Navigation – Plan du site
Autres scènes

Dame Kobold (1920) de Hugo von Hofmannsthal et son modèle : La dama duende (1629) de Pedro Calderón de la Barca

Dame Kobold (1920) von Hugo von Hofmannsthal und La dama duende (1629) von Pedro Calderón de la Barca als Vorlage und Modell
Dame Kobold (1920) by Hugo von Hofmannsthal and its source: La dama duende (1629) by Pedro Calderón de la Barca as model
Morgane Kappès-Le Moing
p. 123-134

Résumés

Le théâtre du Siècle d’or espagnol a fasciné les dramaturges autrichiens, parmi lesquels Hofmannsthal. Celui-ci écrit en 1920 Dame Kobold d’après la traduction allemande de Johann Diederich Gries de La dama duende (1629) de Calderón. Respectant l’intrigue et l’ancrage spatio-temporel de la pièce espagnole, il s’en éloigne grâce à la modernité de sa langue et par des décrochages qui l’amènent à développer la dimension œdipienne des relations entre les personnages. Ces décrochages finissent par déboucher sur une significative modification revenant à affirmer la nécessité de la foi en l’autre pour arriver à une vraie rencontre amoureuse. Cette modification s’inscrit dans une réflexion sur la masculinité et la féminité. La fidélité novatrice de Hofmannsthal lui permet ainsi de démontrer l’atemporalité du texte caldéronien, puisque La dama duende porte en germe l’histoire de Dame Kobold, celle d’un Homme qui devient pleinement Homme en rencontrant une Femme, et d’une Femme qui devient pleinement Femme en rencontrant un Homme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

« S’il est un auteur qui, depuis le début du Romantisme, a toujours reçu justice hors de son pays, c’est bien le dramaturge espagnol du Siècle d’or don Pedro Calderón de la Barca. » C’est ainsi que Didier Souiller ouvre son livre Calderón et le grand théâtre du monde. On pourrait ajouter que, déjà avant le Romantisme, Calderón connaissait un destin européen, comme en atteste l’étude qu’Henry Sullivan a consacré à la réception de cet auteur dans les pays de langue allemande. Mais il est vrai que c’est seulement à partir du Romantisme que Calderón a été traduit directement de l’espagnol vers l’allemand. Friedrich Schlegel, puis Johann Gries offrent de remarquables versions des textes caldéroniens. D’ailleurs, comme l’a montré Egon Schwarz, la traduction de Gries a été la seule voie d’accès, pour Hofmannsthal, au texte de La dama duende.

Cette œuvre de 1629 appartient aux comédies de cape et d’épée, qui mettent en scène des personnages issus de la moyenne noblesse, emportés par une intr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Kappès-Le Moing, « Dame Kobold (1920) de Hugo von Hofmannsthal et son modèle : La dama duende (1629) de Pedro Calderón de la Barca », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 123-134.

Référence électronique

Morgane Kappès-Le Moing, « Dame Kobold (1920) de Hugo von Hofmannsthal et son modèle : La dama duende (1629) de Pedro Calderón de la Barca », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/382 ; DOI : 10.4000/ceg.382

Haut de page

Auteur

Morgane Kappès-Le Moing

Université Jean‑Monnet, Saint‑Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals