Navigation – Plan du site

La bourgeoisie berlinoise et les premières œuvres impressionnistes de la Galerie nationale du temps de l’Empire : un mécénat « juif » ?

Die Berliner Bourgeoisie und die ersten impressionistischen Werke der Nationalgalerie im Deutschen Kaiserreich – Ein „jüdisches“ Mäzenatentum?
The Berlin Bourgeoisie and the First Impressionist Works of the National Gallery in the German Empire – A ‘Jewish’ Patronage ?
Johanna Heinen
p. 75-91

Résumés

En 1896, la Galerie nationale de Berlin fut le premier musée d’une métropole européenne, avant même Paris, à acquérir des œuvres d’impressionnistes français. Son directeur, Hugo von Tschudi, défia ainsi jusqu’à sa démission en 1909 la doctrine artistique de l’empereur Guillaume II, faisant également fi de l’« inimitié héréditaire » franco-allemande. Les motivations des mécènes qui financèrent l’acquisition de ces œuvres, mais aussi l’identité de certains d’entre eux, étaient jusqu’ici restées largement inexplorées. L’étude interdisciplinaire de Johanna Heinen présente de nouvelles perspectives sur la promotion de l’art au sein de la bourgeoisie berlinoise. L’auteure déconstruit ainsi d’anciens modèles d’explication, qui avaient recours aux origines juives des mécènes et à une opposition politique de principe de la part de la bourgeoisie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2021.

Plan

L’identité des mécènes
Cadre, mécanismes et signification du mécénat à Berlin à l’ère wilhelmienne
Affront politique et antisémitisme ? Les liens entre les mécènes et le régime prussien
Conclusion et perspectives

Aperçu du texte

Il existe de nombreuses publications sur Hugo von Tschudi, l’ancien directeur de la Galerie nationale de Berlin, qui défia la doctrine artistique de l’empereur Guillaume II, en achetant dès 1896 des œuvres d’art avant-gardistes, provenant de surcroît de l’ennemie jurée : la France. Jusqu’à la fin de son mandat en 1909, qui s’acheva par une démission “forcée”, Tschudi réussit à pourvoir le musée d’une impressionnante collection de chefs-d’œuvre, parmi lesquels des Courbet, Manet, Millet, Daubigny, Fantin-Latour, Monet, Renoir, Cézanne, Sisley, Pissarro, Vuillard, Bourdelle, Rodin et Maillol. La Galerie nationale joua ainsi un rôle de précurseur dans l’institutionnalisation de l’art moderne français, surtout de l’impressionnisme, en Allemagne, mais aussi en France. Mais qui étaient les mécènes prêts à soutenir ces achats audacieux et quelles étaient leurs motivations ? De nombreuses publications sur l’art moderne à Berlin sous Guillaume II constatent une « surreprésentation juive » pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johanna Heinen, « La bourgeoisie berlinoise et les premières œuvres impressionnistes de la Galerie nationale du temps de l’Empire : un mécénat « juif » ? »Cahiers d’Études Germaniques, 77 | 2019, 75-91.

Référence électronique

Johanna Heinen, « La bourgeoisie berlinoise et les premières œuvres impressionnistes de la Galerie nationale du temps de l’Empire : un mécénat « juif » ? »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 77 | 2019, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceg/7070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.7070

Haut de page

Auteur

Johanna Heinen

École des hautes études en sciences sociales, Paris / Freie Universität Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals