Navigation – Plan du site
Autres scènes

L’imitation dans le théâtre précoce d’Arthur Schnitzler

Imitatio im frühen dramatischen Werk Arthur Schnitzlers
Imitation in Arthur Schnitzler‘s early dramatic works
Cécile Vidal-Oberlé
p. 135-148

Résumés

Les premières pièces (1889-1910) d’Arthur Schnitzler multiplient les références aux traditions dramatiques les plus diverses, tour à tour imitées, questionnées, voire récusées de façon parfois radicale. L’imitation sert parfois à opérer une véritable dé-construction du modèle, qui subit alors une inversion, souvent soulignée par des formes burlesques ou grotesques. Ainsi, dans certaines pièces en un acte, pantomimes ou pièces pour marionnettes, Schnitzler développe un théâtre non-textuel ou, au contraire, presque exclusivement narratif.
Ce travail explore les fonctionnalités de l’imitation dans ces pièces, à la lumière des catégories définies par Gérard Genette dans Palimpsestes. Trois modalités d’imitation sont repérées et explorées successivement : de la confrontation au dépassement du modèle hérité, en passant par l’élaboration d’un contre-modèle, avant d’ébaucher, en creux, l’amorce d’une possible dramaturgie contemporaine.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Confrontation à un modèle hérité de la tradition
Le Chant d’Alkandi
Liebelei
Vers un contre-modèle ?
Contre-modèle narratif : Anatole, Une heure et demie, L’Insensée, La Ronde et La Saint-Sylvestre
Texte versus théâtralité : Les Métamorphoses de Pierrot, Le Voile de Pierrette, Kassian le Téméraire, Au Grand Guignol
Dé-construction et dépassement du modèle
Dé-construction radicale : Au Grand Guignol
Dépassement du modèle : Interlude
Conclusion

Aperçu du texte

Olga Schnitzler rapporte sa stupeur lorsqu’elle découvre Liebelei au Burgtheater :

[...] etwas erstaunlich Neues, Schönes war geschehen: Da standen [die Dramenpersonen] nicht wie sonst auf der Bühne in ihrer heroischen Dekoration, in farbigem Kostüm, große Verse rollend, nein, ein junges Mädchen aus dem Volk klagte im wienerischen Dialekt ihre Liebe und ihre Verzweiflung, einfache Menschen, nah und vertraut, waren in die Sphäre der Dichtung erhoben worden. […] Wusste hier einer von unserer nur schamhaft eingestandenen Bedrängnis, wagte er es auszusprechen, dass die unbegreiflich festgerammten Begriffe unserer Eltern keine Geltung mehr hatten für uns, die wir nun heranwuchsen?

À l’en croire, le théâtre d’Arthur Schnitzler se détournerait des modèles hérités pour se faire miroir du monde tel que l’appréhende sa génération. À travers une « non-imitation » des codes et de l’héritage dramatique, il mettrait ainsi en œuvre une mimésis reflétant à la fois l’univers et les préoccupations de s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vidal-Oberlé, « L’imitation dans le théâtre précoce d’Arthur Schnitzler », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 135-148.

Référence électronique

Cécile Vidal-Oberlé, « L’imitation dans le théâtre précoce d’Arthur Schnitzler », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/400 ; DOI : 10.4000/ceg.400

Haut de page

Auteur

Cécile Vidal-Oberlé

Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals