Navigation – Plan du site
Impossibles modèles

Satire, réalité et citation dans Les derniers jours de l’humanité (1919) et Troisième nuit de Walpurgis (1933) de Karl Kraus

Wenn die Realität die Satire einholt: Das Zitat in Die letzten Tage der Menschheit und Dritte Walpurgisnacht von Karl Kraus
When reality exceeds satire: quotation in The Last Days of Mankind and The Third Walpurgis Night by Karl Kraus
Hélène Florea
p. 187-200

Résumés

Cet article envisage les liens complexes entre la satire comme imitation et la réalité comme modèle. Processus imitationnel par excellence, la citation est la première arme satirique de Karl Kraus. Elle est toutefois plus qu’un mimétisme, car elle s’accompagne d’un processus de dévoilement, excédant la simple fidélité formelle : l’imitation de Kraus est le pire de l’original. Mais en 1933, le rapport s’inverse, et c’est la réalité qui semble s’aligner sur les hypothèses les plus apocalyptiques suggérées par la satire. Notre contribution propose successivement une description de la citation comme ressort satirique, une analyse de l’inimitabilité du discours national-socialiste, puis une relecture des Derniers jours de l’humanité (1922) à la lumière rétrospective du constat d’échec dressé par le satiriste dans Troisième nuit de Walpurgis (1933).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La satire du pire
Le national-socialisme et la production de satire en autarcie
Le nazisme comme réalisation de la satire apocalyptique
Conclusion

Aperçu du texte

Walter Benjamin a dit de Karl Kraus qu’il était un « génie mimétique ». « Il imite son partenaire », précise-t-il un peu plus loin, « pour appliquer le fer de sa haine dans les plus fins interstices de son attitude ». L’imitation, chez Kraus, passe par un art consommé de la citation, lui qui écrit en 1913 : « […] un ange m’est apparu et m’a dit : va, et cite-les. Alors je suis allé, et je les ai cités ». Les citations de la Fackel, pour Benjamin, sont « plus que des références justificatives : ce sont les accessoires au moyen desquels celui qui cite démasque tout en mimant ». L’imitation mimétique s’accompagne alors d’un processus de dévoilement, excédant le champ de la seule fidélité formelle.

Par bien des aspects, la citation s’impose comme la copie par excellence. Tout d’abord, parce qu’elle ressortit de l’imitation intrasémiotique, en ce sens qu’elle ne requiert pas le transfert d’un système de signes à un autre. Ensuite, parce qu’elle n’est ni plus ni moins que la « répétition d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Florea, « Satire, réalité et citation dans Les derniers jours de l’humanité (1919) et Troisième nuit de Walpurgis (1933) de Karl Kraus », Cahiers d’Études Germaniques, 72 | 2017, 187-200.

Référence électronique

Hélène Florea, « Satire, réalité et citation dans Les derniers jours de l’humanité (1919) et Troisième nuit de Walpurgis (1933) de Karl Kraus », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 72 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/448 ; DOI : 10.4000/ceg.448

Haut de page

Auteur

Hélène Florea

Université Paul‑Valéry Montpellier, CREG (EA 4151)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals