Navigation – Plan du site
Autres scènes

Die Zauberflöte : tradition et reflets

Die Zauberflöte: Tradition und Abbilder
Die Zauberflöte: Tradition and reflections
Manuel Durand-Barthez
p. 171-184

Résumés

Plusieurs musicologues ont mis en évidence la symbolique associée à la composition de la Zauberflöte (1791). Le propos de cette contribution est différent. Il s’agit de décrypter le livret sous l’angle des emprunts faits à la civilisation égyptienne, à des sources copiées, altérées ou contrefaites, dans l’esprit du xviiiè siècle finissant, en Autriche en particulier. Autour d’Ignaz von Born, mentor de Mozart et Schikaneder, familier de Joseph II, se déploie un mouvement d’idées assorti de mythèmes, que le Journal für Freymaurer (publié dès 1784) décline en s’inspirant d’historiens classiques (Plutarque, Diodore de Sicile en particulier). Mais qui les interprète ? Quel public, avec quelle lecture ? Paradoxalement, le personnage de Papageno nous donnera en définitive certaines clés de décryptage ; l’homme-oiseau qui, au bout du compte, était plutôt sympathique aux yeux du compositeur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Hans Wurst et Mozart
L’Urbild égyptien
Le Journal für Freymaurer
La sous-jacence discrète du judéo-christianisme
Le personnage de Papageno
Utopie et miroirs

Aperçu du texte

Trahison, transmission, la tradition se ressource continûment. Elle marque la dramaturgie de la Zauberflöte en puisant ses origines dans plusieurs catégories d’actions réflexives. D’abord celle du modèle qui invoque un personnage du théâtre populaire, héritier des facéties médiévales : Hans Wurst, dont Papageno est un avatar. Ensuite la catégorie de l’imitation lorsque des rituels inspirés par la mythologie copient, avec la déformation du reflet et de l’interprétation, l’esprit et la gestuelle décrits chez les auteurs antiques. Nous nous attacherons à examiner comment ces rituels ont jalonné le chemin des rebelles ou des initiés ; ivresse ou sagesse répondent aux mêmes incantations et aux mêmes canons. Les individus semblent soumis à une prédestination fatale et canonique, les uns demeurent spirituellement écartelés et diminués à l’instar de l’oiseleur, prédateur captif de sa propre fonction, les autres ont vocation à s’élever, se pliant à un modèle conçu au royaume de l’Un. Cette d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Durand-Barthez, « Die Zauberflöte : tradition et reflets », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 171-184.

Référence électronique

Manuel Durand-Barthez, « Die Zauberflöte : tradition et reflets », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/431 ; DOI : 10.4000/ceg.431

Haut de page

Auteur

Manuel Durand-Barthez

Université Toulouse Jean-Jaurès, École nationale des chartes

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals