Navigation – Plan du site
Première partie

La correspondance de la « Jeune Bohême » (1837‑1848). Identités politiques et nationales en construction

Der Briefwechsel des „Jungen Böhmen“ (1837‑1848). Politische und nationale Identitäten im Entstehen
The Correspondence of the “Young Bohemia” (1837‑1848). Political and national identities in construction
Hélène Leclerc
p. 65-76

Résumés

En se concentrant plus particulièrement sur la correspondance de trois jeunes écrivains de langue allemande originaires de Bohême échangée pendant le Vormärz – Moritz Hartmann, Alfred Meißner et Heinrich Landesmann – et en tâchant de cerner les contours d’une « Jeune Bohême » par rapport à la Jeune Allemagne, l’article examine comment, dans le dialogue épistolaire, qui, dans un contexte de censure omniprésente, semble ouvrir des espaces de relative liberté, s’élabore une conscience politique et sociale et se définit progressivement une identité allemande. Il analyse comment la correspondance se fait l’instrument d’une construction individuelle (naissance d’une vocation littéraire) et collective (conscience d’appartenir à un groupe, une génération, de poètes, d’opposants au régime autrichien, à la censure et à la vieille garde littéraire, et enfin d’Allemands en Bohême), alors que les possibilités de mettre concrètement en œuvre cette conscience politique sont encore très limitées et ne se présenteront pour ces auteurs qu’au moment de la révolution de 1848.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

L’interaction privé/public en contexte de censure
La correspondance comme instrument de construction individuelle et collective
La problématique politique et nationale

Aperçu du texte

En lien avec le mouvement de la « Jeune Europe », lancé le 15 avril 1834 par l’Italien Mazzini, on a pu identifier, à l’instar de l’historien Eduard Winter, une « Jeune Italie », une « Jeune Autriche », une « Jeune Bohême », voire un « Jeune Tyrol ». La « Jeune Autriche », « mouvement politico-littéraire », tel que le présente Madeleine Rietra, n’était pas un groupe organisé. Du reste, cela n’aurait pas été possible du fait de l’absence de liberté d’association et en raison du contrôle exercé par l’État à cette époque ; ce groupe ne se constitua pas non plus officiellement. Ce mouvement était plutôt, ainsi que l’a décrit l’écrivain et publiciste autrichien originaire de Bohême Ludwig August Frankl dans son autobiographie publiée en 1910, celui d’une génération « courageuse et pleine d’imagination, peu soucieuse de son propre avenir », qui quitta l’Autriche non d’abord pour des raisons politiques, mais afin de pouvoir écrire et publier à peu près librement, ce qui était impossible da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Leclerc, « La correspondance de la « Jeune Bohême » (1837‑1848). Identités politiques et nationales en construction », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 65-76.

Référence électronique

Hélène Leclerc, « La correspondance de la « Jeune Bohême » (1837‑1848). Identités politiques et nationales en construction », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/576 ; DOI : 10.4000/ceg.576

Haut de page

Auteur

Hélène Leclerc

Université Toulouse Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals