Navigation – Plan du site
L'opposition politique en allemagne : mythe et réalité

Die erste Kaiserin

Ein Mythos zum ‚geistigen Zusammenhalt‘ der Frauenbewegung
Le mythe de la première impératrice, ou comment perpétuer l’héritage féministe sous le IIIReich
The First Empress - a Myth on the ‘Spiritual Cohesion’ of the Women’s Movement
Christina Stange-Fayos
p. 251-264

Résumés

Lorsque la ligue féministe allemande se dissout en 1933, son éminence grise, Gertrud Bäumer (1873‑1954) resta relativement sereine. À son avis, la destruction des structures associatives ne pouvait atteindre le mouvement d’émancipation au cœur, et il fallait désormais cultiver son héritage en perpétuant ses valeurs. Cette féministe engagée, députée du parti libéral, déléguée à la SDN, est évincée de la sphère publique en 1933. Elle met à profit le temps dont elle dispose désormais pour des voyages d’études, des travaux historiques et l’écriture de romans. Depuis son limogeage, elle se compte elle-même comme faisant partie de l’émigration intérieure. En 1936, elle publia son opus magnum, Adelaïde mère des royaumes, qui connut un large succès auprès du public et ce, encore après la guerre. Adélaïde (931-999) fut reine de Germanie puis impératrice du Saint-Empire. Elle fut canonisée par le pape Urbain II en 1097. À l’instar des premiers biographes, Gertrud Bäumer la décrit comme une femme politique extrêmement active et influente. C’est pourquoi le présent article défend la thèse selon laquelle l’auteure réactive et utilise ce mythe pour dénoncer l’éviction des femmes de la vie publique et des affaires de l’État.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Aperçu du texte

Der Bund Deutscher Frauen (BDF) vor, indem er sich am 15. Mai 1933 selbst auflöste. Dies bedeutete das Ende der ersten deutschen Frauenbewegung, die sich seit den 1870er Jahren reichsweit organisiert hatte und auf große Erfolge verweisen konnte – nicht zuletzt auf das 1918 erlangte Frauenwahlrecht.

Dieses Wahlrecht war aktiv und passiv, so dass viele Persönlichkeiten des BDF in der Weimarer Republik zu Reichstagsabgeordneten avancierten. So z.B. die langjährige Vorsitzende des Bundes, Gertrud Bäumer (1873 – 1954), die 1919 in die verfassunggebende Versammlung, dann in den Reichstag gewählt wurde (DDP). 1920 wurde Gertrud Bäumer als Ministerialrätin in das Reichsinnenministerium berufen, daneben war sie von 1926 bis 1933 Delegierte der Reichsregierung beim Völkerbund in Genf.

Der Nationalsozialismus hatte nie einen Hehl aus seiner Abneigung gegenüber Frauen in der Politik gemacht. So konnten sie zwar Mitglied der NSDAP werden, jedoch keine parteiinternen Funktionen einnehmen. Frauen ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Stange-Fayos, « Die erste Kaiserin », Cahiers d’Études Germaniques, 76 | 2019, 251-264.

Référence électronique

Christina Stange-Fayos, « Die erste Kaiserin », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ceg/5060 ; DOI : 10.4000/ceg.5060

Haut de page

Auteur

Christina Stange-Fayos

Université Toulouse‑Jean Jaurès, CREG (EA 4151)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals