Navigation – Plan du site
Première partie

Synchronie affective en Arcadie. L’épistolarité sentimentale du cénacle de l’écrivain Jean Paul

„Simultanliebe“ in „Schäfersekunden“. Liebesbriefkultur im Jean Paul-Kreis
Simultanliebe” in “Schäfersekunden”. Letter-writing circle as laboratory of emotions
Jörg Paulus
Traduction de Françoise Knopper
p. 19-36

Résumés

Johann Paul Friedrich Richter, qui choisit « Jean Paul » comme nom de plume en signe de son admiration pour Rousseau, fut non seulement l’un des auteurs majeurs de la scène littéraire autour de 1800 mais aussi un novateur en matière d’art épistolaire et il a ouvert la voie aux épistoliers du xixe siècle. Pour ses œuvres comme pour sa correspondance, il fut décisif qu’il ait vécu en marge, loin des cours et des grandes villes. Son cercle d’amis en Franconie lui servit de laboratoire pour s’exercer à transférer ses sentiments, à passer du monde des idées à celui de son vécu et inversement. Le souhait d’une synchronie sentimentale s’exprimant sans relâche grâce à la circulation des lettres et des écrits s’accompagnait d’une grande confiance dans le pouvoir de l’imagination : la présence virtuelle du destinataire était ici si forte que le discours se chargeait de sensualité sans pour autant transgresser les frontières de relations platoniques filtrées par le protestantisme. Étant donné le succès croissant de Jean Paul, ce système de liens sentimentaux propres à la sociabilité provinciale s’est transformé en un modèle de discours épistolaire dont les enjeux deviendraient anthropologiques, métaphysiques, voire politiques et égalitaires.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

I
II
III
IV
V

Aperçu du texte

I

S’adressant à Theodor Christian Ellrodt (1767-1804), journaliste à Bayreuth, Jean Paul écrit le 23 février 1796 :

Meine Komizialferien werden von Terzienuhren gemessen: ich mus der Zeit die Schäfersekunden zu Briefen, d.h. zu Freuden eilig entreissen.

L’allusion à deux registres temporels fait partie des usages rhétoriques du genre épistolaire autour de 1800. D’un côté, il y a la temporalité « qui dévore » et qui ampute l’individu d’une part du temps qui lui est imparti pour vivre ; selon Jean Paul, c’est la temporalité de la conversation et, dans le prolongement des théories antiques, du discours épistolaire. D’un autre côté, il y a l’instant de plénitude, le temps qu’on pourrait dire immobile, celui que l’individu réussit à soustraire au temps qui passe, comme si, par le biais d’une illumination mystique, l’éternité se laissait entrevoir. Cette tradition se perpétuera dans les correspondances des auteurs romantiques. Mais Jean Paul s’en sert pour la dépasser, et ce grâce à ses mé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jörg Paulus, « Synchronie affective en Arcadie. L’épistolarité sentimentale du cénacle de l’écrivain Jean Paul », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 19-36.

Référence électronique

Jörg Paulus, « Synchronie affective en Arcadie. L’épistolarité sentimentale du cénacle de l’écrivain Jean Paul », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/523 ; DOI : 10.4000/ceg.523

Haut de page

Auteur

Jörg Paulus

Technische Universität Braunschweig

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals