Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Der Offene Brief im Spiegel privater Exilkorrespondenz

Le genre de la lettre ouverte au cœur de débats épistolaires entre exilés
Open Letter and private correspondences in the Parisian circles of exiles
Anne Katrin Lorenz
p. 183-194

Résumés

En juillet 1934 Joseph Breitbach, dans une lettre ouverte à Klaus Mann, défendit son idée d’une littérature contemporaine « proprement allemande », qu’il avait formulé six semaines auparavant dans La Revue hebdomadaire à l’intention du lectorat français. Les œuvres littéraires citées par Breitbach comprenaient également des ouvrages rédigés par des figures de proue de la littérature louée par le régime nazi tels que Hans Grimm et Hermann Stehr, ce qui suscita des remous parmi les cercles d’exilés parisiens et amena Klaus Mann à publier une réplique dans le Neue Tage-Buch. Cette joute publique s’accompagna d’un échange épistolaire dans lequel Breitbach ne se contenta pas d’étoffer son point de vue mais dans lequel il se mit en scène comme incarnation d’un discours de vérité au rebours du rôle de provocateur public de Klaus Mann. Cette correspondance illustre l’interdépendance entre le discours privé et le discours public et permet de comprendre la manière dont des lettres ouvertes peuvent être préparées et commentées à l’abri de l’opinion publique, ainsi que les mécanismes rhétoriques opérant dans cette relation réciproque.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Aperçu du texte

Lieber Josef – danke für deinen Brief. Er hat, um das nur gleich zu sagen, einen wesentlich anderen Ton, als dein Artikel. Deshalb kann ich auf den Brief auch privat antworten; auf den Artikel hin dir privat zu schreiben, fand ich wirklich die Möglichkeit nicht.

Mit diesen Zeilen beginnt Klaus Mann im Juni 1934 einen Brief an Joseph Breitbach, an einen seiner deutschen Kollegen, der ebenfalls bereits zu dieser Zeit im französischen Exil lebt. Ungeachtet der inhaltlichen Bedeutung des genannten Artikels signalisiert der Briefanfang, dass hier eindeutig unterschieden wird zwischen der Ansprache eines persönlich adressierten Privatbriefs und der eines öffentlich abgedruckten Zeitschriftenartikels. Als Grund für die klare Trennung führt Klaus Mann die unterschiedliche Form an, „den anderen Ton“, der den persönlichen Brief als eigene Textsorte kennzeichnet, ihn von einer öffentlichen Wirkungsweise abgrenzt und auch erst die Möglichkeit eröffnet, formal adäquat zu antworten. Eine Vermischu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Katrin Lorenz, « Der Offene Brief im Spiegel privater Exilkorrespondenz », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 183-194.

Référence électronique

Anne Katrin Lorenz, « Der Offene Brief im Spiegel privater Exilkorrespondenz », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/711 ; DOI : 10.4000/ceg.711

Haut de page

Auteur

Anne Katrin Lorenz

Deutsches Literaturarchiv Marbach

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals