Navigation – Plan du site
Première partie

Les Lettres d’Italie du peintre nazaréen Julius Schnorr von Carolsfeld. Naissance et affirmation d’une identité artistique

Die Briefe aus Italien des nazarenischen Malers Julius Schnorr von Carolsfeld. Entstehung und Behauptung einer ästhetischen Identität
Nazarene Painter Julius Schnorr von Carolsfeld’s Letters from Italy (Briefe aus Italien). Birth and Rise of an Artistic Identity
Patricia Viallet
p. 49-64

Résumés

Écrites entre 1817 et 1827, les Lettres d’Italie de Julius Schnorr von Carolsfeld ont pour principal destinataire le père de l’artiste, lui-même peintre de son état et surtout directeur de l’académie des Beaux-Arts de Leipzig de 1814 à 1841. On comprend alors aisément comment cette volumineuse correspondance, éditée en 1885 par le propre fils du peintre, oscille en permanence entre les deux pôles constitutifs d’un « art de la civilité épistolaire », le privé et le public ou – pour reprendre la terminologie utilisée par deux investigateurs de l’écriture « ordinaire », les historiens Roger Chartier et Jean Hébrard – le « secret » et le « réseau », en une forme de tension que l’on retrouve même dans le journal de bord tenu en parallèle par le « peintre-épistolier ». Au-delà de la dimension sociale qui leur est naturellement inhérente comme à toute forme d’échange, c’est à une finalité communicative qu’obéissent avant tout ces Lettres d’Italie, en lien étroit avec le contexte dans lequel elles s’inscrivent : en elles est affirmée et revendiquée une autorité grandissante en matière de peinture religieuse, allant étonnamment de pair avec un gain d’assurance en matière d’écriture épistolaire – le peintre, plus habitué au pinceau qu’à la plume, finirait-il par se prendre au jeu de la correspondance ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

La famille Schnorr von Carolsfeld et son « réseau »
Entre public et privé, « réseau » et « secret » : les (en)jeux de la correspondance
La plume et le pinceau : un même combat ?

Aperçu du texte

Pour Roger Chartier et Jean Hébrard, contributeurs à un volume collectif portant sur La correspondance [et les] usages de la lettre au xixe siècle, l’étude de ce qu’ils nomment, en lien avec la nature du corpus présenté (un ensemble de lettres collectées dans le cadre de la grande enquête postale de 1847), des correspondances « ordinaires » permettrait de cerner « deux réalités fondamentales du long xixe siècle ». La première, d’ordre social, renvoie aux liens que les échanges épistolaires permettent de tisser et de maintenir entre les membres d’une même parentèle dans une situation d’éloignement ; la seconde, relevant de l’intime, correspond à la relation privilégiée qu’entretient le “je” avec son destinataire (l’être aimé notamment), lorsque la lettre se fait aveu et / ou confession subjective. Soit deux « notions majeures » que les deux historiens placent au centre de leur réflexion sur la pratique épistolaire comme nouvelle conception et expression du lien social, le « réseau » ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Viallet, « Les Lettres d’Italie du peintre nazaréen Julius Schnorr von Carolsfeld. Naissance et affirmation d’une identité artistique », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 49-64.

Référence électronique

Patricia Viallet, « Les Lettres d’Italie du peintre nazaréen Julius Schnorr von Carolsfeld. Naissance et affirmation d’une identité artistique », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/559 ; DOI : 10.4000/ceg.559

Haut de page

Auteur

Patricia Viallet

Université Jean‑Monnet, Saint-Étienne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals