Navigation – Plan du site

Les femmes juives dans le premier mouvement féministe allemand (1865-1933)

La question de l’identité et de la différence au féminin
Jüdische Frauen in der ersten deutschen Frauenbewegung (1865-1933) – weibliche Identität und Differenz
Jewish Women in the First German Women’s Movement (1865-1933): The Question of Identity vs. Difference
Anne-Laure Briatte
p. 185-197

Résumés

Très nombreuses à être engagées dans le premier mouvement féministe allemand, les femmes juives n’en étaient pas moins confrontées à un dilemme caractéristique des minorités culturelles, entre la volonté d’être acceptées par la majorité et en même temps de conserver leurs spécificités. Cette contribution présente ce dilemme sous ces différentes facettes : la forte implication des femmes juives dans le mouvement féministe allemand reflète leur volonté d’assimilation, où il s’agit surtout de mettre en avant leur identité avec la culture dominante. Leur organisation à partir de 1904 dans le Jüdischer Frauenbund, présentée dans la deuxième partie, relève quant à elle d’une volonté d’affirmation et de reconnaissance de la différence, qui n’excluait aucunement l’engagement dans les associations non-juives. La troisième partie montre à quelles formes de discriminations et à quels mécanismes d’exclusion elles furent confrontées au sein même du mouvement féministe, qui sous couvert de neutralité religieuse se montrait indifférent, si ce n’est hostile, aux intérêts des femmes juives.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2021.

Plan

Forte participation des femmes juives dans le mouvement féministe allemand
Surreprésentation quantitative et qualitative
Motivations des femmes juives engagées dans le mouvement féministe
Domaines de prédilection
Le Jüdischer Frauenbund ou le numéro d’équilibriste entre identité et différence
Contexte d’émergence du Jüdischer Frauenbund
Les objectifs du Jüdischer Frauenbund
Rapports du mouvement féministe allemand avec ses membres juifs
Stratégies d’invisibilisation et d’exclusion
Céder à l’antisémitisme pour des raisons stratégiques
Détérioration de la situation après 1914

Aperçu du texte

En gestation depuis la révolution de 1848, le premier mouvement féministe allemand est entré dans une phase de constitution en 1865 avec la création à Leipzig de l’Allgemeiner Deutscher Frauenverein (ADF – Association générale des femmes allemandes) par Louise Otto-Peters (1819-1895) et Auguste Schmidt (1833-1902). Au-delà de la diversité des objectifs des associations féminines qui le constituaient, il luttait pour que l’appartenance au sexe féminin ne soit plus génératrice de différences au détriment des femmes, aussi bien dans l’accès au savoir et au marché du travail, que dans le droit conjugal et familial, dans les droits civiques, parmi lesquels le droit de vote, celui d’élire et d’être élue. Ce mouvement était constitué de femmes très majoritairement issues des milieux bourgeois cultivés d’orientation libérale. Les travailleuses n’en faisaient pas partie ; pour cette raison, lorsqu’il sera question du mouvement féministe dans ce qui suit, c’est au seul mouvement féministe « b...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Briatte, « Les femmes juives dans le premier mouvement féministe allemand (1865-1933) »Cahiers d’Études Germaniques, 77 | 2019, 185-197.

Référence électronique

Anne-Laure Briatte, « Les femmes juives dans le premier mouvement féministe allemand (1865-1933) »Cahiers d’Études Germaniques [En ligne], 77 | 2019, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/ceg/7656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ceg.7656

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Briatte

Sorbonne Université / SIRICE (UMR 8138)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Université Lumière Lyon 2
  • Logo Université Paul-Valéry
  • Logo Université Toulouse Jean Jaurès
  • OpenEdition Journals