Navigation – Plan du site

Le sionisme comme fait de civilisation allemande

Zionismus als Bestandteil deutscher Geschichte und Kultur
Zionism and German Culture
Olivier BAISEZ
p. 159-170

Résumés

Le présent article propose une analyse du sionisme comme fait de civilisation allemande, c’est-à-dire comme mouvement politique déterminé par le contexte allemand dans lequel il s’est inséré au moment de son organisation, au tournant du XXe siècle. Trois exemples structurent le propos, qui sont autant de modalités du sionisme allemand. La carrière du botaniste Otto Warburg, d’abord, illustre la manière dont la science appliquée fut mise au service de projets de colonisation. Le livre Der Untergang der deutschen Juden, ensuite, publié par le médecin Felix Theilhaber, montre l’insertion intellectuelle du sionisme dans les discours scientifiques contemporains sur les pathologies du corps social. La revue Der Jude, enfin, dont le philosophe Martin Buber fut le principal éditeur, a été à partir de 1916 l’un des principaux forums où furent débattues les questions essentielles de l’identité juive et du sens à donner à l’implantation sioniste en Palestine.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2021.

Plan

Introduction
Otto Warburg, ou : de la noix de muscade à la présidence de l’Organisation sioniste mondiale
Der Untergang der deutschen Juden de Felix Theilhaber, ou : l’assimilation comme évaporation
La revue Der Jude, ou : le grand écart permanent entre l’universel et le particulier
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet article s’articule autour de trois exemples qui illustrent, sinon démontrent, le profond ancrage du sionisme dans un contexte allemand, et justifient qu’on en traite comme d’un objet de la « civilisation allemande » à part entière. Par fait de civilisation allemande, j’entends un phénomène social, politique et culturel dont l’inscription dans un environnement social, politique et culturel allemand lui est pour ainsi dire consubstantielle.

Dans le cas du sionisme, qui se présente comme une expression du sentiment national juif et prétend offrir une solution à la « question juive », une telle affirmation a de quoi surprendre au premier abord. Or, la manière de concevoir le programme du sionisme, ses objectifs et ses méthodes, a été déterminée par le contexte allemand. Le « sionisme allemand » n’est pas seulement le sionisme germanophone, l’allemand étant jusqu’en 1911 (date du Xe congrès, le premier à débattre majoritairement en hébreu) la lingua franca ou langue véhic...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier BAISEZ, « Le sionisme comme fait de civilisation allemande »Cahiers d’Études Germaniques, 77 | 2019, 159-170.

Référence électronique

Olivier BAISEZ, « Le sionisme comme fait de civilisation allemande »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 77 | 2019, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceg/7568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.7568

Haut de page

Auteur

Olivier BAISEZ

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis / « Les mondes allemands » (EA 1577)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals