Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Comment tromper la censure. Correspondance 1915-1916 de Jules et Marie-Louise Puech

Wie man die Zensur umgehen konnte. Briefverkehr zwischen Jules und Marie-Louise Puech (1915-1916)
Censorship and Correspondence 1915-1916 between Jules and Marie-Louise Puech
Rémy Cazals
p. 151-157

Résumés

Pendant la première guerre mondiale en France, la censure fut omniprésente, particulièrement sur la presse et sur le courrier des soldats. Dans ses lettres, Marie-Louise Puech racontait à son mari qui se trouvait dans les tranchées de Verdun et de la Somme les difficultés qu’elle avait avec les censeurs pour faire paraitre la revue La Paix par le Droit. Lorsqu’il voulait exprimer ses critiques sur la vie militaire ou donner à sa femme des informations interdites, Jules Puech demandait à un camarade permissionnaire d’envoyer ses lettres par la poste civile. Il utilisait aussi divers codages : pseudonymes, périphrases compréhensibles seulement par sa femme, acrostiches. La correspondance du couple constitue un bon catalogue des moyens employés.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Une censure omniprésente pendant la guerre
Contourner la censure
Tromper la censure par des codages

Aperçu du texte

Ce texte bref n’est pas écrit par un germaniste ; les personnages cités ne sont pas des Allemands, mais Jules Puech s’est trouvé à Verdun en 1915 et 1916 à quelques centaines, voire à quelques dizaines de mètres des Allemands qu’il ne désigne jamais du nom de « Boches ». S’il prend place dans la problématique « La lettre entre espace intime et sphère publique », c’est que la correspondance entre mari et femme fait évidemment partie de l’espace intime, et que la sphère publique intervient ici par le moyen de la censure.

Jules Puech (1879-1957) et son épouse Marie-Louise Puech-Milhau (1876‑1966) étaient tous deux issus de la bourgeoisie industrielle protestante du sud du Tarn. Ayant eu dans son enfance une gouvernante allemande, puis ayant rempli les mêmes fonctions dans une famille anglaise, avant d’enseigner pendant huit ans à l’université anglophone McGill au Canada, Marie-Louise était trilingue. Jules, docteur en droit en 1907, avait obtenu le poste de secrétaire général de la Soci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Cazals, « Comment tromper la censure. Correspondance 1915-1916 de Jules et Marie-Louise Puech », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 151-157.

Référence électronique

Rémy Cazals, « Comment tromper la censure. Correspondance 1915-1916 de Jules et Marie-Louise Puech », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/672 ; DOI : 10.4000/ceg.672

Haut de page

Auteur

Rémy Cazals

Université Toulouse Jean‑Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals