Navigation – Plan du site
Esthétiques / Inesthétiques

Hans Magnus Enzensberger, Reiner Kunze. Traductions et imitations : la fracture du trait

Hans Magnus Enzensberger, Reiner Kunze. Übersetzungen und Imitationen: ein « Ruf zum Aufbruch »
Hans Magnus Enzensberger, Reiner Kunze – Translations and Imitations: Breaking through
Béatrice Poulain
p. 103-120

Résumés

Dans l’anthologie Geisterstimmen (1998) où il regroupe certains apports personnels de ses anthologies précédentes Museum der modernen Poesie (1960) et Wasserzeichen (1985), Hans Magnus Enzensberger associe, sans pseudonyme mais en un dispositif où tout est fait pour déjouer le regard du lecteur, 164 traductions et 26 imitations. Un détour par la clarté des définitions et témoignages que Reiner Kunze propose de la traduction comme Nachdichtung ou réécriture poétique dans ses conférences d’esthétique de 1988 (Das weiße Gedicht), permet de comprendre l’enjeu de cette « fête des fleurs » d’un genre inédit que l’auteur fait passer « en contrebande » dans la langue poétique allemande : sous couvert de jeu de masques, sous les voix de ses « compagnons de lutte » et avec elles, retentit en creux, en filigrane, sur le mode rieur, la poétique d’Enzensberger et son enjeu utopique. Dans cette poétique à la fois sienne et autre, dans cet authentique Wasserzeichen, des résonances de Goethe, d’Adorno, de Pablo Neruda notamment, se fondent en une variante contemporaine, jouée sur le mode mineur de la fracture (Bruch), de la poétique nietzschéenne, si ce n’est hesséenne de l’allégresse.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La traduction comme destruction et recomposition / Nachdichtung als Zerbrechen und Gliedertausch
L’imitation comme effraction : quand le fléau de la familiarité invite à la distanciation / Imitation als Heimbruch : wie die Heimsuchung zur Verfremdung ruft
Faut-il rompre la promesse du bonheur ? Du politique à l’utopique, le grand sérieux du rire

Aperçu du texte

Entre la rupture, la brisure, les angles et zigzags d’une ligne résolument réfractaire qui pourrait rappeler le gothique mais dont on ne sait plus finalement quelle langue elle dessine, quels signes ? S’agit-il encore de mots ou n’en subsiste‑t-il plus que la trace, des réfractions réfléchissantes parcourant un espace ouvert par effraction où apparaissent les ombres de portraits fractionnés ?

Né de la même racine indo-européenne que le verbe latin frangere, fregi, fractum, au cœur de cette variation étymologique délimitant notre espace de réflexion, l’allemand brechen permet un jeu thématique analogue entre la violence de la fragmentation et l’ouverture réfléchissante qui en découle : Bruch, Brechungen, Aufbrechen, Durchbrechen, Zerbrechen, Bruchstück, Verbrecher et aussi Aufbruch. Rapporté à la traduction, le thème de la fracture s’avère des plus riches dans son ambivalence même. Son articulation allemande, particulièrement évocatrice, reviendra hanter ponctuellement cette étude con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Poulain, « Hans Magnus Enzensberger, Reiner Kunze. Traductions et imitations : la fracture du trait », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 103-120.

Référence électronique

Béatrice Poulain, « Hans Magnus Enzensberger, Reiner Kunze. Traductions et imitations : la fracture du trait », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/368 ; DOI : 10.4000/ceg.368

Haut de page

Auteur

Béatrice Poulain

Université Paris 3 Sorbonne‑Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals