Navigation – Plan du site
Mythe et logos : de la dialectique et de l'ambivalence

Le retour du mythe en modernité

Le mythe de l’État chez Cassirer et son expérience de l’exil
Le retour du mythe en modernité. Le mythe de l’État chez Cassirer et son expérience de l’exil
The Resurgent Forces of the Myth in the Modern Era. Cassirer’s Myth of the State and his Experience of Exile
Yves Bizeul
p. 37-48

Résumés

Dans son exil américain, Cassirer dut admettre que le mythe n’avait pas disparu en modernité, comme il l’avait cru et souhaité, mais qu’il avait fini, au contraire, par triompher de la raison en Europe. Ce constat l’amena à rédiger The Myth of the State. Cassirer dénonce dans cet ouvrage paru de manière posthume les mythes politiques modernes qui sont utilisés comme des armes de guerre. Dans un texte moins connu également rédigé en exil, il doit toutefois admettre que l’homme n’est pas uniquement un « animal rationnel », comme l’affirmait Aristote, mais également un « animal mythique », et qu’il le demeure.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Le mythe politique moderne dans The Myth of the State
Une version amendée du Myth of the State ?
Les limites de l’analyse de Bottici
Épilogue

Aperçu du texte

Dans son ouvrage Die Philosophie der symbolischen Formen, Cassirer définit le mythe comme une narration qui émerge d’un travail de mimésis et se nourrit de métaphores. Il ne s’agit pas à ses yeux d’un récit infantile et illogique. Cassirer le considère au contraire, dans le sillage de la Scienza nuova de Giambattista Vico, comme une manière de maîtriser le monde et de produire du savoir. Ernst Blumenberg a salué en son temps cette valorisation d’un mythe qui pour Cassirer structure le monde en s’appuyant sur la distinction entre le sacré et le profane, tout en regrettant qu’il soit pour le philosophe de Hambourg une forme symbolique dépassée en modernité et non une narration qui ne passe pas.

Le mythe mimétique relève prioritairement pour Cassirer, en tant que Denk- et Lebensform, du domaine de l’expressivité ou de l’interpellation (Ausdruck), non de la description ou de la (re)présentation (Darstellung) ou bien de la signifiance (Bedeutung). Il s’agit d’une forme symbolique originai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Bizeul, « Le retour du mythe en modernité », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 37-48.

Référence électronique

Yves Bizeul, « Le retour du mythe en modernité », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/4283 ; DOI : 10.4000/ceg.4283

Haut de page

Auteur

Yves Bizeul

Université de Rostock, Institut für Politik- und Verwaltungswissenschaften

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals