Navigation – Plan du site
Arts et littérature : une arme contre le nazisme et ses mythes ?

Carl Einstein und der Mythos

Carl Einstein et le mythe
Carl Einstein and the Myth
Klaus H. Kiefer
p. 95-108

Résumés

La mort de Dieu, proclamée par Nietzsche, provoque tout un complexe de réactions dans l’œuvre de Carl Einstein. Dans les Dilettantes du miracle et dans G.F.R.G., son scepticisme l’emporte sur l’espoir d’un Ersatz mythique qu’il revendique en même temps avec la plus grande insistance. Dans ce contexte, l’idée de communauté joue un rôle central, d’abord sous la forme du communisme, plus tard sous la forme anarcho-syndicaliste. Pourtant, sous l’influence de la Sculpture nègre, Einstein cherche aussi une solution esthétique au problème transcendantal, recherche qui parvient à son apogée avec la création postulée d’un mythe nouveau. Soumettant les cultures primitives à une analyse ethnologique, il croit pouvoir atteindre l’inconscient collectif de son public à l’aide de procédés surréalistes. En 1933, cet espoir est anéanti par un autre mythe, celui du Troisième Reich – « juif sans dieu », Einstein se réveille de ses rêves utopiques en exil. Dans Fabrication des fictions, il transforme son « Ethnologie du Blanc » en une critique idéologique radicale, incluant aussi sa propre position. Devant l’échec de sa quête spirituelle, et économiquement ruiné, Einstein s’engage dans la lutte antifasciste en Espagne, où il vit une nouvelle expérience communautaire aux côtés du légendaire Buonaventura Durutti.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Mythos und Information
Annäherungen an den Mythos
Gottes Tod, Satire und Politik
Primitive
Das Elementare und das Kollektiv
Die Fabrikation des Mythos
Mythos und Exil
Fazit

Aperçu du texte

Wie lange hab’ ich nicht am Wahn hinausgekehrt
Und nie wird’s rein, das ist doch unerhört!
(Goethe, Faust I, V. 4162f.)

Mythos und Information

Im Wesentlichen beruht Mythos auf Informationsdefiziten… Diese pointiert modernistische Ansicht ist insofern richtig, als Mythos und Logos seit der Antike (Plato) um ihre Vorherrschaft in der jeweiligen Weltanschauung ringen und ihre claims abstecken, und ohne Zweifel ist unser Erkenntnisziel heute der Information, dem Faktum verpflichtet. Wir wissen freilich auch, wie trügerisch über die Zeiten die Vernunft sein konnte (und sie ist es noch), während im Mythos der Irrtum keine bedeutsame Rolle spielt. Mythen halten sich als Moralspender von alters her und nicht zuletzt auch ihrer Ästhetizität wegen. Indes ist die Eingangsthese durchaus problematisch: schon mit dem Austritt der menschlichen Spezies aus dem Reiz/Reaktions-Muster der tierischen Kommunikation hat jedes Zeichen eine Bewährungsprobe zu bestehen. Im Prinzip ist es – situationsabstrakt, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Klaus H. Kiefer, « Carl Einstein und der Mythos », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 95-108.

Référence électronique

Klaus H. Kiefer, « Carl Einstein und der Mythos », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/4432 ; DOI : 10.4000/ceg.4432

Haut de page

Auteur

Klaus H. Kiefer

Ludwig-Maximilians-Universität München

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals