Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Franz Kafka « champion d’une épistolarité désenchantée » ?

Épistolaire et altérité chez Kafka
Franz Kafka, ein „Meister des entzauberten Briefes“?
Franz Kafka’s correspondence: ambiguous relationship with otherness
Florence Bancaud
p. 171-182

Résumés

La correspondance de Kafka noue un rapport ambigu à l’altérité : s’il écrit pour maintenir le contact avec autrui, c’est parfois aussi pour le maintenir à distance (dans la correspondance amoureuse notamment), voire pour le neutraliser et tenter d’échapper à sa loi comme dans la Lettre au père. Mais si l’échange épistolaire lui permet de faire éclater sa voix singulière, voire lui garantit paradoxalement la solitude propice à la création, il constitue aussi souvent un des modes privilégiés de diffusion de ses valeurs et de dialogue avec autrui qui lui permet, en poursuivant une quête identitaire constante, d’initier la lutte contre le principe d’autorité familiale, despotique et bureaucratique qui traverse et structure tout son œuvre.

Haut de page

Note(s) de l’auteur

(Note 1) « Champion d’une épistolarité désenchantée » : Brigitte Diaz, L’épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF (coll. « Écriture »), 2002, p. 18.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

L’épistolaire comme mise à distance de l’altérité féminine
L’épistolaire comme accès à soi-même par le dialogue avec autrui
L’épistolaire comme mise en échec de la loi du père et de ses représentants
L’épistolaire comme vecteur de valeurs universelles

Aperçu du texte

Toute lettre constitue un objet sémiotique singulier qui tisse une relation particulière avec autrui ; si la communication orale « a lieu en situation partagée », présente un caractère improvisé et implique à la fois allocution à un destinataire précis, interlocution entre émetteur et récepteur et interaction des différents protagonistes, la communication épistolaire utilise, elle, le canal écrit, excluant les indicateurs et « signes mimo-gestuels » ; elle se caractérise par son caractère prémédité et le fait qu’elle se déroule en « situation non partagée », dans un cadre spatio-temporel distinct pour l’émetteur et le récepteur, mais afin de combler la distance entre ces derniers. Elle en produit ainsi, malgré sa nature fondamentalement monologale, un « effet de présence » et sinon une véritable interaction, du moins une interpellation d’autrui via la salutation, les formules appellatives, les interrogations sur la santé, les sentiments, ou encore via les remerciements, reproches, e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Bancaud, « Franz Kafka « champion d’une épistolarité désenchantée » ? », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 171-182.

Référence électronique

Florence Bancaud, « Franz Kafka « champion d’une épistolarité désenchantée » ? », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/698 ; DOI : 10.4000/ceg.698

Haut de page

Auteur

Florence Bancaud

Aix-Marseille Université, ECHANGES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals