Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Les correspondances à l’épreuve du temps. Walter Benjamin, collectionneur de lettres

Briefwechsel auf der Probe der Zeit. Walter Benjamin als Briefsammler
Correspondences in the process of time. Walter Benjamin as a letter collector
Sonia Goldblum
p. 195-207

Résumés

L’objectif du présent article est de livrer une analyse de l’anthologie de lettres, intitulée Deutsche Menschen, éditée et commentée par Walter Benjamin. Ce livre paru sous pseudonyme en 1936 rend compte de la pratique épistolaire germanophone au xixe siècle. L’objectif de l’analyse est d’abord de montrer comment Benjamin élabore un fondement théorique pour la lecture de ces lettres, qui est notamment développé dans la lettre à Ernst Schoen du 19 septembre 1919. Ensuite, après avoir reconstruit rapidement le contexte dans lequel se constitue le projet Deutsche Menschen, on s’intéressera à la forme particulière que prend la temporalité dans la conception benjaminienne de la lecture de lettres. Enfin, dans un dernier temps, on montrera comment le télescopage temporel mis au jour par cette anthologie s’accompagne d’un croisement des voix qui livre un message discret concernant la situation de Benjamin dans les années 1930 et plus généralement sur la situation en Europe à cette époque.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

Une lecture après coup
Deutsche Menschen, retour sur la naissance d’un livre
Croisement des voix et de la temporalité dans Deutsche Menschen
Remarques conclusives

Aperçu du texte

Aborder l’œuvre de Walter Benjamin sous l’angle de la correspondance permet d’embrasser deux pans importants de son œuvre. Son activité épistolaire doit, d’une part, être comprise comme un laboratoire de la pensée. De fait, ses propres lettres offrent une entrée privilégiée dans sa production théorique. Il est un fervent épistolier, si bien que sa correspondance occupe six tomes, ces derniers ayant été publiés aux éditions Suhrkamp. D’autre part, son rapport à la lettre est aussi celui d’un collectionneur qui sauve les correspondances des siècles passés, non seulement parce qu’elles constituent un document précieux, mais aussi parce que Benjamin accorde un poids privilégié à la lecture après-coup, en quelque sorte « seconde », des correspondances, comme il l’évoque dans la lettre à Ernst Schoen du 19 septembre 1919. C’est avant tout un rapport particulier à la temporalité et à l’histoire qui se dégage de cette lettre, laquelle semble à bien des égards programmatique et représentativ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Goldblum, « Les correspondances à l’épreuve du temps. Walter Benjamin, collectionneur de lettres », Cahiers d’Études Germaniques, 71 | 2016, 195-207.

Référence électronique

Sonia Goldblum, « Les correspondances à l’épreuve du temps. Walter Benjamin, collectionneur de lettres », Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 71 | 2016, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ceg/728 ; DOI : 10.4000/ceg.728

Haut de page

Auteur

Sonia Goldblum

Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals