Navigation – Plan du site
Mythe du voyage et de l'errance, paradigmes de l' exil

La déconstruction du mythe orientaliste dans Voyage babylonien d’Alfred Döblin

Die Dekonstruktion des orientalischen Mythos in Babylonische Wandrung von Alfred Döblin
The Deconstruction of the Oriental Myth in Alfred Döblin’s Babylonian Wandering 
Michel Vanoosthuyse
p. 215-222

Résumés

Voyage babylonien, paru à Amsterdam en 1934, est le premier roman d’Alfred Döblin écrit pour partie et publié en exil. Il est ici interprété comme le renversement ironique du mythe oriental et de la littérature et science orientalistes qui le propagèrent tout au long des xixe et xxe siècles. Le roman dévoile les réalités triviales et cruelles sur lesquelles le mythe repose. Ce dévoilement évolue au cours de la narration du burlesque au tragique, à mesure que l’auteur vit l’exil comme plus irrévocable de jour en jour. On voit apparaître alors des personnages de l’Orient biblique qui figurent les faibles et les vaincus de l’Histoire. Par là se dessine une évolution qu’Amazonas et Novembre 1918 traiteront littérairement, annonçant la conversion de 1941.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2020.

Plan

I
II
III

Aperçu du texte

I

Dans ses essais théoriques, Döblin a toujours mis en avant la dimension cognitive du roman et soumis son esthétique romanesque à cette dimension. Baptisé « œuvre d’art épique », le roman est pour lui « une manière de penser » (« eine Art Denken »), associée à des « milliers de péripéties », et l’auteur, dit-il, est une « espèce particulière de savant ». Quel est l’objet que le roman, selon Döblin, doit penser ? Cet objet est le moment d’histoire où le texte s’écrit et la manière pour l’individu d’affronter cette histoire. Que doit-il proposer ? Des possibilités de réponse aux questions que la situation historique, politique, sociale, morale, pose à l’individu, et pour commencer à l’auteur. On peut donc préciser que le roman est pour Döblin une manière de penser l’histoire et de se penser dans l’histoire. Cela vaut pour les premières grandes « œuvres épiques », comme Wang lun (1914) et Wallenstein (1920) cela vaut naturellement pour Berlin Alexanderplatz (1929), pour November 1918 (...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Vanoosthuyse, « La déconstruction du mythe orientaliste dans Voyage babylonien d’Alfred Döblin », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 215-222.

Référence électronique

Michel Vanoosthuyse, « La déconstruction du mythe orientaliste dans Voyage babylonien d’Alfred Döblin », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 02 juillet 2020, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/4924 ; DOI : 10.4000/ceg.4924

Haut de page

Auteur

Michel Vanoosthuyse

Université Paul-Valéry Montpellier 3, CREG (EA 4151)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals