Navigation – Plan du site

La Renaissance culturelle juive

La rencontre entre Juifs allemands et Juifs d’Europe de l’Est comme facteur déterminant
Die jüdische Kulturrenaissance und die Begegnung zwischen deutschen Juden und Ostjuden
The Renaissance of Jewish Culture: the Encounter between German Jews and East European Jews
Delphine Bechtel
p. 121-133

Résumés

À la fin du xixe siècle, les Juifs d’Allemagne et d’Autriche pouvaient jeter un regard rétrospectif sur leur réussite depuis les débuts de l’émancipation : l’égalité juridique avait été acquise, leur intégration économique et sociale était parachevée. La réforme religieuse avait abouti à une adaptation des anciens rites à la religiosité de la société environnante. Pourtant, au tournant du siècle, une Renaissance sans précédent se produisit, qui bouleversa de manière radicale l’identité, l’auto-perception et la production culturelle juive allemande, amenant ainsi une effervescence inédite dans la littérature, les arts, la culture et la pensée juives. Cette « Renaissance juive », qui procède d’une dissimilation, apparut en réaction à l’antisémitisme et elle fut initiée par les tenants du sionisme culturel. Mais elle n’aurait pas pu advenir sans un renouvellement inattendu des contacts entre Juifs germanophones et Juifs d’Europe de l’Est : c’est ce que cet article entend montrer.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2021.

Plan

Le sionisme culturel et le yiddishisme : la Renaissance culturelle d’Est en Ouest
La Grande Guerre et la région Ober-Ost comme tournant
Les déclinaisons de la Renaissance culturelle juive en Allemagne 

Aperçu du texte

À la fin du XIXe siècle, les Juifs d’Allemagne et d’Autriche pouvaient jeter un regard rétrospectif sur leur réussite depuis les débuts de l’émancipation : l’égalité juridique avait été définitivement acquise, avec la création de l’Empire ou avec le Compromis austro-hongrois de 1867 en Autriche. Leur intégration économique et sociale était parachevée : s’il y avait eu 80 % de Juifs vivant en dessous du seuil de pauvreté en 1780, cent ans après, 80 % en revanche se rattachaient aux classes moyennes et à la bourgeoisie. La réforme religieuse avait abouti à une adaptation des anciens rites à la religiosité de la société environnante : la plupart des communautés s’étaient ralliées au judaïsme libéral, les fidèles priaient et écoutaient les sermons en allemand dans des synagogues dont l’architecture s’inspirait de celle des églises, munies d’orgues et de chorales. D’ailleurs, ils ne fréquentaient que peu le « Temple », tant la sécularisation avait progressé : ils se désignaient ironiquem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Bechtel, « La Renaissance culturelle juive »Cahiers d’Études Germaniques, 77 | 2019, 121-133.

Référence électronique

Delphine Bechtel, « La Renaissance culturelle juive »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 77 | 2019, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceg/7334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.7334

Haut de page

Auteur

Delphine Bechtel

Sorbonne Université / CIRCE (UMR 8224)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals