrait de transformer l’énonciation littéraire en acte qui accomplit ce à quoi elle fait référence. Si le langage littéraire lui-même est événement, et pas seulement description d’un événement, c’est, d’une part, parce qu’il comporte une dimension autoréflexive qui le met en scène lui-même et, d’autre part, parce qu’il parvient à « faire exister les personnages et les événements dont [l’œuvre] raconte l’histoire ». Mettre en scène la matérialité serait l’un des moyens utilisés par Hilbig « pour faire exister [les] choses qu’[il] nomme ». La ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte TERRISSE, « « Macht keine Geschichten » », Cahiers d’Études Germaniques, 75 | 2018, 79-94.

Référence électronique

Bénédicte TERRISSE, « « Macht keine Geschichten » », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 25 avril 2020, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/3531 ; DOI : 10.4000/ceg.3531

Haut de page

Auteur

Bénédicte TERRISSE

Université de Nantes/ CRINI

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals