Navigation – Plan du site
Mythe du voyage et de l'errance, paradigmes de l' exil

Entre Ulysse et Robinson

L’exode vu par Alfred Döblin (été 1940)
Döblins Schicksalsreise als moderne Odyssee und neue Robinsonade
Between Ulysses and Robinson: the Exodus Seen by Alfred Döblin (Summer 1940)
Françoise Knopper
p. 203-214

Résumés

Dans le livre Schicksalsreise (1949), Döblin décrit son expérience de l’exil entre le 16 mai 1940 et son retour en Allemagne en 1946. Ayant fait partie des civils évacués de Paris, il insiste particulièrement sur son exode (« Flucht ») à travers la France, Cahors, Mende, Toulouse, durant les mois de mai à septembre 1940, et sur la précarité matérielle qui l’incita à revenir au stade originel, au point d’un non-retour. La trame factuelle s’enrichit de méditations kierkegaardiennes. Une telle représentation de l’exode s’inscrit dans la tradition universelle de L’Odyssée et de Robinson Crusoe, en conserve les caractéristiques de la mobilité et de ses contraintes, elle remet néanmoins en question l’espoir du retour dans la patrie, qui est ici transposé sur un plan eschatologique. La portée supranationale du mythe de l’errance est ainsi paradoxalement mise en évidence par la réécriture que Döblin propose de ces deux textes canoniques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Sortie de l’Odyssée homérique
Odyssée biographique sur un mode kierkegaardien
Expériences d’un Robinson

Aperçu du texte

Alfred Döblin, médecin et célèbre romancier qui s’était réfugié dès 1933 à Paris, a relaté dans Schicksalsreise l’exode au cours duquel il traversa la France entre les mois de mai et de septembre 1940, avant de passer par l’Espagne et gagner Lisbonne. La trame factuelle de ce livre autobiographique ne se limite d’ailleurs pas à cette partie de l’exil car Döblin relate aussi son installation aux États-Unis puis son retour en Allemagne en 1946. Ce texte peut ainsi s’inscrire dans la longue liste de ces témoignages individuels qui font partie intégrante de l’historiographie des migrations, de ces relations d’exilés et de migrants qui continuent à être collectées et archivées. L’utilisation réfléchie et méthodique de ces écrits dits du for privé est dorénavant préconisée par beaucoup d’historiens et, corollairement, les théoriciens de la narratologie attirent l’attention sur les différences des traditions discursives et des logiques de la littérature et de l’histoire. Par ailleurs, les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Knopper, « Entre Ulysse et Robinson », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 203-214.

Référence électronique

Françoise Knopper, « Entre Ulysse et Robinson », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/4865 ; DOI : 10.4000/ceg.4865

Haut de page

Auteur

Françoise Knopper

Université Toulouse‑Jean Jaurès, CREG (EA 4151)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals