Navigation – Plan du site
Le patrimoine mythologique allemand en question

Fritz Lang in Hollywood

Das mythische Eigene und die Fremdheit des Mythos
Fritz Lang à Hollywood : familiarité et étrangeté du mythe
Fritz Lang in Hollywood: Familiarity and Strangeness of Myth
Stephanie Wodianka
p. 189-200

Résumés

Par son film Fury, œuvre d’exil qui se réfère à la réalité sociale de son pays d’accueil, Fritz Lang témoigne de son arrivée aux États-Unis. Au-delà de ce constat, l’article développe la thèse que Fury peut être interprété comme une nouvelle Complainte des Nibelungen : par de nombreuses références intermédiales à son célèbre film Die Nibelungen, Lang tisse en effet un lien entre Fury, film sur la fragilité du système de croyances (belief system) américain en péril, et l’esthétique cinématographique par laquelle il avait forgé dans Die Nibelungen une représentation du Moyen Âge en mettant l’accent non pas sur la familiarité, mais sur l’étrangeté de ce patrimoine culturel national. Fury met en évidence les dangers politiques des années 1930 qui résultent de l’aliénation et du détachement croissants des États-Unis de leurs mythes fondateurs et de leurs valeurs constitutives que sont la liberté, le progrès, l’American Dream, la civilisation et la Constitution. Ce film est conçu comme un avertissement devant les dangers d’une situation qui pourrait conduire à des évolutions proches de celles qui, dans l’Allemagne nazie, avaient contraint Fritz Lang à choisir l’exil.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Die Nibelungen: befremdlich-unvertraute Inszenierung des Eigenen als Exotisch-Anderes
Filmschaffen in Exil: Erwartungshaltungen und Selbstanspruch
The Fury: Roosevelts regular guy und die Zerbrechlichkeit demokratischer Ordnung
Der Gott aus der Maschine: die Kontrolle durch Medien und Gewissen
The Fury: Nibelungenklage der Moderne

Aperçu du texte

Die Nibelungen: befremdlich-unvertraute Inszenierung des Eigenen als Exotisch-Anderes

Fragt man nach dem Verhältnis Fritz Langs zum Mythos, so mag zunächst sein Filmschaffen vor seiner Emigration im Jahr 1939 in den Sinn kommen. Fritz Lang, 1890 in Wien geboren und 1976 in Kalifornien gestorben, schuf 1924 mit Die Nibelungen einen zweiteiligen Stummfilm, der den modernen Mythos Mittelalter erzählt. Der Film wurde mit Spannung vom Publikum erwartet, die Veröffentlichung des von Fritz Langs Ehefrau Thea von Harbou verfassten Nibelungenbuchs 1923 sowie Fritz Langs Pressebeiträge steigerten die mediale und öffentliche Erwartungshaltung auf das Werk, das den Mythos Mittelalter im zum Mythos verklärten Medium Film auf die Leinwände bringen sollte: „Er [der Film] hat uns das Reich des Zauberhaften erschlossen“, so schreibt Lang kurz vor der Premiere am 1. Januar 1924.

Es liegt über ihm etwas vom Mystischen der Schöpfung. Ein Wille sagt: Es werde! Und siehe da, es wird! Es wird durch das mod...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephanie Wodianka, « Fritz Lang in Hollywood », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 189-200.

Référence électronique

Stephanie Wodianka, « Fritz Lang in Hollywood », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/4793 ; DOI : 10.4000/ceg.4793

Haut de page

Auteur

Stephanie Wodianka

Universität Rostock

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals